dimanche 23 avril 2017

Pour ceux qui croient qu'il pleut toujours en Bretagne !!!

! Météo en Bretagne : du jaune, en veux-tu en voilà !

oOo

Champs de colza près de Rennes / © T. Peigné

Champs de colza près de Rennes / © T. Peigné

oOo

Le week-end s'annonce radieux pour ce week-end avec un soleil fidèle au rendez-vous, l’anticyclone centré au large des îles britanniques amenant de hautes pressions sur notre région.

Les quelques brumes présentes dans le nord de la Bretagne aux aurores ce samedi disparaitront rapidement dans la matinée laissant la place à un soleil généreux. Des nuages circuleront un peu dans le ciel du nord de la région.


Le thermomètre remontera aussi au petit matin, il indiquera 2 à 5°et jusqu’à 10° dans nos îles.

Dans l'après-midi, les nuages chahuteront le soleil seulement au nord-est. Partout ailleurs, l’astre solaire brillera dans une atmosphère printanière sous un vent sensible de nord-est dominant.

Les  maximales en hausse et au-dessus des moyennes d’avril afficheront 15° à Saint Brieuc, 18° à Brest, 19° à Rennes et 21° à Quimper et à Vannes.

A venir

Les prévisions des trois jours suivants nous annoncent encore un beau soleil pour dimanche sous un ciel peu nuageux.

Lundi, le beau temps se poursuivra. En journée, des nuages circuleront dans le ciel breton.

Puis mardi, retour de cumulus accompagnés de pluies en alternance avec des éclaircies dans une ambiance rafraichie.
Par Nathalie Coulon (avec AFP)
Source http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/meteo-bretagne-du-jaune-veux-tu-voila-1237741.html

Letter-E3-1024x1024

Posté par evynou35 à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


mardi 10 janvier 2017

De la grêle et de la neige attendues dans la nuit de jeudi à vendredi

A Rennes notamment, seulement certaines rues se sont étonnamment retrouvées sous un manteau blanc.

Météo France annonce des chutes de neige dans la nuit de jeudi à vendredi dans l’Ouest et sur une grande partie de la France.

Attention aussi aux chutes de grêle sur les côtes de la Manche.

De forts risques de neige sont annoncés pour la fin de semaine dans une grande partie de la France notamment en Bretagne et en Normandie. Dans la nuit de jeudi à vendredi en effet, il faudra être prudent, les flocons sont prévus entre 1 h et 7 h du matin.

Côté températures, elles varieront entre 0 et 6 degrés.

L’autre appel alerte à la prudence concerne les habitants des côtes de la Manche, en Bretagne et Normandie, où il y a de forts risques de grêle. 

Les prévisions de Météo France dans la nuit de jeudi à vendredi.
Les prévisions de Météo France dans la nuit de jeudi à vendredi. | Capture d'écran Météo France.

Dans la matinée de vendredi, la neige et la grêle devraient laisser place à la pluie, excepté dans une grande partie est de la France.

Posté par evynou35 à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 12 septembre 2016

Les arbres patriarches, les vieux de nos forêts bretonnes

Le châtaignier de Pont Labbé, l'un des patriarches de notre région © Guy Bernard

© Guy Bernard Le châtaignier de Pont Labbé, l'un des patriarches de notre région

Près de 400 arbres sont considérés comme "remarquables" en Bretagne. Que signifie exactement cette appellation ? Parmi eux, il y a cinq patriarches, "les vieilles branches". Mickaël Jezegou chargé de l'aménagement forestier au Conseil départemental du 22 nous livre leurs secrets.

  • Ils se dressent majestueux, en Bretagne, ce sont les arbres remarquables. Mais que met-on derrière cette appellation ? Ces arbres se distinguent en fait des autres, par leur taille, leur forme. Ils représentent aussi des arbres consacrés par une histoire et peuvent devenir des éléments du patrimoine. Il peut s’agir d’un arbre isolé, d’un alignement, d’une allée ou d’un arbuste.

