lundi 25 septembre 2017

« Mother ! » de Darren Aronofsky : le sacrifice de la femme objet

  

Un poster qui donne le ton. Paramount

oOo 

Si l’art est l’une des plus prodigieuses inventions de l’espèce humaine, lui permettant d’aborder des horizons que d’autres espèces animales ignorent, il peut également signer le commencement de sa chute. Avec Mother !, Darren Aronofsky ouvre son film à bien des interprétations, mais celle qui présente l’art comme vecteur d’exploitation de l’humanité et potentiel extincteur de l’espèce ressort jusque dans ses dernières scènes.

Un couple, incarné par Jennifer Lawrence et Javier Bardem, mène une existence en apparence paisible dans un vaste pavillon perdu au milieu de nulle part. Elle rénove l’habitation, visiblement victime d’un incendie, tandis que lui, écrivain, tente de vaincre son angoisse de la page blanche. Il est distant, elle est inquiète. Surgit un couple, interprété par Michelle Pfeiffer et Ed Harris, plus âgé et sans aucune gêne. L’Enfer peut commencer. 

 

MOTHER ! - Bande-Annonce Officielle (VOST) [au cinéma le 13 septembre 2017]

 

Déposséder la femme de son corps

Les premiers invités importuns du couple de protagonistes leur renvoient une image d’eux-mêmes plus âgée et surtout plus usée par la vie : il est gravement malade, elle est aigrie. Le personnage de Michelle Pfeiffer, qui s’invite parce que son époux est déjà sur place, se fait alors l’avatar d’une société sexiste désireuse de donner des leçons de vie aux femmes par la voix de l’une d’entre elles. Selon ce personnage, la jeune femme devrait faire plus attention à elle, afin d’être plus agréable à regarder. Elle devrait aussi faire un enfant, parce qu’il serait peut-être temps, à son âge.

L’amoncellement de piques renvoie clairement aux comportements auxquels doivent depuis toujours faire face les femmes. Et Mother ! joue la carte de la dégringolade lorsqu’un bataillon entier de fanatiques du personnage de Bardem pénètre violemment dans le sanctuaire de celui incarné par Lawrence, cette maison qu’elle voulait transformer « en paradis », et le saccage en la maltraitant, un anonyme la harcelant sexuellement avant de lui dire littéralement de partir de chez elle parce qu’elle n’y a pas sa place.

La charge est lourde : la future Mère du titre endure rapidement une escalade de violence qu’elle subit à défaut de combattre parce qu’elle est seule, parce qu’ils sont trop nombreux, parce qu’Il ne l’aide pas, aveuglé par l’amour que lui porte cette foule métaphorisant la société moderne, hétéroclite mais finalement gouvernée par un système de pensée archaïque : nous avons le droit de le faire, parce que nous pouvons le faire.

Le personnage de Bardem est épris de la fascination que son épouse éprouve à son égard, de sa dévotion, de ce qu’elle fait pour lui. Il ne la respecte pas en tant que femme, il s’aime simplement en regardant son reflet dans ses yeux fatigués. « Tu ne m’aimes pas. Tu aimes l’amour que j’ai pour toi. », dit Jennifer Lawrence, incarnant ici une femme devenue objet, en un sens, parce qu’elle n’est qu’un banal miroir dans lequel se mire son artiste d’époux, mais aussi parce qu’elle occupe la fonction de muse : son corps est devenu une matrice artistique.

 

Un accouchement dans la douleur, comme celui de l’œuvre de son époux.
Sa souffrance à Elle est physique, réelle, concrète. C’est pourtant Lui qui sera encensé par les foules. Allociné

Au nom de l’Art

Enceinte, Elle attend avec impatience la venue au monde de sa progéniture tandis que Lui parvient à trouver l’inspiration et écrit rapidement un best-seller érigé en quelques jours au rang de chef-d’œuvre. L’enfant est arraché à sa mère par son propre père, offert aux fanatiques qui le brisent, qui l’éviscèrent, qui le mangent : ceci est le corps de ma muse, mangez-en tous. Ceci est le sang de ma muse, buvez-en tous. L’acte sacrificiel est christique, sectaire, satanique. L’époux ne montre aucune émotion : il offre l’enfant que sa femme a eu tant de mal à mettre au monde à ses admirateurs pour qu’ils en jouissent, eux qui le respectent tant mais méprisent celle qui lui a inspiré son « chef-d’œuvre » dont le spectateur ne lira pas un seul mot.

