mercredi 1 juillet 2015

Un concept de tablette flexible et enroulable pour Samsung.

Samsung Flexible Roll est un concept imaginé pour le géant coréen.

En se basant sur une technologie d’affichage flexible, il s’agit d’une tablette ultraportable dont l’écran peut être déroulé à l’image d’un rouleau de papyrus.

L’appareil ressemble à un bâton cylindrique au design épuré mais c’est en réalité une tablette à écran tactile enroulable.

Ce dernier est à la fois souple et pliable et utilise la technologie OLED pour être enroulé/ déroulé en fonction du besoin.

D’ailleurs, le concept tire son inspiration des anciens manuscrits.

Il suffit ainsi de déployer l’écran pour accéder à son contenu.

Munie de deux ports USB, la tablette intègre des haut-parleurs et un clavier tactile.

Quant à son système d’exploitation, elle pourrait fonctionner sous Windows 10 ou Windows 8.

Enfin, sa taille compacte a été pensée pour faciliter son rangement et privilégier sa portabilité.

Comme l’écran est enroulé, il ne risque pas d’être cassé.

On doit le projet au designer Sungmin Lee.

Si l’idée préfigure l’avenir des gadgets nomades,  cette tablette est malheureusement réduite à son stade de concept.

 

Posté par evynou35 à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


mardi 30 juin 2015

Exodus : que dit la science sur "les dix plaies d’Egypte" ?

Les 7 plaies d'Egypte. Tableau de John Martin (1789-1854), exposé au musée Fine Arts, Boston, Massachusetts. Sipa

Les 7 plaies d'Egypte. Tableau de John Martin (1789-1854), exposé au musée Fine Arts, Boston, Massachusetts. Sipa

INSPIRATION. Au moment où sort sur nos écrans "Exodus" de Ridley Scott, resucée de la superproduction de 1956 de Cecil B.DeMille "Les 10 commandements" en à peine moins kitsch, il peut sembler opportun de se poser la question : les multiples fléaux-invasions d’espèces nuisibles, phénomènes météorologiques exceptionnels, épidémies animales et humaines dont l’Egypte aurait été la victime lors de cet épisode biblique de l’Exode auraient-ils pu s’inspirer de faits réels ?

En effet, il est frappant de constater que la succession des plaies qui s’abattent alors sur pharaon et sur son peuple obéit à un enchaînement quasi naturel, chaque fléau pouvant se lire comme la conséquence des précédents selon la dynamique d’un terrifiant effet domino. D’ailleurs, dans le film de Ridley Scott, un des conseillers du pharaon s’essaye bien à une ébauche d’explication rationnelle pour expliquer la série de catastrophes en cours : la mort des poissons du Nil qui engendre une invasion terrestre de grenouilles, la pourriture des poissons attirant les mouches et les parasites, qui propagent des maladies parmi les animaux et les Hommes, et ainsi de suite… Las, dans le film, la clairvoyance de ce proto-scientifique contrariera pharaon et vaudra au malheureux de se tortiller le lendemain au bout d’une potence…

Pourtant, il est un évènement géologique majeur qui pourrait effectivement avoir donné naissance à la série de cataclysmes qui frappèrent l’Egypte ancienne et servi de ferment au mythe de la fuite de Moïse et des siens : l’éruption du mont Santorin.

Localisation du Mont Santorin. Crédit : Google map

CATACLYSME. Situé à 800 km à vol d’oiseau au nord-ouest du pays des pharaons, ce volcan de la mer Égée en bordure de la Crète entra en éruption entre 1650 et 1600 avant notre ère avec la puissance explosive d’une quarantaine de bombes atomiques, ne laissant en lieu et place du cône volcanique qu’une immense caldeira béante ! En deux jours, 120 km3 de matières éruptives, soit 40 fois plus que lors de l’éruption du Vésuve qui ensevelira Pompéi en 79 après JC, furent expulsées à 30 km d’altitude dans un panache qui tutoya la stratosphère.

Sur place, les dégâts matériels et humains furent bien évidemment absolus : l’île et ses habitants cessèrent purement et simplement d’exister. On oublia même totalement durant des siècles que Santorin ait accueilli un jour une activité humaine jusqu’à ce que des fouilles entamées en 1967 exhument sous des couches épaisses de cendres et de pierres ponces, les restes d’Akrotiri, une des villes naguère florissantes de l’île.

