mercredi 6 septembre 2017

Violences conjugales : quelle prise en charge pour les enfants ?

 

Violences conjugales : quelle prise en charge pour les enfants ?

http://www.allodocteurs.fr/media/larger/13355-violences-conjugales.jpg

oOo

Un rapport rendu public ce 7 septembre appelle à mieux reconnaître et prendre en charge les enfants victimes collatérales de violences conjugales.

Si elles ne sont pas toujours fatales, les violences conjugales peuvent avoir d'importantes répercussions sur la santé, le comportement et le développement des enfants, sans compter les risques de reproduction, une fois adultes, des violences dont ils ont été témoins dans leur jeune âge.

Un rapport signé d'experts et d’élus réunis par l'Observatoire régional des violences faites aux femmes (Centre Hubertine Auclert) recommande de reconnaître en droit pénal le statut de victime de l'enfant exposé aux violences conjugales, même s'il n'est pas directement ciblé. Il préconise aussi d'améliorer les dispositifs de mise en sécurité des femmes victimes de violences et de leurs enfants: accès facilité à l'hébergement d'urgence, meilleure application de la législation sur l'éviction du conjoint violent du domicile.

Le rapport conseille de développer dans le milieu associatif des dispositifs spécialisés d'accompagnement des enfants pour les aider à se reconstruire, par exemple grâce à des ateliers ou groupes de parole, et d'améliorer leur accès aux soins psycho-traumatiques.

Pour les enfants qui ont été témoins du meurtre de l'un de leurs parents par l'autre parent, il propose de généraliser le dispositif "féminicide" expérimenté en Seine-Saint-Denis: la prise en charge socio-médicale commence par une hospitalisation de trois jours de l'enfant, au cours de laquelle ses traumatismes sont évalués.

"D'après plusieurs études, entre 40% et 60% des conjoints violents sont aussi des pères violents", signale le groupe de travail. Dans les situations où les enfants ne sont pas directement ciblés par l'auteur des violences, "des études montrent que ces pères exerçant des violences sur leur partenaire sont peu impliqués et peu empathiques vis-à-vis de leurs enfants".

Le rapport propose de mieux appliquer la législation permettant de retirer, totalement ou en partie, l'autorité parentale au parent violent condamné pour un crime ou délit sur l'autre parent.

Un total de 157 personnes (123 femmes et 34 hommes) sont mortes, victimes de leur conjoint, petit ami, compagne, amant ou ex en 2016, selon le ministère de l'Intérieur.

NB : 

En France, 143.000 enfants vivent dans un foyer où une femme a déclaré des violences physiques ou sexuelles au sein de son couple, rappelle le groupe de travail composés d’experts et d’élus, réuni par l'Observatoire régional des violences faites aux femmes (chiffres Insee). Selon d’autre travaux, si l'on tient compte des violences non déclarées (y compris verbales et psychologiques), 4 millions d'enfants seraient concernés.

En 2016, 25 décès d'enfants dans le cadre de violences conjugales ont été recensés par le ministère de l'Intérieur, dont neuf ont été tués par leur père en même temps que leur mère.

Les conséquences des violences conjugales sur les enfants ont un coût pour la société estimé à 422 millions d'euros (chiffres Insee), notamment en raison des coûts d'accueil et accompagnement par l'aide sociale à l'enfance.

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP

Source : http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/violences/violence-conjugale/violences-conjugales-quelle-prise-en-charge-pour-les-enfants_23170.html

Evy - signature animée Titi

 

 

oOo

Posté par evynou35 à 18:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


lundi 26 décembre 2016

Attention, cerveaux en formation des enfants


Shutterstock

Et si nous éduquions nos enfants en nous aidant des dernières découvertes sur le cerveau ? Quand les neurosciences se penchent sur les « jeunes cerveaux » – et par extension, sur leur devenir à l’âge adulte – elles nous aident à comprendre comment s’échafaudent nos capacités cognitives et nous fournissent de précieux outils pour l’éducation et l’interaction avec les tout-petits, les enfants et les adolescents qui nous entourent.

Développement de la créativité, stimulation de la mémoire, apprentissages de la vie sociale et des comportements genrés : cette sélection d’articles vous embarque au cœur de l’intelligence et de la psychologie des jeunes humains.

