jeudi 4 septembre 2014

Jardin insolite : À Rennes, des tomates sur les terre-pleins publics

photo yann bourhis (en arrière-plan) et son copain, gaby navennec, bichonnent leurs tomates plantées sur un terre-plein, à la sortie du métro anatole-france. © ouest-france.

Yann Bourhis (en arrière-plan) et son copain, Gaby Navennec, bichonnent leurs tomates plantées sur un terre-plein, à la sortie du métro Anatole-France.© Ouest-France.

Le mouvement des Incroyables comestibles, né en Angleterre, fait des émules. A Rennes, des habitants transforment des espaces verts publics en potagers, ouverts à tous.

Le Rennais Yann Bourhis a décidé de planter des tomates au beau milieu du boulevard, sur un terre-plein de son quartier Anatole-France. « Franchement, c'est une super idée, parce que les légumes frais ça coûte cher et beaucoup d'étudiants n'ont pas les moyens », apprécie un jeune homme à la sortie du métro Anatole-France.

Incroyables comestibles

Il s'arrête quelques minutes devant les plants de tomates qui commencent à rougir, sur le terre-plein central, avenue du 41e RI. Pas l'endroit rêvé pour un potager. Qu'importe ! « L'important c'est de faire prendre conscience aux gens que l'on peut transformer nos espaces verts publics en potagers, ouverts à tous », explique Yann Bourhis.

Le mouvement des Incroyables comestibles commence à essaimer à Rennes, où plusieurs habitants cultivent les massifs et pelouses de leur quartier.

Ouest-France

Source :

http://www.rennes.maville.com/actu/actudet_-jardin-insolite-a-rennes-des-tomates-sur-les-terre-pleins-publics

Posté par evynou35 à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


mercredi 3 septembre 2014

Le ménisque, vous connaissez ???

 

Haaarch ! que c'est dur aujourd'hui ! (ça fait deux jours que je ne dors que 3 ou 4 heures grand maximum).

Je suis en pétard parce que tout ce que j'avais mis en place comme activités, et ben, à cause d'un putain de ménisque, c'est stoppé !

Stoppée en plein envol.

Moi qui commençait à être "sportive", entre le travail en salle (20 mn de marche rapide sur tapis de marche) + 20 mn vélo rapide + 1h00 de balnéo "active"), le vélo à assistance électrique (minimum 1h00/maximum 1H30) + la reprise' de l'Aquagym senior qui reprend en octobre...

Et bien non, mon corps en a décidé autrement, il fait sa crise !

Un mouvement trop rapide pour me retourner vers Simone et "clock" qu'il a fait mon genou.

Ça tient à peu de chose tout de même !

Le ménisque : coussinet de cartilage fibreux dans l'articulation du genou (voir croquis ci-dessus).

En 2005, il avait déjà une sale gueule d'après mon toubib ; pour le coup, il ne doit être pas du tout beau à voir.

L'IRM que j'ai subie hier me dira ce qu'il en est exactement et si je dois... passer sur le billard ; mais ça n'arrange pas mes affaires tout ça car j'ai des choses à faire.

Prioritairement, je dois descendre dans le Vaucluse pour voir ma Maman qui va fêter ses 92 printemps et qui connaît quelques petits problèmes de santé en ce moment.

J'aimerais partager quelques moments heureux avec elle, tant qu'il est encore temps !

Alors voilà, il m'emmerde mon corps ; encore une fois, c'est lui qui a le dernier mot mais je n'ai pas dis le mien !

STOP, arrête de râler Evelyne et ne te plains pas, il y a pire que toi ; oui, mais il y a mieux !

Posté par evynou35 à 18:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Disparition des insectes : une catastrophe silencieuse

Pour François Ramade, professeur émérite d'écologie à l'université de Paris-Sud, les insecticides modernes, notamment les néonicotinoïdes, sont responsables d'une véritable "catastrophe écologique". Et, selon lui, "la réponse des pouvoirs publics des pays développés et des institutions multilatérales est absente ou dérisoire".

Les personnes de plus de 40 ans se souviennent des pare-brise, phares et calandres de voiture constellés de cadavres d'insectes. La propreté des voitures actuelles est le signe d'une disparition massive d'insectes qui doit nous alarmer.

L'agriculture moderne a permis, par l'usage massif d'« intrants », une augmentation considérable de la productivité des cultures. Elle atteint depuis quelques décennies des limites dues à l'impact environnemental de ses pratiques. En effet, l'accroissement de productivité qu'elle a permis n'est pas dû à une révolution biologique dans le contrôle de la photosynthèse, mais à un recours sans cesse accru aux engrais chimiques et aux pesticides, dont les conséquences écologiques néfastes sont connues.

