vendredi 26 mai 2017

Selon une lanceuse d'alerte, les hypermarchés doivent à l'Etat 418 milliards d'euros pour la seule région PACA

Résultat de recherche d'images pour "images elise lucet"

http://img.humanite.fr/sites/default/files/images/45184.HR.jpg

Les hypermarchés devraient 418 milliards d'euros à l'Etat, et ce pour la seule région PACA ! C'est la conclusion d'une lanceuse d'alerte dont "Envoyé spécial" vous raconte le 25 mai 2017 l'histoire et le combat. Depuis plus de vingt ans, Martine Donnette est en guerre contre les grandes surfaces. Extrait.

A raison de 1 500 euros par mètre carré et par jour d'infraction, les hypermarchés doivent à l'Etat, à titre d'amendes pour extensions illégales… 418 milliards d'euros ! Et ce pour la seule région PACA. Voilà une manne toute trouvée pour le gouvernement, si seulement il se donnait la peine de faire appliquer les lois. Du moins, c'est la conclusion de Martine Donnette. Avec son association de petits commerçants baptisée En toute franchise, cette retraitée de 69 ans ferraille contre les pratiques abusives des grandes surfaces, notamment les irrégularités dans leurs projets d’implantation ou d’extension. "Envoyé spécial" vous raconte, le 25 mai 2017, le combat de cette lanceuse d'alerte. 

Avec son compagnon, Martine tient depuis plus de dix ans un registre qui compile toutes les infractions constatées par l'association. Un dossier qu'ils n'ont pas manqué d'envoyer à tous les candidats à l'élection présidentielle. Y sont listées les grandes surfaces ouvertes sans aucune autorisation, parfois depuis trente ans. Chaque journée représentant une infraction, c'est ce cumul qui permet d'arriver à cette somme exorbitante de 418 milliards. De Leroy Merlin à Intermarché, en passant par Leclerc et Carrefour, toutes les enseignes de la grande distribution seraient concernées. 

Un abus de position dominante au détriment des petits commerces

Dans cet extrait d'"Envoyé spécial", c'est l'enseigne Carrefour et son hypermarché de 8 000 mètres carrés à Châteauneuf-les-Martigues, dans les Bouches-du-Rhône, qui sont dans le viseur de Martine. Depuis 2006, l'association réclame des contrôles de la préfecture, sans succès. Le tribunal administratif a été saisi. Selon elle, la moitié de cette surface est illicite. "Ils ont réalisé 6 470 mètres carrés d'hypermarché alors qu'ils n'avaient l'autorisation que pour 4 500 mètres carrés, et une galerie marchande de 1 800 mètres carrés sans aucune autorisation", affirme la retraitée. Autant de perdu pour les petits commerces du centre-ville, où "plus aucun commerçant ne peut prospérer". Un abus de position dominante, pour Martine Donnette. 

Extrait de "Martine part en guerre contre les hypermarchés", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 25 mai 2017.

A la fin de ce reportage, Martine et son compagnon ont appris que le tribunal administratif accédait à leur requête et enjoignait au préfet des Bouches-du-Rhône de faire les contrôles demandés à Châteauneuf-les-Martigues. Une jurisprudence, explique-t-elle. 

oOo
Afin de lire plus commodément les vidéos de cette émission, dans le site d'Envoyé spécial sur France 2, le 25 mai 2017 à 20h55, présentée et animée par Elise Lucet, veuillez cliquer sur le lien de la source ci-dessous : 

Posté par evynou35 à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


jeudi 25 mai 2017

Volcan sous-glaciaire

 Résultat de recherche d'images pour "images volcans sous glaciaire"
http://idata.over-blog.com/4/23/42/31/65/Un_volcan_sous_marin_en_ruptio.jpg

Lorsque des volcans naissent sous des glaciers, comme par exemple sous l'inlandsis d'Islande, on assiste à des éruptions dites « sous-glaciaires ».

Schéma illustrant les caractéristiques des éruptions sous-glaciaires. © Futura

Éruptions sous-glaciaires

Les éruptions sous-glaciaires sont particulièrement explosives car la chaleurde la lave fait fondre la glace en produisant de la vapeur qui fragmente la lave. Ces éruptions s'accompagnent donc d'importantes émissions de cendres avec panaches, comme ce fut le cas avec le célèbre Eyjafjöll (plus connu sous le nom de Eyjafjallajökull, du nom de la calotte glaciaire qui le recouvre) en 2010, en Islande. Il s'agit d'un exemple d'éruptions phréatomagmatiques.

https://youtu.be/e-TMtRh8AIs

L'éruption de l'Eyjafjöll en 2010, un volcan du sud de l'Islande, s’est en partie produite sous la calotte glaciaire d'Eyjafjallajökull. Elle y a provoqué une importante fonte de la glace, entraînant des jökulhlaups (débâcles glaciaires), ainsi que la formation d'un important panache volcanique composé de vapeur d'eau, de gaz volcaniques et de cendres. © Fredrik Holm

Ces éruptions peuvent faire fondre d'importantes quantités de glace provoquant la formation de débâcles glaciaires (en islandais, on les appelle des jökulhlaups) et donc de véritables fleuves de boue, charriant d'important blocs de roche et de glace qui ne sont pas sans rappeler les laharsindonésiens.

Tous les types d'éruptions volcaniques

Pour mieux comprendre, sachez qu'il existe donc différents types de volcans et d'éruptions :

  • les éruptions effusives (ou laviques), aussi appelées « éruptions de type hawaïen » ;

  • les éruptions explosives, classées en types :

    • les éruptions stromboliennes, aussi appelées « éruptions de type strombolien » ;
    • le éruptions vulcaniennes, aussi appelées « éruptions de type vulcanien » ;
    • les éruptions pliniennes, aussi appelées « éruptions de type plinien » ;
    • les éruptions péléennes, aussi appelées « éruptions de type péléen » ;
    • les éruptions surtseyennes, aussi appelées « éruptions de type surtseyen » (on parle d'éruption « phréatique » ou « phréatomagmatique »).

Il existe aussi :

Interview : quels sont les différents types d’éruptions volcaniques ?  Les éruptions volcaniques font sans doute partie des catastrophes naturelles les plus destructrices et les plus spectaculaires. Elles ont lieu toute l’année et presque en permanence sur diverses régions du globe. Futura-Sciences a rencontré Jacques-Marie Bardintzeff, docteur en volcanologie, afin qu’il nous explique comment se déroulent ces éruptions. 

Laurent Sacco, Journaliste

Source http://www.futura-sciences.com/planete/definitions/volcan-volcan-sous-glaciaire-16253/

Letter-E3-1024x1024

Posté par evynou35 à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 24 mai 2017

Mort de Néron (Néron, l'un des plus célèbres empereurs romains)

 

Résultat de recherche d'images pour "images néron et agrippine"

https://www.google.fr/

 

Avec sa mère, la redoutable Agrippine, Néron fut au cœur de nombreuses intrigues politiques. Quant à son règne (de 54 à 68 ap. J.-C.), il fut notamment marqué par l'incendie de Rome et la persécution des chrétiens. Découvrez l'histoire fascinante de l'un des plus célèbres empereurs romains.

La ruine du trésor romain provoque des révoltes dans l'Empire. Les importantes dépenses liées au style de vie de Néron et à l'incendie de Rome mettent fin à sa politique de faibles taxes. Abandonnant sa popularité, Néron lève d'importants impôts, au grand déplaisir des gouverneurs des provinces de l'Empire. Ceux-ci veulent sa mort. Néron se suicide en 68 ap. J.-C.