Les vieilles branches

En Bretagne, cinq d'entre eux font figure de vétérans : le châtaignier de Pont L’Abbé, l’if de Saint-Maudez, l’if de Pommerit-le-Vicomte, le chêne de Tronjoly à Bulat-Pestivien, le chêne à Guillotin en forêt de Paimpont. L'un d'eux est même "protégé", le châtaignier. Mickaël Jezegou auteur de "Arbres remarquables en Bretagne" s'occupe aussi de l'aménagement forestier au Conseil départemental des Côtes d'Armor. Il nous dévoile les dessous de l'écorce...
Bretagne Matin : les arbres remarquables, les patriarches

Avec Mickaël Jézégou

Valérie Chopin
 

Posté par evynou35 à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 31 août 2016

Pourquoi les autoroutes sont gratuites en Bretagne ?

 

Afficher l'image d'origine

 

http://geobreizh.bzh/geobreizh/images/cartes/carte-bretagne-routes-2011-fr.jpg

Carte du réseau breton (routes, autoroutes, TGV, ports…) par GeoBreizh

La Bretagne dispose de nombreuses légendes, et une des plus tenaces, que ce soit hors de Bretagne et même en Bretagne, consiste à croire qu’en Bretagne les autoroutes sont gratuites et qu’il n’y a donc pas de péage.

Objet de fierté pour certains Bretons qui pensent qu’il s’agit d’un héritage de la duchesse Anne de Bretagne, objet de jalousie pour certains touristes qui sont persuadé qu’il s’agit d’autoroutes bretonnes gratuites puisque c’est la route qu’ils utilisent pour venir en vacances, la réalité est pourtant beaucoup plus simple.

Il n’y a pas d’autoroute en Bretagne

Et oui, en Bretagne il n’y a pas d’autoroute. Le réseau routier que l’on appelle en Bretagne la quatre voies n’est pas une autoroute mais un ensemble de routes nationales. C’est donc pour cela qu’on ne paye pas les routes en Bretagne, de la même manière que partout en France on ne paye pas pour emprunter une route nationale, départementale, etc

Pas de privilège, pas de concession historique faite aux Bretons, mais juste une erreur répandue de croire que les nationales bretonnes sont des autoroutes comme il s’agit pour beaucoup de Français de la route des vacances prolongeant les autoroutes traversant la France.

Et pour ceux qui sont persuadé que d’avoir des nationales de si bonne qualité est un privilège, rappelons que les Bretons payent ces routes tous les ans au travers de leurs impôts puisque l’entretien est à la charge du Conseil Régional.

Pouquoi les autoroutes bretonnes sont limitées à 110 km/h ?

Autoroutes bretonnes limitées à 110k/h car gratuites ?

Les autoroutes bretonnes limitées à 110k/h car elles sont gratuites ?

Encore une fois parce qu’il ne s’agit pas d’autoroutes. Le code de la route s’applique de la même manière en Bretagne. Une route hors agglomération (nationale, départementale…) est limitée à 90km/h dans le cas général, et à 110 km/h si les voies de circulations sont séparées par un terre plein central.

La confusion vient du fait qu’hors de Bretagne, les nationales sont le plus souvent des routes à une voie (par sens de circulation), et sans terre plein central au milieu. L’absence d’autoroutes en Bretagne, et la présence de routes nationales à 2 fois 2 voies séparées par terre plein central, voilà le cocktail qui poussent beaucoup de gens à croire que les autoroutes bretonnes sont gratuites mais limitées à 110km/h.

Les différentes légendes sur la gratuité des autoroutes bretonnes

Les autoroutes bretonnes gratuites grâce à Anne de Bretagne ?