La recherche prouve que lorsque les adultes jouent à « faire semblant » avec les enfants, ils les aident à développer leur imagination.

Sonia Zannad, Rédactrice

Source : https://theconversation.com/fr/?utm_medium=email&utm_campaign=Des%20nouvelles%20de%20The%20Conversation%20pour%2026%20dcembre%202016%20-%206356&utm_content=Des%20nouvelles%20de%20The%20Conversation%20pour%2026%20dcembre%202016%20-%206356+CID_e03db959cb2b212b371f22e10edee6d5&utm_source=campaign_monitor_fr&utm_term=Lexpertise%20universitaire%20lexigence%20journalistique

 

Posté par evynou35 à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 11 décembre 2016

Ferrero

Afficher l'image d'origine

http://images.google.fr/imgres?

Cessez de tirer profit de l'exploitation de millions d'enfants dans les plantations de cacao

Posté par evynou35 à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 18 septembre 2015

Les bonnes techniques pour apprendre à lire et à écrire aux enfants

Les bonnes techniques pour apprendre à lire et à écrire aux enfants

Une étude française s’est intéressée aux méthodes d’apprentissage utilisées en classe de CP. S’il n’existe pas de solution miracle, certaines techniques ont fait leurs preuves.

Pour la première fois, des enseignants chercheurs ont été mandatés par l’Institut français de l’éducation et par le ministère de l’Education pour observer la réalité des pratiques d’apprentissage en classe de CP. Les conclusions de cette vaste enquête, qui a duré trois ans et concerné plus de 2 500 élèves, seront présentées aux cadres de l’Education nationale le 25 septembre prochain.

Il en résulte que les instituteurs/rices les plus efficaces jonglent avec les mêmes éléments et les mêmes méthodes, en les adaptant à la classe et à leur façon d’enseigner. A savoir :

Les bienfaits de la dictée

Rien ne vaut un quart d’heure de dictée par semaine pour améliorer les capacités de lecture et d’écriture des enfants. Cette technique utilisée depuis des dizaines d’années en France a fait ses preuves. Mais inutile de la prolonger au-delà de 15 minutes, indiquent les experts, elle n’en sera pas plus efficace.

Trouver le bon rythme

Ce conseil concerne principalement les professionnels de l’enseignement : aller très lentement en début d’année pour ne pas perdre l’attention des élèves moins forts provoque l’effet inverse. Apprendre à lire et à écrire est une étape que beaucoup d’enfants attendent avec impatience. En leur fournissant trop peu d’éléments, ou beaucoup trop d’un coup, on risque de les ennuyer ou de les noyer. Trouver le bon rythme, pas trop lent ni trop rapide, pour garder leur intérêt à un bon niveau permet de faire avancer efficacement tout le groupe.

Donner une vue d’ensemble

Inutile donc de passer deux semaines sur une association de sons comme « O+U=OU ». L’idéal serait d’en présenter une quinzaine dans les deux premiers mois de CP pour donner un maximum de repères aux enfants, quitte à revenir ensuite sur les associations qu’ils ont du mal à retenir.

Faire simple

Une fois que certains sons ont été mémorisés, la meilleure technique pour les travailler consiste à proposer des phrases simples où le son en question est répété plusieurs fois. Un texte trop élaboré donnera l’impression à l’enfant d’être complètement perdu et risque de le décourager.

Posté par evynou35 à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 21 juillet 2015

Les femmes "sont quand même là pour faire des enfants" : sans commentaire !!!

Belle femme enceinte avec une tendre volant tissu violet clair, isolé sur fond blanc Banque d'images - 22024885

Pour Jean-François Mayet, sénateur Les Républicains, les femmes "sont quand même là pour faire des enfants"

Les discussions volent parfois haut au Sénat. Mercredi 15 juillet, la chambre haute du Parlement était réunie en commission pour débattre notamment de la fracture numérique et de la désertification médicale dans les territoires ruraux. A cette occasion, Jean-François Mayet a tenu à remercier Jean-François Longeot, rapporteur du projet de loi de modernisation de notre système de santé, et à exprimer son opinion.

"Au risque de choquer, le libéral que je suis est convaincu qu'on ne résoudra pas la désertification médicale en comptant sur les seuls médecins libéraux, a fait savoir le sénateur Les Républicains de l'Indre, selon lequel "les jeunes médecins se contentent de gagner 3 500 à 4 000 euros par mois", ce qu'il juge "ridicule" après dix ans d'étude. Autre raison, selon lui, de ne pas compter sur les seuls médecins libéraux: les femmes.