La chute de Néron s'amorce quand la riche province de Lugdunum, en Gaule, se soulève contre Néron. Son gouverneur, Vindex, appelle à l'aide le gouverneur de Tarragone, Galba.

Portrait de Néron, mort en 68 ap. J.-C. Œuvre romaine en marbre datant du Ier siècle ap. J.-C. © Jastrow, DP

Vindex et Galba se soulèvent contre Néron

Les forces néroniennes marchent sur Ludgunum et exécutent Vindex, mais Galba continue la lutte et gagne en popularité : tous les opposants de Néron proclament Galba nouvel Empereur.

Quand les troupes d'élite de l'Empereur, la célèbre « garde prétorienne », se rangent du côté de Galba, il ne reste plus beaucoup de choix pour Néron. L'Empereur pense d'abord rallier une province orientale de l'Empire et lever une armée contre Galba, mais le peuple de Rome se soulève et son palais est déserté.

Cette pièce de monnaie frappée par les partisans du rebelle Vindex le représente comme le « sauveur de l'humanité ». © DR

Suicide de Néron

Néron s'enfuit alors chez un affranchi qui lui est resté fidèle à l'heure où le Sénat le déclare « ennemi public » et le condamne à mort. Plutôt que de se livrer, Néron s'enfonce un glaive dans la gorge (68 ap. J.-C.). Avant de se suicider, il répète plusieurs fois la phrase « Qualis artifex pereo »« Quel artiste meurt avec moi ! », une citation restée célèbre.

La terrible réputation de Néron est remise en cause de nos jours par les historiens. En effet, les sources viennent principalement de ses ennemis, qu'ils soient d'autres politiciens romains ou des chrétiens documentant les persécutions. L'étendue exacte de ses crimes ou de sa popularité posent question et son règne se trouve à un carrefour de l'histoire : quand le puissant Empire romain voit l'arrivée des chrétiens dans l'échiquier politique. 

La rédaction de Futura

Sourcehttp://www.futura-sciences.com/sciences/dossiers/histoire-neron-plus-celebres-empereurs-romains-1313/page/5/

Letter-E3-1024x1024

 

oOo

 

Posté par evynou35 à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 23 mai 2017

Réforme de l'orthographe : la polémique entre Najat Vallaud-Belkacem et la chroniqueuse Vanessa Burggraf en trois actes

La chroniqueuse Vanessa Burggraf et l\'ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem sur le plateau d\'\"On n\'est pas couché\", le 20 mai 2017.

http://www.francetvinfo.fr/image/75e7k26b2-388d/1200/450/12529956.jpg

oOo

Lundi, la chroniqueuse de l'émission "On n'est pas couché"

a reconnu que l'ancienne ministre n'était pas à l'origine de cette réforme

autorisant l'usage de certaines orthographes alternatives.

oOo

"Fake news" ou non ? Un accrochage sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché" de France 2, samedi 20 mai, a relancé le débat vieux d'un an sur la réforme de l'orthographe. Najat Vallaud-Belkacem a accusé la chroniqueuse Vanessa Burggraf d'avoir cru à de fausses informations quand cette dernière a essayé de lui faire porter la responsabilité de l'admission de nouvelles orthographes, introduites dans les manuels scolaires en 2016, mais en réalité adoptées en 1990. Lundi 22 mai, sur le site de L'Obs, Vanessa Burggraf a reconnu une "imprécision", mais a estimé qu'elle n'avait pas relayé de canular. Franceinfo résume cette polémique en actes.

Acte 1 : Najat Vallaud-Belkacem dénonce "une 'fake news'"

La polémique a démarré avec l'interview de l'ancienne ministre de l'Education nationale dans l'émission "On n'est pas couché", diffusée samedi. Alors qu'elle se lance dans une défense de son bilan, la chroniqueuse Vanessa Burggraf l'interpelle : "Moi j'ai vu la réforme de l'orthographe. Ça m'a atterrée". Najat Vallaud-Belkacem réprime alors un rire et répond : "Vanessa, Vanessa, je n'ai jamais mené de réforme de l'orthographe. C'est une 'fake news' !"

http://webservices.francetelevisions.fr/staticftv/images_pdm_ni/2017-05-21/bc0ecc52-dd81-504d-8891-915c29f7a54f_1495352732.jpeg

Elle poursuit en évoquant les "mensonges" qui ont été diffusés à son sujet lors de son passage au ministère de l'Education nationale : "Je n'ai pas imposé l'apprentissage obligatoire de l'arabe au CP. Vous y avez aussi cru, peut-être ?" Face à elle, Vanessa Burggraf persiste en évoquant "l'école de [sa] fille" où, lors des dictées, "on n'écrit plus oignon, O-I-G-N-O-N, on l'écrit O-G-N-O-N", selon elle.

La réforme évoquée autorise effectivement l'usage de certaines nouvelles orthographes, comme "ognon" ou encore "nénufar". Mais elle n'est, en réalité, pas l'œuvre du ministère de l'Education nationale, et est bien plus ancienne : elle a été élaborée par le Conseil supérieur de la langue française, créé en 1989, et a été validée par l'Académie française en 1990. Mais elle était très peu enseignée avant 2016, où les éditeurs de manuels scolaires ont décidé de la prendre en compte. Sans répondre à une consigne particulière du ministère.

En 2016, Laurent Ruquier lui-même critiquait ceux qui ont essayé de "mettre cette réforme sur le dos de Najat Vallaud-Belkacem, qui n'était même pas née à l'époque", dans un extrait fortement partagé sur Twitter lundi. Et Vanessa Burggraf avait évoqué le sujet sur France 24, une vidéo retrouvée par le Huffington Post.

Acte 2 : Laurent Ruquier accuse l'ex-ministre d'un "coup politique"

Deux jours plus tard, alors que la vidéo de l'altercation a amplement circulé sur les réseaux sociaux, l'animateur de "On n'est pas couché", Laurent Ruquier, a défendu le travail de sa collègue, lundi, dans une interview filmée sur TV Magazine "La seule fake news, c’est de dire que Vanessa Burggraf a fait des 'fake news'." "C'est un fait qu'il y a eu une réforme de l'orthographe qui a été appliquée dans les écoles", a-t-il affirmé. "Simplement, effectivement, Najat Vallaud-Belkacem n'avait pas pris l'initiative de cette réforme. Sauf que c'est quand elle était ministre de l'Education que la réforme est passée."

L'animateur s'en est même pris à l'ex-ministre, l'accusant d'avoir "ameuté" les critiques sur les réseaux sociaux et "ses amis journalistes" pour des raisons politiques : "Madame Belkacem est fragile en ce moment, elle vient de perdre son emploi au gouvernement et, en plus, elle n’est pas sûre d’être à nouveau députée".

Acte 3 : Vanessa Burggraf reconnaît une "imprécision"

Un peu plus tard, c'est Vanessa Burggraf qui a fait un "mea culpa" dans une interview à l'Obs : "Si j’ai commis une erreur, elle relève de l’imprécision. Je n’ai pas souligné que cette réforme de l’orthographe datait de 1990 et je lui en ai fait endosser la paternité."