Une fois de plus la muse est un objet sans intérêt sitôt qu’elle est perçue comme un humain, comme une femme, plutôt que comme une œuvre, à l’instar des supermodels dont la fonction première est celle de cintre vivant. Au nom de l’Art, la vie d’un nouveau-né lui est arrachée et celle de sa mère détruite. Ce qui est beau nécessite un sacrifice et les victimes n’ont droit à aucune considération, aucun droit de parole et encore moins d’objection. Triste affaire, que la réalité a déjà illustrée.

Innocence, un écho contemporain

Le film de Darren Aronofsky peut être mis en parallèle d’une autre œuvre, littéraire cette fois-ci : Innocence, roman autobiographique d’Eva Ionesco, racontant non seulement comment l’auteure a cherché son père des années durant mais également comment sa mère, Irina, la manipulait, enfant, afin de la faire poser pour ses photos érotico-macabres et porno-soft, de l’âge de 4 à 12 ans. Au nom de l’Art, l’enfant fut privée de son corps et de sa féminité qui appartenaient non seulement à sa mère, l’utilisant comme un objet photographique, mais également aux collectionneurs de clichés pédopornographiques et aux artistes qui gravitaient autour de sa médéesque génitrice afin de profiter à leur tour de la petite Eva, comme Alain Robbe-Grillet ou André Pieyre de Mandiargues.

« Du porno, du porno-soft, du sous-Hamilton de merde.

Je n’arrivais pas à savoir ce que je faisais,

il aurait pu m’arriver n’importe quoi, nue en pleine nature. »

 

                                My little princess, bande annonce (2011)

 oOo

Le conditionnement psychologique, la manipulation sentimentale, la mise au fer de l’innocence pour faire passer toutes les atrocités sont les maîtres mots de l’ouvrage lorsqu’il est question des marottes d’Irina Ionesco. Cette histoire vraie d’une enfance volée et de l’objectification du corps d’une petite fille sonne véritablement comme un écho à la métaphore du film d’Aronofosky : l’Art peut détruire des vies et le personnage de Javier Bardem, pourtant bien moins machiavélique que celui dépeint par Eva Ionesco, est prêt au sacrifice.

Tuer son enfant, le livrer véritablement en pâture à ses admirateurs pour se sentir grandi, c’est ce que faisait la photographe avec sa fille en la « prêtant » à ses amis artistes afin de se créer un réseau dans le milieu. La connexion entre les deux œuvres est évidente, autour de cette thématique de « l’objet féminin » et chacune est tour à tour frontale ou métaphorique. Dans son portrait paru en septembre 2017 de la revue Transfuge, Eva Ionesco résume en quelques mots la perversité maligne de la société artistique à laquelle elle était exposée durant son enfance.

« Ma mère me disait, on n’a pas besoin des hommes,

alors même que tout ce qu’on faisait était pour plaire aux hommes. »

Mother ! gravit les échelons de l’horreur ultime avant de retomber, présentant alors ce déluge de violence comme un passage normal, toléré et finalement nécessaire de la société misogyne. En définitive, la boucle temporelle qu’il engendre remet les compteurs à zéro et l’histoire peut recommencer, avec une autre femme qu’il dévorera sans doute aussi. Si le personnage de Javier Bardem est un dieu possédant le pouvoir de tout réparer grâce à son cristal, c’est aussi et surtout parce que celui de Jennifer Lawrence a créé cette pierre précieuse avec ses propres entrailles, son propre cœur. L’imagerie est forte : la femme confie la Vie à l’homme qui s’en sert finalement pour créer l’Apocalypse à force d’orgueil.

Auteur :   - Doctorant en études culturelles, Université de Lorraine

Déclaration d’intérêts : Guillaume Labrude ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'a déclaré aucune autre affiliation que son poste universitaire

Source : https://theconversation.com/mother-de-darren-aronofsky-le-sacrifice-de-la-femme-objet

Evy - signature animée Titi

Posté par evynou35 à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


dimanche 24 septembre 2017

Étonnant : il y avait des feux de forêts à l'ère glaciaire

 

Résultat de recherche d'images pour "images paysages glacés"
http://media.topito.com/wp-content/uploads/2012/04/Paysages-Glace000.jpg
oOo

Les incendies de forêts attendent l'été et la sécheresse, ce qui paraît logique.

Pourtant une étude sur les feux de végétation et la composition des boisements au cours des 20.000 dernières années a trouvé des preuves d'incendies à 2.240 m d'altitude, pendant une époque glaciaire.

Les incendies de végétation se propagent lorsque du combustible est disponible et que le climat est sec. Il est contre-intuitif d'imaginer de tels incendies en zones périglaciaires, subpolaires ou montagnardes.

C'est pourtant ce que des sédiments lacustres de haute montagne ont révélé. Des incendies, certes rares, mais bien attestés par des charbons de bois, y compris durant des époques glaciaires et postglaciaires.

