jeudi 28 septembre 2017

Séisme de magnitude 3,9 à Rennes !

photo un séisme de 3,9 sur l'échelle de richter a eu lieu la nuit dernière au sud de rennes.2

Un séisme de 3,9 sur l'échelle de Richter a eu lieu la nuit dernière au sud de Rennes. © Visactu

oOo

La terre a tremblé cette nuit au sud de Rennes

Un tremblement de terre a été ressenti dans la nuit de mercredi à jeudi vers 3 h 45 au sud de Rennes.

Selon le site du Réseau national de surveillance sismique qui enregistre automatiquement les secousses de la Terre, il s’agit d’un séisme de magnitude 3,9, dont l’épicentre était situé à 15 km de Vern-sur-Seiche et 5 km de Janzé.

Les vibrations ont également été ressenties à Rennes et aux alentours.

«J’étais dans mon lit quand d’un seul coup, j’ai entendu un bruit, comme un grondement et la terre s’est mise à vibrer », raconte cette habitante de Vern-sur-Seiche, commune située à une dizaine de kilomètres au sud de Rennes. « J’ai poussé un cri d’exclamation et j’ai regardé l’heure : il était 3 h 43. Ça n’a duré que quelques instants, mais la sensation était vraiment effrayante ».

Les petits tweets qui rassurent

Cette mère de famille a eu bien du mal à se rendormir ensuite, tout comme cette autre témoin, une habitante du quartier de la Poterie à Rennes qui a, elle aussi, ressenti la secousse dans la nuit. 

« Avec les séismes que l’on voit un peu partout à travers le monde, on se pose des questions quand d’un seul coup, la Terre se met à vibrer. Moi, j’habite au 3e étage alors j’ai préféré me lever et partir plus tôt au travail ».

Et elle n’est pas la seule à témoigner.

Le centre départemental de secours d’Ille-et-Vilaine a reçu une dizaine d'appels dans la nuit.

Sur Twitter, les internautes ont posté une avalanche de petits tweets cette nuit comme pour se rassurer qu’ils n’avaient pas rêvé :

  • "C’était pas un tremblement de terre ça #Rennes ? C’était petit mais c’était chelou." Auteur : MV
  • "Je viens de ressentir un tremblement de terre sur #Rennes #Chantepie y a 2 minutes" Auteur : VP
  • "Pile je me réveille en pleine nuit, pile y a un petit tremblement de terre, j'étais la "je rêve encore ?!" #rennes. Auteur : C.
  • "ptdr merci Twitter je croyais être folle mais non y'a bien eu un tremblement de terre mdr". Auteur : PEP
3,9 sur l'échelle de Richter

Le séisme a été enregistré par le Réseau national de surveillance sismique qui publie automatiquement les secousses sur son site Internet. Les premières informations diffusées (et qui ont été validées tôt ce jeudi matin par un analyste) font état d’un tremblement de terre de magnitude 3,9 sur l’échelle de Richter. L’épicentre était localisé à 15 km de Vern-sur-Seiche et 5 km de Janzé.

Des données confirmées par ailleurs par le site de la Direction des applications militaires du Commissariat à l’énergie atomique (CEA). 

oOo

 

Source : http://www.rennes.maville.com/actu/

 

Evy - signature animée Titi

 

 

 

 

Posté par evynou35 à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


mardi 24 mai 2016

Foot féminin: Le coup d'envoi de la première Coupe du monde militaire donné à Rennes

La Malouine Justine Gourvil, capitaine d'une équipe de France militaire qui avait décroché l'argent aux Jeux Mondiaux 2015.
La Malouine Justine Gourvil,
capitaine d'une équipe de France militaire qui avait décroché l'argent aux Jeux Mondiaux 2015. - US Saint-Malo

La compétition, qui regroupera huit nations pendant dix jours, est parrainée par Noël Le Graët...

Rennes, capitale du foot féminin. Avant le match de l’équipe de France contre la Grèce au Roazhon Park, le jeudi 3 juin (21 h), la capitale régionale abritera mercredi, au Parlement de Bretagne (de 17 h à 20 h), la cérémonie d’ouverture de la première Coupe du monde militaire.