Pour Jean-François Mayet, la féminisation de la profession de médecin pose problème, avec "75 % des nouveaux diplômés" qui sont des femmes selon lui, alors que les femmes "sont quand même là pour faire des enfants". "Elles ne sont pas là 'pour' faire des enfants ; elles font des enfants, c'est différent!", a réagi la sénatrice UDI et ancienne ministre, Chantal Jouanno.

Jean-François Mayet précise alors sa pensée: "ce n'est pas à 50 ans qu'elles en feront. Ma fille a fait des enfants à 41 et à 42 ans : gérer deux enfants en bas âge en même temps qu'une carrière de médecin, ce n'est pas une sinécure!", selon lui. Vous pouvez lire le compte-rendu des débats sur le site du Sénat.

t

Source : http://www.huffingtonpost.fr/2015/07/18/jean-francois-mayet-senateur-les-republicains-femmes-enfants_n_7823624.html

Posté par evynou35 à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 6 février 2015

Des enfants vendus, crucifiés, enterrés vivants par l'EI

Enfants de la minorité Yazidi dans un camp de réfugiés en Irak. Des membres de l'Etat islamique vendent des enfants irakiens comme esclaves sexuels et en tuent d'autres en les crucifiant ou en les enterrant vivants, dit le Comité des droits de l'enfant, un organisme des Nations unies. /Photo prise le 23 août 2014/REUTERS/Youssef Boudlal

GENEVE (Reuters) - Des membres de l'Etat islamique vendent des enfants irakiens comme esclaves sexuels et en tuent d'autres en les crucifiant ou en les enterrant vivants, dit le Comité des droits de l'enfant, un organisme des Nations unies, dans un rapport publié mercredi.

Des Irakiens mineurs sont de plus en plus souvent utilisés par le groupe islamiste pour commettre des attentats suicides, jouer le rôle d'informateurs ou servir de boucliers humains pour protéger des installations des bombardements de la coalition emmenée par les Etats-Unis.

"Nous sommes vraiment très préoccupés par la torture et le meurtre de ces enfants, en particulier ceux qui appartiennent à des minorités, mais pas seulement", a déclaré Renate Winter, experte appartenant au comité. Des enfants appartenant à la communauté Yazidi ou à la communauté chrétienne font partie des victimes.

"Nous avons des informations selon lesquelles des enfants, en particulier des enfants déficients mentaux, sont utilisés comme kamikazes, très probablement sans qu'ils s'en rendent compte", a-elle dit. "Une vidéo diffusée (sur internet) montre de très jeunes enfants, d'environ huit ans et moins, qui sont entraînés pour devenir des enfants soldats."

L'Etat islamique, émanation d'Al Qaïda qui a décrété l'été dernier l'instauration d'un califat à cheval sur la Syrie et l'Irak, a fait des milliers de victimes et provoqué le déplacement de milliers d'autres au cours de ce que les Nations unies qualifient de règne de terreur.

Le comité des Nations unies, dans son rapport, dénonce "l'assassinat systématique d'enfants appartenant à des minorités religieuses ou ethniques par des membres de l'organisation de l'Etat islamique, y compris plusieurs cas d'exécutions de masse de garçons, ainsi que des décapitations, des crucifixions et des ensevelissements d'enfants vivants".

L'Etat islamique en outre, poursuit le rapport, est responsable de violences sexuelles systématiques et notamment d'enlèvement et d'asservissement sexuel d'enfants. "Les enfants de minorités ont été capturés dans nombre d'endroits, vendus sur des marchés avec sur eux des étiquettes portant des prix, ils ont été vendus comme esclaves".

Les dix-huit experts indépendants qui ont contribué à la rédaction de ce rapport demandent aux autorités irakiennes de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les enfants qui vivent sous le joug de l'Etat islamique et de poursuivre en justice les auteurs de ces crimes.

(Stephanie Nebehay, Nicolas Delame pour le service français, édité par Gilles Trequesser)

Source : https://fr.news.yahoo.com/des-enfants-vendus-crucifi%C3%A9s-enterr%C3%A9s-vivants-par-lei-181308714.html

Posté par evynou35 à 11:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,