Des incendies ont pu avoir lieu sur le site du massif du Queyras (Alpes occidentales) car des arbres y ont survécu en pleine époque glaciaire, comme en atteste la présence de macrorestes (feuilles et graines).

Ce site a hébergé un refuge glaciaire de pins cembro et de mélèzes en isolement, telle une île au milieu d'un océan de glace. Ces arbres en situation de refuge durant le dernier maximum glaciaire pourraient être à l'origine des lignées génétiques de pins cembro et de mélèzes qui occupent aujourd'hui les vallées internes des Alpes occidentales.

Un refuge glaciaire d’arbres sujet aux incendies dans les Alpes

En outre, le régime de feu a changé simultanément avec le changement de dominance de couvert d'arbre.

Au début de l'Holocène (vers 10.700 ans) le climat devient plus chaud et plus humide : le pin cembro qui dominait en période glaciaire (froide, sèche), à faible fréquence de feu, a été remplacé par le mélèze, associé à des incendies plus fréquents.

Cette étude internationale, conduite par Christopher Carcaillet, directeur d'études EPHE au Laboratoire d'écologie des hydrosystèmes naturels et anthropisés (CNRS/Université Lyon 1/ENTPE) et Olivier Blarquez (université de Montréal), est parue en ligne dans la revue New Phytologist.

Elle montre qu'un climat périglaciaire ne présume pas de l'absence d'incendies. Des arbres (ici le pin cembro) sont nécessaires aux incendies en haute montagne, et si le climat régule la fréquence des feux, ces derniers, en retour, contrôlent la diversité des arbres.

Cette étude fait écho aux récents incendies dans les toundras de l'Arctique, qui sont de plus en plus envahies par les arbres, avec des conséquences importantes sur le cycle du carbone, ce qui interpelle la communauté scientifique.

Les changements de couvert boisé en haute montagne sous l'effet du réchauffement climatique, et surtout de la déprise agricole, risquent d'accentuer la propagation des feux dans les prochaines années.

Les tornades de feu, un phénomène rare et impressionnant  
oOo

Des pompiers aux prises avec un grand incendie de forêt en Californie du Sud, aux États-Unis, voient se former autour d’eux des tourbillons enflammés.

Ces tornades miniatures se créent par la chaleur qui engendre des mouvements d’air et sont soutenues par des vents violents.

Elles soulèvent des débris végétaux en feu et ravagent les alentours. 

 

Auteur : CNRS

 

Source : http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/nature-etonnant-il-y-avait-feux-forets-ere-glaciaire-68635/

 

Evy - signature animée Titi

 

 

oOo

Posté par evynou35 à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 19 septembre 2017

Road N Troll - Nantes Digital Week 2017

 

Road n'Troll 

oOo

Nantes Digital Week 2017

 

                   

Source : https://www.youtube.com/watch?v=8OzMBe2bpoU&feature=em-uploademail

Evy - signature animée Titi

 

 

oOo

 

Posté par evynou35 à 12:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 18 septembre 2017

Lutte contre le commerce de l’ivoire

 

Résultat de recherche d'images pour "images éléphants + ivoire + chasse"

http://media2.woopic.com/api/v1/images

oOo

  ASSEMBLÉE NATIONALE

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

DÉBATS PARLEMENTAIRES

Année 2017. – no 36 A.N. (Q) ISSN 0242-6757 Mardi 12 septembre 2017

SITE OFFICIEL DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE

www.assemblee-nationale.fr

CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 15e Législature

QUESTIONS remises à la présidence de l’Assemblée nationale

RÉPONSES des ministres aux questions écrites

oOo

 

 TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOLIDAIRE

Animaux

Lutte contre le commerce de l’ivoire 967. − 12 septembre 2017. − M. Antoine Herth attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur les effets négatifs du commerce de l’ivoire dans l’Union européenne. En effet, en moyenne, 20 000 éléphants sont illégalement tués chaque année en Afrique. Leurs effectifs n’ont jamais été aussi bas : ils ont chuté de plus d’un tiers entre 2007 et 2014. Or le commerce légal de l’ivoire dans l’Union européenne favorise précisément ce déclin en servant de couverture pour le commerce illicite. Bien que certains États européens, au premier rang desquels la France, aient déjà commencé à introduire des restrictions intérieures, il semble aujourd’hui indispensable que l’Union européenne elle-même mette en place une interdiction totale et contraignante de toutes les exportations et ventes intérieures d’ivoire sur son territoire. D’autres pays clé, comme les États-Unis et la Chine, ont eux aussi adopté des mesures énergiques pour fermer leur marché de l’ivoire. Aussi, et alors que doit se tenir au mois de novembre 2017 un Conseil européen « environnement », il souhaiterait connaître les initiatives que le Gouvernement compte prendre sur ce sujet.