Elles sont nombreuses, la plus connue étant celle d’Anne de Bretagne. Lors de son mariage forcé avec le roi de France pour unir la Bretagne et la France au 16ème siècle, Anne de Bretagne avait rédigé un contrat de mariage, et ce contrat de mariage aurait stipulé que les Bretons étaient libre de circuler sur leurs terres sans devoir payer quoi que ce soit à la France. Cette clause n’existe pas, et quand bien même elle aurait existé, il serait curieux que le gouvernement français actuel continue de l’appliquer, pour rappel plusieurs des vraies clauses du contrat de mariage d’Anne de Bretagne permettaient à la Bretagne de demeurer un territoire autonome de la France, avec ses impôts, son administration et son armée.

Une autre légende voudrait que Charles de Gaulle aurait accordé aux Bretons la gratuité des voies rapides, là encore difficile d’y croire étant donné qu’il n’y avait à l’époque aucune voie rapide en Bretagne. La légende a cependant une origine qui l’explique. Le réseau routier breton est le fruit d’une réflexion démarrée en 1960 par le CELIB (Comité d’Etudes et de Liaison des Intérêts Bretons). Il s’agissait d’un lobby breton qui avait entre autre buts de désenclaver la Bretagne. Ce plan routier du CELIB a été validé en 1969 par le Général de Gaule et le plan ne comprenait que des voies rapides nationales (donc gratuites) et aucune autoroute, d’où la confusion fréquente de croire que le Général de Gaulle a accordé aux Bretons de ne pas payer de péages sur leurs autoroutes.

Pourquoi ces nationales ne sont pas transformées en autoroutes ?

Et pourquoi donc ? Les Bretons ont payé la construction de ces routes au travers du financement des collectivités locales d’une part, et de leurs impôts à l’état d’autre part. De plus, les Bretons continuent de payer au travers de leurs impôts la construction de nouveaux tronçons, ainsi que l’entretien et la réfection du réseau routier breton, au nom de quoi une société privée se verrait offrir gratuitement ce réseau pour en plus en faire payer l’entretien à chaque passage quotidien.

Il faut bien comprendre que les 4 voies bretonnes ne sont pas des autoroutes pour le tourisme, il s’agit avant tout de routes qu’empruntent quotidiennement des centaines de milliers de Bretons pour aller au travail. Elles ne sont d’ailleurs pas conformes aux normes autoroutières.

Soyons précis, des petits tronçons d’autoroutes existent en Bretagne

Pourquoi les autoroutes sont gratuites en Bretagne ?

 

 

Il s’agit de l’autoroute A84 qui permet d’aller en Normandie depuis Rennes, et qui traverse la moitié de l’île-et-vilaine (60Km en Bretagne). Cette autoroute est gratuite. Ha ha, la voilà cette fameuse autoroute gratuite ! Mais cette autoroute est gratuite car aucune nationale ne permet de faire le même trajet gratuitement.

Par usage, une autoroute est gratuite lorsqu’il n’y a aucun itinéraire parallèle ne permettant de faire le même trajet gratuitement sur une route nationale.  Mais il s’agit uniquement d’un usage, et non pas d’une loi contrairement à ce qu’on dit si souvent (voir par exemple l’A63).

Il existe également des autoroutes payantes en Bretagne, qui se terminent (ou démarrent selon le sens) avec un péage à Nantes. Il s’agit des autoroutes A 11 et A83

Toutes les autoroutes sont gratuites en principe

Vous l’ignoriez ? Et oui, pour clore cet article une petite info insolite. En principe les autoroutes sont toutes gratuites d’après l’article 4 de la loi n° 55-435 du 18 avril 1955, car il s’agit du domaine public (et non pas privé comme on a tendance à le croire). Mais la loi permet également que l’état laisse le soin à une société privée de gérer l’entretien (ou la construction) des autoroutes, cette société dispose alors des péages pour se rembourser.

A l’heure actuelle en France, 23% des autoroutes sont gratuites, ce qui représente plus de 2500Km d’autoroute (dont seulement 60km en Bretagne).

