jeudi 13 juillet 2017

La biodiversité des forêts, un atout contre le réchauffement climatique

  Résultat de recherche d'images pour "co2 images"

http://assets.inhabitat.com/wp-content/blogs.dir/1/files/2015/11/CO2-in-the-air.jpg

 

La diversité des espèces végétales atténuerait significativement l'impact négatif du changement climatique. Lequel, en efet, entraîne en effet des sécheresses accrues ralentissant la décomposition des litières et donc la remise à disposition au sol du carbone et de l'azote.

  • En forêt, les litières au pied des arbres régulent le recyclage de la matière organique et la remise à disposition des éléments nutritifs.
  • Une expérience sur une parcelle forestière de type méditerranéenne soumise à un stress hybride important afin de simuler le changement climatique en cours montre que la présence de plusieurs espèces végétales atténue significativement l’impact négatif de la réduction des précipitations sur cette décomposition.

Pour étudier la décomposition des litières dans les forêts, processus clé du fonctionnement des écosystèmes qui régule le recyclage de la matièreorganique et la remise à disposition des éléments nutritifs, une équipe de l'Institut méditerranéen de biodiversité et d'écologie marine et continentale (IMBE-CNRS, université Aix-Marseille, université d'Avignon, IRD) a effectué une expérience durant deux ans sur le site de l'O3HP (Oak Observatory at OHP), dans les Alpes de Haute-Provence. L'objectif était de comparer la dégradation de trois types de litières (mélange de feuilles d'une à trois espèces végétales : chêne pubescentérable de Montpellier, sumac-fustet) dans deux parcelles forestières. L'une était soumise à une sécheresse accrue grâce à un système d'exclusion des pluies printanières et estivales performant, et l'autre comme parcelle témoin. Par la même occasion, ils ont suivi l'évolution des communautés d'organismes décomposeurs et prédateurs (abondance, diversité et interactions trophiques) colonisant ces litières.

La sécheresse printanière et estivale accrue entraîne, dans tous les cas, un ralentissement de la décomposition de la litière et donc de la remise à disposition au sol du carbone et de l'azote. Cependant, la présence de plusieurs espèces végétales dans la litière atténue significativement l'impact négatif de la réduction des précipitations sur cette décomposition.

 

De l’intérêt de préserver la biodiversité

Concernant les organismes de la mésofaune (la faune de taille intermédiaire entre la microfaune et la macrofaune) présents dans ces litières, ils sont favorisés par le mélange d'espèces (plus de diversité et d'abondance), ce qui explique pour partie la meilleure décomposition observée. Néanmoins, la parcelle où le stress hydrique a été fortement augmenté montre des diminutions importantes dans l'abondance et la diversité des organismes colonisant les litières variables en fonction du groupe considéré. On observe ainsi, en liaison avec l'augmentation de la sécheresse, une modification du rapport entre organismes décomposeurs et prédateurs entrainant une pression de prédation plus importante, une modification du rapport entre collemboles et acariens oribates favorable à ces derniers, un impact à des degrés divers au sein des collemboles entraînant jusqu'à la disparition du groupe des Neelipleones.

Cette étude publiée dans la revue Journal of Ecology souligne à la fois les modifications extrêmement rapides de la biodiversité présente dans la litière suite à une sécheresse accrue et surtout l'intérêt de conserver une diversité d'espèces végétales dans les forêts méditerranéennes de manière à limiter les conséquences du changement climatique en cours. Ces recherches s'inscrivent dans une problématique générale visant à mieux comprendre les relations biodiversité-fonctionnement dans les écosystèmes et l'intérêt de conserver une biodiversité élevée face aux contraintes environnementales croissantes.