 

Source : http://questions.assemblee-nationale.fr/static/15/questions/jo/jo_anq_201736.pdf

Evy - signature animée Titi

 

 

Posté par evynou35 à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

dimanche 17 septembre 2017

8 îles du Pacifique déjà englouties à cause du réchauffement climatique

 

Dans l'ouest du Pacifique, où la montée des eaux est plus rapide qu'ailleurs, huit petites îles ont été englouties ces dernières années.

Elles s'ajoutent aux cinq autres identifiées comme déjà disparues.

Cela donne un aperçu de ce qui va advenir aux territoires situés aux plus basses altitudes dans le monde au cours du XXIe siècle.

  • La montée des eaux atteint 12 mm par an dans l’ouest du Pacifique.
  • Au moins huit petites îles ont été englouties.
  • Les îles du Pacifique vont être les plus frappées par les effets du changement climatique.

En 2016, des recherches avaient révélé que cinq des îles Salomon avaient disparu dans le Pacifique au cours de la deuxième moitié du XXe siècle.

Patrick Nunn, de l'université de la Sunshine Coast, en Australie, s'est rendu en Micronésie, sur l'île de Pohnpei, pour mener à son tour une enquête.

Il y a rassemblé des témoignages des habitants et consulté minutieusement les images satellite, à la recherche d'îles submergées.

Il en a recensé huit (mais, selon lui, il y en a probablement d'autres).

Il s'agit de Kepidau en Pehleng et Nahlapenlohd, ainsi que de six autres, d'environ 100 m2 chacune, dans les archipels de Laiap, Nahtik et Ros.

Elles ont vraisemblablement été englouties entre 2007 et 2014.

 

Certaines îles du Pacifique résistent mieux grâce aux mangroves

À l'origine de leur disparition, il y a, bien sûr, la montée des eaux provoquée par le changement climatique en cours.

Dans le monde, celle-ci est actuellement de 3 mm par an en moyenne — les prévisions les plus optimistes du Giec tablent sur 40 cm d'ici 2100 et 126 cm pour les plus pessimistes, si rien n'est fait — mais, dans le Pacifique ouest, principalement en raison d'un cycle naturel des alizés accumulant plus l'eau dans cette région, l'élévation y est plus importante et rapide qu'ailleurs : 12 mm par an depuis les années 1990. 

Tempêtes et typhons ont achevé de les rayer de la carte...

Pour le chercheur, ces changements en Micronésie sont un aperçu de ce qui va arriver à d'autres territoires à faible altitude au cours du XXIe siècle.

Car cette menace est devenue très sérieuse pour plusieurs îles peuplées, comme les îles Carteret, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ou Kiribati (110.000 habitants) et Tuvalu (12.000 habitants). 

« Ce sont les premiers endroits sur Terre à connaître des taux vraiment importants d'élévation du niveau de la mer [...] et ils donnent une excellente idée de ce qui peut arriver, commente Simon Albert, de l'université du Queensland, qui a signé l'étude de 2016. Mais nous constatons qu'il existe une grande diversité de réponses, et toutes les îles ne vont pas s'éroder ».

En effet, le point positif constaté par chacun des deux chercheurs est que plusieurs îles de faible altitude résistent bien à l'érosion, notamment celles entourées de mangroves et, pour dans certains cas, celles qui sont protégées des vents, des grandes vagues ou lorsque les sédiments sont piégés par les barrières de corail

« Les mangroves agissent comme un tampon en absorbant l'énergie des vagues et en piégeant les sédiments. »

 

Xavier Demeersman, Journaliste

 


Source : http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/ocean-pacifique-8-iles-pacifique-deja-englouties-cause-rechauffement-climatique-68510/

 

Evy - signature animée Titi

 

 

Posté par evynou35 à 12:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


samedi 16 septembre 2017

Savez-vous vraiment ce qu'il y a dans une figue ? (Ça ne va pas plaire aux végétariens)

 

GETTY CREATIVE - ELLY SCHUURMAN
oOo
Savez-vous vraiment ce qu'il y a dans une figue?

Apprendre que les artichauts sont des fleurs et les câpres, des boutons de fleurs marinés, nous a ouvert les yeux. Mais quand on a su ce qu'il y avait dans les figues — et comment elles dépendaient des guêpes —, on a remis en cause tout ce qu'on croyait savoir sur le monde qui nous entoure.