Maintenant que vous êtes au courant, partagez cet article afin de mettre fin aux légendes urbaines circulant au sujet des autoroutes bretonnes ! 

Symboles bretons

 

Source http://www.culture-bretagne.net/pourquoi-autoroutes-gratuites-bretagne/

Posté par evynou35 à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 28 mai 2016

Voie verte Concarneau - Roscoff.

L'aménagement de la voie verte Roscoff-Concarneau avait débuté en 2002.

 

image: http://www.letelegramme.fr/images/2016/05/28/l-amenagement-de-la-voie-verte-roscoff-concarneau-avait_2917290.jpg

L'aménagement de la voie verte Roscoff-Concarneau avait débuté en 2002.

Ces samedi et dimanche, sera inauguré le dernier tronçon aménagé de la voie verte V7, qui relie Roscoff à Concarneau. Avec 1.700 km de véloroutes et voies vertes, la Bretagne est dans le peloton de tête des régions françaises qui misent sur le tourisme à vélo. Un sacré atout quand on sait qu'entre 2013 et 2014, la fréquentation de ces voies a progressé de 12% au niveau national.

La V7, qui serpente dans la campagne bretonne de la Manche à l'Atlantique, est la première véloroute d'intérêt régional achevée en Bretagne. Elle a repris en partie le tracé de l'ancienne voie de chemin de fer Morlaix-Carhaix, inaugurée en 1891. Jusqu'au Port de Carhaix, elle se confond avec la Vélodyssée qui descend jusqu'à Hendaye, dans le Pays Basque. La V7, elle, met cap au sud à travers les Montagnes noires pour rejoindre Gourin, Scaër et enfin Concarneau et sa ville close.



image: http://www.letelegramme.fr/images/2016/05/28/voies-vertes-le-reseau-breton-se-muscle_2918276_540x708p.jpg

Les premières bornes de cet itinéraire ont été posées en 2002 au départ de Roscoff. « Sur un tracé de 147 kilomètres, 95 kilomètres sont en site propre, explique Patrick Grulier, de la Direction des déplacements du Conseil départemental du Finistère. C'est-à-dire que la bande cyclable aménagée sur le tracé d'anciennes voies ferrées est interdite aux véhicules à moteur. Un gage de sécurité pour les familles. »

De l'Atlantique à la Manche

L'aménagement de cet axe a nécessité 4,5 millions d'euros d'investissements, cofinancés par le Département, la Région et les communes traversées.

 

image: http://www.letelegramme.fr/images/2016/05/28/voies-vertes-le-reseau-se-muscle_2918051_540x324p.jpg

600 km de véloroute du littoral

Dans les mois à venir, la collectivité va poursuivre sa politique d'aménagement et de fléchage. « Nous travaillons sur le tracé de la véloroute du littoral finistérien qui, logiquement, totalisera 600 kilomètres à l'horizon 2020. À ce jour, 200 kilomètres sont aménagés et fléchés. Il s'agit principalement de voies partagées, de petites routes de campagne, poursuit Patrick Grulier. Cet itinéraire est aussi axé sur le patrimoine. Des détours sont proposés aux usagers pour découvrir des monuments et des chapelles ».

De très bonnes retombées économiques

Autre gros projet suivi par le Département, l'aménagement de l'ancien chemin de halage du canal de Nantes à Brest en véloroute. Soit 80 kilomètres de linéaire de Châteaulin aux Côtes-d'Armor. À terme, cette voie serait incluse dans le tracé de la voie verte V6 de Camaret à Vitré (35). Jusqu'à présent, et on le sait peu, l'usage du vélo, le long du canal, n'est que toléré dans sa partie finistérienne. Plus les années passent et plus les voies vertes consolident l'activité touristique de notre région. Une étude réalisée il y a trois ans par le Comité régional du tourisme faisait état de 4,1 millions d'usagers recensés par an sur ces axes. Aux deux-tiers, il s'agit de cyclistes qui y roulent d'avril à novembre. Certains sur de très longues distances. Les piétons et randonneurs, par contre, habitent généralement à proximité de l'endroit où ils vont marcher.