Dès les années 60, la naturaliste américaine Rachel Carson décrivait dans son best-seller Silent Spring la lente éradication des peuplements d'oiseaux par l'usage irréfléchi du DDT et d'autres insecticides organochlorés.

Adieu abeilles, papillons, oiseaux

Un danger plus redoutable nous menace avec l'usage des insecticides néonicotinoïdes, dont la molécule dérive de celle de la nicotine. Cette dernière, cause de l'addiction des fumeurs de tabac, est aussi un très puissant insecticide utilisé entre les deux guerres mondiales. Au début des années 90, les chimistes ont mis au point de nouvelles molécules dont l'imidaclopride, la clothianidine ou le thiamethoxam aussi insecticides que la nicotine, mais d'une plus grande stabilité moléculaire. Elles ont aussi pour « avantage » d'être « systémiques » : elles passent directement du sol dans les plantes par absorption radiculaire et pénètrent via la sève jusqu'à l'extrémité des pousses des feuilles et des fleurs. Elles se maintiennent au-delà de deux ans dans les sols, de sorte que, plusieurs saisons après l'épandage, d'autres plantes seront contaminées.

Ces insecticides sont à l'origine du déclin des pollinisateurs dont les abeilles mais, au-delà, de l'ensemble des insectes et donc de la plupart des oiseaux, majoritairement insectivores. Il faut savoir qu'en sus des abeilles la pollinisation des plantes cultivées est assurée majoritairement (à près de 80 %) par d'autres insectes, surtout des hyménoptères dits apoïdes. Certains d'entre eux sont sociaux, tels les bourdons, mais la plupart de ces bienfaiteurs de l'humanité sont solitaires. Depuis l'introduction des néonicotinoïdes en 1995, on observe un effondrement du nombre d'abeilles et une dégénérescence des ruches. En France, le nombre de ruches a chuté de 2 millions en 1996 à 600 000 aujourd'hui.

Simultanément s'observe une réduction brutale du nombre de pollinisateurs sauvages et, au-delà, de l'ensemble des insectes, comme l'a montré la récente campagne nationale de dénombrement des papillons. Diverses recherches, dont certaines effectuées en France, ont démontré la responsabilité directe des néonicotinoïdes dans cette hécatombe. Des abeilles butineuses équipées de nano-GPS traitées avec de très faibles doses d'imidaclopride se sont révélées incapables de retrouver leur ruche, ce qui explique la disparition des ouvrières et l'extinction des colonies. Ce déclin massif des insectes pollinisateurs constitue une menace calamiteuse pour l'agriculture. La disparition des abeilles et des hyménoptères apoïdes signifierait la fin de nombreux végétaux cultivés et entraînerait des pertes agricoles pouvant atteindre plusieurs centaines de milliards d'euros par an. Pis encore, la sécurité alimentaire de l'humanité ne serait plus assurée.

Solutions européennes dérisoires

Face cette catastrophe écologique en cours, la réponse des pouvoirs publics des pays développés et des institutions multilatérales est absente ou dérisoire. Les agences compétentes de l'ONU, tels la FAO ou le Pnue, ne se sont pas saisies du problème. En France et dans d'autres pays européens, l'interdiction partielle de l'imidaclopride et du fipronil n'est pas suffisante, tout comme la décision récente de l'Union européenne d'interdire pour trois ans le premier de ces insecticides ainsi que la clothianidine et le thiamethoxam. C'est l'interdiction de la totalité des néonicotinoïdes qui s'impose de toute urgence ! Un groupe international d'experts s'est créé en 2009, à l'initiative de Maarten Bijleveld, ancien secrétaire scientifique de la commission écologie de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il a rassemblé les preuves scientifiques justifiant cette interdiction et milite auprès des pouvoirs publics européens et des institutions internationales pour l'obtenir. Où sont les politiques en charge de notre avenir ?

* François Ramade est professeur émérite d'écologie à l'université de Paris-Sud (Laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution de la faculté des sciences d'Orsay) et auteur du Dictionnaire encyclopédique de l'écologie et des sciences de l'environnement (Dunod).

Source :

http://www.marianne.net/Disparition-des-insectes-une-catastrophe-silencieuse

 

 

Posté par evynou35 à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

US Open: Gaël Monfils se qualifie pour les quarts de finale

Gaël Monfils, le 2 septembre 2014 à l'US Open.

