jeudi 14 septembre 2017

Les Glorieuses - Sois belle, et tais toi !!!

 

 

                                  LES GLORIEUSES - LES FEMMES ONT ENFIN LEUR NEWSLETTER

oOo


Les Glorieuses est soutenue par les donatrices et les donateurs. Vous voulez faire partie de la famille, faire un don ? C'est ici que ça se passe !

Quel est l’outil le plus robuste, le plus puissant, le plus funeste de la société patriarcale ?

Ce n’est pas la « force ».

Ce n’est pas non plus l’argent.

Et encore moins le pouvoir.

Ce qui conforte les femmes dans leur position est leur voix intérieure. Une voix qui s’est façonnée, année après année, à coup de remarques, d’avis, de demandes et de « conseils ». « N’écarte pas les jambes », « tiens toi droite », « tes cheveux seraient mieux lisses, non ? », « ohh, qu’elle est jolieee », … Si les paroles s’envolent, les mots restent.

Bonne nouvelle.


Ce qui nous tient dans une position dominée est également ce qui va nous libérer.  Cette voix qui, chaque matin, nous dira « Rêve. Rien ne peut diminuer la lumière qui brille de l’intérieur » (merci Maya Angelou) et non plus « ouh là t’as besoin de vacances ma grande ».

Ecouter cette voix intérieure est libératoire car cela valorise notre intuition. C’est la conteuse et psychanalyste américaine Clarissa Pinkola Estés qui nous le préconise : « Ecoutez votre intuition, votre voix intérieure ; posez des questions, soyez curieuse, regardez ce que vous voyez, et agissez en connaissance de cause. Notre âme a reçu ces dons intuitifs à la naissance. » (Femmes qui courent avec les loups* ,Histoires Et Mythes De L'Archétype De La Femme Sauvage).

Et ne pas écouter son instinct, c’est se soumettre à ce qu’on attend de nous. Et on ne peut pas dire que cela ait fonctionné pour les femmes jusqu’à présent, n’est-ce-pas ? « Lorsqu'une femme n'écoute plus les instincts qui lui disent de dire "oui" ou "non", lorsqu'elle abandonne son intuition, sa perspicacité et autres traits sauvages, elle se retrouve dans des situations qui lui promettent de l'or et ne produisent que du chagrin. Elle va renoncer à son art pour un mariage d'argent ou bien elle va abandonner le rêve de sa vie. »

Pinkolas Estés choisit un exemple parmi d’autres. Mais elle souligne un point fondamental qu’on retrouve chez beaucoup de femmes. Elles sont sensibles. « La plupart des femmes sont sensibles, comme le sable est sensible à la vague, comme les arbres sont sensibles à la qualité de l'air, comme un loup entend un autre animal pénétrer sur son territoire à plus d'un kilomètre à la ronde. Elles ont le don extraordinaire de voir, d'entendre, de sentir, recevoir, transmettre des idées, des images, des sentiments à la vitesse de l'éclair, de deviner la moindre variation de caractère chez une autre personne, de lire sur les visages et sur les corps - on appelle cela l'intuition - et souvent, à partir de minuscules indices, elles savent ce que les gens ont en tête. Pour pouvoir exercer ces dons sauvages, elles restent ouvertes à tout. »

Chères Glorieuses, et si nous essayions d’écouter notre voix intérieure ? Celle qui nous dit de créer, de donner, de transmettre et celle aussi qui nous dit de rester au lit, de prendre du recul. Car cette voix est notre meilleur atout pour faire de notre vie exactement ce qu’on en attend.

Source : https://lesglorieuses.fr/voix-interieure-intuition/

 *   Femmes Qui Courent Avec Les Loups, Histoires Et Mythes De L'Archétype De La Femme Sauvage

Clarissa Pinkola Estés

Le Livre de poche

Chaque femme porte en elle une force naturelle, instinctive, riche de dons créateurs et d'un savoir immémorial. Mais la société et la culture ont trop souvent muselé cette « Femme sauvage », afin de la faire entrer dans le moule réducteur des rôles assignés. Psychanalyste et conteuse, fascinée par les mythes et les légendes, auteur également du Jardinier de l'é den, Clarissa Pinkola Estés nous propose de retrouver cette part enfouie, pleine de vitalité et de générosité, vibrante, donneuse de vie. A travers des « fouilles psycho-archéologiques » des ruines de l'inconscient féminin, en faisant appel aux traditions et aux représentations les plus diverses, de la Vierge Marie à Vénus, de Barbe-Bleue à la petite marchande d'allumettes, elle ouvre la route et démontre qu'il ne tient qu'à chacune de retrouver en elle la Femme sauvage. Best-seller aux Etats-Unis, ce livre exceptionnel est destiné à faire date dans l'évolution contemporaine de l'identité féminine.