Les touristes étrangers sont très présents sur les voies vertes. Ils représentent 24 % des usagers.

Cette étude démontre également que les retombées économiques pour la région sont de l'ordre de 37,2 millions d'euros par an. Soit 15.000 euros par kilomètre de voie. Un bon niveau de rentabilité, sachant qu'en moyenne, un kilomètre de voie aménagée coûte à la collectivité 100.000 euros.

Source :
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/bretagne/voies-vertes-le-reseau-se-muscle-28-05-2016-11084678.php?xtor=EPR-3-[quotidienne]-20160528-[article]&utm_source=newsletter-quotidienne&utm_medium=e-mail&utm_campaign=newsletter-quotidienne#tbZZByR8U2lpgql1.99

Posté par evynou35 à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


samedi 7 mai 2016

La Bretagne, terre d’accueil privilégiée de requins géants

 

Le requin pèlerin ne manque que du plancton. Il est inoffensif pour l'homme.
Le requin pèlerin ne manque que du plancton. Il est inoffensif pour l'homme. - ARDEA / MARY EVANS / SIPA
Une association lance une campagne de recensement…

Ils peuvent mesurer jusqu’à douze mètres, font partie des plus grands requins du monde et se baladent parfois au large de la Bretagne. En mai et juin, les requins pèlerins aiment souvent se rapprocher des côtes pour faire le plein de plancton, sous les yeux de quelques chanceux. Autant vous rassurer tout de suite, l’espèce la plus commune au large des côtes françaises est inoffensive pour l’homme, puisqu’elle ne se nourrit que de micro-algues. « Au pire on risque un coup de queue s’il a peur et prend la fuite », résume le scientifique Eric Stéphan.

« Il est difficile de les repérer »

Avec son équipe, le chargé de mission à l’Apecs,l’association pour l’étude et la conservation des sélaciens observe chaque année les migrations des requins et des raies au large des côtes bretonnes. Fondée à Brest en 1997, la structure disposera cette année d’un hébergement à Plobannalec-Lesconil qui devrait lui permettre de surveiller les populations nageant aux abords des Glénan. « On repère les requins pèlerins grâce à leur aileron, quand ils viennent trouver du plancton en surface. Mais ce sont des poissons, donc contrairement aux baleines et dauphins, rien ne les oblige à remonter. Il est parfois difficile de les repérer », poursuit Eric Stéphan.

https://www.youtube.com/watch?v=LqlJ1-YTFGo

L’année 2015 avait par exemple été une année quasi blanche pour l’association, qui avait eu du mal à localiser les grands requins. Avec l’arrivée de printemps, l’Apecs espère pouvoir poser des balises GPS sur les animaux, afin de suivre leur parcours et de mieux connaître « C’est une espèce vulnérable qui a été très touchée par la chasse et la pêche. Aujourd’hui, il est interdit de les tuer, mais les populations se renouvellent doucement. Nous avons besoin de mieux les connaître pour mieux les protéger », détaille le chargé de mission de l’Apecs.

Les témoins attendus

Pour se faire aider dans sa mission de repérage, l’association lance un appel à la population. Toute personne, plongeur, plaisancier pêcheur ou simple promeneur est ainsi invité à contacter l’Apecs par téléphone 06 77 59 69 83.

L'équipe d'Apecs au large des Glénan pour tenter d'identifier des requins pèlerins.

L'équipe d'Apecs au large des Glénan pour tenter d'identifier des requins pèlerins. - L. Beauverger / APECS

A noter que le requin pèlerin n’est pas le seul à habiter près des côtes bretonnes. La petite roussette, l’émissole tachetée, le requin taupe ou encore le requin peau bleue apprécient également le littoral atlantique. Les scientifiques ignorent cependant leur population.