D’autres Mondiaux à venir en Bretagne

La compétition, qui se déroulera dans l’Ouest du 26 mai au 5 juin, regroupe huit nations (Allemagne, Brésil, Cameroun, Canada, Corée du Sud, États-Unis, France et Pays-Bas), soit 184 joueuses. Les équipes s’affronteront au cours de 18 matchs programmés dans les villes de Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Chantepie, Vannes et Cesson-Sévigné.

Parrainée par le président de la FFF Noël Le Graët, l’épreuve servira de tremplin à l’organisation de la Coupe du monde U20 en 2018, également prévue sur le territoire breton (le Roazhon Park accueillera l’année suivante plusieurs rencontres du Mondial « seniors »).

https://youtu.be/7i_kZY-1k_M

Entrée libre à tous les matchs

« La Ligue de Bretagne, forte de ses 145.000 licenciés, est heureuse et honorée d’accueillir cette première Coupe du monde militaire, déclare Rémy Fémenia, vice-président de la LBF. Cet événement doit permettre de mettre un coup de projecteur sur ce football féminin en plein essor en France [le cap des 100.000 licenciées est dépassé], ainsi que de valoriser cette terre de football et d’accueil au plan international. »

L’ancien arbitre de Ligue 1 Hervé Piccirillo, devenu commissaire aux sports militaires et commandant du Centre national des sports de la Défense (CNSD), espère quant à lui une « fête populaire », précisant que l’accès aux rencontres sera gratuit.

La région bien représentée chez les Bleues

Un premier indicateur sera donné jeudi, à l’occasion du match d’ouverture entre la France et les Pays-Bas (14 h 30), au Stade du Commandant Bougouin à Rennes. Médaillées d’argent aux Jeux Mondiaux 2015 en Corée du Sud, les Bleues comptent cinq « Bretonnes » en leur sein (sur une sélection de 23) : les Malouines Justine Gourvil (capitaine) et Léa Le Garrec, et les Guingampaises Caroline La Villa, Charlotte Lorgeré et Faustine Robert.

Jeremy Goujon

Source : http://www.20minutes.fr/rennes/1850843-20160523-foot-feminin-coup-envoi-premiere-coupe-monde-militaire-donne-rennes

dimanche 15 mai 2016

Rennes : "Le cycle des violences doit cesser"

La salle de la Cité est vidée.

La salle de la Cité est vidée. | Photo : Thomas Brégardis / Ouest-France
Depuis le début des manifestations en opposition au projet de loi travail, ma position est claire et constante. Être en dialogue permanent avec le mouvement social pour qu’il puisse s’exprimer dans le calme. Refuser toute violence, en étant aux cotés de l’État, pour empêcher les casseurs de nuire.
Ma préoccupation première est la sécurité et la tranquillité des Rennais. Et je suis déterminée à ce que chacune et chacun puisse fréquenter normalement le centre-ville, ses équipements et ses commerces.
S’agissant de la salle de la Cité, le contrat était clair avec les occupants : une mise à disposition de la salle moyennant le strict respect du règlement intérieur et l’engagement pris devant l’État d’aucun départ de manifestation depuis la salle de la Cité.
Le contrat a été clairement rompu par les occupants. L’occupation devait cesser. L’évacuation est intervenue ce matin sans violence grâce à l’engagement et au professionnalisme des forces de l’ordre que je veux saluer.
En lien constant avec Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, et avec le Préfet, dans le respect des responsabilités de chacun, je suis totalement mobilisée pour que la sécurité soit assurée dans les prochains jours.
La manifestation non-déclarée et dont les organisateurs ne sont pas connus, annoncée demain samedi 14 mai, est considérée à hauts risques. Elle provoque des inquiétudes légitimes de la part des habitants, acteurs économiques et commerçants que j’ai rencontrés avec le Préfet ce matin.
Cette manifestation est interdite par le Préfet, je soutiens cette interdiction.
Le ministre de l’Intérieur m’a assuré par ailleurs de sa ferme volonté de tout faire pour qu’elle ne soit pas l’occasion de violences et de graves débordements.
Je refuse que le centre-ville soit confisqué par des casseurs. Le cycle des violences doit cesser à Rennes.

