mardi 19 janvier 2016

Dépression : les médicaments qui favorisent son apparition

image: http://preprod-img.medisite.fr/files/resize/images/article/2/8/4/1002482/2255179-inline-500x333.jpg
Les analgésiques opioïdes de type codéine doivent être utilisés avec précaution en raison de leurs effets secondaires. Des chercheurs en ont même ajouté un nouveau sur la liste, et pas des moindres : la dépression.
Attention à ne pas se soigner trop souvent aux opioïdes au risque de voir apparaître de graves effets secondaires. Dérivé synthétique de l'opium, les opioïdes sont une classe de médicaments très efficace contre les douleurs sévères.
Compte tenu de leurs effets indésirables fréquents (nausées, vomissements, constipation), ils ne sont prescrits qu'en dernier recours, si aucun autre antalgique ne marche. Des chercheurs de la Saint Louis University ont découvert un effet secondaire encore plus sévère : la dépression.

En effet, leur étude parue dans la revue Annals of Family Medicine précise que si les opioïdes peuvent provoquer une amélioration à court terme de l'humeur, leur utilisation sur plus de 30 jours peut favoriser un trouble dépressif. Peu importe l'état de santé du patient auparavant, ces médicaments agiraient sur le cerveau ou abaisserait le taux de testostérone, entre deux explications biologiques possibles. "L'apparition de la dépression liée aux opioïdes est associé à une longue durée d'utilisation mais à la dose", précise Jeffrey Scherrer, principal auteur de l'étude.

Un tiers des patients concernés

Le chercheur appelle les patients et les praticiens à être conscients de ce risque nouveau et à de nouvelles études pour déterminer quelles personnes seraient les plus vulnérables à cet effet secondaire. Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs ont passé au crible les données médicales de 70 997 personnes entre 2000 et 2012 qui avaient participé à trois études différentes. Toutes ces patients étaient de nouveaux usagers des opiacés, âgés de 18 ans à 80 ans et sans aucun antécédent de dépression quand ils ont commencé à prendre les médicaments.

Le condensé de leur analyse montre que 32% des patients ont souffert de dépression récente après utilisation répétée d'un analgésique.
"Les résultats ont été remarquablement uniformes pour les trois études (...), la durée d'utilisation d'analgésique opioïde a été associée à une dépression d'apparition récente", ajoute le chercheur. Ces médicaments que sont la codéine, le fentanyl, l'hydrocodone, l'hydromorphone, le lévorphanol, le mépéridine, l'oxycodone, la morphine et la pentazocine doivent donc être utilisés avec prudence et surtout sans auto-médication.
LA DEPRESSION



Posté par evynou35 à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


dimanche 6 décembre 2015

La liste noire des 28 médicaments sans ordonnance à proscrire

 

image: http://preprod-img.medisite.fr/files/resize/images/article/8/7/8/976878/2218139-inline-500x334.jpg

On les utilise contre le rhume, les maux de gorge, la grippe ou les problèmes digestifs…Dans la liste des médicaments sans ordonnance, 28 parmi les plus populaires sont à proscrire, d’après une étude du magazine 60 Millions de consommateurs. 

Le dernier hors série de 60 Millions de Consommateurs "Se soigner sans ordonnance" alerte sur les risques de l'automédication en dressant une liste de 28 médicaments prescris sans ordonnance et dangereux. Selon un sondage du groupe de communication Mediaprism (également investit dans l’enquête), 78% des Français ont recours à des médicaments sans prescription médicale.

C’est une étude du Pr Jean-Paul Giroud, pharmacologue clinicien, et d’Hélène Berthelot, pharmacienne experte de la Haute autorité sanitaire (HAS) qui a révélé cette liste de 28 médicaments "à proscrire", après avoir analysé 61 médicaments accessibles sans ordonnance.
En cause, le nombre de leurs effets indésirables et de leurs contre-indications par rapport à leur efficacité sur les maux passagers qu’ils entendent améliorer (certaines substances seraient même inefficaces).