En tout, une centaine d’autres éruptions du Santorin ont eu lieu au cours des 400.000 dernières années. La dernière en date remonte à 1950 et les géologues sont sur le pied de guerre pour repérer la prochaine à venir.

L’archipel de Santorin, constitué aujourd’hui de cinq îles, dont les trois principales Santorin, Thirassia et Aspronissi, est le vestige d’une seule île volcanique que la forme sphérique de l’archipel permet encore de se représenter. Crédit : Google map.

CONSÉQUENCES. Mais, au delà des mers, quelles furent les conséquences de cette gigantesque éruption ? Ce qui est certain, c’est que les cendres du Santorin ont atteint le delta du Nil, des relevés stratigraphiques en attestent. De là à en conclure que l’un des plus violents évènements volcaniques à laquelle l’espèce humaine put être témoin ait inspiré un épisode de la Bible, il n’y a qu’un pas, franchi par Gilles Lericolais, géologue et directeur des affaires européennes et internationales de l’Ifremer qui travailla sur la question il y a quelques années avec un collègue new-yorkais, William Ryan. "À cause la courbure de la Terre, explique-t-il, les égyptiens n’ont pas été en mesure de voir l’éruption du Santorin. Mais nous pensons qu’ils ont du en subir fortement les conséquences."

  • Première plaie d’Egypte

« ….toutes les eaux qui sont dans le fleuve se chargèrent en sang »

Plusieurs explications peuvent expliquer cette première plaie. Comme "les réactions des pluies acides sur les argiles favorisant le lessivage et l'augmentation du fer dans les eaux du Nil", avance Gilles Lericolais. Autour du Santorin, on retrouve des ignimbrites rouges, des roches constituées de débris de laves acides. Elles confèrent une teinte carmin à certaines plages de Santorin.

Un cratère à l'ouest de l'archipel du Mont Santorin, à cap Akrotiri. On y voit affleurer la roche rouge faite d'ignimbrites.

Crédit : Wikimedia commons.

Certains chercheurs évoquent également la prolifération massive d’algues rouges dans le fleuve suite au changement de conditions climatiques. Connu sous le nom d'"Efflorescence algale", ce phénomène affecte par exemple de temps en temps le golfe du Mexique, alors la proie d'une invasion exubérante de l'algue microscopique Karenia brevis qui en rougit les eaux et intoxique les poissons.

  • Deuxième plaie

« …les grenouilles montèrent et recouvrirent l’Egypte »

Les pluies torrentielles et l’augmentation du taux d’humidité de l’air consécutives à l’éruption auraient poussé les batraciens à sortir de leurs cachettes pour envahir en masse les villages et rejoindre leurs lieux de reproduction. Autre hypothèse : surchargé en sédiments rouges, le Nil s’est appauvri en oxygène, décimant les poissons et poussant les amphibiens à s’en extirper pour respirer.

  • Troisième et quatrième plaies

« …toute la poussière du sol se changea en moustiques »

« …des taons en grand nombre entrèrent […] dans tout le pays d’Egypte »

Sauve qui peut ! ont dû s’écrier les insectes devant le cataclysme, se repliant en masse vers le sud pour fuir son avancée. Profitant de la pluviosité, ils se sont mis à pulluler d’autant, transportant avec eux une kyrielle de maladies et d’affections diverses.

  • Cinquième plaie

« …tous les troupeaux des égyptiens moururent »

Rien d’étonnant à ce que la prolifération soudaine d’insectes nuisibles ait décimé le bétail. Plusieurs suspects ont été montrés du doigt. John Marr et Curtis Malloy, épidémiologistes au département de santé publique de New York penchent pour un moucheron du genre Culicoïdes. Porteur d’agents pathogènes pour les animaux, l’insecte présente la particularité de pouvoir véhiculer deux maladies virales distinctes : la peste équine et la maladie de la langue bleue qui touche principalement le bétail.

  • Sixième plaie

« …gens et bêtes furent couverts d’ulcères bourgeonnant en pustules »

Pour expliquer cette plaie, nous avons l’embarras du choix. Des larves de diptères, des maladies parasitaires comme la leishmaniose ou encore le caractère acide des précipitations peuvent tout à fait expliquer l’apparition de lésions cutanées sur les humains et les animaux.

  • Septième plaie

« …Yahvé fit tomber la grêle sur le pays d’Egypte »

Il n’est pas rare qu’une éruption volcanique s’accompagne d’orages de gros grêlons formés, non de glace, mais d’accrétions de cendres. Ce fut notamment le cas lors de l’éruption du mont Saint-Helens en 1980.