Posté par evynou35 à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 12 mai 2016

Le melon petit-gris de Rennes n’est pas mort

 

View image on Twitter

Petit Gris de Rennes, an heirloom french pocket melon. It is amazing, and I have ten plants  cc @rareseeds

La variété a quasiment disparu, au profit du Charentais…

Vous n’en verrez jamais sur les étals des supermarchés. Peut-être même ne l’avez-vous jamais goûté. Produit phare de la région rennaise, le melon petit-gris a aujourd’hui presque disparu de nos assiettes. Très fragile,le fruit a été abandonné par les maraîchers rennais, au profit du melon charentais, plus résistant. « Dans les années 60, nous étions 250 producteurs dans le département. Et tout le monde faisait du petit-gris », se souvient Yves Bocel, maraîcher de Pacé. Les producteurs s’étaient ensuite tournés vers le Charentais ou les tomates, qui demandent moins d’entretien.

Une variété jamais améliorée

Aujourd’hui, seuls son fils et son neveu ont fait le choix de poursuivre la culture de cette fragile espèce, dont la peau ne dépasse parfois pas le millimètre. « La variété n’a jamais été modifiée ni améliorée. C’est un melon qui ne supporte pas le transport, ni les changements de température. Il n’est pas adapté à la consommation d’aujourd’hui. Il nous demande aussi beaucoup de travail au quotidien », explique Eric Bocel, l’un des derniers maraîchers à produire le petit-gris.

Si le réputé producteur de légumes de Pacé continue de bichonner le petit-gris, c’est surtout pour faire plaisir à ses clients, qui l’attendent chaque année. « Au marché des Lices, il y a des personnes qui ne viennent nous voir qu’à ce moment », assure Eric Bocel. « Et nos enfants ne mangent que celui-là », ajoute sa femme Dominique. Réputé pour sa chair très fruitée, le melon a aussi fait son retour dans les assiettes des restaurateurs rennais, de plus en plus nombreux à le travailler. « Son goût est exquis », dit le célèbre chef Olivier Roellinger, qui le sert avec des huîtres tièdes et du vinaigre de porto.

« Il n’aime pas être manipulé »

Selon la météo, il faudra attendre la fin juin voire le mois de juillet pour voir le melon petit gris faire son discret retour sur les étals du marché des Lices. « On préfère même le garder derrière nous et le sortir sur demande, tant il n’aime pas être manipulé », sourit Eric Bocel. Un petit caprice de star.

C.A.

Source http://www.20minutes.fr/rennes/1843719-20160512-melon-petit-gris-rennes-mort

Posté par evynou35 à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


mardi 24 novembre 2015

Rennes. Nouvel an : un funambule entre l'opéra et l'hôtel de ville

 
photo rennes. la société spectaculaires - les allumeurs d'images embrase la façade de la mairie pendant les fêtes de fin d'année. le 31 décembre, spectacle de funambule. © photo : philippe chérel / ouest-france.
Rennes. La société Spectaculaires - les Allumeurs d'images embrase la façade de la mairie pendant les fêtes de fin d'année. Le 31 décembre, spectacle de funambule.© Photo : Philippe Chérel / Ouest-France.

A partir du 18 décembre,

le son et lumière sera projeté sur la façade de la mairie de Rennes.

Le soir du 31 décembre, un funambule traversera la place sur un fil.

Malgré les contraintes de sécurité qui pèsent sur les grands rassemblements publics depuis les attentats de Paris, la Ville de Rennes a maintenu l’intégralité de son programme pour les fêtes de fin d’année.

D'une année à l'autre

Le soir du 31 décembre, pour le passage au Nouvel an, l’attraction sera la présence d’un funambule. « Il va relier symboliquement les deux années, en passant du toit de l’opéra de Rennes à celui de l’hôtel de ville », décrit Benoit Quéro, le patron de Spectaculaires, les Allumeurs d’images.

Record du monde

Il a travaillé sur ce projet avec une équipe nantaise qui avait fait venir, l’an passé, des artistes espagnoles pour une danse verticale. Cette fois, c’est Théo Sanson, 28 ans, qui va évoluer au-dessus du public. 

Ce champion de slackline (sport extrême, qui se pratique avec une sangle) vient de battre le record du monde de la traversée la plus haute, dans le désert de l’Utah (États-Unis), en marchant sur un câble tendu à 500 m du sol.