Mais la chroniqueuse ne dédouane pas pour autant totalement Najat Vallaud-Belkacem, l'interrogeant sur son rôle au moment où la réforme est entrée dans les manuels : "Pouvait-elle, oui ou non, donner son avis sur cette réforme, avait-elle ou non son mot à dire, disposait-elle d’une marge de manœuvre ?" Vanessa Burggraf l'assure : sa question visait simplement à "ouvrir le débat" au sujet du bilan de la ministre de l'Education nationale. "Certains l’ont, parfois, accusée de faire du nivellement par le bas"

Dans cette interview, Vanessa Burggraf regrette l'attitude de Najat Vallaud-Belkacem face à elle : "Najat Vallaud-Belkacem s’est retranchée derrière le terme de 'fake news'". Et estime que si l'ex-ministre n'a pas, elle même, précisé que la réforme datait de 1990, c'est que la question était "dérangeante".

Source http://www.francetvinfo.fr/politique/ps/najat-vallaud-belkacem/reforme-de-l-orthographe-la-polemique-entre-najat-vallaud-belkacem-et-vanessa-burggraf-en-trois-actes_2202882.html

Letter-E3-1024x1024

 

oOo

lundi 22 mai 2017

Non, le pain complet n'est pas l'idéal (loin de là !)

Résultat de recherche d'images pour "images divers pains"

https://thumbs.dreamstime.com/z/divers-pains-26169180.jpg

oOo


Vous savez-sans doute que le « pain blanc »

(la baguette) est à éviter autant que possible. 

Ou vous devriez le savoir : car c’est un aliment trop sucré (en amidon),

trop salé, et de surcroît très pauvre en vitamines et en minéraux. 

Rien de tel que le pain blanc pour grossir

et endommager votre santé à petit feu. 

Là-dessus, tous les nutritionnistes sont d’accord. 

Le problème, c’est qu’on vous présente parfois le pain complet

comme l’alternative miracle. 

Ce serait le « gentil » dans un dessin animé

où le pain blanc serait le « méchant ». 

Eh bien je suis désolé de vous décevoir,

mais ce n’est tout simplement pas vrai. 

La plupart des pains n’ont rien de bon pour la santé,

qu’ils soient blancs ou complets ! 

Il y a des exceptions – et je vous dirai quels types de pain privilégier. 

Mais vous devez comprendre pourquoi

le pain complet classique est problématique,

malgré ses quelques avantages.

oOo

D’accord, le pain complet contient des fibres et des vitamines

Si le pain complet a bonne réputation, c’est qu’il contient plus de bons nutriments que le pain blanc. 

De fait, par rapport au pain blanc, le pain complet vous donnera [1] :

  • 2,5 fois plus de fibres ; 

  • 3 fois plus de magnésium, 2,5 fois plus de potassium et 2 fois plus de fer ; 

  • 3 fois plus de vitamine B3 et 2 fois plus de vitamine B6. 

Le problème, c'est que ces apports ne sont pas très impressionnants. 

Même en avalant cinq morceaux de pain complet (100g), vous ne dépasserez pas le quart des apports recommandés en fibres. Vous ne couvrirez que 18 % des apports journaliers recommandés (AJR) en magnésium, 16 % en potassium, 14 % en fer. Pour le reste, c’est encore plus négligeable. 

Une grosse poignée d’amandes (50 g) vous apportera plus de magnésium et de potassium, et autant de fibres et de fer que ces 5 portions de pain complet. 

Avec cet avantage que les amandes n’ont quasiment que des bienfaits pour la santé. Le pain, au contraire, a de nombreux défauts : 

Pain blanc ou pain complet : des sucres plus rapides que le Coca Cola !

Le pain blanc est généralement pointé du doigt parce qu’il est riche en « sucres rapides ». 

C’est vrai : son indice glycémique est autour de 70, comme le sucre de table (l’indice glycémique mesure l’intensité avec laquelle un aliment augmente votre taux de sucre sanguin). 

Il est même plus élevé que celui du Coca Cola, qui n’est « que » de 63 ! 

Mais ce qu’on oublie presque toujours de vous dire, c’est que l’indice glycémique du pain complet est tout aussi élevé que celui du pain blanc. 

Je sais que c’est difficile à croire. 

Aussi je vous suggère d’examiner le tableau des IG établi par la prestigieuse Université de Harvard. [2] Vous pouvez aussi consulter cette étude scientifique réalisée en 2013 qui a montré que la farine complète produit une élévation du sucre sanguin tout aussi forte que la farine blanche. [3] 

Or, réduire votre consommation d’aliments à indice glycémique (IG) élevé est un des gestes les plus importants pour votre santé. 

Lorsque votre taux de sucre dans le sang augmente fortement, votre pancréas est forcé d’intervenir brutalement pour le ramener à la normale, via la production d’insuline. 

Problème : la dose d’insuline nécessaire pour « éteindre le feu » est si forte qu’elle vous conduit, au bout de deux heures, à manquer de sucre dans le sang : vous ressentez alors une légère hypoglycémie, avec une sensation de fatigue et le besoin de manger sucré. 

C’est pourquoi les sucres rapides sont l’ennemi de ceux qui veulent perdre du poids. Pire : sur le long terme, ils accélèrent le vieillissement de l’organisme et peuvent déclencher un diabète de type II. [4] 

Et ce n’est pas le seul défaut du pain : 

AUTANT de gluten dans le pain complet que dans le pain blanc

On tend à l’oublier, mais le pain complet contient la même quantité de glutenque le pain blanc. 

Or les preuves s’accumulent pour montrer qu’une part significative de la population est sensible au gluten [5], et a tout intérêt à l’éviter. 

Attention, je ne parle pas des personnes qui y sont intolérantes : celles-là ne peuvent pas ingérer un gramme de gluten sans une réaction violente et immédiate de leur organisme (c’est la « maladie céliaque »). 

Non, je parle bien des sujets « sains », sans maladie céliaque. Eh bien même chez eux, le gluten peut endommager la paroi de l’intestin, ce qui cause douleurs, troubles digestifs et fatigue. [6] 

Une étude récente a même montré qu’une protéine du gluten, la gliadine, augmente la perméabilité intestinale chez tout le monde, y compris ceux qui ne sont ni intolérants, ni sensibles au gluten. [7] Avec, à la clé, un risque accru de maladies intestinales et auto-immunes. 

Ces deux critères – glycémie et gluten – devraient suffire à vous convaincre de limiter votre consommation de pain complet. 

Mais ce n’est pas tout. Ce qu’on ne vous dit JAMAIS, c’est que sur 3 autres critères, le pain complet est même plutôt pire que le pain blanc : 

PLUS de pesticides dans le pain complet que dans le pain blanc

D’abord, votre pain complet (non bio) contient plus de pesticides que la baguette classique. 

La raison est simple. Le pain complet est réalisé à partir d’une farine qui incorpore les trois éléments du grain de blé : le son (l’enveloppe extérieure du grain), l’endosperme (la couche du milieu) et le germe (la couche intérieure). La farine blanche, elle, ne contient que la couche du milieu. 

Or l’enveloppe externe du grain (le son) est par définition plus exposé à l’épandages de pesticides. L’endosperme de la farine blanche en est au contraire bien protégé, car logé à l’intérieur du grain. 

Résultat : les chercheurs ont en effet constaté que les pesticides se concentrent sur le son du blé [8], dont est fait le pain complet. 

Est-il vraiment nécessaire de préciser qu’il vaut mieux éviter les pesticides ? Pour mémoire, parmi leurs effets délétères, on note une hausse du risque d’inflammation, des maladies cardio-vasculaires [9] et de la maladie de Parkinson. [10] 

Et ce n’est pas tout. 