Pour faire simple, les figues ne sont pas des fruits mais des fleurs inversées. Les figuiers ne fleurissent pas comme les pommiers ou les poiriers. Leurs fleurs éclosent à l'intérieur du réceptacle en forme de poire qui donnera le fruit que nous mangeons. Une fleur de figuier ne produit qu'un fruit contenant une seule graine et une coquille rigide, l'akène (c'est ce qui lui donne son côté croquant). Chaque figue est constituée de plusieurs akènes. Quand nous mangeons une figue, nous croquons en fait dans plusieurs fruits.

Mais ce n'est pas la seule particularité de la figue.

Parce que les fleurs du figuier éclosent en interne, elles dépendent d'un processus spécifique pour la pollinisation car elles ne peuvent dépendre du vent ou des abeilles pour répandre leur pollen. C'est là qu'intervient la guêpe du figuier. La figue ne peut survivre sans elle, et réciproquement, car c'est dans la figue que la guêpe dépose ses larves. C'est ce que l'on appelle le mutualisme.

GETTY IMAGES/DEAGOSTINI - Dessin de guêpe du figuier

 La guêpe femelle dépose ses œufs dans la figue mâle (nous ne consommons que celles des figuiers femelles), dont la forme facilite l'accueil des larves de guêpes mais les ailes et les antennes de la guêpe se cassent lorsqu'elle pénètre dans la figue, ce qui l'empêche d'en ressortir. Seul le bébé guêpe sera assez petit pour se libérer. Les mâles naissent sans ailes, parce que leur seule fonction est de se reproduire avec les bébés femelles — qui sont techniquement leurs sœurs — et de creuser un tunnel pour sortir de la figue. Ce sont les femelles qui s'échappent, en emportant le pollen avec elles.

Si une guêpe entre par erreur dans une figue femelle ― celles que nous mangeons ―, elle n'a pas la place de se reproduire, et elle ne peut plus sortir puisque ses ailes et ses antennes se sont détachées. La guêpe meurt donc à l'intérieur, ce qui est hélas nécessaire parce qu'elle apporte ainsi le pollen qui donnera le fruit que nous aimons.

Attention: le croquant que vous sentez sous votre dent n'est pas dû à la carcasse de la guêpe! La figue se sert d'une enzyme, la ficine, pour la transformer en protéines. Mais, techniquement, quand vous mangez une figue, vous avalez aussi une guêpe du figuier (du moins ce qu'il en reste). Certains végans décident d'ailleurs de ne plus en consommer pour cette raison.

Regardez la vidéo de Brain Stuff ci-dessous (en anglais) pour visualiser le processus de la pollinisation. 

 https://youtu.be/9DQTjv_u3Vc

 

Cet article, publié à l'origine sur le Huffington Post américain, a été traduit pour le HuffPost Québec par Bamiyan Shiff pour Fast for Word.

 

Auteure : Julie R. Thomson

Source : http://www.huffingtonpost.fr/2017/09/13/savez-vous-vraiment-ce-quil-y-a-dans-une-figue_a_23205966/

Evy - signature animée Titi

 

 

 

 

Posté par evynou35 à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 15 septembre 2017

À quoi servent les moustaches du chat ?

 

Résultat de recherche d'images pour "images chat + moustache"

http://www.maxitendance.com/wp-content/uploads/2013/06/3-Hamilton-Hipster-Cat-Chat-Moustaches-Dali.jpg

oOo

Selon la race, les moustaches d'un chat sont plus ou moins longues et parfois même frisées. Mais elles ne sont pas là juste pour faire joli.

Au contraire, elles constituent pour le félin, un organe sensoriel essentiel à son orientation dans l'espace.

Chez le chat, ce que nous appelons des moustaches sont en réalité des vibrisses. Des poils plus longs, plus épais et plus rigides que les autres. Mais des poils tout de même, composés de kératine comme les autres.

Ils constituent des organes sensoriels essentiels au chat. À leur base, se trouve en effet un réseau de terminaisons nerveuses particulièrement sensibles.

Comme leur dénomination technique l'indique, les moustaches du chat — que l'on ne trouve pas seulement de part et d'autre de son nez, mais aussi au-dessus de ses yeux et à l'arrière de ses pattes inférieures — sont sensibles aux vibrations.

Elles aident donc le félin à repérer tout mouvement de proximité. Elles le renseignent également sur la direction et la force du vent ainsi que sur les odeurs alentour.

Et comme elles sont plus longues que la largeur du chat, elles lui permettent de savoir s'il peut se faufiler par une ouverture.

Les moustaches servent aussi au chat, qui voit mal de près, à localiser correctement ses proies.