« A la fois poétique et spectaculaire »

À Rennes, il fera une traversée aérienne, « à la fois poétique et spectaculaire, annonce Benoit Quéro, ce sera plus un rendez-vous avec l’émotion qu’un feu d’artifice. »

Son et lumière chaque soir

Du 18 décembre au 3 janvier, la façade de l’hôtel de ville s’illuminera chaque soir, avec une nouvelle création de la société Spectaculaires, les Allumeurs d’images. Le spectacle s’intitule cette année « À la recherche des temps perdus ».

Une projection toutes les 30 minutes, de 18 h à 22 h, qui embarquera le public à bord de la fusée de la Reine du comité des fêtes interstellaire… 

Ouest-France  

Source : http://www.rennes.maville.com/actu/actudet.php

Posté par evynou35 à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 22 novembre 2015

Rennes. La nouvelle gare, un enjeu breton majeur

 

© AREF
Un impressionnant chantier a débuté à la gare de Rennes.
Une métamorphose pour créer une porte d'entrée moderne
de la Bretagne pour TGV à grande vitesse,
TER et autres moyens de transport.
-------
Pourquoi une nouvelle gare ?

« Il ne s'agit pas que de rénover une gare, affirme Nathalie Juston, la directrice régionale de la SNCF. Ce n'est pas non plus qu'une histoire de lignes ou de trains. La nouvelle gare ? C'est avant tout l'ambition d'un territoire qui veut offrir à tous les Bretons de nouvelles mobilités. Le TGV à grande vitesse qui, en 2017, mettra Rennes à 1 h 27 de Paris, des TER mais aussi des connexions intelligentes avec tous les autres modes de transport. » Un chantier hors norme aussi porté par la Région, le département et Rennes métropole.

« La future gare de Rennes, c'est la porte d'entrée et de sortie de la Bretagne dans son ensemble, estime Gérard Lahellec, vice-président chargé de la mobilité et des transports à la Région. L'arrivée de la LGV mais aussi l'effort que nous mettons dans le développement des TER appellent à un réaménagement de la gare pour assurer sa fluidité. C'est ce qui motive notre engagement important et c'est un enjeu majeur. Avec cette infrastructure, Rennes n'est pas tourné que vers Paris. Aussi vers la pointe bretonne. »

Emmanuel Couet, président du Rennes Métropole rappelle de son côté que, « au printemps 2017, notre métropole sera plus que jamais la porte d'entrée de la Bretagne. La gare sera au carrefour de toutes les mobilités et de tous les grands équipements que nous construisons aujourd'hui dont la ligne B du métro. »

Des chiffres et des hommes

Aujourd'hui, la gare accueille, en moyenne, près de 63 000 voyageurs. À l'issue des travaux, sa fréquentation passera à 128 000 passagers jours et correspondra aux besoins de mobilité des Bretons. Une capacité que l'actuelle gare, qui frise déjà l'asphyxie, aurait été incapable d'absorber. « Notre priorité est que les passagers puissent circuler sans encombre dans la gare. » Côté, chantier, ce ne sont pas moins de 700 000 heures qui seront consacrées uniquement à la rénovation de la gare.

Quant au budget global, il est de 107 millions d'euros hors taxe. Une enveloppe partagée entre l'État (10 millions), la Région (25 millions), le Département (5 millions), Rennes métropole (26 millions), Rennes (10 millions), la SNCF (26 millions) et SNCF Réseau (5 millions).

Un défi d'ingénierie

Si tout se passe bien, la nouvelle gare, ou plutôt le pôle d'échanges multimodal devrait être livré début 2018. Un chantier très complexe. « Notre défi est de pouvoir réaliser l'ensemble des travaux tout en maintenant le trafic ferroviaire et l'accès la gare aux voyageurs en toute sécurité » précise Nathalie Juston. Actuellement, c'est la façade nord de la gare qui est livrée à l'appétit des mâchoires d'une grignoteuse. Suivront 6 phases étalées dans le temps.