PLUS d’acide phytique dans le pain complet que dans le pain blanc

Le blé, comme la plupart des céréales, contient beaucoup d’acide phytique, concentré dans son enveloppe externe (toujours le son !). L’acide phytique est néfaste car il empêche votre organisme d’absorber correctement les minéraux essentiels que sont le zinc, le calcium, le fer ou le magnésium. [11] 

C’est particulièrement grave dans le cas du zinc, car la plupart des Occidentaux en sont légèrement carencés, en raison notamment du dramatique appauvrissement des sols de ces cinquante dernières années. 

Or le zinc est vital : essentiel au système immunitaire (il contribue à éviter la grippe et les rhumes l’hiver), il participe à la bonne santé de votre cerveau, de vos yeux, de vos cheveux et d’autres fonctions essentielles. Une carence, même légère, nous rend plus vulnérable aux infections, réduit la fertilité, et alimente les dépressions. 

En cas de carence radicale (rare, fort heureusement), les conséquences sont même gravissimes. 

En 1964, on s’est aperçu que des garçons iraniens et égyptiens avaient des testicules insuffisamment développés, en raison d’une carence extrême en zinc. Pourtant, l’alimentation locale ne manquait pas de zinc. Mais le pain qu’ils consommaient en masse contenait énormément d’acide phytique et leur empêchait d’absorber ce zinc ! [12]  

PLUS d’acrylamide dans le pain complet que dans le pain blanc

Dernier problème du pain complet : son niveau élevé en acrylamide. 

L’acrylamide est LE sujet qui alarme les autorités de santé en ce moment. Pas plus tard qu’au mois de juin 2015, l’EFSA, l’autorité européenne de sécurité alimentaire, a émis l’avis suivant : 

« Sur la base d’études animales, l'EFSA confirme les conclusions des évaluations précédentes selon lesquelles l’acrylamide dans les aliments augmente potentiellement le risque de développement d’un cancer pour les consommateurs de tous les groupes d'âge ».

L’acrylamide est une substance massivement présente dans les frites, les chips et les biscuits, qui sont de toutes façons des aliments à éviter. 

Mais on en trouve également dans des aliments supposés « sains » comme le café et… le pain ! Selon l’EFSA, le pain est responsable d’un quart de l’exposition à l’acrylamide d’un adulte européen moyen. [13] 

Et vous devez savoir que le pain complet contient presque deux fois plus d’acrylamide que le pain blanc. [14] 

En effet, l’acrylamide se forme à haute température à partir de différents sucres et acides aminés, dont principalement l’asparagine. Or on trouve nettement plus d’asparagine dans les farines complètes que dans les farines blanches car cette substance se situe, elle aussi, principalement dans l’enveloppe externe du blé. 

Pourquoi ne vous dit-on pas tout cela ?

Si vous ne connaissiez cette face cachée du pain, c’est pour une raison simple : les autorités de santés sont face à un dilemme difficile ! 

Leur objectif, c’est d’améliorer la situation de ceux qui mangent le plus mal, comme M. Dupont, qui se nourrit toute la journée de chips, de frites, de charcuterie et de biscuits. 

Et pour M. Dupont, le pain complet serait plutôt un progrès, car il contient des fibres, des vitamines et des minéraux ! 

Les autorités ne veulent donc pas diaboliser le pain, de peur que les gens se rabattent vers des solutions encore plus malsaines ! 

Mais si vous, chère lectrice, cher lecteur, vous êtes soucieux de votre santé, alors vous avez beaucoup mieux à faire que le pain « classique ». 

À choisir si vous tenez vraiment à votre pain quotidien

L’idéal, vous l’avez compris, serait d’avoir un pain riche en fibres et en vitamines, pauvre en sucres rapides et en gluten, et dénué de pesticides, d’acide phytique et d’acrylamide. 

Si vous tenez à la farine de blé, il est impossible de réunir tous ces critères. Mais on peut tout de même s’en rapprocher 

Car il existe un pain complet au blé beaucoup plus intéressant que les autres : le pain bio au levain. 

Le bio, par définition, permet d’éviter les pesticides. Quant à la fermentation au levain (qui remplace l’utilisation de la levure), elle est triplement intéressante car elle :

  • Abaisse l’indice glycémique de votre pain, ce qui réduit les effets délétères pour votre poids et votre santé des sucres trop rapides ; 

  • Active la phytase, l'enzyme de destruction de l'acide phytique, ce qui vous permet de mieux absorber les minéraux comme le zinc ; 

  • Hydrolyse partiellement le gluten ce qui rend le pain un peu plus digeste. 

Et vous pouvez encore améliorer la qualité de votre pain en choisissant ceux qui contiennent des blés anciens, moins riches en gluten que les blés modernes. 

Et pour réduire votre consommation d’acrylamide, évitez de faire griller excessivement votre pain, et mettez de côté la croûte, surtout si celle-ci est foncée ou brûlée. 

Le pain idéal

A titre personnel, je trouve que le pain idéal reste toutefois le pain sans gluten, fait maison à partir d’œufs et de farine d’amande. J’ai trouvé plusieurs recettes réellement saines, délicieuses et rapides à faire dans le programme de cours de cuisine « Sans lait sans gluten » de Benjamin Dariouch. L’une de ces recettes est accessible gratuitement ici. 

Ces pains sans gluten réunissent vraiment tous les critères santé. Pour les diabétiques et ceux qui souffrent d’une maladie inflammatoire, ils sont salvateurs. 

Avantage supplémentaire : contrairement aux pains classiques, ils tiennent une semaine entière, à condition d’être bien emballés dans un film plastique, dans un torchon et au frigidaire. Ainsi, pas de gâchis ! 

Xavier Bazin 

Source : http://solutions.sante-corps-esprit.com

Autres sources : 

[1] Site de « l’Observatoire du pain, le centre d’information scientifique sur le pain » 


[2] Glycemic index and glycemic load for 100 foods 

[3] L’étude a été réalisée auprès de diabétiques, mais il n’y a pas de raison de penser qu’on trouverait des résultats différents que chez des non diabétiques. Diabetes Educ. 2013 May-Jun;39(3):376-86. doi: 10.1177/0145721713479675. Epub 2013 Mar 12. Glycemic, insulinemic, and appetite responses of patients with type 2 diabetes to commonly consumed breads. Breen C1, Ryan M, Gibney MJ, Corrigan M, O'Shea D. 

[4] Protein glycation and oxidative stress in diabetes mellitus and ageing, Simon P. Wolff et al. Science Direct 

[5] Julien Venesson, Comment le blé moderne nous intoxique, Thierry Souccar Editions, 2014. 

[6] Gluten causes gastrointestinal symptoms in subjects without celiac disease: a double-blind randomized placebo-controlled trial, 
Biesiekierski JR et al., Am J Gastroenterol. 2011 Mar 

[7] Hollon J, Puppa EL, Greenwald B, Goldberg E, Guerrerio A, Fasano A. Effect of gliadin on permeability of intestinal biopsy explants from celiac disease patients and patients with non-celiac gluten sensitivity. Nutrients. 2015 Feb 27;7(3):1565-76. doi: 10.3390/nu7031565 

[8] Etude Abarac d'Henri Joyeux et Mariette Gerber - Inserm, 2000. 