  • Huitième plaie

« …les sauterelles […] couvrirent toute la surface du pays… »

Suivant le sillage des autres insectes fuyant vers le sud, une infestation de criquets pélerins, dont l’une des aires de regroupement se situe justement autour de la mer rouge, a pu traverser l’Egypte ravageant les cultures et la végétation.

  •  Neuvième plaie

« …il y eut d’épaisses ténèbres… »

Pour des raisons d’intensité dramatique devant aller crescendo, il se pourrait que les auteurs de cet épisode de la Bible aient bousculé la chronologie des évènements. Si les ténèbres ont envahi la région, c’est plus sûrement aux premiers temps de l’éruption, un nuage de poussières ayant obscurci le ciel des jours durant.

  • Dixième plaie

« …tous les premiers-nés mourront dans le pays d’Egypte… »

Ce dernier fléau, apex de la colère divine, ne doit pas être pris au pied de la lettre. Il semble plus vraisemblable que les conséquences de l’éruption et le déferlement de pluies acides aient rendu l’eau potable impropre à la consommation et qu’une famine ait commencé à se développer suite aux récoltes dévastées. "De plus, un changement d’hygiène dans la société égyptienne a pu provoquer le développement du choléra, en plus du paludisme et du typhus" ajoute Gilles Lericolais. Toutes les conditions étaient alors réunies pour éliminer les plus faibles et les nouveaux-nés.

Reste une interrogation : la gigantesque éruption du mont Santorin a-t-elle eu des conséquences à l’échelle mondiale ? Ce cataclysme majeur a-t-il été ressenti ailleurs qu’en Égypte? Pour entrevoir un début de réponse, il nous faut faire un bond dans le futur, au tout début du 19e siècle de notre ère.

-Citations de la Bible extraites du Livre de l’Exode, chapitres 7 à 12. Bible de Jérusalem, traduction des dominicains de l’Ecole biblique. Editions Fleurus/Cerf

Source : http://www.sciencesetavenir.fr/critique-scientifique/20141222.OBS8469/exodus-dans-les-salles-que-dit-la-science-sur-les-dix-plaies-d-egypte.html

Posté par evynou35 à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

La taille de l’agglomération de Pékin a quadruplé en neuf ans

La ville de Pékin a connu un développement accéléré entre 2000 et 2009. Wikimedia Commons

Grâce à des données satellites, une équipe de la Nasa a estimé la croissance de la ville de Pékin entre 2000 et 2009 et l’impact des nouvelles infrastructures sur la circulation des vents et la pollution.

 

QUIKSCAT. Le satellite QuikScat, dont la mission a pris fin en 2009, était chargé de mesurer la vitesse et la direction des vents sur l’océan, dans le cadre du programme d’Observation de la Terre de la Nasa. Il a aussi été utilisé par l’équipe de Mark Jacobson de l’université de Stanford pour évaluer la croissance de l’agglomération de Beijing, ou Pékin, et l’impact environnemental de son impressionnant développement.

 

La croissance de la ville de Pékin entre 2000 et 2009. Les constructions humaines apparaissent en noir. JPL/Caltech.

Des effets propres à l’urbanisation

QuikScat était en fait un gros radar en orbite autour de la Terre qui émettait vers sa surface des impulsions de micro-ondes et enregistrait la façon dont elles étaient réfléchies par le sol terrestre. Les chercheurs ont profité du fait que les structures construites par l’homme modifient la réflexion des ondes pour en déduire des informations sur le développement urbain. Grâce à une nouvelle méthode de traitement des données, ils ont amélioré la précision des images obtenues par QuikScat de sorte qu’ils puissent obtenir des détails à l’échelle de quelques pâtés de maison. Après avoir analysé la croissance de la ville de Pékin, ils ont utilisé un logiciel pour simuler les effets des nouvelles constructions.

IMPACTS. Leur étude, publiée dans le Journal of geological research, indique que les nouvelles infrastructures (sans tenir compte de l’accroissement de la population et de l’arrivée de nouveaux véhicules) contribuent à l’augmentation des températures de 3 à 4°c en hiver et à la réduction de la vitesse des vents de 1 à 3 mètres par seconde. "Les bâtiments ralentissent les vents simplement en bloquant l'air" explique Mark Jacobson. "Et vous avez des températures plus élevées, car recouvrir le sol réduit l'évaporation. Les routes et les toits se réchauffent plus au cours de la journée que le sol ou la végétation parce qu’ils sont plus secs" poursuit-il.  L’augmentation de la température et la moindre vitesse des vents créent une cascade de conséquences, comme l'augmentation de la pollution à l'ozone au niveau du sol ajoutent les scientifiques. Ces impacts propres aux nouvelles constructions ne sont pas évitables : "Si vous développez une ville propre qui n’émet aucune sorte de pollution et sans la moindre voiture à essence à l’intérieur vous aurez quand même ces mauvais effets" conclut Son Nghiem, un des auteurs de l’étude.

Joël Ignasse - Sciences et Avenir

Source : http://www.sciencesetavenir.fr/

Posté par evynou35 à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Grèce : 4 raisons qui montrent que vous êtes bel et bien concerné !

En plongeant de 4,70 % dès l'ouverture de la bourse de Paris, le CAC 40 a démontré ce matin que la crise en Grèce n’était pas sans risque pour l’économie mondiale, européenne et française. Explications.

François Hollande a beau déclarer à la sortie d’un conseil restreint sur la crise grecque que "la France n’a rien à craindre", les répercussions de la crise en Grèce, d’un hypothétique défaut de paiement d’Athènes et d’une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro, pourraient être importantes pour l’économie européenne tout entière voire mondiale. La bourse de Paris l’a démontré en ouvrant en forte chute, de 4,70 % ce lundi matin. Comment la crise de la dette grecque peut-elle contaminer toutes les économies de ses voisins ?

1- Une dette détenue en partie par la France. Pour commencer, il faut comprendre que la dette grecque est détenue en majeure partie les pays membres de la zone euro, puis par le Fonds monétaire international et la Banque centrale européenne et enfin, par les banques grecques ainsi que certaines banques européennes. Alors que des échéances approchent (la Grèce doit rembourser 1,5 milliard d'euros au FMI avant minuit ce mardi 30 juin, avec des caisses vides), Europe et FMI négocient actuellement avec Athènes pour maintenir un plan d’aide en contrepartie de réformes dites "structurelles" permettant au pays de faire des économies et de réduire drastiquement sa dette. Le Premier ministre grec Alexis Tsipras ayant annoncé ce week-end par surprise qu'il allait soumettre ce plan à référendum dimanche 5 juillet, l'Eurogroupe a décidé de ne pas prolonger le prêt accordé au pays.

C’est donc dans un premier temps un défaut de paiement (l’impossibilité pour la Grèce de rembourser) qui se profile, synonyme de "faillite". Lesquels auraient de graves répercussions sur les créanciers du pays. Au total, selon Eurostat, la Grèce devait plus de 317 milliards d'euros à l'ensemble de ses créanciers fin 2014. La France est concernée à hauteur de 42 milliards, moins que l’Allemagne (56,5 milliards) mais plus que l’Italie (37,3 milliards), l’Espagne (24,8 milliards) ou même le FMI (24 milliards). Selon TF1, en cas d’effacement de cette dette, le manque à gagner pour l'Etat, et donc les contribuables,  serait important : 642 euros pour chaque Français (bébé compris), ou, plus précisément, 2 354 euros par foyer imposable.

2- Une crise financière et économique. A un second niveau, les bourses ont déjà anticipé ces événements, redoutant un ralentissement global de l’économie européenne à cause de l’effondrement de la dette grecque, allant des banques aux entreprises. Craignant des rendements en baisse dans les résultats des entreprises dans les prochains mois, les investisseurs vendent ainsi leurs actions en masse, faisant chuter les cours. C'est la raison de la chute du CAC 40, directement liée à la crise grecque ce lundi 29 juin. D'autres bourses mondiales, notamment les bourses européennes et asiatiques, suivent le même chemin, surprises par l'annonce du référendum grec et la tournure prise par les négociations ce week-end, alors qu'elle avaient terminé la semaine dernière sur une note de confiance (+5 % pour le CAC 40). A terme, c'est tout le financement de l'économie qui est en question. Une nouvelle crise économique et financière n'est donc pas tout à fait écartée selon certains économistes.

3- Une crise des dettes souveraines. Cette défiance se double d’une méfiance des investisseurs vis-à-vis des Etats eux-mêmes, dont ils doutent de la capacité de rembourser leurs emprunts, à l'instar de la Grèce. Les créanciers risquent donc d’augmenter les taux d’intérêts auxquels les Etats empruntent sur les marchés pour financer leur propre dette et, dit-on, "boucler leurs fins de mois". Dans les deux cas, ce sont bien les pays de la zone euro et leurs économies qui seraient les premières touchées. La France, qui se vantait encore il y a quelques semaines d'emprunter à des taux particulièrement bas, pourrait elle-aussi être mise en difficulté dans les prochaines semaines. Les plus pessimistes n'écartent d'ailleurs pas un scénario à la grecque.

4- Une crise de l'euro. Enfin, la rupture entre la Grèce et ses partenaires européens pourrait se traduire par une sortie de la Grèce de la zone euro (le fameux "Grexit"). De quoi faire encore une fois douter les investisseurs de la solidité de la monnaie elle-même. Le cours de l’euro pourrait en être rapidement malmené, les financiers préférant convertir leurs euros en dollars, en yen japonais ou dans d’autres "valeurs-refuges" comme le franc suisse. Au bout du scénario catastrophe cette fois : un euro excessivement faible qui provoquerait une inflation en zone euro et qui serait alors une strate supplémentaire de la crise.

Posté par evynou35 à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 28 juin 2015

Les milliards de la dette n’ont servi qu’à remplir les coffres des banques

La commission d’audit sur la vérité de la dette grecque, mise en place en mars par la présidente du Parlement grec, Zoé Konstantopoulou, a rendu publiques ses conclusions préliminaires à la mi-juin. Ce pré-rapport met en lumière les pernicieux mécanismes qui confirment dès lors l’illégitimité et l’insoutenabilité, de cette dette, affirme l’économiste Éric Toussaint, en charge de la coordination de ces travaux. Entretien.

HD. Quels sont les points forts du rapport préliminaire qui décortique la généalogie de la dette de la Grèce ?

Éric Toussaint. Pour dresser ce rapport, nous nous sommes penchés sur les prêts consentis par les 14 États membres de la zone euro, qui s’élèvent à 53 milliards d’euros, le prêt débloqué par le Fonds européen de stabilité financière, de l’ordre de 130 milliards, les 27 milliards de titres détenus par la Banque centrale européenne (BCE) et les prêts octroyés par le FMI à hauteur de 27 ou 28 milliards. Nous avons analysé en priorité les dettes réclamées par les institutions que je viens de citer pour voir si l’on peut les considérer comme illégitimes, illégales ou insoutenables. Les résultats de nos investigations nous permettent de répondre clairement que c’est le cas.

HD. En quoi, précisément, ces dettes sont-elles illégitimes ?

E. T. La raison est simple: ces dettes n’ont absolument pas bénéficié à la Grèce. Elles ont été en réalité octroyées pour favoriser les grandes banques privées, notamment françaises et allemandes, lesquelles étaient les principales créancières jusqu’au début de 2010. Nous estimons qu’une dette est illégitime dans la mesure où elle est accumulée sans respecter l’intérêt général, mais pour favoriser une mino rité privilégiée. Les montants qui ont été octroyés par les 14 États membres de la zone euro, dont la France (10 milliards), ne sont pas arrivés dans les caisses de l’État grec, ils n’ont pas servi à payer des retraites ou des salaires de fonctionnaires, à faire fonctionner des hôpitaux ou à maintenir en état des infrastructures, mais à remplir les coffres des banques, lesquelles étaient par ailleurs à l’origine de la crise.

HD. Dans quelle mesure les résultats de vos travaux peuventils inspirer et renforcer la position du gouvernement grec face à la pression de ses créanciers ?

E. T. Nous apportons aux autorités grecques des arguments très solides pour délégitimer les demandes des créanciers.

HD. Mais, concrètement, comment est-ce possible, sachant que cela n’a pas de valeur juridique ?

E. T. Il n’y a effectivement pas d’instance juridique internationale qui peut donner raison à la Grèce, mais la négociation ne s’effectue pas uniquement sur cette base. Dans les discussions qui ont cours, chacun avance des arguments. La Grèce peut parfaitement se prévaloir d’un acte souverain en invoquant le caractère illégitime, et surtout, insoutenable de la dette. Un État qui se trouve dans cette situation peut valablement suspendre souverainement et unilatéralement le paiement de sa dette sans que l’on puisse lui réclamer des intérêts de retard et sans être en infraction au regard du droit international.

HD. Au-delà de la question de la dette grecque, quelle peut être la portée de ce rapport pour les autres pays européens et pour les pays du tiers-monde ?

E. T. Il est clair que le cas grec peut être comparable à des situations de pays en développement qui sont entrés sous le joug des institutions internationales (Banque mondiale et FMI) à partir des années 1980. La Grèce commence effectivement à ressembler fortement à ce que l’on a alors connu. C’est pourquoi il est important que le peuple qui a porté Syriza au pouvoir avec un plan anti-austérité impose sa souveraineté aux créanciers. L’enjeu a dans tous les cas une dimension internationale dans la mesure où Juncker, Merkel, Moscovici, Lagarde, Rajoy veulent démontrer aux peuples d’Europe qu’il est impossible de rompre avec l’austérité. C’est cela qui est en réalité au centre des discussions. La dette est un instrument de subordination d’un pays et d’un peuple à la volonté des créanciers qui veulent poursuivre, comme François Hollande et Moscovici, l’orientation néolibérale. Si le peuple grec réussissait à obtenir de ses créanciers un changement de situation, cela ne pourrait qu’encourager d’autres peuples à relever la tête pour lutter contre l’austérité.

HD. La sortie de la Grèce de la zone euro vous semble-t-elle envisageable ?

E. T. Je pense qu’il est parfaitement possible de trouver une solution à la dette grecque en mettant en place des mesures complémentaires, telles que le contrôle des banques, le contrôle du mouvement des capitaux et la relance des dépenses publiques afin de booster l’économie et de créer des emplois. Il est possible d’y parvenir sans sortir de la zone euro, en ayant peut-être recours à une monnaie complémentaire. Il y a d’ailleurs des discussions dans ce sens à Athènes.

L’escroquerie dévoilée par une ex-"huile" de Bruxelles. Philippe Legrain a été, de février 2011 à février 2014, conseiller économique de José manuel Barroso alors président de la commission européenne. il a été auditionné le 11 juin dernier par la présidente du parlement grec et la commission pour la vérité sur la dette grecque. il a révélé qu’en 2010 le prêt octroyé à la Grèce était destiné au remboursement immédiat des banques françaises et allemandes qui étaient les principales créancières. Les dirigeants d’institutions, dont Jean-claude trichet (ex-directeur de la Bce), s’étaient alors opposés à toute restructuration de la dette grecque pourtant insoutenable pour défendre les intérêts des banques. De plus, en achetant à l’époque des titres grecs sur le marché secondaire, la Bce a permis aux grandes banques européennes de revendre leurs titres à bon prix. selon philippe Legrain, non seulement les grandes banques n’ont essuyé que peu de pertes mais certaines même ont réussi à dégager de beaux profits de cette opération. Depuis son arrivée au pouvoir, le nouveau gouvernement grec a remboursé 7 milliards d’euros à ses créanciers.

Nadjib Touaibia - Humanité Dimanche

Source : http://www.humanite.fr/les-milliards-de-la-dette-nont-servi-qua-remplir-les-coffres-des-banques-577461

Posté par evynou35 à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


vendredi 26 juin 2015

Le rappeur Orelsan

Le rappeur Orelsan va être jugé une troisième fois pour provocation à la violence envers les femmes.

Pour avoir chanté «renseigne-toi sur les pansements et les poussettes, j'peux t'faire un enfant et t'casser le nez sur un coup de tête», et «ferme ta gueule ou tu vas te faire marie-trintigner», le rappeur Orelsan va être jugé une troisième fois pour provocation à la violence envers les femmes.

Poursuivi par des associations féministes, le chanteur avait dans un premier temps été condamné à 1 000 euros d'amende avec sursis pour ces mêmes faits. En 2013, le tribunal correctionnel de Paris avait considéré en outre la phrase «les féministes me persécutent [...], comme si c'était d'ma faute si les meufs c'est des putes», comme une injure sexiste.

Orelsan, (de son vrai nom Aurélien Cotentin),32 ans, avait alors interjeté appel. Un an plus tard, la cour d'appel de Paris a jugé que les poursuites étaient prescrites et ne s'était pas prononcé sur le fond du dossier. Dans une récente décision, la cour de cassation a finalement cassé l'arrêt au motif que la cour d'appel n'avait pas permis aux parties de débattre, puis renvoyé le dossier à la cour d'appel de Versailles.