En juillet 2016, l'emblématique entrée avec son horloge sera détruite et débutera la construction de la nouvelle couverture de la gare à base de ballons spéciaux gonflables ! Quatre grues géantes seront aussi installées et la fameuse passerelle, enjambant les voies et reliant le quartier nord au sud, sera installée en janvier. Sans compter sur la création d'un nouveau quai et l'allongement de plusieurs autres. En tout, un chantier qui mobilise 300 ouvriers.

Une gare dans la cité

La nouvelle plateforme ne sera pas qu'une gare. « Ca sera aussi un lieu de vie et d'échange totalement intégré dans son quartier et dans la cité. Un véritable lien urbain avec des commerces, des services, des outils numériques » assure la directrice de la SNCF. Une gare qui sera aussi partie intégrante d'EuroRennes, le grand projet d'aménagement urbain du quartier de la gare.

Des commerces sur 2 300 m2

L'espace commercial de la gare va doubler sa surface en passant de 1 200 m2 à 2 300 m2 sur trois niveaux. Le groupe privé Demeter concessions (famille Ruello), qui gère depuis 1991 les boutiques, va investir 20 millions d'euros et commercialisera donc les futures surfaces commerciales. « Nous allons proposer douze coques, dont deux de 500 m2détaille Christophe Gaultier, le directeur du développement à Demeter Concessions. Il y aura une brasserie, des sandwicheries, de la restauration rapide, des cafés, des boutiques d'objets connectés, un espace beauté, etc. Nous commençons à démarcher des enseignes mais nous sommes également approchés par de grandes marques internationales. Des marques qui n'existent pas à Rennes ». L'enjeu est de taille car la future gare accueillera chaque jour plus de 120 000 personnes, soit 120 000 clients potentiels.

Christophe Gaultier précise également que l'espace commercial a été pensé : « en fonction des nouveaux comportements des consommateurs et des voyageurs. Il sera moderne et connecté. Il s'inclura également dans le nouveau quartier EuroRennes ».

L'espace commercial comportera également un Relais H (géré directement par la SNCF), une boutique Korrigo et un espace pour les loueurs de voitures. Les premières boutiques seront livrées en 2017 et l'espace commercial sera intégralement achevé en 2018.

Des immeubles de bureaux futuristes

Il y a un an, élus, architectes et aménageurs ont dévoilé le projet Trigone, qui s'inscrit dans le futur quartier Euro Rennes. L'îlot Trigone comprend trois immeubles de bureaux et locaux commerciaux de sept à huit étages. Ils sortiront de terre, à l'horizon 2017. C'est l'un des éléments majeurs du projet Euro Rennes, qui vise à remodeler l'ensemble du paysage urbain de la gare, dans la perspective de la nouvelle ligne à grande vitesse (LGV) en 2017 et de la seconde ligne de métro, en 2019.

L'ensemble immobilier comprend 12 000 m2 de bureaux et commerces, deux jardins intérieurs dont l'un sera accessible au public en journée, ainsi qu'un parking semi-enterré d'une centaine de places.

Pour réaliser cette vaste opération, la Poste va détruire le parking sur plusieurs niveaux qui existe actuellement face au bureau du Colombier.

Samuel NOHRA

Source : http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/rennes-nouvelle-gare-enjeu-breton-majeur-08-11-2015-239568

Posté par evynou35 à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 25 juillet 2015

Rennes : Gast - début des travaux de l'immeuble Meioza

photo rennes. l’immeuble de bureau meioza sera construit au cœur du gast à maurepas. les travaux vont débuter fin juillet. livraison fin 2016. © image : agence peoc'h et rubio

© Image : Agence Peoc'h et Rubio

L’immeuble de bureaux Meioza sera construit au cœur du Gast,

quartier de Maurepas, à Rennes.

Les travaux vont débuter fin juillet.

Le quartier de Maurepas, à Rennes, commence sa transformation urbaine avant d’accueillir le métro au cœur du Gast d’ici à 2020. Fin juillet, les travaux d’un immeuble de 4 800 m² de bureaux vont débuter.

Ce programme, baptisé Meioza, est initié par le promoteur CFA Grand Ouest, en association avec Tourny Meyer (qui va commercialiser les bureaux). L’immeuble doit être achevé fin 2016.