[9] Diana Teixeira, Diogo Pestana, Cristina Santos, Luísa Correia-Sá, Cláudia Marques, Sónia Norberto, Manuela Meireles, Ana Faria, Ricardo Silva, Gil Faria, Carla Sá, Paula Freitas, António Taveira-Gomes, Valentina Domingues, Cristina Delerue-Matos, Conceição Calhau, Rosário Monteiro. Inflammatory and Cardiometabolic Risk on Obesity: Role of Environmental Xenoestrogens. The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, 2015; jc.2014-4136 DOI: 10.1210/jc.2014-4136 

[10] Rafik Masalha, MD, Ella Kordysh, MD, PhD, Gershon Alpert, MD, Maher Hallak, PhD, Mohammad Morad, MD, Muhammad Mahajnah, MD, PhD, Peter Farkas, MD and Yuval Herishanu, MD.The Prevalence of Parkinson’s Disease in an Arab Population, Wadi Ara, Israel. IMAJ 2010: 12: January: 32-35 

[11] Phytic acid in health and disease, Zhou JR et al, Crit Rev Food Sci Nutr. 1995 Nov 

[12] DiCyan, E. "Beginners Introduction to Trace Minerals" McGraw-Hill/Contemporary Books, 1984. 

[13] Fiche explicative de l’EFSA sur l’acrylamide dans les aliments 

[14] « White bread had a lower mean acrylamide content (15 μg/kg) compared to wholemeal bread (24 μg/kg), which the FSA 
marks as a result of the lower asparagine content of white flour » In Food Standards Agency 

Letter-E3-1024x1024

 

oOo

Posté par evynou35 à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


samedi 20 mai 2017

Élévation du niveau de la mer : le risque d’inondation des côtes va doubler

 

 Résultat de recherche d'images pour "images hausse niveau de la mer"

http://www.sauvonsleau.fr/upload/docs/image/jpeg/2013-11/130607_145714_130607-littoral-f-493x328.jpg

Le réchauffement climatique qui élève le niveau des mers menace les villes côtières et les populations qui vivent dans certaines îles du Pacifique. Une élévation du niveau de la mer de 5 à 10 cm doublera la fréquence des inondations au niveau des tropiques entre 2030 et 2050.

  • Le niveau des mers augmente de 4 mm par an environ dans le monde.
  • D'ici quelques décennies, le risque d'inondations sera doublé au niveau des côtes des régions tropicales.
  • Les populations des villes littorales, des îles du Pacifique au niveau de la mer, sont particulièrement menacées.

Chaque année, le niveau des mers dans le monde monte de 3 à 4 mm, mais ceci pourrait s'accélérer à cause du réchauffement climatique et de la fonte des glaces. À l'horizon 2100, la hausse devrait atteindre entre 30 cm et un mètre, voire plus. Or cette élévation favorise les inondations lors des marées hautes, augmente l'érosion des côtes, modifie la dynamique des vagues et accroît le risque d'inondation.

À quoi faut-il s'attendre exactement dans les années à venir ? Une recherche parue dans  Scientific Reports a analysé ces différents facteurs, en tenant compte notamment des vagues et des tempêtes. L'étude a trouvé que les zones qui seront les premières affectées se trouvent à de basses latitudes, là où les marées sont moins importantes : l'élévation du niveau de la mer y est proportionnellement plus significative.

Cinq à dix centimètres d'augmentation, ce serait deux fois plus d'inondations des côtes au niveau des tropiques dès 2030. L'augmentation constante du niveau de la mer ne cause pas directement des inondations : la plupart du temps, elle est inférieure aux fluctuations normales causées par les marées, les tempêtes ou les vagues. Mais l'élévation du niveau de la mer augmente rapidement la fréquence et la sévérité des inondations côtières : de grandes vagues risquent plus de submerger les protections mises en place sur les côtes.

La ville d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, est particulièrement menacée. © romayan, Fotolia

Des populations côtières devraient se déplacer

L'élévation qui devrait avoir lieu d'ici 2030 à 2050 doublera le risque d'inondation dans des villes comme San Francisco aux États-Unis, Bombay en Inde, Ho Chi Minh au Vietnam ou Abidjan en Côte d'Ivoire. Ceci aura un impact sur l'économie des villes côtières et les conditions de vie dans les îles du Pacifique situées au niveau de la mer. Ces îles sont particulièrement vulnérables aux inondations lors des tempêtes.

La hausse du niveau de la mer semble quasiment inévitable. Le réchauffement du climat et des océans, la fonte des glaces, causent une montée des eaux qui devrait se poursuivre pendant de nombreuses décennies. Les émissions de  gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone dans l'atmosphère restent élevées malgré les politiques mises en œuvre.

Pour Sean Vitousek, de l'université de l'Illinois à Chicago, qui a dirigé cette recherche et qui s'exprime dans  The Guardian, « nous allons devoir [réduire les émissions de dioxyde de carbone] et concevoir les côtes pour arrêter beaucoup de ces événements ». Il donne ce conseil aux lecteurs la prochaine fois qu'ils iront à la plage : « pensez à ce que serait cette zone dans certains de ces scénarios de montée du niveau de la mer, d'un demi-mètre ou d'un mètre. Vous verrez que c'est une proposition assez effrayante ».

Hausse du niveau de la mer : une preuve de l'effet des activités humaines

Article du CNRS paru le 2 décembre 2014

Quelle est l'influence de l'Homme sur l'élévation du niveau de la mer ? En s'appuyant sur les données d'un vaste réseau de marégraphes disséminésaux quatre coins de la planète, une équipe internationale montre que la hausse du niveau des océans observée depuis plus d'un siècle dans les enregistrements marégraphiques ne peut, dans deux tiers des cas, être expliquée sans tenir compte de l'impact de nos activités. La cause première est-elle le réchauffement ou les aménagements du littoral ? L'étude ne le dit pas.

Installés vers la fin du XIXe siècle dans plusieurs villes portuaires de la planète pour faciliter la navigation, les marégraphes nous fournissent également un aperçu de l'évolution du niveau des océans au cours des 100 à 150 dernières années. Par l'analyse de ces données séculaires provenant de 59 marégraphes disséminés à travers le globe, une équipe franco-allemande est parvenue à déterminer, pour la première fois, la contribution des activités humaines dans l'élévation du niveau de la mer.

Pour mener à bien leurs investigations, les chercheurs se sont appuyés sur le fait que, de manière naturelle, le  niveau de la mer en un lieu précis et à un instant t dépend en partie des valeurs qui l'ont précédé. Un peu comme si celui-ci possédait une mémoire de toute l'histoire antérieure de ses fluctuations. « En appliquant des méthodes statistiques aux enregistrements marégraphiques dont nous disposions, nous avons pu tenir compte de cet effet mémoire et distinguer ainsi la part naturelle de la part anthropique de l'élévation du niveau des océans à la fois à l'échelle régionale et globale », précise Mélanie Becker, scientifique au sein d'Espace-DEV (IRD / Université Montpellier 2/ Université de La Réunion/ Université des Antilles et de la Guyane) et principal auteur de ces travaux.

Contribution anthropique minimale dans la tendance du niveau de la mer détectée dans les marégraphes de l'Atlantique du nord au cours du XXe siècle. Chaque cercle correspond à la position d'un marégraphe. Les couleurs correspondent à la répartition de la composante anthropique (rouge) et naturelle (gris) dans la tendance du niveau de la mer. © Mélanie Becker

Les activités humaines ont élevé le niveau de la mer de 1 mm/an

L'étude, publiée dans la revue  Geophysical Research Letters, montre ainsi qu'au niveau des villes de New-York, Baltimore, San Diego, Marseille et Mumbai, l'impact de l'Homme a contribué à plus de 50 % à l' élévation du niveau de la mer au cours du XXe siècle. Il en va de même le long du littoral sud de la mer du Nord et dans la mer Baltique. À l'échelle de la planète, l'équipe estime par ailleurs qu'au cours du XXe siècle, les activités humaines ont engendré une élévation de 1 mm par an du niveau des océans, soit plus de la moitié de la hausse observée durant cette période.

