dimanche 12 avril 2015

Quand le stress devient chronique…

Quand le stress devient chronique…

Le stress est une réaction naturelle devant une situation

ou un événement pouvant nous mettre en danger.

Il s’agit donc d’une alerte efficace pour nous inciter à réagir et à nous adapter.

En cela, le stress est une bonne chose. Mais quand il devient chronique, tout change.

Pourquoi le stress chronique ?

Le stress normal est utile

Le stress est naturel et son rôle est de déclencher chez nous une réaction permettant de faire diminuer ce stress. Nous revenons ensuite à l’état normal. Par exemple, un enfant traverse la route devant vous, vous éprouvez un pic de stress, votre corps réagit, vous freinez à fond avant même d’avoir eu le temps de réfléchir. Le stress a accéléré vos réactions et peut-être, permis d’éviter un accident. Vous restez stressé quelques minutes, puis ce stress redescend.

Qu’est-ce que le stress chronique ?

En cas de situation où le stress est présent, mais où vous ne pouvez réagir, ce stress perdure. Il peut même devenir chronique sur des mois. Alain est salarié dans une très grosse entreprise pharmaceutique. On annonce depuis 18 mois des licenciements, mais personne ne sait qui sera concerné. Alors, Alain est stressé depuis plus d’un an, ne sachant pas s’il fera ou non partie d’une charrette de licenciements. Il s’angoisse, rumine, dort mal. Le problème, c’est que devant ce stress, Alain ne peut rien faire. Ce n’est pas lui qui décide de la politique de son entreprise, et même s’il occupe un poste où il est très compétent, cela ne veut pas dire qu’il gardera son emploi. Le fait de ne rien pouvoir faire face à un événement stressant augmente considérablement la portée et la durée du stress qui peut ainsi devenir chronique.

Le danger du stress chronique

Le problème d’un stress chronique, c’est qu’il stimule une zone du cerveau, l’amygdale, faite pour être stimulée de manière ponctuelle. Si elle est activée en continu, elle s’épuise parce que vous êtes en état d’alerte permanent. Si vous êtes dans cette situation de stress chronique, vous êtes vous-même épuisé par le stress et cela conduit, progressivement, vers la dépression.

Stress chronique, il faut agir sur la situation

« Parfois, devant une situation entraînant du stress, on ne peut rien faire… » En réalité, cette affirmation est fausse ! On peut toujours faire quelque chose. Alain a peur d’être licencié. Oui, mais son collègue, José, se trouvant dans la même situation, ne réagit pas de la même manière. José a prévu une reconversion, et depuis deux ans, il suit une formation. Il a donc un plan B, et même s’il se sent dans une situation inconfortable, il ne souffre pas des mêmes angoisses ni d’un début de dépression comme Alain. Il est donc toujours possible de faire quelque chose devant un sujet de stress chronique, même si parfois, cela peut relever de l’effet placebo. Agir diminue l’anxiété. Une personne souffrant de maladie grave subira moins de stress si elle s’aide par les médecines complémentaires. Allons plus loin : même si ce qu’elle fait n’a médicalement aucune efficacité, le fait de diminuer le stress l’aidera à aller mieux ou même à guérir.

Stress chronique : agir sur le mental

Contre le stress chronique, il faut déjà agir, autant que possible sur la situation. Il faut aussi agir sur votre mental. Apprendre la méditation, le yoga, la relaxation, la sophrologie, l’autohypnose, la pensée positive… Tout aussi bénéfique, se faire entourer, soutenir par ses proches. Et pour ceux qui en ressentent le besoin, commencer une psychothérapie, en consultant un psychothérapeute, qu’il s’agisse d’un médecin ou d’un psychologue.

Agir sur le corps en parallèle

Notre corps aussi a souvent besoin d’un coup de pouce pour mieux lutter contre le stress chronique. L’exercice physique est, en ce domaine, capital. Il est plus efficace que les médicaments anxiolytiques ou les antidépresseurs. Mieux encore, y ajouter des cures de vitamines, de magnésium. Quand on a du mal à dormir, que l’on ressent une angoisse en permanence, s’aider par des plantes dont certaines possèdent un effet apaisant peut se révéler une aide précieuse. Ces plantes ne présentent pas les inconvénients des médicaments anxiolytiques à l’origine d’accoutumance.

Les solutions naturelles

La solution phytothérapie

Tensions ou surmenage, les situations de stress sont très fréquentes. Apaisantes et relaxantes, certaines plantes favorisent le sommeil et aident à lutter contre le stress.