Comme les chats, les humains ont des vibrisses. Celles-ci se cachent dans nos nez. Elles nous servent de filtre et de barrière pour éviter l’intrusion trop aisée d’insectes ou de pathogènes. © 401711, Pixabay, CC0 Public Domain
© 401711, Pixabay, CC0 Public Domain 

Un chat sans moustache ?

Sachez par ailleurs que le chat utilise aussi ses moustaches pour communiquer — avec les autres chats — et exprimer ses humeurs.

Des moustaches relâchées sont le signe d'un chat détendu. Des moustaches dirigées vers l'avant révèlent un chat en colère ou en pleine séance de jeu ou de chasse.

Mais pas de panique — même si ça reste à éviter absolument —, si votre enfant s'est amusé à couper les moustaches de Mistigri, comme les autres poils, celles-ci repousseront bientôt.

 

Nathalie Mayer, Journaliste

 

Source :  http://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/chat-servent-moustaches-chat-7316/

 

Evy - signature animée Titi

 

oOo

Posté par evynou35 à 16:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 14 septembre 2017

Les Glorieuses - Sois belle, et tais toi !!!

 

 

                                  LES GLORIEUSES - LES FEMMES ONT ENFIN LEUR NEWSLETTER

oOo


Les Glorieuses est soutenue par les donatrices et les donateurs. Vous voulez faire partie de la famille, faire un don ? C'est ici que ça se passe !

Quel est l’outil le plus robuste, le plus puissant, le plus funeste de la société patriarcale ?

Ce n’est pas la « force ».

Ce n’est pas non plus l’argent.

Et encore moins le pouvoir.

Ce qui conforte les femmes dans leur position est leur voix intérieure. Une voix qui s’est façonnée, année après année, à coup de remarques, d’avis, de demandes et de « conseils ». « N’écarte pas les jambes », « tiens toi droite », « tes cheveux seraient mieux lisses, non ? », « ohh, qu’elle est jolieee », … Si les paroles s’envolent, les mots restent.

Bonne nouvelle.


Ce qui nous tient dans une position dominée est également ce qui va nous libérer.  Cette voix qui, chaque matin, nous dira « Rêve. Rien ne peut diminuer la lumière qui brille de l’intérieur » (merci Maya Angelou) et non plus « ouh là t’as besoin de vacances ma grande ».

Ecouter cette voix intérieure est libératoire car cela valorise notre intuition. C’est la conteuse et psychanalyste américaine Clarissa Pinkola Estés qui nous le préconise : « Ecoutez votre intuition, votre voix intérieure ; posez des questions, soyez curieuse, regardez ce que vous voyez, et agissez en connaissance de cause. Notre âme a reçu ces dons intuitifs à la naissance. » (Femmes qui courent avec les loups* ,Histoires Et Mythes De L'Archétype De La Femme Sauvage).

Et ne pas écouter son instinct, c’est se soumettre à ce qu’on attend de nous. Et on ne peut pas dire que cela ait fonctionné pour les femmes jusqu’à présent, n’est-ce-pas ? « Lorsqu'une femme n'écoute plus les instincts qui lui disent de dire "oui" ou "non", lorsqu'elle abandonne son intuition, sa perspicacité et autres traits sauvages, elle se retrouve dans des situations qui lui promettent de l'or et ne produisent que du chagrin. Elle va renoncer à son art pour un mariage d'argent ou bien elle va abandonner le rêve de sa vie. »

Pinkolas Estés choisit un exemple parmi d’autres. Mais elle souligne un point fondamental qu’on retrouve chez beaucoup de femmes. Elles sont sensibles. « La plupart des femmes sont sensibles, comme le sable est sensible à la vague, comme les arbres sont sensibles à la qualité de l'air, comme un loup entend un autre animal pénétrer sur son territoire à plus d'un kilomètre à la ronde. Elles ont le don extraordinaire de voir, d'entendre, de sentir, recevoir, transmettre des idées, des images, des sentiments à la vitesse de l'éclair, de deviner la moindre variation de caractère chez une autre personne, de lire sur les visages et sur les corps - on appelle cela l'intuition - et souvent, à partir de minuscules indices, elles savent ce que les gens ont en tête. Pour pouvoir exercer ces dons sauvages, elles restent ouvertes à tout. »

Chères Glorieuses, et si nous essayions d’écouter notre voix intérieure ? Celle qui nous dit de créer, de donner, de transmettre et celle aussi qui nous dit de rester au lit, de prendre du recul. Car cette voix est notre meilleur atout pour faire de notre vie exactement ce qu’on en attend.