Néanmoins, bien que la méthode employée montre sans ambiguïté l'implication à long terme des activités humaines sur l'élévation du niveau de la mer, elle ne fournit aucune information sur les causes de cette hausse : « En recoupant les données issues des enregistrements marégraphiques avec l'analyse détaillée et contextualisée de chaque situation locale étudiée, nous pourrons déterminer si l'élévation du niveau des océans résulte de perturbations locales telles que les aménagements portuaires ou d'un bouleversement à grande échelle comme le  changement climatique », conclut Mikhail Karpytchev, chercheur au LIENSs (CNRS / Université de La Rochelle) et coauteur de ces travaux.

La banquise arctique en mars 2017 : maximum hivernal historiquement bas

http://www.dailymotion.com/video/x5g1plg_la-banquise-arctique-en-mars-2017-maximum-hivernal-historiquement-bas_news

La banquise hivernale arctique de 2017 était la plus petite jamais observée  Comme on peut le voir dans cette vidéo de la Nasa, l’expansion de la banquise hivernale a atteint sa plus grande extension le 7 mars 2017. La surface de mer couverte de glace fut alors la plus basse jamais mesurée lors d'un maximum saisonnier. Les zones grises plus foncées traduisent une couverture glacée plus fine qu’ailleurs, donc plus fragile. La banquise estivale, fin septembre 2016, était à un niveau très bas. L’hiver a eu ensuite du mal à s’installer. Aux antipodes, la banquise estivale autour de l’Antarctique était aussi à un niveau historiquement bas. 

Auteur : Marie-Céline Jacquier, Journaliste

Sourcehttp://www.futura-sciences.com/planete/actualites/oceanographie-elevation-niveau-mer-risque-inondation-cotes-va-doubler-56263/

 

 

Posté par evynou35 à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 19 mai 2017

Smartphone: comment bloquer un numéro?

Smartphone: comment bloquer un numéro?
Démarchage en tout genre, appels incessants d’un opérateur...
Vous pouvez échapper aux contacts indésirables en bloquant les numéros sur votre mobile.
oOo

Vous en avez assez d’être harcelé par le même démarcheur ou une ancienne connaissance envahissante qui ne cesse de vous appeler? Si vous avez identifié leur numéro de téléphone, vous pouvez les bloquer. Mode d’emploi. 

 

• Sur Iphone

- Bloquer un contact: 
Allez dans ->Téléphone -> Contacts puis dans la fiche de votre contact, en bas, choisissez -> Bloquer ce correspondant.

- Le correspondant vous a déjà appelé mais n’est pas dans votre répertoire:
Allez dans ->Téléphone -> Appels puis cliquez sur l’icône "i" à droite du numéro. Plusieurs options apparaissent (Appeler, envoyer un message….).  Tout en bas, cliquez sur ->Bloquer ce correspondant. La personne ne pourra plus vous appeler, ni vous envoyer de sms. Elle sera dirigée vers votre boîte vocale. Libre à vous de la débloquer quand vous le souhaitez. 

- Bloquer un numéro avant qu’il vous appelle
Apple ne permet de bloquer que des contacts de votre répertoire. Vous devez donc créer une fiche correspondant au numéro indésirable avant d'effectuer cette manipulation. Allez dans ->Téléphone -> Contacts 
->+, nommez votre fiche et ajoutez le numéro, puis retournez dans 

->Réglages ->Téléphone -> N° bloqués et ajoutez le contact. 

• Sur Android

- Bloquer un contact
Cliquez sur la fiche du contact indésirable, appuyez sur la touche menu de votre Android (ou sur les trois points, selon le modèle). Cochez "Tous appels vers messagerie" ou "Ajouter à la liste de rejet" pour bloquer le correspondant lors de ses prochains appels. 

- Bloquer un numéro qui n'est pas dans votre répertoire
Créez une fiche contact associée au numéro que vous souhaitez ignorer, par exemple "Liste noire" puis procédez comme pour un contact normal en cochant "Tous appels vers messagerie". Cette astuce vous permet d’associer plusieurs numéros envahissants à une même fiche en les regroupant.

Certains téléphones permettent d’éviter cette étape, vous pouvez directement les "Ajouter à la liste de rejet" même s'ils ne sont pas dans votre répertoire.

Posté par evynou35 à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 18 mai 2017

Pour sauver les arbres en péril du canal du Midi, courons !

 

Résultat de recherche d'images pour "images canal du midi"

http://www.locaboat.com/images/destinations/croisiere-midi-camargue/platanes-du-midi.jpg

1, 2, 3 canal !, c'est le nom d'une opération organisée le dimanche 14 mai à Toulouse. Moyennant une petite participation, des amoureux du canal du Midi pourront courir ou marcher en famille et aider ainsi à sauver ses berges. Depuis des années, une opération d'arrachage des platanes et de replantages d'autres essences est menée pour lutter contre un impitoyable champignon.

Autour du vénérable canal du Midi - 350 ans -, des platanes sont régulièrement arrachés pour combattre un fléau : le chancre coloré, un champignon qui ronge le bois de ces arbres. Plantés à 8 m les uns des autres, ils ont depuis longtemps entremêlé leurs racines et c'est par là que le parasite, apparu en 2006, poursuit son inexorable progression. L'arrachage est donc la seule solution.

Or, ces platanes ne sont pas là que pour faire de l'ombre mais aussi pour stabiliser les berges. Depuis 2013, VNF (Voies Navigables de France), le gestionnaire des cours d'eau, a lancé un appel au peuple pour financer le replantage d'autres essences, chêne chevelu, tilleul à grandes feuilles, érable plane, micocoulier et peuplier blanc. Entreprises et particuliers ont répondu à l'appel et 5.700 arbres ont déjà été plantés. Il en reste encore beaucoup à ajouter et il faut aussi effectuer un travail de restauration des berges.

Pour renouveler l'adhésion du public, comme en 2016, VNF organise le dimanche 14 mai, une journée de marche et de course à Toulouse, au départ du muséum d'histoire naturelle. Tout le monde peut y participer puisque cette sortie se décline en trois versions : une marche de 2,5 km et deux courses, l'une de 5 km et l'autre de 10 km. Le droit d'inscription (respectivement 9, 15 et 17 euros par personne au-dessus de 10 ans) servira intégralement à l'opération de replantage.

En péril, les arbres du canal du Midi appellent les entreprises à l'aide

Article de Delphine Bossy publié le 16 décembre 2013

Depuis 2006, les platanes bordant les rives du canal du Midi sont atteints d'une maladie aujourd'hui incurable, le chancre coloré. VNF (Voies navigables de France) se bat pour contenir la maladie et créait la semaine dernière le club des entreprises mécènes du canal du Midi. À ce jour, déjà 11 entreprises se sont jointes à la cause. Dans ce contexte, Jacques Noisette, représentant VNF à Toulouse, fait le point de la situation pour Futura-Sciences.

Le canal du Midi, ou plutôt sa superbe voûte arborée, qui lui a valu son entrée au patrimoine de l'Unesco, est malade. Depuis 2006, un champignon, couramment appelé le chancre coloré (Ceratocystis platani), décime exclusivement les platanes le long du canal. À ce jour, on ne connaît aucun moyen de contenir la maladie, si ce n'est en abattant et brûlant les arbres sur place. Voies navigables de France (VNF) développe depuis des années un projet de protection du canal. Il vise à contenir la maladie et restituer au site son image si emblématique.