TENNIS - «La Monf» s'est imposée face au Bulgare Grigor Dimitrov...

Gaël Monfils a atteint pour la deuxième fois de sa carrière les quarts de finale de l'US Open en battant le Bulgare Grigor Dimitrov 7-5, 7-6 (8/6), 7-5, mardi.

Au prochain tour, le n°3 français et 24e mondial sera opposé soit au Suisse Roger Federer, soit à l'Espagnol Roberto Batista Agut.

Un beau cadeau d'anniversaire

Monfils, qui a fêté ses 28 ans lundi, participera au sixième quart de finale de sa carrière dans un tournoi majeur, dont quatre à Roland Garros, notamment cette année.

Le Parisien, qui se déplace sur le circuit ATP sans entraîneur, a dépassé une seule fois le stade des quarts de finale, en 2008 à Roland Garros, où il avait atteint le dernier carré.

En 2014, son meilleur résultat est sa victoire dans le tournoi de Montpellier, le cinquième titre à son palmarès.

Source :

http://www.20minutes.fr/sport/1436239-20140902-us-open-gael-monfils-qualifie-quarts-finale

Posté par evynou35 à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 2 septembre 2014

L’effet de la pleine lune sur l’homme : Mythe ou réalité ?

L’effet de la pleine lune sur l’homme : Mythe ou réalité ?

Les croyances et superstitions sur la pleine lune ont toujours été nombreuses et variées. Toujours décriées et pointées du doigt, une étude prouve aujourd’hui que la pleine lune a bien un effet sur l’homme : elle réduit de 20 minutes la durée du sommeil. Explications…

Depuis d’innombrables années, les chercheurs veulent savoir si la pleine lune a bien une influence sur le sommeil de l’homme. C’est aujourd’hui chose faite grâce à une récente étude suédoise qui vient d’apporter de nouvelles preuves que la Lune affecte bien le sommeil humain.

Les chercheurs de l'Université de Göteborg ont réuni 47 personnes en bonne santé âgées de 18 à 30 ans pour effectuer cette recherche. A l’origine, l’étude examinait la manière dont les bruits pouvaient troubler le sommeil. Mais « une nouvelle analyse de nos données a montré que la sensibilité, mesurée comme la réactivité du cortex cérébral, est à son maximum pendant la pleine lune », a indiqué le chercheur principal, Michael Smith. « Les sujets dormaient en moyenne 20 minutes de moins et avaient plus de difficulté à s'endormir pendant la phase de la pleine lune. Cependant, l'influence la plus forte sur le sommeil paradoxal paraissait être pendant la nouvelle lune. »

Les résultats sont similaires à ceux d'une étude suisse de 2013. « Il se peut donc qu'il existe une horloge biologique intrinsèque qui est affectée par la Lune, semblable à celle qui régule le rythme circadien », suggère Smith. Toutefois attention, il pense que« des études plus strictement contrôlées ciblant ces mécanismes sont nécessaires avant que l'on puisse tirer des conclusions plus définitives. »

Source :

http://www.entrepatients.net/fr/sante/actualites/894403-troubles-sommeil

Posté par evynou35 à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


dimanche 31 août 2014

Champignons : les signes d'une intoxication

Qu'elle sentait bon, cette poêlée de champignons sauvages... Mais quelques minutes, quelques heures, voire quelques jours après le repas, des troubles divers commencent à apparaître. Or, si de nombreuses intoxications se révèlent bénignes, l'apparition de certains symptômes impose d'alerter immédiatement votre centre antipoison ! Entre le 1er juillet et le 17 août 2014, l''nstitut de Veille Sanitaire (InVS) a répertorié 240 cas d'intoxication par des champignons en France, dont 4 cas graves parmi lesquels un décès, contre 95 cas pour la même période en 2013.

Le délai d'apparition des premiers symptômes

Reportage Dominique Tchimbakala, Eloïse Malet et Hervé Droguet.

Si une petite quarantaine de champignons de nos sous-bois sont toxiques, ceux-ci ne sont pas seuls responsables des très nombreuses intoxications qui ont lieu en France chaque année. Celles-ci peuvent en effet être causées par la contamination microbienne d'un champignon comestible, la présence de pesticides (cueillette à proximité de zones de culture) ou celle de métaux lourds (notamment à proximité des routes).

Les centres antipoison (CAP) associent généralement la gravité d'une intoxication au temps écoulé entre l'ingestion du champignon et l'apparition des symptômes.

Mais attention ! Cet élément diagnostic perd toute sa pertinence lorsque l'on a consommé des champignons à l'occasion de repas successifs, puisqu'il est alors impossible de savoir si l'intoxication trouve son origine dans le tout dernier repas - et donc si l'incubation a été longue ou courte. De même, lorsque des champignons d'espèces différentes ont été cuisinés ensemble, l'apparition rapide de symptômes peut faire ignorer la survenue ultérieure de signes associés à une intoxication plus lente.

Tremblements, vertiges, troubles de la vue, nausées et vomissements : les symptômes d'intoxication peuvent apparaître jusqu'à 12 heures après la consommation.

En ce cas, ne tergiversez pas : contactez immédiatement votre CAP !

Incubation courte (inférieure à 6 heures) : une évolution le plus souvent favorable

Quatre grands ensembles de signes et de symptômes (ou syndromes) peuvent survenir moins de six heures après ingestion de champignons communs. Si ces intoxications à incubation courte sont le plus souvent bénignes, il faut toutefois rester vigilant.

  1. Des vomissements, des douleurs abdominales et/ou des diarrhées sévères apparaissant entre 15 minutes et 2 heures après la consommation de champignons, caractérisant un syndrome gastro-intestinal (aussi appelé "résinoïdien"). Ils se dissipent en moins de deux jours. Ce syndrome est typique de la consommation "crue" de champignons porteurs de certaines toxines qui auraient pu être dégradées par la cuisson. Il peut aussi être associé à la présence de contaminants captés par le champignon comestible (pesticides…), ou à une intolérance physiologique (déficit d'une enzyme de digestion, etc.).

    Un cinquième syndrome à survenue rapide est associé à la consommation - presque toujours volontaire - de champignons hallucinogènes du genre Psilocybes. Leur absorption entraîne en moins de 30 minutes nausées, hallucinations, troubles visuels, vertiges et tachycardie. Ces troubles peuvent mettre douze heures à se dissiper. Des complications cardiaques et psychiatriques importantes sont susceptibles d'apparaître chez certains sujets.

    Afficher Inocybe fastigié, l'un des nombreux inocybes contenant des doses importantes de muscarine
  2. Inocybe fastigié, l'un des nombreux inocybes contenant des doses importantes de muscarine
    Afficher Coprin noir d'encre (coprin atramentaire)
  3. Coprin noir d'encre (coprin atramentaire)

    Attention : la déshydratation consécutive aux diarrhées peut exposer, dans les situations les plus graves, à un risque d'insuffisance rénale et de coma. Dans certains cas, le syndrome intestinal peut s'accompagner de malaises, d'une baisse de la tension artérielle, de sueurs ou de crampes musculaires. Par ailleurs, l'apparition de ces signes deux heures après la consommation de gyromitres est symptomatique de l'imminence d'une intoxication grave !

  4. De nombreux clitocybes, ainsi que plusieurs amanites et inocybes contiennent de la muscarine, toxine responsable du syndrome muscarinien. Celui-ci survient de 15 minutes à 4 heures après le repas. Outre les troubles propres au syndrome gastro-intestinal, il se caractérise par une forte sudation, des larmoiements et des écoulements nasals. La muscarine peut également provoquer un ralentissement du rythme cardiaque et une baisse de la tension artérielle.

  5. Le coprin noir d'encre (coprin atramentaire) contient des doses importantes de coprine, qui acquiert ses propriétés toxiques en présence d'alcool. Le risque subsiste plusieurs après la consommation du champignon ! Les symptômes du syndrome coprinien, qui surviennent de 30 minutes à 2 heures après ingestion d'alcool, sont des nausées, des vomissements, des troubles du rythme cardiaque et l'apparition de rougeurs sur la partie supérieure du corps.

  6. Un grand nombre d'amanites hallucinogènes sont responsables de nausées, vomissements, d'une accélération du rythme cardiaque et, surtout, d'un état général d'agitation, d'ébriété, de confusion voire de délire hallucinatoire. Les troubles naissent entre 30 et 3 heures après ingestion, et se dissipent en laissant le sujet dans un état de torpeur pouvant durant deux jours.

(1) Par exemple, les morilles crues contiennent des hémolysines, substances destructrices des globules rouges humains.

Incubation longue (6 heures et plus) : appelez immédiatement le centre antipoison !

L'apparition de tout ensemble de signes et de symptômes plus de six heures après l'ingestion des champignons justifie une prise en charge hospitalière d'urgence.

Amanites phalloïdes
Afficher Gyromitre (''fausse morille'')
Gyromitre (''fausse morille'')
Afficher Trichlome équestre
Trichlome équestre

Cinq toxines présentes dans des champignons communs sont à l'origine des syndromes d'intoxication les plus inquiétants.

  1. L'amanitine (présente dans l'Amanite phalloïde, l'Amanite vireuse, l'Amanite printanière, de même que dans plusieurs Lépiotes et Galères) prend pour cible le foie. De 6 à 36 heures après ingestion des champignons (12 heures en moyenne), débute une diarrhée intense, provoquant une très forte déshydratation. Le foie commence à être atteint 36 heures après le repas, la toxine opérant alors pendant une centaine d'heures.

    Dans les meilleurs cas, l'atteinte du foie est modérée ; les douleurs abdominales et diarrhées durent de 3 à 5 jours. Plus fréquemment, les symptômes associés seront ceux d'une hépatite aigüe, qui persisteront de 2 à 3 semaines. Dans les formes les plus sévères de la maladie, ces signes cliniques s'accompagnent d'hémorragies digestives.

    S'ils sont traités, les signes régressent en 8 à 12 jours. Environ 15% des intoxications conduisent au décès (hépatite fulminante) au cours de la deuxième semaine qui suit la consommation des champignons.
  2. L'orellanine (présente dans de nombreux cortinaires) cible pour sa part les reins. Un peu plus de 24 heures avec le repas de champignons débutent des nausées, des vomissements, des crampes et des douleurs musculaires et un affaiblissement général de l'organisme. Les reins sont atteints de une à trois semaines après l'apparition de ces premiers symptômes, entraînant une insuffisance rénale aigüe. Un cas sur deux évolue vers une insuffisance rénale chronique, rendant indispensable une transplantation de reins.

  3. La gyromitrine - produite par les champignons du genre Gyromitre - cible foie, reins et sang (globules rouges). Les gyromitres (également nommées "fausses morilles") ont longtemps été consommés en France, et vendus sur les étals des marchés. La gyromitrine est en effet détruite à 99% par la cuisson ou un séchage au soleil. Une ingestion répétée de gyromitres cuits ou séchés, ou de champignons crus entraîne, 8 à 12 heures après le repas, des troubles digestifs (vomissements, douleurs abdominales) qui peuvent être les symptômes avant coureurs des évolutions suivantes : hépatite (36 à 48 heures après le repas), insuffisance rénale, destruction des globules rouges, troubles neurologiques (confusion, délire, tremblements). La toxicité des gyromitres n'est démontrée que depuis 1984, et sont donc présentés comme comestibles dans les anciens ouvrages mycologiques. Certains pays européens autorisent encore la commercialisation de ce champignon.

    Attention : certaines intoxications sévères entrainent l'apparition des symptômes digestifs seulement deux heures après ingestion !

  4. Une toxine encore non identifiée, présente dans l'amanite à volve rousse, est à l'origine de troubles digestifs importants (de 2 à 48 heures après consommation) et, surtout, d'une insuffisance rénale aigüe (après 24 heures), celle-ci pouvant durer trois jours. L'évolution est heureusement favorable en trois semaines dans une majorité de cas.

  5. La consommation durant plus de trois repas consécutifs de trichlome équestre (également appelé trichlome des chevaliers), champignon comestible poussant dans les Landes, peut entraîner, de 1 à 6 jours après le dernier repas, l'apparition de douleurs musculaires et de nausées. Ces signes traduisent le début d'une rhabdomyolyse, c'est-à-dire d'une destruction massive des cellules musculaires. Lorsque les muscles respiratoires ou cardiaques sont atteint, le décès est inévitable. (Par Florian Gouthière), rédigé le 23 juillet 2009, mis à jour le 29 août 2014, par La rédaction d'Allodocteurs.fr

  6. Source :
  7. http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-champignons-les-signes-d-une-intoxication

Posté par evynou35 à 12:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Chaque année, en France, la maladie de Lyme, qui se transmet par les piqûres de tiques, touche entre 12.000 et 15.000 personnes, selon l'InVS. L'été étant propice aux balades en forêt, une vigilance particulière s'impose, jusqu'à trente jours après. Comment reconnaître les symptômes de cette maladie qui peuvent parfois passer inaperçus ? Quelles sont les précautions à prendre avant une promenade dans les bois ?

Qu'est-ce que la maladie de Lyme ?

Quels sont les symptômes de la maladie de Lyme ?

La maladie de Lyme est transmise par les tiques, un parasite, plus précisément un acarien, qui se nourrit du sang de nombreux mammifères, dont celui de l'homme.

Aussi appelée la borréliose de Lyme, son nom vient du comté de Lyme, dans le Connecticut, aux Etats-Unis, endroit où la maladie a été identifiée.

Il n'existe pas de vaccin contre la maladie, et si la prise en charge médicale a progressé depuis 1980, après la découverte de la bactérie, il reste encore beaucoup à apprendre.

Les tiques à l'attaque

C'est dans l'herbe, dans les zones ombragées que les tiques attendent leur proie…

Seule une certaine espèce de tiques, appelée ixodes ricinus, transmet la maladie de Lyme, et ce n'est pas l'espèce classique que l'on trouve sur nos chiens ! Elle se nourrit d'abord sur un animal qui peut être infecté par la bactérie de la maladie de Lyme, la borrelia burgdorferi. Ce sont essentiellement les mammifères des forêts qui sont concernés par cette infection.

Si la tique pique ensuite un homme et reste accrochée à sa peau, il peut être contaminé. Car la tique absorbe du sang et émet de la salive en même temps. En émettant cette salive infectée, elle transmet alors la bactérie et donc la maladie.

De premiers symptômes qui peuvent passer inaperçus

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes décrivent l'évolution de symptômes de la maladie de Lyme.

Les premières manifestations de la maladie de Lyme peuvent passer inaperçues, ce qui complique le diagnostic et le traitement.

Tout d'abord, la piqûre de tique forme une tache rouge, une éruption rouge, inflammatoire, débutant trois à trente jours après la piqûre, centrée au point de piqûre. C'est ce que l'on appelle un érythème migrant, il est typique de la maladie. A cette phase, un traitement antibiotique de deux ou trois semaines guérit de la maladie.

Si l'érythème est passé inaperçu, d'autres symptômes peuvent apparaître quelques semaines ou mois après la piqûre, et l'on parle alors de phase secondaire. Il s'agit de douleurs dans les articulations, qui sont parfois gonflées (arthrites inflammatoires), ou de signes neurologiques. La maladie de Lyme peut en effet prendre la forme d'une méningite, d'une paralysie du visage ou de problèmes cardiaques

Dans ces cas-là, le diagnostic est plus difficile car ces symptômes ne sont pas spécifiques de la maladie, et l'on ne se souvient pas forcément d'une piqûre de tique. Le traitement par antibiotique doit alors être plus long.

La phase tertiaire est plus contestée car le même genre de symptômes apparaît une ou plusieurs années plus tard. Il est donc très difficile de faire le lien avec une piqûre de tique, ce qui retarde le traitement.

Maladie de Lyme : polémique autour du diagnostic

La borréliose de Lyme démange le monde médical.

La borréliose de Lyme est une maladie transmise par les tiques. Elle toucherait près de 15 000 personnes chaque année en France. Mais selon les associations de patients, le dépistage est insuffisant. Il existe des tests sanguins mais une partie du corps médical les juge trop peu précis.

Or lorsqu'elle n'est pas prise en charge rapidement, la maladie de Lyme peut provoquer des troubles neurologiques et articulaires très invalidants.

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
rédigé le 23 juillet 2009, mis à jour le 29 août 2014

Source :

http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-maladie-de-lyme-quand-les-tiques-attaquent

Posté par evynou35 à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 30 août 2014

Cholestérol : le vrai/faux des aliments à consommer

3d rendered illustration of arteriosklerosis - stock photo

 

Oeufs, fromage, viennoiseries… les idées reçues sur ce qu’il faut ou ne faut pas consommer quand on a du cholestérol sont légion. Découvrez les aliments à privilégier ou ceux qu’il vaut mieux éviter pour réduire son taux de cholestérol.

Il faut bannir les oeufs…

Il faut bannir les oeufs…

FAUX - L’idée est répandue qu’ il ne faut plus manger d’oeufs quand on a du cholestérol. L’oeuf n’est pourtant pas aussi calorique qu’on le croit : 60 kcals pour le jaune et 20 kcals pour le blanc. Il possède certes, des lipides saturés en partie responsables des maladies cardio-vasculaires, mais en quantité bien plus faible que dans certains autres aliments. A titre de comparaison, un oeuf dur (environ 50 g) contient 5,3 g de lipides contre 18 pour 50 g de chips.

Le poisson est un allié anti-cholestérol…

Le poisson est un allié anti-cholestérol…

VRAI - Les bienfaits anti-cholestérol du poisson étant reconnus, les nutritionnistes conseillent d’en consommer 2 à 3 fois par semaine.
Riche en Omégas-3, le poisson, et surtout les poissons gras, protège des maladies cardio-vasculaires en faisant baisser le taux de triglycérides dans le sang. Des gélules d’Omégas-3 ou d’huile de poisson peuvent être prises en complément si besoin.

Il ne faut plus manger de fromage…

Il ne faut plus manger de fromage

FAUX - Comme pour les oeufs, tout dépend de la quantité consommée. Dans un régime anti-cholestérol, il est impératif de limiter l’apport en acides gras saturés. Bien que le fromage en contienne également, on peut continuer d’en manger si sa consommation quotidienne ne dépasse pas 40 g par jour pour un homme, et 30 g pour une femme (environ 1/8ème de camembert). Il vaut mieux privilégier les fromages les plus faibles en matières grasses (chèvre, mozzarella, etc…) et éviter ceux à pâte dure car il s’agit des plus riches en graisses.

Il faut miser sur les céréales complètes…

Il faut miser sur les céréales complètes…

VRAI - En cas d’hypercholestérolémie, privilégier les céréales complètes aux céréales raffinées dans le pain, les pâtes et le riz constitue un atout pour lutter contre l'excès de mauvais cholestérol. Riches en fibres solubles, et particulièrement en béta-glucanes, les céréales entières ont vu leurs effets prouvés scientifiquement. Santé Canada, en révèlant les résultats d’une trentaine d’études portant sur les produits d’avoine (son, flocons…), a d’ailleurs mis en évidence l’impact bénéfique des fibres solubles sur le mauvais cholestérol (LDL) et sur le cholestérol total.

Le soja est un allié incontournable contre le cholestérol…

Le soja est un allié incontournable contre le cholestérol…

VRAI - Le soja (ou soya) contient des protéines qui permettent de réduire le taux de lipides dans le sang. Une consommation quotidienne de 25 g minimum de protéines de soja alliée à une alimentation faible en gras fait baisser le taux de mauvais cholestérol (LDL) de manière considérable. A cet égard, la Food and Drug Administration (FDA) autorise depuis 1999 l’utilisation d’un label soulignant ses bienfaits

Il faut dire oui à l’huile d’olive…

Il faut dire oui à l’huile d’olive…

VRAI, mais… - A la base du régime méditerranéen qui vise à réduire les risques de maladies cardio-vasculaires, l’huile d’olive permet de diminuer le taux de lipides dans le sang grâce à sa teneur en acides gras monoinsaturés et en acides oléiques.
Bien qu’il soit conseillé de la préférer aux beurres ou aux margarines qui contiennent deux fois plus de gras saturés, l’huile d’olive reste une matière grasse : il ne faut donc pas en abuser.

Il faut éviter les viandes rouges…

Il faut éviter les viandes rouges…

VRAI, mais… - On recommande souvent aux personnes ayant un taux de mauvais cholestérol élevé de réduire leur consommation de viande rouge. Ce conseil doit être nuancé : certaines viandes rouges sont plus riches que d’autres en lipides et en cholestérol. Les viandes qui contiennent plus de 10% de matières grasses doivent être évitées. De manière générale, pour faire baisser le taux de mauvais cholestérol (le cholestérol LDL), il faut plutôt miser sur les protéines végétales (soja) que sur les poissons et les viandes.

La pomme est excellente contre le cholestérol…

La pomme est excellente contre le cholestérol…

VRAI - La pomme fait partie des alliés anti-cholestérol en raison de sa forte teneur en pectine et en fibres solubles, qui permettent de réduire l’absorption des graisses et des lipides par l’organisme. Peu calorique (environ 80 calories), la pomme possède en plus des vertus antioxydantes qui contribuent à limiter le risque de maladies cardio-vasculaires. Pour pouvoir observer un tel effet, il faut toutefois en consommer au moins 3 par jour.

Posté par evynou35 à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 27 août 2014

Remaniement: Un gouvernement paritaire critiqué sur la question des droits des femmes

Najat Vallaud-Belkacem sortant de l'Elysée, le 20 août 2014.

 

«Moi, président de la République, je constituerai un gouvernement qui sera paritaire, autant de femmes que d’hommes».

C’était l’un de ses engagements de campagne: pour ce nouveau gouvernement, François Hollande tient sa promesse avec une équipe ministérielle qui comporte autant de femmes que d’hommes aux postes de ministres de plein exercice. Cerise sur le gâteau, deux femmes obtiennent une belle promotion. Mais les féministes ne sont pas ravies pour autant.

Deux femmes promues

A 36 ans, Najat Vallaud-Belkacem est la grande promue de ce nouveau gouvernement. Nommée ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, elle est la toute première femme à occuper ce poste et succède à Benoît Hamon. La jeune ministre, née au Maroc et diplômée de Sciences Po, devient le numéro trois du gouvernement.

Fleur Pellerin prend, elle aussi, du galon en remplaçant Aurélie Filippetti à la Culture. D’abord nommée ministre déléguée aux PME et à l’Économie numérique dans le gouvernement Ayrault, elle occupe ensuite les fonctions de secrétaire d’État chargée du Commerce extérieur, du Développement du tourisme et des Français de l’étranger dans le gouvernement Valls I. L’énarque, qui fêtera ses 41 ans ce vendredi, obtient pour la première fois un ministère de plein exercice.

Le droit des femmes rétrogradé

Le déménagement de Najat Vallaud-Belkacem rue de Grenelle ne fait pas que des heureuses. Si la nouvelle numéro trois du gouvernement est un modèle d’ascension, sa promotion a des conséquences qui ne ravissent pas les féministes. Avec le remaniement, c’est Marisol Touraine, qui conserve son ministère des Affaires sociales de la Santé et «récupère» les Droits des femmes.

En filigrane, cela signifie surtout que les Droits des femmes n’ont plus droit à un ministère de plein exercice. François Hollande, qui avait promis durant sa campagne qu’il restaurerait ce ministère, en avait confié en 2012 les rênes à Najat Vallaud-Belkacem, qui l’avait conservé à travers les remaniements successifs.

Autre bémol: comme dans le gouvernement précédent, un seul ministère régalien est occupé par une femme, Christiane Taubira, maintenue à son poste de garde des Sceaux.

Source :

http://actualite.20minutes.fr/Interstitial/TwentyMinutes/2014/08/27

Posté par evynou35 à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 26 août 2014

Les femmes homosexuelles ont-elles plus d'orgasmes ?

 

Les femmes homosexuelles atteignent plus souvent l'orgasme que les femmes hétérosexuelles, selon une étude publiée le 18 août dans la revue The Journal of sexual Medecine.

Les femmes homosexuelles ont-elles plus d'orgasmes ?

Les femmes lesbiennes atteindraient plus souvent l'orgasme que les femmes hétérosexuelles, mais moins souvent que les hommes toutes orientations confondes, selon une étude américaine, publiée le 18 août 2014 dans la revue The Journal of sexual Medecine.

Les chercheurs ont demandé à 6.151 hommes et femmes de plus de 21 ans, ayant eu une activité sexuelle dans les 12 derniers mois, de répondre à un questionnaire sur Internet.

Résultats :

-       Les femmes rapportaient avoir atteint l'orgasme dans 62,9% des rapports

-       Les femmes lesbiennes rapportaient avoir eu un orgasme dans 74,7% des rapports

-       Les femmes hétérosexuelles rapportaient avoir atteint l'orgasme dans 61,6% des rapports

-       Les femmes bisexuelles rapportaient avoir eu un orgasme dans 58% des rapports

Les hommes quant à eux ont rapporté avoir obtenu un orgasme dans 85,1% des rapports, quelque soit leur orientation sexuelle.

Pour expliquer l'obtention plus fréquente d'orgasmes chez les femmes homosexuelles, les chercheurs avancent plusieurs hypothèses. La durée de l'acte serait plus long chez les femmes lesbiennes, augmentant les chances de conduire à l'orgasme, comme l'ont montré de précédentes études. Aussi, les femmes seraient plus en confiance avec des partenaires de même sexe et la connaissance de leur propre corps les aiderait à donner un orgasme à leur partenaire féminin.

Une question de bon sens

Qu'en pense Charlotte Tourmente, la sexologue d'Allodocteurs.fr ? "Effectivement, le fait de connaître son corps donne à la femme plus de chance de mener sa partenaire à l'orgasme. En revanche, l'homme connaît moins bien le corps de la femme et a donc moins de facilités. Aussi, dans le cas d'un couple hétérosexuel, la méconnaissance de l'autre sexe peut apporter moins d'aisance et moins de  facilté à donner un orgasme et à le ressentir durant les rapports."

Ces résultats sont finalement logiques et tombent sous le bon sens mais ils ont le mérite mettre en lumière ce phénomène.

Source : Variation in Orgasm Occurrence by Sexual Orientation in a Sample of U.S. Singles. Justin R. Garcia. The Journal of sexual Medecine. 18 août 2014. Doi : 10.1111/jsm.12669

Source :

http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-les-femmes-homosexuelles-ont-elles-plus-d-orgasmes

Posté par evynou35 à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,