 

Visualisation sans précédent et en 3D de la circulation du CO2 dans l'atmosphère

La circulation du CO2 dans l'atmosphère comme vous ne l'avez jamais vue  Dans cette vidéo de la Nasa, il est possible de visualiser, pour la première fois, avec un niveau de détails impressionnant et en trois dimensions, le cycle du dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, sur une année. Dans la perspective de mieux prédire l’évolution du changement climatique en cours sur le long terme, les scientifiques ont besoin de recueillir un maximum de données sur la circulation de ce gaz à effet de serre émis massivement par nos activités humaines. 

CNRS, publié le 12/07/2017

Sourcehttp://www.futura-sciences.com/planete/actualites/foret-biodiversite-forets-atout-rechauffement-climatique-67940/

 

Letter-E3-1024x1024

 

oOo

 

 

 

 

Posté par evynou35 à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


vendredi 2 décembre 2016

Les animaux sont drôles quand ils dorment

Afficher l'image d'origine

http://images.google.fr/imgres

par Mister Buzz

Source : http://www.dailymotion.com/video/x36u9ep_ces-animaux-sont-tellement-droles-quand-ils-dorment_animals

 

Posté par evynou35 à 17:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 7 septembre 2016

Amis pour toujours !!!

amour_en_bleu

 

Source : https://www.youtube-nocookie.com/embed/vnVuqfXohxc?rel=0&%3bshowinfo=0

 

Posté par evynou35 à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 27 avril 2016

Vivre ensemble

 

Afficher l'image d'origine

Source : https://www.youtube-nocookie.com/embed/vnVuqfXohxc?rel=0&%3bshowinfo=0

Posté par evynou35 à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 1 novembre 2014

Les animaux ne sont plus des "meubles"

Pour les députés, les animaux sont désormais des "êtres vivants doués de sensibilité".

Les députés ont entériné, jeudi, l'amendement qui donne aux animaux la qualité "d'êtres vivants doués de sensibilité" alors qu'ils étaient considéraient, jusqu'à maintenant, comme "des biens meubles".

Pour les députés, les animaux sont désormais des "êtres vivants doués de sensibilité". (ERIC GUILLORET / BIOSPHOTO / AFP) Par

Un texte au poil ? L'Assemblée nationale a adopté, jeudi 30 octobre, une disposition, déjà votée par les députés en avril, qui reconnaît que les animaux sont des "êtres vivants doués de sensibilité". Les amendements écologistes, qui souhaitaient aller plus loin, ou de l'UMP, qui visaient à restreindre sa portée, ont été rejetés.

Au terme d'un débat animé, mais moins vif que lors du premier passage dans l'hémicycle, les députés ont voté l'article alignant le code civil, qui considère les animaux comme "des biens meubles", sur les codes pénal et rural, qui les reconnaissent déjà comme "des êtres vivants et sensibles".

Critiques de la FNSEA et des défenseurs des animaux

"Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens corporels", est-il aussi écrit. L'Assemblée avait initialement introduit un amendement en ce sens, porté par le député PS des Hautes-Pyrénées Jean Glavany, dans le projet de loi de modernisation et de simplification du droit, ensemble de mesures juridiques très diverses qu'avait déjà voté le Sénat.

La mesure avait été critiquée aussi bien par certains défenseurs des animaux, qui estiment qu'elle est dénuée de portée pratique, que par la FNSEA, qui craignait qu'elle "ne remette en cause la pratique de l'élevage". Mais le principal syndicat agricole français voit désormais dans la rédaction du texte un moindre mal, car les animaux ne se voient pas doter d'une nouvelle catégorie, entre celle des hommes et celle des biens, comme l'avait demandé une vingtaine d'intellectuels en 2013.

Le projet de loi, dans sa version établie par l'Assemblée, doit de nouveau être examiné par chacune des deux chambres, avant d'être définitivement adopté par les députés, qui auront le dernier mot.

Source :

http://www.francetvinfo.fr/animaux/l-assemblee-nationale-confirme-que-les-animaux-sont-doues-de-sensibilite

Posté par evynou35 à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,