La semaine passée, VNF créait le club des entreprises mécènes du canal du Midi. Les dons recueillis seront entièrement versés au projet d'abattage et de replantation d'essences résistantes au chancre coloré. Jacques Noisette est impliqué dans le projet depuis la détection des premiers arbres malades. Représentant de VNF à Toulouse, il répond aux questions de Futura-Sciences et fait le point sur la situation et les projets à venir pour préserver ce site classé, et fierté des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

Les alignements de platanes le long du canal du Midi forment une voûte arborée qui fait le charme du site. © Thomas Claveirole, Flickr, cc by sa 2.0

Futura-Sciences : Le chancre coloré a été repéré pour la première fois en 2006 dans les platanes du canal du Midi, qu’en est-il aujourd’hui ?

Jacques Noisette : Le canal du Midi s'étend sur 240 km, et regroupe 190.000 arbres, dont 42.000 platanes. En 2006, les premiers arbres atteints par le chancre coloré ont été découverts dans le secteur de Villedubert, à proximité de Carcassonne. À ce moment-là, on parlait de quelques arbres malades. Mais le chancre s'est rapidement propagé le long du canal, en direction de la mer. Ensuite, l'infection est remontée vers le nord, le foyer le plus septentrional est à Castelnaudary. Aujourd'hui, on estime que plus de 10.000 arbres sont concernés. Ils sont soit malades, soit morts, soit sains mais si proches d'un foyer qu'ils sont condamnés. De plus, nous devons circonscrire la maladie en abattant des arbres de chaque côté du foyer.

Comment le chancre coloré se propage-t-il ? Et pourquoi affecte-t-il autant le canal du Midi ?

Jacques Noisette : Au début, le chancre se répandait le long du canal du Midi en direction de la mer, nous pensions donc que le facteur de transmission principal était l'eau. Mais ensuite les foyers infectés sont repartis en amont. L'eau ne sachant pas remonter, il y avait d'autres causes. De fait, la propagation n'a rien de linéaire, et c'est bien là le problème. La maladie survient par contact et blessure sur l'arbre. Il existe de multiples façons de la répandre et notamment via le puissant système racinaire des platanes.

Le chancre coloré est un champignon macroscopique qui entre à l'intérieur de l'arbre et bouche les canaux de sève. Il peut le tuer en deux à trois ans. Les platanes du canal du Midi ont été plantés au XIXe siècle, avec seulement 7 ou 8 m d'écart entre chaque. Aujourd'hui, les platanes sont connectés entre eux, leurs racines sont interconnectées, et deviennent des autoroutes pour le champignon. Il suffit qu'il y en ait un d'infecté et tous ceux liés sont alors des proies faciles.

Par ailleurs, ce champignon pénètre dans l'arbre à partir d'une blessure. Les racines des platanes sont immergées, il arrive donc qu'un bateau effectuant une manœuvre heurte quelques racines. D'autres s'amarrent aux arbres. Enfin, les travaux d'entretien des espaces naturels, en bordure du canal, peuvent aussi être des facteurs de propagation si les instruments ne sont pas désinfectés correctement.

Le chancre coloré attaque exclusivement les platanes, mais il existe d'autres chancres, commme le chancre nectrien qui attaque les pommiers par exemple. © Wikipédia, GNU 1.2

Si les platanes sont si connectés, comment éradiquer ce champignon ?

Jacques Noisette : Malheureusement à ce jour, il n'existe aucun moyen de tuer le chancre coloré. Ce champignon aurait été introduit en France en 1945, lors des débarquements américains en Provence. Les munitions des soldats étaient rangées dans des caisses en bois probablement contaminées. Depuis, le chancre s'est répandu dans toute la Provence et a décimé les forêts de platanes. L'Inra travaille depuis longtemps sur ce fléau, mais les recherches n'ont pas permis de développer un quelconque « antidote ». Lorsque les arbres sont malades, il n'y a hélas aucune autre solution, conformément à la réglementation, que de couper et brûler sur place les plantations.

La particularité du canal du Midi est que les platanes ont été plantés tous en même temps, ils ont près de 150 ans et sont donc tous vulnérables. En outre, seule une essence d’arbre a été plantée, c'est une monoculture. Rien ne peut donc limiter la propagation de la maladie. C'est un peu comme un château de cartes, touchez en une et tout tombe.

VNF est très impliquée dans le projet de sauvetage des plantations du canal du Midi, comment agissez-vous pour le sauver ?

Jacques Noisette : Nous avons lancé les premières campagnes d'abattage en 2006. C'est un travail assez laborieux, car il faut désinfecter tous les outils, couper et brûler sur place. Le canal n'est pas large, il faut veiller à surtout ne pas répandre les spores du champignon durant les abattages. En collaboration avec les deux régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon et les services de l'Etat, nous avons monté un projet de restauration des plantations. Depuis 2011, nous avons replanté sur trois sites, à Trèbes, Villedubert et Castelnaudary. Nous allons démarrer cet hiver une nouvelle campagne de replantation.

À ce jour, l'objectif est de recréer l'image du canal du Midi, notamment cette voûte. Le platane ne sera pas replanté, nous avons donc cherché des essences qui permettraient de recréer la monumentalité du canal. Sur 60 % des espèces du linéaire, il a été décidé de ne prendre que des arbres de nos régions, comme le chêne, l'orme, le peuplier blanc ou le pin. Pour les 40 % restants, nous préconisons une espèce dite « jalon », qui sera récurrente sur tout le long du canal, et devra répondre à un certain nombre de critères : une taille supérieure à 30 m, une bonne adaptabilité au bord de l'eau, vivre plus de 150 ans, résister aux différents parasites, s'adapter à différents sols et milieux, présenter un ombrage de qualité avec un potentiel de voûte, être caduque, présenter de préférence une écorce claire.

Les différents candidats à l'espèce jalon seront replantés et observés durant dix ans, laps de temps nécessaire pour élire le meilleur candidat. À Trèbes et Castelnaudary, nous avons replanté des platanors. C'est une variété de platane qui résiste au chancre coloré et compte parmi les sept essences.

Vous venez de lancer le club des entreprises mécènes du canal du Midi, pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ?

Jacques Noisette : Le projet de restauration des plantations du canal du Midi a été estimé à environ 200 millions d'euros sur 20 ans. C'est évidemment hors de capacité pour VNF seule. L'État avait proposé que cette somme soit financée par trois tiers : l'État/VNF, les collectivités territoriales et le mécénat. Ce dernier vise trois cibles, le grand public, les entreprises et les grands mécènes.

Nous avons lancé la première grande campagne de dons auprès du grand public en juillet et novembre. La semaine dernière nous avons lancé le deuxième volet, avec la création du club des entreprises mécènes du canal du Midi. Les industriels se sentent aussi concernés par la restauration du canal. Airbus, Arterris, Le Boat et bien d'autres entreprises nous soutiennent. Nous mènerons une campagne auprès des grands mécènes un peu plus tard.

Quels sont les objectifs pour 2014 ?

Jacques Noisette : D'un point de vue financier, l'objectif de VNF est de réunir 30 millions d'euros sur 15 ans, tout mécénat confondu. Pour l'année 2014, nous prévoyons 4.000 abattages, et nous replanterons un millier d'arbres.