Voici la liste, éditée par France Info, des médicaments à proscrire selon le magazine :

Contre le rhume :

- Actifed Rhume®
- Actifed Rhume Jour & Nuit ®
- Nurofen Rhume®
- Dolirhume®
- Rhinadvil Rhume Ibuprofen et Pseudoéphédrine®
- Humexlib Paracétamol Chlorphénamine®

Contre la grippe :

• Actifed États grippaux®
• Doli État grippal®
• Fervex Phéniramine adulte sans sucre®

Contre la toux :

• Bronchokod Toux grasse sans sucre adultes 5% ®
• Exomuc Toux grasse orange®
• Fluimucil orange®
• Humex Toux sèche Oxomémazine caramel®
• Mucomyst Toux grasse orange®
• Toplexil sans sucre®
• Néo-Codion®

Contre les maux de gorge :

- Humex Mal de gorge®
- Maxilase®
- Toplexil®
- Colludol®
- Drill miel rosat® et Drill Tétracaïne®
- Hexaspray®
- Strepsils Lidocaïne®
- Strefen sans sucre orange®

Contre les diarrhées :

• Ercéfuryl®

Contre la constipation :

• Contalax®
• Dragées Fuca®
• Pursennide®

Dans la liste des 61, 20 autres médicaments ont été étiquetés "faute de mieux", soit inefficaces ou très faiblement, mais sans effets indésirables. Par exemple :
Contre la digestion difficile et la diarrhée :
- Spasfon®
- Smecta®
D'autres médicaments ont également été signalés comme "à privilégier".

Posté par evynou35 à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 16 mars 2015

Activité physique sur ordonnance

Activité physique sur ordonnance

Alors que le Ministère de la Santé doit mettre en œuvre dans les prochaines semaines un plan en faveur de l'activité physique,l’Académie de médecine va plus loin en préconisant une prescription et un remboursement de l'activité physique en France. Sur quel argumentaire repose une telle démarche ?

L’activité physique a des effets préventifs et thérapeutiques

Les bénéfices de l’activité physique sur la santé physique et mentale ne sont plus à démonter et nous accumulons les preuves.

Alors pourquoi les médecins ne pourraient-ils pas en prescrire, au même titre que les antalgiques, les antihypertenseurs, les antibiotiques ou les antidépresseurs ?

En effet, l’activité physique est bénéfique pour le sommeil, le stress et l’anxiété. Elle améliore la fonction cardiovasculaire et pulmonaire, les muscles, le squelette, le système nerveux, le cerveau et l’immunité, et prévient ainsi l’hypertension, les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’obésité, la dépression, etc. Mais l’activité physique facilite aussi le sevrage tabagique, augmente l’espérance de vie, retarde la dépendance des personnes âgées et diminue la consommation de médicaments.

Rembourser l’activité physique serait plus rentable que les médicaments

Au final, adultes et seniors sont invités à la pratiquer cinq demi-heures par semaine, en privilégiant les exercices de gymnastique ou de culture physique, tout en conservant un mode de vie actif.

Considérant le peu d’adultes pratiquant régulièrement plus de 30 minutes de sport par semaine, il serait normal que les pouvoirs publics s’en mêlent et que les médecins soient habilités à prescrire du sport sur ordonnance. Les Académiciens suggèrent que les médecins précisent clairement sur l’ordonnance "le détail des activités physiques" : nature du sport recommandé, intensité, durée et fréquence des séances, suivi et contrôles médicaux à observer.

Pour la Sécurité sociale, le remboursement de séances de sport serait plus rentable que celui des médicaments, dans la mesure où l’activité physique agit à la fois en amont en prévenant le développement de pathologies lourdes, mais aussi en prévenant les récidives, en améliorant l’efficacité des traitements et en diminuant la consommation de médicaments. Le calcul a été fait : « la Sécurité sociale économiserait 56,2 millions d'euros par an en finançant à hauteur de 150 euros une activité physique ou sportive adaptée à 10% des patients souffrant de cancer, de diabète ou d'insuffisance respiratoire chronique ».

Article publié par Isabelle Eustache le 02/11/2012

Rapport de l’Académie de Médecine, octobre 2012.

Source :

http://www.e-sante.fr/activite-physique-sur-ordonnance/breve/389

 

Posté par evynou35 à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 8 novembre 2014

L’oxycodone, quand le médicament devient drogue

L’OxyContin, médicament à base d’oxycodone, est deux fois plus puissant que la morphine. ©Cannabis Infos

Antalgique très puissant, l’oxycodone est prescrit pendant 28 jours maximum dans un cadre très strict : l’apaisement des douleurs intenses, notamment chez les malades atteints d’un cancer. Connue pour ses effets proches de l’héroine, cette substance est aussi très recherchée sur le marché de la drogue. Face au risque de pharmacodépendance accru pour les consommateurs, l’Agence nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) sonne l’alarme.

Comme la morphine, elle est prescrite pour apaiser les douleurs. Et comme la morphine, elle possède des propriétés addictogènes dès lors que sa consommation est excessive et/ou inadaptée. De qui s’agit-il ? De l’oxycodone, médicament disponible en France depuis 2002.