2 300 m² déjà loués

Dans un communiqué, le promoteur rappelle que « le bâtiment comprendra deux immeubles de quatre et six étages ». Au rez-de-chaussée 900 m² de commerces seront installés.

Déjà 2 300 m² sont loués à l'Adapt (association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées). Le promoteur ajoute que « 2 500 m² de bureaux sont encore disponibles, à la vente ou à la location ».

Ouest-France  

Source : http://www.rennes.maville.com/actu/actudet_-rennes-gast-debut-des-travaux-de-l-immeuble-meioza

Posté par evynou35 à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 10 février 2015

Le CHU de Rennes s’organise face à l’épidémie de grippe

photo l’hôpital sud a ouvert une unité supplémentaire de 12 lits, pour faire face à l’afflux de patients aux urgences dans un contexte d épidémie de grippe. © marc ollivier

L’hôpital sud a ouvert une unité supplémentaire de 12 lits, pour faire face à l’afflux de patients aux urgences dans un contexte d épidémie de grippe.© Marc OLLIVIER

L’hôpital sud a ouvert une unité supplémentaire de 12 lits, pour faire face à l’afflux de patients aux urgences. L’épidémie de grippe est toujours en phase ascendante.

L’épidémie continue de se répandre. Au CHU, on s’organise. Les urgences connaissent ces dernières semaines une hausse de fréquentation due, en partie, à l’épidémie grippale et à la fragilisation des personnes âgées.

Pour répondre aux besoins, la communauté médicale et soignante s’est mobilisée pour mettre à disposition des lits d’hospitalisation supplémentaires. « Aux 26 lits supplémentaires dans les unités de médecine déjà dédiées aux hospitalisations, une unité de 12 lits appelée « unité post-accueil provisoire » a été mise en place vendredi dernier sur l’Hôpital sud", déclare-t-on au CHU. Au total, 38 lits supplémentaires ont été installés au sein du CHU.

Ouest-France  

Source :

http://www.rennes.maville.com/actu/actudet_-sante-le-chu-de-rennes-s-organise-face-a-l-epidemie-de-grippe_52674-2713525_actu.Htm

Posté par evynou35 à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 14 janvier 2015

Ligne b du métro de Rennes : Le tunnelier a commencé à creuser

photo le tunnelier élaine a commencé à creuser la deuxième ligne du métro de rennes, vendredi 9 janvier. © photo : philippe chérel / ouest-france.

Le tunnelier Élaine a commencé à creuser la deuxième ligne du métro de Rennes, vendredi 9 janvier.© Photo : Philippe Chérel / Ouest-France.

C'est parti ! Le tunnelier a commencé à creuser la seconde ligne du métro de Rennes, vendredi, à 18h. Élaine a pour l'instant creusé 2,20 m. Il lui en reste 8 647...

Le tunnelier qui creuse la deuxième ligne de métro, à Rennes, a commencé à croquer la terre vendredi 9 janvier, à 18 h précises.

Il a creusé à nouveau lundi en s’enfonçant de deux mètres dans la terre. Il est encore en réglage avant d’atteindre la vitesse de 10 centimètres par minute, soit 2 mètres par heure.

200 mètres par mois

Long de 86 m, d'un poids de 1 450 tonnes, le tunnelier Élaine aura pour mission de creuser 8 650 m de couloir souterrain entre La Courrouze et le boulevard de Vitré, à Rennes.

Le tunnelier fonctionne sur le principe d'une grosse râpe à fromage (la tête de coupe à l'avant), qui grignote le sol à raison de 200 mètres par mois.

600 000 m3 de roches et de terre

À l'arrière, il éjectera au moyen d'un tapis roulant 600 000 m3 de roches et de terre, au rythme de 860 tonnes par heure.

Au fur et à mesure de son avancée, les parois du tunnel seront tapissées avec des voussoirs (des éléments préfabriqués en béton), fabriqués par l'entreprise Bonna Sabla, à Bruz.

Une fois achevé, le tunnel intérieur mesurera 9,44 m de diamètre.

Ouest-France  

Source :

http://www.rennes.maville.com/actu/actudet_-ligne-b-du-metro-de-rennes-le-tunnelier-a-commence-a-creuser_fil-2694773_actu.Htm

Posté par evynou35 à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,