C.A.

Sourcehttp://www.20minutes.fr/rennes/1839799-20160507-bretagne-terre-accueil-privilegiee-requins-geants

Posté par evynou35 à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 17 février 2016

De la neige attendue mercredi et jeudi dans l'Ouest (surtout jeudi !!!)

  • Il faudra être prudent sur les routes jeudi matin
  • Il faudra être prudent sur les routes jeudi matin | Ouest-France

Un fort épisode neigeux est attendu mercrei soir et jeudi dans la matinée en Bretagne, en Normandie et dans les Pays de la Loire.

Après la tempête hivernale qu'ont connue les Pays de Loire et la Bretagne ce week-end, voici venu le temps de l'épisode neigeux. 

La neige est attendue à partir de mercredi soir vers 19h et devrait s'arrêter jeudi dans la matinée. Sont particulièrement touchés, les départements d'Ille-et-Vilaine, de Mayenne, de Sarthe, de Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire, de l'Orne, du Calvados et de la Manche. 

Un fort épisode neigeux est attendu mercredi soir et jeudi dans la matinée en Bretagne, en Normandie et dans les Pays de la Loire.

Prudence donc jeudi matin sur les routes où les risques de verglas seront importants. Le soleil devrait être de retour dès jeudi midi. En revanche, il faudra attendre vendredi pour voir le thermomètre remonter.

Les prévisions de Météo France ont évolué. Contrairement à ce qui était annoncé, l'épisode neigeux devrait être moins intense et moins long que prévu dans l'Ouest.

Mais la neige est bien attendue dans la nuit de mercredi à jeudi dans les régions Bretagne, Pays de Loire et en Normandie.

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale

Source http://www.ouest-france.fr/meteo/neige/finalement-la-neige-attendue-seulement-jeudi-dans-une-partie-de-louest-4039308/ 

Posté par evynou35 à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 4 janvier 2016

Météo en Bretagne : tous présents pour la rentrée, le vent, la pluie, les nuages et le soleil !

 

© Hartwig HKD

Ça va brasser… mais on peut compter sur un peu de soleil pour égayer l’ambiance ! Entre la dépression à l'ouest de l'Irlande qui se creuse encore et l’anticyclone des Açores, nous sommes sous le joug d’un fort flux d’ouest.

C'est donc un temps instable pour ce lundi matin, avec des averses, encore des averses, et un vent qui s'est renforcé à nouveau en seconde partie de nuit, promesse de fortes rafales : 70 à 90 km/h sur les côtes bretonnes.

Les températures minimales se jouent de la saison : 6 à 9°C le plus souvent, jusqu’à 11° sur les îles au point du jour

L'après-midi on prend les mêmes et on recommence

L'après-midi on prend les mêmes et on recommence.. ou presque : de gros nuages, de bonnes averses et quelques rayons de soleil mais le tout avec un vent nettement moins turbulent, Et des températures toujours très douces: 10 à 14 degrés pour les maximales.

On ne va pas manquer de pluie cette semaine, ni de vent d’ailleurs...

Pour Mardi : Des averses parfois orageuses en bord de mer et un Vent d'ouest soutenu avec des rafales jusqu'à 70 km/h. Températures en très légère baisse.

Mercredi : une nouvelle dégradation s'annonce par l'ouest, mais on profite de quelques éclaircies avant son arrivée

Jeudi : un Temps perturbé : pluvieux, venteux… quelques rayons de soleil. 

Et vendredi pareil.

Puis c'est un week-end maussade qui s'annonce, sans un seul coin de ciel bleu.. on va pouvoir sortir les rummikub !