Concernant des traitements éventuels, des entreprises privées nous ont contactés, dont en particulier l'entreprise toulousaine Setec, parce qu'elle propose d'expérimenter un système qui permettait de détecter l'infection, de la ralentir ou même de traiter les arbres. Le dossier est actuellement en cours d'étude au Ministère de l'agriculture, mais s'il est validé, le protocolesera déployé. Sur les prochaines campagnes d'abattages, sur le secteur de Castelnaudary et de Sallèle-d'Aude, une vingtaine d'arbres infectés ne serons pas coupés, ils serviront d'arbres tests. Couper tous ces beaux platanes nous fait mal au cœur, mais nous devons tous sauvegarder ce superbe site. Il est classé au patrimoine de l’Unesco, c'est de notre devoir de le protéger et de le restaurer, pour le transmettre aux générations futures.

Jean-Luc Goudet, journaliste

Sourcehttp://www.futura-sciences.com/planete/actualites/developpement-durable-sauver-arbres-peril-canal-midi-courons-50878/

 

oOo

 

 

 

Posté par evynou35 à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 17 mai 2017

Quelle différence entre un pingouin et un manchot ?

 

  Pingouin torda - Alca torda - Razorbill         19manchot-royal          

http://www.lililamouette.com/la-mer/les-animaux-de-la-mer/pingouins-ou-manchots

Pingouin et manchot sont des appellations dites « vernaculaires ». En d'autres termes, elles ne renvoient pas réellement à des distinctions scientifiques. Pourtant, pingouin et manchot sont différents aussi bien par leur morphologie que par leur habitat.

Les Anglais emploient le terme « penguin » pour désigner l'animal que nous, Français, appelons... manchot ! Pour les Allemands, c'est le Pinguin, pour les Espagnols, le pingüino et pour les Italiens, le pinguino. De quoi — en plus d'un plumage noir et blanc trompeur — entretenir une certaine confusion, du moins lexicale.

Le manchot pygmée est le plus petit manchot du monde. Sans son plumage bleuté, il pourrait presque être confondu avec un pingouin. © Fir0002, Wikipédia, GFDL

Le manchot, un oiseau marin

En français, le terme « manchot » se rapporte à une dizaine d'oiseaux marins. Tous vivent dans les contrées froides de l'hémisphère sud, notamment en Antarctique. Il appartient à la famille des Sphéniscidés. Avec la forme de ses ailes, le manchot ne vole pas. En revanche, ses ailes et la forme fuselée de son corps en font un bon nageur.

Le manchot empereur est le plus grand que nous connaissons. Il mesure jusqu'à 130 cm pour un poids de quelque 40 kg. Le plus petit, quant à lui, se nomme le petit manchot bleu ou manchot pygmée. Il mesure quelque 40 cm et pèse environ 1,3 kg.
Les pingouins sont des oiseaux capables de voler. © jack_spellingbacon, Wikipédia, CC by 2.0

Deux espèces de pingouins

Le terme « pingouin », quant à lui, désigne deux espèces d'oiseaux de la famille des Alcidés. Le grand pingouin a disparu depuis le milieu du XIXe siècle. Comme le manchot, il ne pouvait pas voler.

Particulièrement sensible à la pollution aux hydrocarbures et menacé par la réduction de ses ressources alimentaires, le petit pingouin est classé « en danger critique » en France — on en trouve en Bretagne —, mais il subsiste toujours dans notre hémisphère nord. Lui peut voler, et même plutôt bien et loin.

Sachez enfin que le pingouin mesure au maximum 50 cm pour un poids ne dépassant pas les 700 g.

https://gcdn.2mdn.net/videoplayback/id/5520213024d1d8f7/itag/18/source/doubleclick_dmm/ratebypass/yes/acao/yes/ip/0.0.0.0/ipbits/0/expire/3638958427/sparams/id,itag,source,ratebypass,acao,ip,ipbits,expire/signature/B86539E672B10DE9CC62DD470105C63825F2416B.4BEB93D9D87C34025F50AD97F3264D867A362CF6/key/ck2/file/file.mp4

Le manchot royal, témoin de l’état alarmant de l’écosystème marin. Observés au quotidien par des balises Argos, les manchots sont un bon indicateur des stocks de poissons dans une zone donnée. Obligés de parcourir des distances toujours plus grandes, ils pourraient bientôt disparaître. Le CNES nous explique pourquoi au cours de cette vidéo. 

Nathalie Mayer, Journaliste

Source : http://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/animaux-difference-pingouin-manchot-7348/

 

oOo

 

 

 

 

Posté par evynou35 à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 15 mai 2017

Comment fabrique-t-on du papier ?

Résultat de recherche d'images pour "images papeterie mimizan"

http://www.usinenouvelle.com/mediatheque/8/5/3/000142358_image_896x598/papier.jpg

Le papier a été découvert par les Chinois, il y a quelque 2.000 ans. Comment le fabrique-t-on ? Les technologies de fabrication du papier ont beaucoup évolué ces dernières années, mais les grandes étapes de production restent les mêmes.

Pour la fabrication du papier, l'industrie papetière a besoin de fibres de cellulose.

Le bois, matière première

Celle-ci provient essentiellement de sous-produits de l'exploitation forestière (chutes de sciage, copeaux, etc.) ainsi que de papiers et de cartons recyclés. Pour améliorer les caractéristiques du papier, des additifs peuvent être ajoutés à la cellulose.

La pâte à papier

Pour fabriquer la pâte à papier à partir de bois, il faut séparer les fibres de cellulose qui sont maintenues entre elles par de la lignine. Pour ce faire, on râpe le bois sur des meules ou on le traite chimiquement dans d'immenses autoclaves. Avec de la pâte à papier dite mécanique, on produira plutôt du papier journal. Avec de la pâte à  papier chimique, on pourra fabriquer des papiers à grande résistance, type sacs d'épicerie.

Pour fabriquer de la pâte à papier à partir de cartons récupérés, on les broie et on les met en suspension dans de l'eau. Brassés, épurés et désencrés, ils constituent ensuite une pâte recyclée. Ce type de pâte à papier sert généralement à produire du carton ou des papiers à usage domestique ou industriel.

Ce défibreur exposé à l’écomusée de Bergisch Gladbach (Allemagne) permet de fabriquer la pâte à papier, ingrédient de base du papier. © Frank Vincentz, Wikipédia, CC by-sa 3.0

Le blanchiment

Pour obtenir des papiers plus blancs, la pâte à papier est soumise à des traitements chimiques qui permettent d'éliminer un peu plus de lignine. Cette opération de blanchiment, même si elle est aujourd'hui mieux contrôlée, reste coûteuse et néfaste pour l'environnement.

La feuille de papier

La pâte à papier doit ensuite être débarrassée de la grande quantité d'eau qu'elle contient. Pour ce faire, elle est projetée sur une toile en mouvement puis pressée entre des rouleaux. La feuille qui en sort est alors séchée (vapeur, infrarouge, coussins d'air, micro-ondes).

La finition

Les papeteries fabriquent différents types de papiers. Selon la finition attendue, la feuille peut alors être lissées et/ou recouverte de glaises, de pigments et/ou de colorants destinés à améliorer ses propriétés, vis-à-vis de l'impression notamment. Enfin, la feuille est enroulée en bobine avant d'être découpée en feuilles ou en bobines plus petites, prêtes à être livrées.

Nathalie Mayer, journaliste

Source : http://www.futura-sciences.com/sciences/questions-reponses/physique-fabrique-t-on-papier-6258/


 

 

 

 

Posté par evynou35 à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :