mardi 15 juillet 2014

Terrorisme intellectuel

Il est un terrorisme dont on parle peu car il est dans sa nature de se protéger et de se camoufler avec des airs doucereux d'innocence : le terrorisme intellectuel (TI pour nous dorénavant).

En quoi consiste-t-il ? Qui et que vise-t-il ? Quels sont ses moyens ?

Le TI est l'adversaire de toute approche nuancée quels que soient le sujet ou le problème abordés, il est l’adversaire radical du relativisme d'ailleurs condamné explicitement par le pape Benoît XVI, ce qui ne peut nous étonner, l’Église étant une pratiquante inspirée du TI depuis toujours.

Qui vise-t-il ? Toute personne ou association de personnes pour qui le libre examen est comme une seconde nature ou un impératif absolu. En font notamment partie les libres penseurs et les adeptes de la liberté absolue de conscience, tous gens fort dangereux.

Que vise-t-il ? Eh bien toute pensée non asservie à des schémas ou à des dogmes que la pensée «politiquement correcte» entend imposer, ou encore toute pensée en délicatesse avec les canons d'une religion quelconque.

Ses moyens sont mieux connus qu'il ne l'est lui même bien qu'ils soient fort complexes et sophistiqués. Ils vont de l'intimidation, y compris violente (cf. les caricatures de Mahomet), à la campagne de dénigrement et/ou à la falsification des faits ou de la pensée, le tout appuyé sur des médias le plus souvent complaisants, pressés de «sortir l'info» sans recul ni réflexion et désespérément tombés dans ce qu'on ne peut qu'appeler une forme de paresse intellectuelle qui laisse songeur... La caricature en est la TV News qui mouline 24h/24 les mêmes faits (ah l’idolâtrie du factuel!) livrés «bruts de décoffrage» ou alors commentés de façon très orientée en fonction des intérêts et opinions des propriétaires de la chaîne. De là, l'intelligence s'est retirée, comme Achille sous sa tente.

Le TI est une fermeture radicale, un refus du contradictoire, un refus de la réalité parfois. Tenter l'expérience de critiquer telle attitude de l’État d'Israël sur la colonisation en Palestine, par exemple, c'est se voir à coup sûr traiter d'antisémitisme. S'étonner voire s'insurger devant la nullité, le crétinisme et la violence des «fous de dieu» (c'est eux-mêmes qui s’appellent comme ça!) de tout poil et de toute religion fait de vous un islamophobe, un antisémite (encore!) ou un christianophobe, charmante dernière construction, construites sur le modèle des phobies qui sont des pathologies mentales! Il y aurait beaucoup à dire, soit dit en passant, sur ces nouvelles phobies qui pointent au passage, montrant que la guerre sémantique est dans l'arsenal du TI, et pas à sa marge ! Ludwig Wittgenstein pointait déjà en son temps cette erreur classique : «  essayer derrière le substantif de trouver la substance ».

Allons plus loin. Développer une certaine réticence à applaudir la construction européenne depuis que la fièvre ultra-libérale s'en est emparée vous fera taxer, pour le moins, d'eurosceptique – ce qui à la limite pourrait se défendre – mais qui explicitement est dénoncé comme populisme. Ah! le populisme, quel pied pour les biens pensants ! Il vous dénie toute capacité ou envie de projeter ou de rêver une autre Europe différente de celle qu'on veut vous vendre à tout prix et surtout hélas à coût humain ruineux. Escroquerie habituelle du TI qui, fidèle à sa stratégie, enjambe distraitement et avec désinvolture toute différence, toute nuance entre le populisme de droite fondé sur l’ethos (l’ethnie) et donc raciste et xénophobe et celui, de gauche, fondé sur le démos (le peuple) qui s'en prend aux élites profiteuses, aux accapareurs et plus généralement à tous ceux qui exerce un pouvoir sans jamais être passés par les urnes. (Cf. l'article de Gérard Mauger, in Le Monde Diplomatique, juillet 2014). Qu'à cela ne tienne : le populisme, voilà l'ennemi !

On le voit, ce déploiement souvent violent et en tout cas entaché de mauvaise foi est une barrière à toute réflexion, à tout examen, à toute nuance et à tout confrontation contradictoire. Et pourtant... n'y aurait-il rien à dire sur la violence de l’État d'Israël ou sur celle du Hamas ? Sur les groupes sectaires assassins de quelque obédience qu'ils relèvent ou des dégâts et désastres engendrés par l'ultra-libéralisme ambiant à l’œuvre dans nos contrées ? Je ne le pense pas et proclame au contraire le droit inaliénable à l'esprit critique et à la liberté de l'exercer en tout temps et tout lieu, d'en tirer écrits et d'en débattre librement comme le veut le droit à la liberté d'expression inscrite dans notre Constitution.

Je vous invite à en faire de même.

Publié le 14 juillet 2014 par Gilles POULET

Dans le site de la Libre Pensée :

http://www.libre-penseur-adlpf.com/2014/07/terrorisme-intellectuel.html

Posté par evynou35 à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


samedi 12 juillet 2014

L'effraie

Photo de Jo Merle.


L'Effraie des clochers bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire6.

Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids et de détruire, altérer ou dégrader leur milieu.

Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter

Mis en ligne par Evy, le 12 juillet 2014.

Relevé sur Facebook via mon amie Jo.

Posté par evynou35 à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 9 juillet 2014

« L'ami Pierrot » fête ses 80 ans à l'Olympia


Pierre Perret aux Vieilles Charrues, où il avait fait un triomphe en 2011 après un premier passage en 1999.. Photo François Destoc

Pierre Perret fête aujourd'hui ses 80 ans à l'Olympia, là où, en 1964, il avait été ovationné à sa grande surprise par une salle de blousons noirs venus pour les Rolling Stones.

Du « Tord-boyaux » au « Zizi », en passant par « Les jolies colonies de vacances » ou « La Cage aux oiseaux », ses plus grands succès sont devenus des classiques, repris par toutes les générations.

« Je chante juste, c'est tout ! »

Il a beau se défendre d'être un chanteur (« Je suis plus auteur qu'artiste. Je chante juste, c'est tout ! » s'excuse-t-il presque), c'est sur l'une des plus grandes scènes françaises que l'« ami Pierrot » soufflera, ce soir, ses 80 bougies. Mais attention, cet amoureux des mots, qui n'a pas l'habitude de garder ce qu'il pense pour lui, « ne veut pas entendre parler de retraite, concept qui ne mérite même pas une chanson ! » Avec près de 500 chansons à son actif, l'auteur-compositeur-interprète n'a pas encore tout dit et a « toujours envie d'écrire », assure-t-il.

« Elle rêvait de fraternité Lily »

De toutes ses récompenses, auxquelles s'ajoute aujourd'hui le titre de Commandeur des Arts et des Lettres, Pierre Perret préfère de très loin les deux prix de la LICRA (Ligue contre le racisme et l'antisémitisme) : « Je ne suis sans doute qu'une goutte d'eau dans le combat, mais de goutte d'eau en goutte d'eau, ça peut remplir une rivière ». Engagé, il se dit « terrifié » par la progression du Front national en France et en Europe. « Je me battrai toujours contre ça, tant que j'aurai du souffle. Je déplore que les gens (les électeurs du FN, NDLR) prennent ça à la légère, qu'ils ne se rendent pas compte de l'engrenage dans lequel ils ont mis un pied. Ils ne savent pas qu'on peut les tirer par la jambe, et les avaler tout crus, comme le pays entier. »

Aujourd'hui, il se réjouit de voir quelques-uns de ses titres repris à l'école : « Être présent dans la culture des enfants, c'est au-dessus de tout. C'est magique ! », dit-il en écarquillant les yeux. L'octogénaire a déjà pour projet de monter une comédie musicale et travaille actuellement sur un synopsis laissé par l'écrivain et scénariste Robert Beauvais, sur l'histoire vraie du « Dénicheur », le roi de la combine des années 1900. La malice de Perret alliée à un tel personnage, ça promet !

Mis en ligne par Evy, le 09 juillet 2014.

Source :

http://www.letelegramme.fr/france/musique-l-ami-pierrot-fete-ses-80-ans-a-l-olympia

Posté par evynou35 à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 8 juillet 2014

Solitude. Le phénomène prend de l'ampleur


Cinq millions de personnes vivent aujourd'hui seules en France. Elles étaient quatre millions en 2010. (Photo AFP)

Un Français sur huit vit aujourd'hui seul et le phénomène augmente, révèle une étude. Les personnes âgées sont les plus nombreuses à manquer de liens sociaux, mais les 18-29 ans font désormais aussi partie de cette « famille ».

Robert, 90 ans, vit seul à Lille dans un appartement. Invalide à 80 %, il trouve les journées « longues ». « Les voisins, je leur dis bonjour quand je les vois, mais c'est tout. J'ai des enfants, mais ils ont leurs occupations, leur vie, je ne les vois pas souvent, c'est comme ça ». Il parle d'une amie, qui lui « apporte un peu de réconfort », et surtout d'une bénévole d'association qui lui rend visite une fois par semaine. « On discute et elle m'aide à faire des courses dans le quartier ». En 2014, les Français sont cinq millions, soit un million de plus qu'en 2010, à ne pas avoir de relations sociales au sein des cinq réseaux de sociabilité (familial, professionnel, amical, de voisinage ou autour de centres d'intérêt), souligne une enquête de la Fondation de France.

De toutes les générations, les plus de 75 ans ont subi de plein fouet cette montée de la solitude depuis quatre ans. Une personne âgée sur quatre est désormais seule (27 % en 2014 contre 16 % en 2010).

Selon l'enquête, tous leurs réseaux de sociabilité se sont affaiblis et le phénomène s'est notamment amplifié dans les grandes villes. Ainsi, 33 % des personnes âgées résidant dans une ville de plus de 100.000 habitants sont en situation d'isolement, contre 21 % de celles résidant au sein d'une commune rurale.

« Les solidarités se réduisent »

Sans surprise, la perte d'autonomie et la maladie « jouent de manière très négative sur le maintien ou le développement de la vie sociale ».

« Les conditions de vie sont de plus en plus difficiles pour les personnes âgées car leur environnement devient plus hostile et les solidarités de proximité se réduisent », analyse Francis Charhon, le directeur général de la Fondation de France.

L'étude 2014 témoigne de « l'affaiblissement des grands réseaux de proximité » : quatre Français sur dix n'ont pas de contact avec leur famille au-delà de quelques rencontres annuelles (39 % en 2014 contre 33 % en 2010), un sur quatre n'a pas de relations amicales soutenues (25 % en 2014 contre 21 % en 2010), et près de quatre sur dix n'ont pas ou peu de contacts avec leurs voisins (36 % contre 31 %).

Pauvreté et chômage déterminants

En parallèle, la solitude s'est également aggravée chez les plus jeunes, puisque le phénomène touche désormais les 18-29 ans, « jusque-là préservés ».

La pauvreté et l'accès à l'emploi semblent déterminants pour l'intégration sociale, souligne l'étude.

L'incidence du chômage est particulièrement forte entre 50 et 59 ans puisque 29 % des demandeurs d'emploi de plus de 50 ans sont seuls (contre 12 % en moyenne sur l'ensemble de la population).

Toujours selon l'étude, les réseaux sociaux virtuels ne sont pas une compensation au manque de liens sociaux : 80 % en situation d'isolement objective ne les fréquentent pas.

 

Mis en ligne par Evy, le 08 juillet 2014.

Source :

http://www.letelegramme.fr/france/solitude-le-phenomene-prend-de-l-ampleur-08-07-2014-10248349.php?xtor=EPR-3-[quotidien]-20140708-[detailarticle]

 

Posté par evynou35 à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 7 juillet 2014

Droit de vote : histoire d’un faux départ

 



Alors que l’on fête les 70 ans du droit de vote des femmes, on oublie que, dès 1914, on leur a demandé si elles voulaient glisser un bulletin dans l’urne. Eh bien, oui, elles étaient déjà pour !

« Oui ou non, mesdames, voulez-vous voter ? » Ainsi commence, en forme de manifeste, l’article du 9 mars 1914 de Gustave Téry dans Le Journal, l’un des grands quotidiens français d’avant-guerre. Le journaliste, bravache, conclut : « Les Françaises ne tiennent pas à voter. Si c’est vrai, il n’y a qu’un moyenEvy de le savoir, c’est de le leur demander. Voilà pourquoi, mesdames, Le Journal vous le demande. » L’appel aux urnes des citoyennes est lancé à l’occasion des législatives. « Le Journal engage toutes les femmes qui désirent voter à le manifester. » À Paris, ces dames participent au référendum le 26 avril 1914, dans des bureaux de vote improvisés, et un scrutin par correspondance est organisé pendant une semaine ; il suffit de renvoyer un bulletin au Journal.

 C’est un plébiscite : 505 972 oui, contre 114 non. « Les 500 000 d’avant-garde », selon la journaliste et féministe Séverine. « C’est un très grand succès sur lequel les suffragistes auraient pu surfer. Malheureusement, en 1914, d’autres événements interviennent, commente Anne-Sarah Bouglé-Moalic, auteure du Vote des Françaises (éd. Presses universitaires de France). C’était parti pour être un point de départ ; d’ailleurs, la suite de l’histoire le prouve. » En 1919, la Chambre des députés s’exprime en faveur du droit de vote des femmes, mais le Sénat s’y oppose. « C’est pour ça qu’on s’est retrouvé en retard par rapport aux autres pays », explique la chercheuse. Car il faudra attendre 1944 pour que les femmes aient enfin le droit de glisser un bulletin dans l’urne. Trente ans après avoir été un demi-million à en glisser un autre dans une enveloppe destinée à un quotidien et sur lequel il était inscrit « Je désire voter ».

Publié le 09 Avril 2014
Auteur : Cécile Andrzejewski | Photo : Maurice-Louis Branger/Roger-Viollet – Bibliothèque Marg uerite Durand/Roger-Viollet

Mis en ligne par Evy, le 07 juillet 2014.

Source :

http://www.causette.fr/actu-causette/lire-article/article-845/droit-de-vote-histoire-da-un-faux-da-part.html

Posté par evynou35 à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Le Comte de Monte-Cristo

Le Comte de Monte-Cristo

Alexandre Dumas

Résumé

« On fit encore quatre ou cinq pas en montant toujours, puis Dantès sentit qu'on le prenait par la tête et par les pieds et qu'on le balançait. « Une, dirent les fossoyeurs. - Deux. - Trois! » En même temps, Dantès se sentit lancé, en effet, dans un vide énorme, traversant les airs comme un oiseau blessé, tombant, tombant toujours avec une épouvante qui lui glaçait le coeur. Quoique tiré en bas par quelque chose de pesant qui précipitait son vol rapide, il lui sembla que cette chute durait un siècle. Enfin, avec un bruit épouvantable, il entra comme une flèche dans une eau glacée qui lui fit pousser un cri, étouffé à l'instant même par l'immersion. Dantès avait été lancé dans la mer, au fond de laquelle l'entraînait un boulet de trente-six attaché à ses pieds. La mer est le cimetière du château d'If. » Avec son héros légendaire qui entreprend une véritable épopée vengeresse, ce roman appartient depuis longtemps aux grandes mythologies de la littérature française. Un classique qui ne vieillira jamais. À lire et à relire!

 

Commentaire : une de mes meilleures lectures ! savoureux !!!

Mis en ligne par Evy, le 07 juillet 2014.

Source :

http://telecharger-ebook.chapitre.com

 

Posté par evynou35 à 12:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

ABBA - The Winner Takes It All

 

Mise en ligne par Evy, le 07 juillet 2014.

Source :

http://www.dailymotion.com/fr

Posté par evynou35 à 12:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 6 juillet 2014

Mondial 2014: quelle place pour la religion ?

L'attaquant brésilien Neymar, après avoir marqué un but en Coupe du monde contre la Croatie, le 12 juin 2014.

 

LE SCAN SPORT - Pour la Coupe du monde, 736 joueurs se retrouvent au Brésil. Autant de liens différents avec la religion.

Au Brésil, la Coupe du monde s'est rendue dans un pays où le football est souvent comparé à une religion, mais aussi au sein d'une nation où la religion est ancrée dans la société et donc également dans le football.

Dans l'équipe nationale brésilienne, la foi est omniprésente. Il est par exemple rare de lire une interview du capitaine Thiago Silva sans ses remerciements à Dieu. D'ailleurs, dans un entretien publié à la veille du début du Mondial par Le Monde, le protestant, comme son coéquipier défenseur David Luiz, résumait les liens entre football brésilien et religion: «Comme tout bon Brésilien, quelle que soit votre religion, vous croyez en Dieu. Je crois en celui qui est là-haut, qui a donné sa vie pour nous et je crois beaucoup aux choses qu'il met sur mon chemin. Durant les matches, le fait de croire me motive».

Comme lui, les joueurs de la Seleçao sont d'une manière générale très croyants, mais pas forcément pour les mêmes Églises. Neymar, la vedette de la sélection, est notamment un pentecôtiste de São Vicente convaincu, surtout depuis qu'un pasteur lui avait annoncé à l'âge de 14 ans son futur statut de crack du ballon rond.

Quant au gardien Jefferson et au milieu de terrain Hernanes, ils adhèrent à l'association brésilienne évangéliste «Les Athlètes du Christ». D'ailleurs, l'un des membres de celle-ci est l'ancien international Kaka. Si le Ballon d'Or 2007 était reconnu pour sa vision de jeu, il l'était aussi pour sa foi avec son envie de «devenir pasteur à la fin de sa carrière».

Cabaye catholique, Matuidi baptisé par son coéquipier

L'équipe du Brésil n'est évidemment pas la seule à recenser des joueurs croyants dans son effectif. Edinson Cavani, l'avant-centre de l'Uruguay, figure lui aussi parmi les fidèles des «Athlètes du Christ». Comme les autres membres, il reverse chaque mois environ 10% de son salaire à son Église.

Chez les Bleus, Yohan Cabaye a tout récemment évoqué la «très grande place» qu'occupe la foi catholique dans sa vie. «J'ai toujours été plus ou moins croyant, mais plus je grandis et plus ma foi grandit aussi. Aujourd'hui, je ne peux pas faire sans. Je prie tous les jours, matin, midi ou soir, dès que j'ai cinq minutes. J'essaie de lire la Bible quotidiennement et de me nourrir de lectures sur la religion», expliquait-il le 11 juin à La Croix.

En ce qui concerne Blaise Matuidi, il est lié à l'Église évangélique depuis qu'il a été baptisé… par Marcos Ceara, son ancien coéquipier brésilien au Paris Saint-Germain qui n'hésitait pas à faire du prosélytisme au Camp des Loges.

Ramadan en pleine Coupe du monde

L'Islam est également présent dans cette Coupe du monde et devrait poser un dilemme à de nombreux joueurs dans la mesure où le ramadan débutera en plein tournoi, le 28 juin, premier jour des huitièmes de finale, pour s'achever le 13 juillet, date de la finale. Ce tel chevauchement n'était plus arrivé depuis 1986. Les footballeurs de l'Iran, l'Algérie, la Bosnie-Herzégovine, la Côte d'Ivoire et le Nigéria sont les principaux concernés par cette période.

Mais des joueurs d'autres sélections risquent également de devoir suivre à la lettre les pratiques du neuvième mois du calendrier musulman. Il y a notamment les Français Karim Benzema, Mamadou Sakho, Bacary Sagna, l'Allemand Mesüt Ozil, le Suisse Xherdan Shaqiri et les Belges Marouane Fellaini, Moussa Dembelé et Nacer Chadli. Ce dernier a d'ailleurs expliqué qu'il pourrait être «dispensé» pour «s'entraîner durement et jouer des matches».

En outre, il semble qu'ils soient très peu à être de confession de juive participant au Mondial. Le site pennsylvanien Jewish Exponent évoque seulement le nom de l'Américain Kyle Beckerman. C'est par ailleurs le cas du sélectionneur colombien José Pekerman.

La Fifa pose ses limites

Si tous les joueurs ont le droit de se signer, de prier pendant un match, notamment avant le coup d'envoi ou de rentrer sur la pelouse, la Fédération internationale de football (Fifa) a souhaité éviter les dérives comme la célébration de Kaka qui avait exhibé en finale de la Coupe du monde 2002 un t-shirt sur lequel était inscrit «I belong to Jesus» («J'appartiens à Jésus»).

Dans la loi 4 du football, il est dit que «les joueurs ne sont pas autorisés à exhiber des slogans ou de la publicité figurant sur leurs sous-vêtements» et que «l'équipement de base ne doit présenter aucune inscription politique, religieuse ou personnelle».

Par

 

Ces petites bêtes tueuses

14 avril 2014, 16:03 par Voix des Patients - Vu sur Metro News

bee

Moustiques, poux, tiques, mouches, gastéropodes… ils sont à l’origine de la mort de millions de personnes chaque année. A l’occasion de la Journée mondiale de la Santé, célébrée le 7 avril dernier, l’OMS a tiré la sonnette d’alarme sur ces insectes extrêmement dangereux .

Ces minuscules insectes peuvent transmettre des maladies susceptibles d’entraîner la mort. On connaît bien le paludisme, la dengue, le chikungunya ou la fièvre jaune.

Ces « vecteurs » ont la terrible capacité à transmettre des agents pathogènes ou des parasites d’un sujet infecté à un autre. Généralement présents dans les régions tropicales et dans les zones où l’accès à l’eau potable et aux systèmes d’assainissement pose problème, ils ont tendance à se développer. La preuve : la dengue est présente jusqu’en Floride. L’incidence de la maladie a été multipliée par 30 au cours des cinquante dernières années. La dengue touche désormais une centaine de pays et menace plus de 2,5 milliards de personnes, soit plus de 40 % de la population mondiale. Des cas ont été signalés en Chine, au Portugal et en Floride. En Grèce, pour la première fois depuis quarante ans, le paludisme refait surface.

« Chaque année, plus d’un milliard de personnes sont infectées et plus d’un million en meurent », précise l’OMS. Pourtant, ces maladies peuvent être évitées avec des moyens simples comme le fait de dormir sous une moustiquaire, de porter des chemises à manches longues, des pantalons ou encore d’appliquer des produits répulsifs. Pour l’OMS, c’est un chantier prioritaire!

- See more at: http://www.voixdespatients.fr/a-la-une/ces-petites-betes-tueuses/#.U1ZKEeZ_tJ8
Ces petites bêtes tueuses

14 avril 2014, 16:03 par Voix des Patients - Vu sur Metro News

bee

Moustiques, poux, tiques, mouches, gastéropodes… ils sont à l’origine de la mort de millions de personnes chaque année. A l’occasion de la Journée mondiale de la Santé, célébrée le 7 avril dernier, l’OMS a tiré la sonnette d’alarme sur ces insectes extrêmement dangereux .

Ces minuscules insectes peuvent transmettre des maladies susceptibles d’entraîner la mort. On connaît bien le paludisme, la dengue, le chikungunya ou la fièvre jaune.

Ces « vecteurs » ont la terrible capacité à transmettre des agents pathogènes ou des parasites d’un sujet infecté à un autre. Généralement présents dans les régions tropicales et dans les zones où l’accès à l’eau potable et aux systèmes d’assainissement pose problème, ils ont tendance à se développer. La preuve : la dengue est présente jusqu’en Floride. L’incidence de la maladie a été multipliée par 30 au cours des cinquante dernières années. La dengue touche désormais une centaine de pays et menace plus de 2,5 milliards de personnes, soit plus de 40 % de la population mondiale. Des cas ont été signalés en Chine, au Portugal et en Floride. En Grèce, pour la première fois depuis quarante ans, le paludisme refait surface.

« Chaque année, plus d’un milliard de personnes sont infectées et plus d’un million en meurent », précise l’OMS. Pourtant, ces maladies peuvent être évitées avec des moyens simples comme le fait de dormir sous une moustiquaire, de porter des chemises à manches longues, des pantalons ou encore d’appliquer des produits répulsifs. Pour l’OMS, c’est un chantier prioritaire!

- See more at: http://www.voixdespatients.fr/a-la-une/ces-petites-betes-tueuses/#.U1ZKEeZ_tJ8
Ces petites bêtes tueuses

14 avril 2014, 16:03 par Voix des Patients - Vu sur Metro News

bee

Moustiques, poux, tiques, mouches, gastéropodes… ils sont à l’origine de la mort de millions de personnes chaque année. A l’occasion de la Journée mondiale de la Santé, célébrée le 7 avril dernier, l’OMS a tiré la sonnette d’alarme sur ces insectes extrêmement dangereux .

Ces minuscules insectes peuvent transmettre des maladies susceptibles d’entraîner la mort. On connaît bien le paludisme, la dengue, le chikungunya ou la fièvre jaune.

Ces « vecteurs » ont la terrible capacité à transmettre des agents pathogènes ou des parasites d’un sujet infecté à un autre. Généralement présents dans les régions tropicales et dans les zones où l’accès à l’eau potable et aux systèmes d’assainissement pose problème, ils ont tendance à se développer. La preuve : la dengue est présente jusqu’en Floride. L’incidence de la maladie a été multipliée par 30 au cours des cinquante dernières années. La dengue touche désormais une centaine de pays et menace plus de 2,5 milliards de personnes, soit plus de 40 % de la population mondiale. Des cas ont été signalés en Chine, au Portugal et en Floride. En Grèce, pour la première fois depuis quarante ans, le paludisme refait surface.

« Chaque année, plus d’un milliard de personnes sont infectées et plus d’un million en meurent », précise l’OMS. Pourtant, ces maladies peuvent être évitées avec des moyens simples comme le fait de dormir sous une moustiquaire, de porter des chemises à manches longues, des pantalons ou encore d’appliquer des produits répulsifs. Pour l’OMS, c’est un chantier prioritaire!

- See more at: http://www.voixdespatients.fr/a-la-une/ces-petites-betes-tueuses/#.U1ZKEeZ_tJ8
Ces petites bêtes tueuses

14 avril 2014, 16:03 par Voix des Patients - Vu sur Metro News

bee

Moustiques, poux, tiques, mouches, gastéropodes… ils sont à l’origine de la mort de millions de personnes chaque année. A l’occasion de la Journée mondiale de la Santé, célébrée le 7 avril dernier, l’OMS a tiré la sonnette d’alarme sur ces insectes extrêmement dangereux .

Ces minuscules insectes peuvent transmettre des maladies susceptibles d’entraîner la mort. On connaît bien le paludisme, la dengue, le chikungunya ou la fièvre jaune.

Ces « vecteurs » ont la terrible capacité à transmettre des agents pathogènes ou des parasites d’un sujet infecté à un autre. Généralement présents dans les régions tropicales et dans les zones où l’accès à l’eau potable et aux systèmes d’assainissement pose problème, ils ont tendance à se développer. La preuve : la dengue est présente jusqu’en Floride. L’incidence de la maladie a été multipliée par 30 au cours des cinquante dernières années. La dengue touche désormais une centaine de pays et menace plus de 2,5 milliards de personnes, soit plus de 40 % de la population mondiale. Des cas ont été signalés en Chine, au Portugal et en Floride. En Grèce, pour la première fois depuis quarante ans, le paludisme refait surface.

« Chaque année, plus d’un milliard de personnes sont infectées et plus d’un million en meurent », précise l’OMS. Pourtant, ces maladies peuvent être évitées avec des moyens simples comme le fait de dormir sous une moustiquaire, de porter des chemises à manches longues, des pantalons ou encore d’appliquer des produits répulsifs. Pour l’OMS, c’est un chantier prioritaire!

- See more at: http://www.voixdespatients.fr/a-la-une/ces-petites-betes-tueuses/#.U1ZKEeZ_tJ8

Posté par evynou35 à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Juppé-Sarkozy, la guerre a commencé

 

sarkozy et juppé
Alain Juppé et Nicolas Sarkozy s'échangent des amabilités. (MaxPPP)

Alain Juppé a critiqué jeudi les propos de Nicolas Sarkozy sur la justice. Les deux hommes n'hésitent plus à s'affronter par déclarations interposées.

Voilà, le nouveau duel à la mode. Alain Juppé a réagi jeudi aux explications de Nicolas Sarkozy sur sa mise en examen en déplorant la "mise en scène très théâtrale" de cette procédure, en estimant que l'on "aurait sans doute pu faire autrement" et en rappelant la présomption d'innocence. "Cela dit, vilipender une institution de la République, à savoir l'institution judiciaire, comme le font certains responsables politiques, ne me paraît pas de bonne méthode", a déclaré le maire de Bordeaux. Le membre du triumvirat de l'UMP n'a donc pas hésité à critiqué l'attitude de Nicolas Sarkozy lors de cette interview sur TF1 et Europe 1 donnée mercredi soir.

En fait, il est celui qui, à droite, a osé l'attaque la plus frontale. Si l'ancien Président croyait que le député-maire de Bordeaux n'oserait pas le duel, il s'est trompé. Et ce n'est pas la première fois que les deux hommes s'affrontent. Alain Juppé s'est moqué le 25 juin des propos rapportés de Nicolas Sarkozy sur son âge : "Il vaut mieux un sexa en forme plutôt qu'un quinqua amorti."

"Qu'il se présente, il me rajeunit"

A l'UMP, l'ancien Premier ministre a œuvré pour imposer la démission de Jean-François Copé, ce que les sarkozystes ne voulaient pas. Il a fait partir le directeur général des services Eric Cesari, que l'on surnommait à l'UMP "l'œil de Sarkozy". Quand les deux "ex" se sont vus il y a peu, Juppé lui a demandé de verser au pot pour rembourser l'amende pour dépassement des comptes de campagne acquittée par l'UMP. Le ton est rapidement monté et Nicolas Sarkozy lui a rappelé que lui n'avait jamais fait payer Jacques Chirac. Depuis, Nicolas Sarkozy est en colère contre son ancien ministre des Affaires étrangères et le fait savoir. Les Echos racontent ainsi, vendredi, que l'ancien Président se moque auprès de ses proches : "Qu'il se présente, il me rajeunit." "Moi je n'ai jamais été condamné! Et au fait, c'est quoi le bilan réformateur d'Alain Juppé? Il est nul", résume-t-il.

Juppé n'en est pas à sa première attaque. En mars dernier, il avait estimé qu'un mot de la tribune au Figaro de Nicolas Sarkozy avait "dépassé la pensée", celui de Stasi, la police secrète est-Allemande à laquelle il comparait la justice française. En février, dans un entretien aux Inrockuptibles, il appelait l'ex-chef de l'Etat à changer de stock d'idées : "On n'est plus en 2007, la France a changé, le monde a changé." Si Alain Juppé est si offensif, c'est qu'il estime qu'il a un coup à jouer en 2017. Les sondages le portent : pour la première fois depuis qu'il a quitté l'Elysée, Nicolas Sarkozy est devancé par Alain Juppé (74% contre 75%) chez les sympathisants UMP dans le baromètre CSA pour Les Echos et Radio Classique diffusé jeudi mais réalisé avant l'intervention télévisée de Nicolas Sarkozy.

Auparavant, les deux hommes s'épargnaient. Nicolas Sarkozy avait fait d'Alain Juppé un "sage" qu'il avait rappelé au gouvernement en 2010. Pour l'élection du président de l'UMP en 2012, il en avait fait son candidat, avant qu'il ne renonce à se présenter. Un proche des deux hommes dit qu'ils entretiennent une relation "complexe, mais également d'estime". Pour l'heure, l'"estime" semble avoir été mise de côté. 

Vivien Vergnaud - leJDD.fr

Mis en ligne par Evy, le 06 juillet 2014

Source :

http://www.lejdd.fr/Politique/Juppe-Sarkozy-la-guerre-a-commence-674699

Posté par evynou35 à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Laïcité : il est temps de se ressaisir !

Dessin : Louison

Dessin : Louison

Il y a urgence ! Les politiques se sont trop longtemps défaussés sur les juges, comme le montre l'interminable feuilleton Baby-Loup, désormais entre les mains de la justice européenne. "Marianne" publie un appel d'intellectuels, de politiques et d'acteurs de la société civile. Pour renouer avec la tradition républicaine et en finir avec trente ans de démissions. Un appel que vous pouvez vous aussi signer sur la plateforme Change.org.

Hommes et femmes d'horizons philosophiques, politiques et professionnels différents, nous sommes inquiets de voir à quel point, face à l'action engagée par diverses mouvances religieuses et politico-religieuses pour attenter à la laïcité républicaine, la réponse politique demeure faible. Pour notre part, récusant autant ceux qui exploitent la défiance générale pour accentuer la fracture sociale et identitaire, que ceux qui rejettent toute analyse critique du multiculturalisme dans le camp des « réactionnaires » ou des « intolérants », notre démarche vise à défendre et faire vivre la laïcité sans blesser mais dans la clarté et la fermeté, à trouver des solutions sans heurter mais sans faillir.

La laïcité — qui refuse les aspects politiques des religions et laisse à ces dernières toute liberté dans la vie sociale sous régime de droit commun — est globalement vécue dans notre pays comme une « tradition moderne », ce qui est parfois difficile à décrypter pour ceux venus d'ailleurs. Or aujourd'hui, la laïcité comme principe politique, code de vie collective et force morale, est remise en question par divers mouvances et groupes religieux qui rejettent « la démocratie des mécréants », la suprématie du droit civil sur les textes, à leurs yeux sacrés, avec un usage maîtrisé des radios communautaires et d'internet. Dans cet espace ainsi ouvert se rejoignent radicaux et orthodoxes issus des trois religions monothéistes pour exploiter à leur profit la crise ambiante, remettant notamment en cause les acquis du long combat pour l’égalité des sexes que l’on croyait clos et qui, à notre grande surprise, est à reprendre.

Notre propos n'est pas de nier l'existence d'une diversité ethnique, religieuse, culturelle ou autres, encore moins de réfuter le droit d'appartenir à telle ou telle communauté à la condition, toutefois, que celle-ci ne verse pas dans le communautarisme et reste ouverte sur l'extérieur, qu'elle facilite le va-et-vient en pensées et en individus entre le dedans et le dehors. Mais plus encore à la condition que, sachant indivisible notre République de citoyens, chacun se reconnaisse dans un fonds commun en histoire, en droits, en valeurs et en normes dont la laïcité est l’une des plus éminentes. Pour autant la laïcité n'est pas un dogme, on a le droit de manifester des opinions anti-laïques, mais on n'a aucunement le droit de transgresser les lois laïques votées par le Parlement.

Or depuis une trentaine d'années, des mouvements se développent dans notre société qui semblent aller en sens inverse, du fait d'une immersion des peuples dans la mondialisation avec perte des repères, d'une circulation accentuée de populations poussées hors de leurs pays par la misère, les révolutions et les guerres théocratiques, fondamentalistes, interethniques et nationalistes. Ont ainsi surgi des exigences en matière de rituels vestimentaires, alimentaires, cultuels ou d'expression médiatique, qui sont loin de correspondre toujours aux demandes réelles de populations hétérogènes d'un point de vue économique et identitaire. Certains pays ont expérimenté sur ce terrain une attitude permissive, comme le Canada sous le couvert d'accommodements dits raisonnables, avant de reculer face aux incohérences des revendications et au risque d'un éclatement sociétal : tribunaux rabbiniques ou islamiques, jours fériés spécifiques à chaque religion, révision multiforme des programmes scolaires, pauses pour les prières sur les lieux de travail, formation au multiculturalisme de la police et des médecins, imposition de quotas pour certains recrutements et différents concours, etc. Ces accommodements s'imposent quelquefois au niveau mondial avec, depuis peu, l'autorisation du port du voile ou du turban sur les stades.

De plus en plus en France, le flou juridique en matière de laïcité, doublé de l'indécision politique, favorise au sein de nombreuses institutions publiques et privées des « accommodements » mal vécus par une grande partie des professionnels et des usagers. Face à ces confusions — qui alimentent les extrêmes — ce sont aujourd’hui bien souvent les décisions prises par des acteurs de la société civile, sans toujours le garant de la loi, qui montrent courageusement la voie à suivre. Ce fut ainsi le cas pour la crèche Baby-Loup comme pour l'entreprise Paprec, en Seine-Saint-Denis, qui s’est dotée d’une charte de la laïcité, acceptée à l'unanimité des 800 représentants de ses 4 000 salariés, pour imposer un devoir de neutralité sur le lieu de travail où coexistent des employés de 52 nationalités.

Pour accueillir l'altérité, un pays se doit d'être solide sur ses pieds, confiant dans ses fondations, tout en étant capable, par ses structures d'accueil et en fonction de ses capacités, d'intégrer chacun sur la base de principes clairs expliqués et enseignés. Il appartient aux politiques et aux institutions de transmettre cette laïcité, qui reste par nature un formidable levier d'intégration puisqu'elle permet de rassembler tous les citoyens — et au-delà tous ceux qui vivent sur le territoire national —, quelles que soient leurs origines religieuses ou ethniques, qu’ils soient croyants ou non, sans la moindre distinction. Tous les citoyens et les responsables, quelle que soit leur sensibilité politique, sont concernés. Or nombre d'entre eux ne réagissent plus sur ce terrain, quand d'autres l'instrumentalisent d'un point de vue idéologique. Entre autres raisons, les résultats des dernières élections municipales et européennes ont durement sanctionné ce délaissement de nos valeurs par nombre de ceux qui avaient à les faire vivre. Ainsi de la laïcité. Il est grand temps de se ressaisir !

Magazine Marianne

Mis en ligne par Evy, le 06 juillet 2014.

Source :

http://www.marianne.net/Laicite-il-est-temps-de-se-ressaisir-_a239732.html?preaction=nl&id=5909033&idnl=27171&

Posté par evynou35 à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,