Dans une précédente affaire, poursuivi par l'association «Ni putes ni soumises» pour les textes de sa chanson «Sale pute», Orelsan avait été relaxé.

Libération

Source : http://www.liberation.fr/direct/element/la-rappeur-orelsan-va-etre-juge-une-troisieme-fois-pour-provocation-a-la-violence-envers-les-femmes

Posté par evynou35 à 11:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 24 juin 2015

Coupe du monde de foot féminin

La footballeuse française Wendie Renard lève les bras lors du 8e de finale victorieux contre la Corée du Sud (3-0), le 21 juin 2015 à Montréal (Canada).

La footballeuse française Wendie Renard lève les bras lors du 8e de finale victorieux contre la Corée du Sud (3-0), le 21 juin 2015 à Montréal (Canada). (FRANCOIS LAPLANTE/FREESTYLEPHOTO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

La France se qualifie pour les quarts de finale après sa victoire sur la Corée du Sud (3-0)

Leur prochain adversaire sera l'Allemagne, favori de la compétition.

L'équipe de France s'est qualifiée en quarts de finale de la Coupe du monde de foot féminin en battant sans difficulté la Corée du Sud (3-0), dimanche 21 juin à Montréal (Canada). Les Françaises se sont simplifié la tâche en marquant d'entrée par Marie-Laure Delie. Les Bleues ont corsé l'addition par Elodie Thomis et à nouvea Marie-Laure Delie, servie par sa comparse en attaque, Eugénie Le Sommer, meilleure joueuse de la rencontre. En quarts de finale, les Bleues retrouveront les Allemandes, épouvantail de la compétition, et auteures de 19 buts en 4 matchs. 

"Pour le quart de finale contre l'Allemagne, la pression n'est pas sur la France", fait remarquer Philippe Bergeroo, le sélectionneur des Bleues, sur W9. Les Allemandes, sextuples championnes d'Europe, partent favorites. Mais sur les trois derniers France-Allemagne, deux se sont finis par des matches nuls et le dernier par un succès français 2-0, en octobre dernier à Offenbach. Ce n'était qu'un match amical, mais ni les Bleues ni les Allemandes ne l'ont oublié.

Par Francetv info

Source : http://www.francetvinfo.fr/sports/foot/coupe-du-monde-de-foot-feminin/coupe-du-monde-de-foot-feminin-la-france-se-qualifie-pour-les-quarts-de-finale-apres-sa-victoire-sur-la-coree-du-sud-3-0

Posté par evynou35 à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Sept idées reçues sur le don d'organes

Sept idées reçues sur le don d'organes

En 2014, plus de 20.000 Français étaient en attente de greffe (Image d'illustration)

Ce 22 juin a lieu la Journée nationale pour inciter au don d'organes, organisée par l'Agence de la biomédecine. L'occasion de revenir sur sept idées reçues, qui peuvent dissuader à tort de donner ses organes.

Que ce soit "oui" ou "non", il faut le dire. Chaque année, plus de 20.000 Français sont en attente d'une greffe, selon l'Agence de la biomédecine, qui incite tout un chacun à parler de son choix à ses proches, à l'occasion de la 15ème Journée nationale de réflexion sur le don d'organes. Le don ne concerne pas que les organes les plus demandés comme le cœur, le foie ou le rein, mais également des tissus, comme la peau ou encore les veines ou les tendons. Si le nombre de patients greffés est en constante augmentation, bon nombre d'idées reçues circulent encore, freinant le don.

"Je ne peux pas donner si je suis trop âgé"

Il n'y a aucune limitation d'âge pour donner ses organes, même après 80 ans ! D'ailleurs, la moyenne d'âge d'un donneur en France est de 57 ans. Et près de la moitié des donneurs ont plus de 65 ans. Les personnes âgées peuvent également recevoir des organes jusqu'à plus de 70 ans.

"Je ne peux pas donner si je suis malade"

Tout comme les personnes âgées, les personnes malades ou sous traitement peuvent être éligibles au don d'organes. C'est en réalité au médecin de juger si les bénéfices de la greffe sont supérieurs aux risques pour le receveur. Par exemple, une personne atteinte d'une hépatite peut donner son foie à un receveur, si le receveur en a le besoin vital. Une fois le foie transplanté et hors de danger, il sera traité pour l'hépatite.