Des bénéfices particuliers

« L’usage des médicaments contenant de l’oxycodone est réservé en seconde intention aux traitements des douleurs sévères d’origine cancéreuses », rappelle l’ANSM. Avec l’amélioration de la prise en charge de la douleur en France, l’usage de spécialités à base d’oxycodone a donc augmenté entre 2008 et 2013.

Dommages collatéraux, l’oxycodone est plus facilement accessible et le risque de mésusage décuplé. En plus d’apaiser les souffrances, l’oxycodone – lorsqu’elle est mâchée ou écrasée, puis injectée ou inhalée  - produit en effet les mêmes sensations que l’héroine. Raison pour laquelle les usagers de drogue y ont souvent recours en substitutif. Et l’impact sur l’organisme est loin d’être anodin. Le risque d’accoutumance est tel que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classe cet opioïde parmi les stupéfiants les plus dangereux. C’est-à-dire le niveau III des antalgiques, classe médicamenteuse qui comprend la morphine et ses dérivés destinées aux traitements des douleurs intenses.

Et des risques avérés

Une consommation inadaptée d’oxycodone décuple le risque de troubles digestifs, de détresse respiratoire, d’hypotension et augmente la fréquence des épisodes de confusion (pertes de mémoire, difficultés à s’organiser, à se repérer dans le temps et dans l’espace).

Enfin, sur le long terme l’usage d’oxycodone perturbe le fonctionnement hormonal et fragilise le système immunitaire. La délivrance de cette molécule contre une maladie chronique non cancéreuse doit donc « être évaluée avec précision afin de ne pas utiliser de médicament inefficace (…) qui pourrait provoquer des effets délétères, voire entraîner le patient vers un état de dépendance physique et/ou psychique », prévient l’ANSM.

Source :

https://destinationsante.com/loxycodone-quand-le-medicament-devient-drogue

Posté par evynou35 à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 26 juillet 2014

La moitié des médicaments vendus sur internet sont des faux

Dose-medic

La moitié des médicaments vendus sur internet sont des faux et un tiers des médicaments achetés en voyage à l'étranger également. Le danger de cette pratique est illustré par la mort récente d'un Jurassien de 23 ans, "le premier cas avéré en Suisse", selon Ruth Mosimann, responsable du contrôle des médicaments illégaux chez Swissmedic.

On connaît les fausses marques de luxe, les fausses montres, on connaît moins les faux médicaments. Des contrefaçons que l'on peut facilement se procurer sur internet ou à l'étranger.

A l'heure des vacances d'été, les douaniers suisses et l'association "Stop Piracy", la plate-forme suisse contre les contrefaçons, mènent une campagne de sensibilisation à l'aéroport de Genève après Kloten à Pâques, des actions reconduites chaque année.

Près de 10% des médicaments sur la planète sont des faux, dont 30% en Asie et en Afrique: "Ces chiffres, donnés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), datent un peu, et ne sont donc plus tout à fait fiables", a précisé à l'ats Ruth Mosimann. Reste qu'il n'est pas étonnant que les douaniers les retrouvent au hasard des contrôles.

"Ce sont vraiment les médicaments 'lifestyle'", que l'on retrouve le plus souvent dans les circuits illégaux, a déclaré Jürg Herren, vice-président de "Stop Piracy" sur les ondes de la RTS récemment. Les amincisseurs, les stéroïdes, mais aussi le Cialis et le Viagra arrivent en haut de la liste.

"Une des contrebandes les plus dangereuses"

"Cette contrebande est l'une des plus dangereuses, avec celle des pièces détachées", a précisé à l'ats Lukas Lüthi, secrétaire central de "Stop Piracy". Une analyse confirmée par le douanier Christophe Darbellay, responsable du trafic marchandises à l'aéroport de Genève. "Swissmedic, l'institut suisse des produits thérapeutiques, a eu l'occasion d'analyser des médicaments que nous avions saisis. On a retrouvé par exemple des métaux lourds dans certains d'entre eux".

Mike, 23 ans, mort le 29 mai d'un arrêt cardiaque à Undervelier (JU), après s'être injecté de la testotérone et du Mastabol, achetés sur internet, est le "premier cas" avéré en Suisse, a précisé à l'ats la responsable de cette question chez Swissmedic. "Malgré les bruits qui courent, il n'y a jamais eu jusqu'ici de cas documenté en Suisse".

"La qualité des produits achetés ainsi n'est pas assurée. Et le risque de surconsommation, sans surveillance médicale, est élevé", a poursuivi Ruth Mosimann.

Source :

http://www.creapharma.ch/pharmanews-suisse.htm

Posté par evynou35 à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,