Source : https://lesglorieuses.fr/voix-interieure-intuition/

 *   Femmes Qui Courent Avec Les Loups, Histoires Et Mythes De L'Archétype De La Femme Sauvage

Clarissa Pinkola Estés

Le Livre de poche

Chaque femme porte en elle une force naturelle, instinctive, riche de dons créateurs et d'un savoir immémorial. Mais la société et la culture ont trop souvent muselé cette « Femme sauvage », afin de la faire entrer dans le moule réducteur des rôles assignés. Psychanalyste et conteuse, fascinée par les mythes et les légendes, auteur également du Jardinier de l'é den, Clarissa Pinkola Estés nous propose de retrouver cette part enfouie, pleine de vitalité et de générosité, vibrante, donneuse de vie. A travers des « fouilles psycho-archéologiques » des ruines de l'inconscient féminin, en faisant appel aux traditions et aux représentations les plus diverses, de la Vierge Marie à Vénus, de Barbe-Bleue à la petite marchande d'allumettes, elle ouvre la route et démontre qu'il ne tient qu'à chacune de retrouver en elle la Femme sauvage. Best-seller aux Etats-Unis, ce livre exceptionnel est destiné à faire date dans l'évolution contemporaine de l'identité féminine.

Evy - signature animée Titi

 

oOo

mercredi 13 septembre 2017

Casta Diva (Bellini) - Maria Callas, la divina

Résultat de recherche d'images pour "images la norma de Bellini"

https://www.opera-online.com/media/images/picture/article/0000/0504/1974/xl_bio_bellini_fr.jpg?1473934381

 oOo

 

https://youtu.be/pcrLr7jKBZI

  Casta Diva - Un aria in Norma- Maria Callas La Divina

 

oOo

Evy - signature animée Titi

 

 

Posté par evynou35 à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 11 septembre 2017

Equinoxe d'automne : la date du premier jour de l'automne en 2017

 

 

Résultat de recherche d'images pour "IMAGES EQUINOX"

SOMMAIRE


AUTOMNE - L'automne 2017 commencera un 22 septembre, un vendredi. Pourquoi la date de l'équinoxe d'automne ne tombe-t-elle pas toujours un 21 septembre ?...

Avec le solstice d'été, la France a basculé dans la saison la plus chaude de l'année. 

La prochaine date de l'équinoxe d'automne est fixée au vendredi 22 septembre 2017 par les scientifiques, l'heure exacte communiquée est, elle, 20 heures, 01 minute et 7 secondes en T.U. (Temps universel), soit 22h01, heure de Paris.

L'événement astronomique passionnant de l'équinoxe clôt donc l'été en un clin d'oeil. 

Dans l'hémisphère nord, il survient en général entre le 21 et le 24 septembre. 

Mais pourquoi l'automne 2017 tombe-t-il un "22" et pas un "21" ? Si nous sommes nombreux à identifier la date du "21" du mois de septembre comme étant celle de l'équinoxe d'automne, cela n'est pas si simple.

La date du passage à l'automne correspond en fait à un moment très précis : celui où le Soleil coupe en passant au zénith le plan de l'équateur. 

Des calculs savants l'ont déterminé, effectués par l'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE) hébergé par l'Observatoire de Paris depuis 1998.

Avec ses feuilles qui tombent en même temps que la température et ses journées qui rétrécissent à vitesse grand V, l'arrivée de l'automne n'est généralement pas aussi attendue que celle du printemps.

L'équinoxe d'automne fait pourtant partie des deux seuls moments de l'année où journée et nuit sont précisément de même longueur.

Mais que peut-on dire d'autre sur l'équinoxe d'automne ? Quelle est sa définition scientifique ? A quelle date précise aura lieu l'équinoxe d'automne 2017 ? Quelles sont les traditions liées à cette période de l'année ? Pourquoi cette date marquait-elle le début de l'année pendant la Révolution française ? Quelles sont les phénomènes météo liés à cette saison ? Pourquoi les marées d'équinoxe sont-elles plus importantes que les autres ? 

Zoom sur les feuilles qui changent de couleur - Si la date exacte de l'arrivée de l'automne peut changer, le phénomène de la coloration des feuilles d'arbre, lui, est immuable.

Mais pourquoi la couleur des feuilles change-t-elle ? La réponse se trouve dans les cellules végétales à l'intérieur de celles-ci, comme l'explique le Huffington Post dans un article entièrement consacré au sujet : la feuille d'arbre est verte au printemps et en été grâce à la haute dose de chlorophylle contenue dans ses cellules.

Avec l'arrivée de l'automne et la baisse de la lumière et des températures, ce pigment activateur de la couleur verte disparaît.Les feuilles prennent alors une couleur jaune, orange ou rouge.

Date de l'équinoxe d'automne

La date de l'automne précède d'un mois environ le passage à l'heure d'hiver.

Le premier jour de l'automne intervient également à mi-chemin du solstice d'été (20-21 juin) et du solstice d'hiver (20-21 décembre).

Mais chaque année, l’équinoxe d’automne a lieu à une date différente. Ceci tient au fait que la Terre tourne autour du soleil en 365 jours, 5 heures et 46 minutes, et non exactement 365 jours.

Le plus gros de ce décalage est corrigé par l’adjonction du 29 février lors des années bissextiles.

Mathématiquement, les équinoxes d’automne ne peuvent avoir lieu qu’entre le 21 septembre (la prochaine fois en 2092) et le 24 septembre (la prochaine fois en 2303).

L'équinoxe d'automne 2017 est pour le 22 septembre. © sborisov - Fotolia.com
Equinoxe d'automne 2017

"Les sanglots longs des violons de l'automne blessent mon cœur d'une langueur monotone". En 2017, l'automne débute donc officiellement le vendredi 22 septembre à 20h01 U.T. (temps universel) soit 22h01 en France. Selon les calculs de l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides, l’équinoxe d’automne 2016 a eu lieu le jeudi 22 septembre, en 2015, le mercredi 23 septembre, à 08h20 T.U. (Temps universel), soit 10h20 (heure de Paris).

L’automne se poursuivra pendant trois mois jusqu’au solstice d’hiver. Avant cela, l’équinoxe de printemps de l’année 2017 a eu lieu le lundi 20 mars à 10h28 T.U.

Equinoxe d'automne 2018

Voici les dates et heures des équinoxes d'automne suivant l'équinoxe d'automne 2017, estimés jusqu'en 2025 :

  • 2018 : 23 septembre 2018 à 1h54 T.U. (3h54)
  • 2019 : 23 septembre à 20h50 T.U. (22h50)
  • 2020 : 22 septembre à 13h30 T.U. (15h30)
  • 2021 : 22 septembre à 19h21 T.U. (21h21)
  • 2022 : 23 septembre à 1h03 T.U. (3h03)
  • 2023 : 23 septembre à 6h49 T.U. (8h49)
  • 2024 : 23 septembre à 12h43 T.U. (14h43)
  • 2025 : 22 septembre à 18h19 T.U. (20h19)

Définition de l'équinoxe d'automne

Qu’est-ce que l’équinoxe ?

Le mot vient du latin æquinoctium (nuit égale). 

En effet, pour nous, le phénomène le plus évident de l’équinoxe est que la nuit et le jour ont la même durée à cette période de l’année.

A l’équinoxe d’automne, les jours, qui duraient environ 16 heures au 21 juin en France, ont largement perdu en longueur. Ils raccourciront ainsi jusqu’au solstice d’hiver.

Pourquoi ? En raison de la géométrie. En effet, l’axe de rotation de la terre est incliné de 23,4° par rapport au plan de son orbite : notre planète "penche" par rapport au soleil. 

L’astre ne nous éclaire donc pas de la même façon selon les moments de l’année. En hiver, la France (par exemple) ne reçoit de lumière que huit heures par jour, contre le double en été.

Ceci détermine le comportement des masses d’air et donne naissance aux saisons telles que nous les connaissons dans les zones tempérées.

Les mouvements de la Terre autour du soleil déterminent la valse des saisons. © lil_22, Fotolia
Les deux équinoxes sont donc les deux moments de l’année où les jours et les nuits ont la même durée. Ceci a lieu lorsque le Soleil traverse l’équateur céleste et se trouve précisément au zénith de celui-ci, éclairant les deux hémisphères de manière égale : sur n’importe quel point du globe, la durée approximative de la journée est de 12 heures. A ce moment de l’année, le soleil se couche à l’ouest et se lève à l’est (alors qu’il se lève par exemple au nord-est dans nos contrées en été). C’est également à cette période que les jours raccourcissent le plus vite.

En pratique, de légers décalages peuvent se créer entre l’équinoxe astronomique et le moment où le jour et la nuit ont la même durée. Un phénomène imputable à deux motifs. Le premier est l’irrégularité de la course de la Terre autour de son étoile (son orbite est elliptique et la Terre accélère et ralentit). La seconde raison est la déformation du globe terrestre lui-même, dont la forme n’est pas parfaite.

Source : http://www.linternaute.com/actualite/societe/1245592-automne-la-date-de-l-equinoxe-2017-c-est-pour-aujourd-hui-ou-pour-demain/?een=4fe3b4be836450fd8b8349d292a231c8&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml287_demasquezlesfau

 

7

 

Posté par evynou35 à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,