Evy - signature animée Titi

 

oOo


mercredi 7 juin 2017

Madame parfaite n'existe pas !!!

 

Résultat de recherche d'images pour "images femme parfaite"

http://idata.over-blog.com/3/10/61/88/2457927640_85dcc6c365.jpg

oOo

“ Etre parfaite jour après jour, année après année, est devenue comme porter toujours un sac à dos rempli de briques sur mon dos. Oh, comment j'avais secrètement envie de poser mon fardeau.” Anna Quindlen, journaliste et auteure américaine, dit tout haut ce que nous pensons tout bas.

Comment en sommes-nous arrivées à rechercher constamment la perfection ? Et surtout, pourquoi cette recherche est-elle un fardeau plus qu’autre chose ?

Rien de bien n’émane de la perfection. Car elle nécessite l’imitation. « [...] Cela exige [...] que vous lisez le zeitgeist de n'importe où et de n’importe quand, et que vous endossiez les masques nécessaires pour être le ou la meilleur·e selon ce que le zeitgeist dicte ou exige. Ces exigences changent de forme, bien sûr, mais lorsque vous êtes intelligent·e, vous pouvez les lire et faire l'imitation requise. Mais rien d'important, ni significatif, ni beau, ni intéressant, ni grand n’émane d’une imitation. Ce qui est vraiment difficile, et vraiment incroyable, est de renoncer à être parfait·e et de commencer à devenir soi-même. »

Quand on pense perfection, on pense beauté. Et tous les stéréotypes qui vont avec. Blanchité, minceur, ... Et ce mythe nous rend non seulement constamment insatisfaite (qui peut affirmer être arrivée à la perfection ?) mais surtout victime d’un système dont nous ne connaissons pas les règles. En d’autres termes, “le mythe de la beauté a été institutionnalisé durant les deux dernières décennies comme lien direct entre les femmes et la vie publique. Il lie l’énergie des femmes à la machine du pouvoir tout en altérant la machine le moins possible pour que ce soit elles qui s’adaptent ; en même temps, il affaiblit l’énergie des femmes jusqu’à son point d’origine. (Naomi Wolf, The Beauty Myth). Comment en sommes-nous arrivées là ? Car les femmes ont été – génération après génération – effacées de l’Histoire. Et sans modèle, nous n’avons que le système en place auquel nous référer. Noami Wolf précise ainsi que “les femmes de la classe moyenne ont été séquestrées du monde, isolées les unes des autres, et leur héritage submergé au cours de chaque génération, elles sont [donc]  plus dépendantes des hommes des modèles culturelles et c’est plus probable qu’elles soient plus influencées par eux.” En somme, “les femmes sont seulement des beautés dans la culture masculine, afin que la culture reste masculine”.

Pour sortir des canons de beauté et, de manière générale, de l’idée de perfection, nous devons nous référer à d’autres modèles ou en créer de nouveaux. Mais comment apprend-on à se déconstruire pour se construire ? 

On se reconstruit...

“Mettez de côté les messages que cette culture envoie, à travers sa publicité, son divertissement, son mépris et sa désapprobation, sur la façon dont vous devriez vous comporter.” (Anna Quindlen) 

Souvenez-vous d’un temps ...

« Pensez à la première ou deuxième année d’école élémentaire, lorsque vous étiez encore trop audacieu·x·se dans votre tête, lorsque vous étiez trop jeunes, trop informes, trop fantastiques pour comprendre que vous deviez être à la hauteur des attentes de celles et ceux qui vous entoure. » Pensez à ce que l'écrivain Catherine Drinker Bowen a écrit une fois, il y a plus d'un demi-siècle : « Beaucoup d'hommes qui savaient qui ils étaient à dix ans, l’oublient complètement entre dix et trente ans ». Beaucoup de femmes aussi.” (Anna Quindlen) 

On est bienveillant·e·s...

Accepter l’imperfection chez soi passe par la bienveillance pour celles et ceux qui nous entourent. Nous ne sommes pas parfaits (parfaites). Les autres non plus.

Source : http://lesglorieuses.fr/2017/06/06/parfaite-na-jamais-existe/

Letter-E3-1024x1024

 

oOo

 

Posté par evynou35 à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,