Par Krystell Veillard

Source : http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/meteo-en-bretagne-tous-presents-pour-la-rentree-le-vent-la-pluie-les-nuages-et-le-soleil-895415.html

Posté par evynou35 à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 12 décembre 2015

COP 21 : en Bretagne, des hydroliennes vont capter l'énergie des courants

 

Afficher l'image d'origine

La première turbine du futur parc hydrolien de Paimpol-Bréhat, en Bretagne, s’apprête à s’installer sur son lieu de travail, à 35 m sous la surface de l’eau. Elle sera bientôt raccordée au réseau.

En Bretagne, la Lune et le Soleil s’associent pour soulever la mer en de puissantes marées et les chaos rocheux forment des goulets d’étranglement qui, localement, accélèrent les courants jusqu’à des vitesses de plusieurs mètres par seconde. Les marins le savent, qui évitent les passages étroits à contre-courant ou qui en profitent dans l’autre sens quand ils maîtrisent le « rase-cailloux ». Les dauphins aussi quand ils se positionnent en aval d’un entonnoir rocheux pour gober les poissons emportés par le flot.

L’idée est ancienne d’installer des « hydroliennes », c’est-à-dire des turbines entraînées par le courant, qu’il vienne des marées ou de la houle ou des deux. Des générateurs peuvent alors produire de l’électricité, de façon assez régulière et, surtout, parfaitement prédictible. Le principe est simple mais la réalisation l’est moins.

Le premier parc hydrolien de France est en cours de réalisation en Bretagne nord, près de l'île de Bréhat. Chaque turbine produira jusqu'à 4 MW, quand le courant sera maximal, et inversera sa rotation au rythme des marées.

© EDF, YouTube

Bientôt une paire de turbines raccordée au réseau

Le 6 novembre, la première hydrolienne bretonne, de l’entreprise Sabella, produisait son courant électrique dirigé vers l’île d’Ouessant. De son côté, EDF, avec DCNS (groupe industriel français spécialisé dans l'industrie navale militaire, l'énergie nucléaire et les infrastructures marines), a étudié plusieurs années un prototype (l’Arcouest) au large de l’île de Bréhat, en Bretagne, dans le département des Côtes-d’Armor, avec deux campagnes d’essais.

C’est désormais un modèle définitif (le PS2), de 300 tonnes, qui attend d’être immergé par 35 m de fond. L'hydrolienne sera amenée par la barge catamaran Triskell à 16 km de Paimpol. Cet été, un câble sous-marin a été déposé entre le site du parc et l’anse de Launay, à Ploubazlanec. Un deuxième exemplaire, en cours d’assemblage, la rejoindra prochainement pour former le premier parc hydrolien français. Chacune de ces turbines produira 4 MW à pleine puissance (quand le courant est maximal, donc). On en attend une production annuelle de 500 kWh par hydrolienne, soit 1.000 à 1.500 foyers selon EDF.

Une vue d'artiste d'une des hydroliennes du parc de Paimpol-Bréhat, au large de Ploubazlanec, dans les Côtes-d'Armor, en Bretagne. Le diamètre de la turbine est de 16 m, soit 21 m de hauteur totale. Immergées par 35 m de fond, elles reposent sur un trépied – ce qui réduit l'impact sur la faune et la flore benthiques – et ne tournent qu'à 7 tours par minute autour d'un moyeu évidé, ce qui permet aux poissons de les traverser sans dommages. © EDF

Une vue d'artiste d'une des hydroliennes du parc de Paimpol-Bréhat, au large de Ploubazlanec, dans les Côtes-d'Armor, en Bretagne. Le diamètre de la turbine est de 16 m, soit 21 m de hauteur totale. Immergées par 35 m de fond, elles reposent sur un trépied – ce qui réduit l'impact sur la faune et la flore benthiques – et ne tournent qu'à 7 tours par minute autour d'un moyeu évidé, ce qui permet aux poissons de les traverser sans dommages.

© EDF

Futura-Sciences

Source : http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/energie-renouvelables-cop-21-bretagne-hydroliennes-vont-capter-energie-courants-60803/

Posté par evynou35 à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,