Cliquez ici pour découvrir la fiche :

Comment retrouver le sommeil avec l'aide des plantes ?

http://www.e-sante.fr/comment-retrouver-sommeil-avec-aide-plantes/actualite/1185

La solution aromathérapie

De nombreuses huiles essentielles favorisent le retour au calme. Utilisées en massage, elles éloignent les tensions, améliorent la qualité du sommeil et atténuent le stress.

Cliquez ici pour découvrir la fiche :

Sommeil : pensez à la phytothérapie et à l'aromathérapie !

http://www.e-sante.fr/sommeil-pensez-phytotherapie-aromatherapie/actualite/1185

Article publié par le 31/03/2015

Sources : Stress basics. Mayo Clinic. Mayo Clinic Guide to Stress-Free Living, http://www.mayoclinic.org/healthy-living/stress-management/basics/stress-basics/hlv-20049495.

------------

Ma source : http://www.e-sante.fr/quand-stress-devient-chronique/actualite/1458

Posté par evynou35 à 18:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


mardi 18 novembre 2014

Anomalies cérébrales chez les personnes souffrant du syndrome de fatigue chronique

Doctor examines the patient tomogram

Photo Fotolia

WASHINGTON - Des personnes souffrant du syndrome de fatigue chronique (SFC) présentent des anomalies cérébrales, selon une étude publiée mercredi dans la revue médicale américaine Radiology, réalisée avec différentes techniques de scanners.

Ce syndrome, également appelé encéphalomyélite myalgique, se caractérise notamment par une fatigue persistante et inexpliquée qui perdure pendant des mois, voire des années, malgré le repos.

Considérée comme une maladie neurologique, elle apparaît souvent de façon soudaine, entraînant une détérioration rapide et importante de la santé. Plus d'un million d'adultes et d'enfants en sont affectés aux États-Unis, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Pour cette nouvelle étude, les chercheurs ont effectué des imageries par résonance magnétique (IRM) sur quinze patients, hommes et femmes, atteints de ce syndrome et sur un groupe témoin de quatorze personnes des deux sexes et du même âge en bonne santé.

Ils ont utilisé trois différentes techniques d'IRM pour obtenir une analyse volumétrique permettant de mesurer la taille des différents compartiments du cerveau, pour observer la substance blanche du cerveau composée de fibres nerveuses transportant des messages entre les neurones et une autre pour mesurer le flot sanguin cérébral.

La comparaison des différents résultats a révélé que les personnes souffrant du syndrome de fatigue chronique ont un volume légèrement plus faible de substance blanche. Ils ont aussi une diffusion anormale de molécules d'eau dans une partie de la substance blanche de l'hémisphère cérébral droit.

Enfin, les chercheurs ont constaté chez les sujets souffrant de ce syndrome des anomalies dans deux parties du cerveau qui relient le lobe frontal et le lobe temporal.

«Plus ces deux parties du cerveau sont anormales, à savoir plus épaisses dans leur apparence, plus les symptômes sont sévères», souligne le Dr Michael Zeineh, professeur adjoint de radiologie à la faculté de médecine de Stanford en Californie.

Ces résultats permettent d'envisager la possibilité d'avoir un biomarqueur du syndrome de fatigue chronique qui pourrait aider à le diagnostiquer, estime-t-il.

Bien que cette recherche ne porte que sur quinze malades, les techniques d'imagerie sont prometteuses comme outil de diagnostic afin d'identifier les personnes souffrant de cette pathologie, jugent les chercheurs, précisant être parvenus à un taux de détection de 80%.

Outre l'outil diagnostic, des IRM pourraient aussi identifier les mécanismes du cerveau où la maladie affecte le système nerveux central, selon les auteurs.

L'hypothèse d'une cause virale est de plus en plus retenue car une infection est souvent identifiée comme facteur de déclenchement couplée à un dysfonctionnement du système immunitaire.

Les symptômes ne se limitent pas à une grande fatigue mais comprennent aussi des douleurs articulaires et musculaires, des migraines, un gonflement des glandes lymphatiques, des problèmes gastro-intestinaux et une tension artérielle anormale.

AFP

Source :

http://www.journaldemontreal.com/2014/10/29/anomalies-cerebrales-chez-les-personnes-souffrant-du-syndrome-de-fatigue-chronique

!!! Un grand merci à mon amie, Martine qui m'a communiqué ce lien !!!

Posté par evynou35 à 17:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,