"Le don d'organes concerne seulement les personnes mortes subitement"

Les profils des donneurs sont variés. Ils peuvent effectivement être décédés subitement, comme en cas d'infarctus ou de mort cérébrale suite à un accident vasculaire cérébral et à un traumatisme crânien, mais pas seulement... Le  don d'organes peut également concerner les personnes en fin de vie, en limitation ou arrêt de soins. Pour finir, le donneur peut aussi être vivant, principalement pour le don de rein ou d'un lobe hépatique.

"Je ne peux pas choisir les organes que je donne"

Il est possible de choisir les organes que l'on souhaite donner. Pour cela il suffit d'en discuter avec ses proches, qui en témoigneront en temps voulu au corps médical.

"Si je donne, mon corps pourra être utilisé par la science"

Le don d'organes et le don de corps à la science sont des procédures qui n'ont rien à voir. Donner son corps à des étudiants de médecine est totalement différent d'un don d'organes pour sauver des vies. Pour offrir son corps à la science, il faut s'inscrire dans une faculté de médecine.

"Pour donner, je suis obligé d'avoir une carte de donneur"

La carte de donneur, ou un petit mot dans le portefeuille, peuvent permettre de rassurer le donneur dans sa démarche, mais ne constituent pas une condition sine qua non au don d'organes. Carte ou pas, le médecin s'entretient obligatoirement avec les proches pour prendre une décision. A l'inverse, ne pas avoir de carte ne signifie pas que vous êtes automatiquement exclu du don. Car si vous n'avez pas clairement exprimé votre refus, en vous inscrivant au registre national des refus, vous êtes potentiellement donneur.

"Une fois ma décision prise, je ne peux pas changer d'avis"

Il est possible de modifier son choix à tout moment. Si vous ne souhaitez plus donner, il vous suffit de vous inscrire au registre national des refus. Si vous souhaitez donner, il faut à l'inverse vous désinscrire en envoyant un courrier à ce registre.

Par Léa Galanopoulo

Source : http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/greffes-don-d-organes/sept-idees-recues-sur-le-don-d-organes_16660.html

Posté par evynou35 à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 20 juin 2015

Guyane, LA MEMOIRE BAFOUEE

Guyane, LA MEMOIRE BAFOUEE

François PUZENAT, qui fit la classe aux Indiens Wayanas de la forêt amazonienne de Guyane, s’était lié d’amitié à un proche de Nelson Mandela -évêque de son état- qu’il a accueilli et introduit auprès de ses amis indiens. On a beau être le meilleur des hommes, on n’en est pas moins clerc et prosélyte. L’évêque revint en forêt guyanaise, mais pour y mettre en œuvre une évangélisation systématique et magistralement organisée.

Ce texte –poème destiné à fournir les paroles d’une chanson-, rédigé peu après les massacres de janvier 2015 à Charlie Hebdo et au magasin juif de Vincennes, est la réaction d’un humaniste athée

François PUZENAT a écrit « Guyane, LA MEMOIRE BAFOUEE »

 Depuis que l’Homme est sur la Terre

Vous ne cessez de répéter
« Aimez, aimez votre prochain »
Et vous ne cessez de prêcher
Qu’on baise les pieds de vos saints.
« Aimez-vous fort les uns les autres »
Clamez-vous dans vos homélies
Et vous dépêchez vos apôtres
Nous infliger vos prophéties.
 
 Vos rabbins et tous vos pasteurs
Vos imams et tous vos curés
Sont de tristes prédicateurs
Qui jamais n’ont su écouter.
Voient-ils que l’autre est différent
Dans son refus ou sa piété
De l’occident à l’orient
Que l’Homme croie ou soit athée ?
 
Depuis que l’Homme est sur la terre
Depuis que l’Homme s’est mis debout
On a jeté l’homme en prière
On a mis les hommes à genoux.
 
Quel dieu voudrait que sur la terre
On assassine les enfants
Qu’on viole et tue filles et mères
Qu’on égorge les mécréants ?
Quel dieu, quand claquent vos bannières,
Ordonne de mettre à genoux
Les Indiens, tous les pauvres hères
Qui s’acharnent à vivre debout ?
 
Au Moyen-Age c’était la guerre
Sainte disiez-vous en priant,
Une épée contre un cimeterre
Un chrétien contre un musulman
Une sourate contre un pater
Une bible contre un coran
Tout ça conduit au cimetière
Les infidèles et les croyants.
 
Depuis que l’Homme est sur la terre
Depuis que l’homme s’est mis debout
On a jeté l’homme en prière
On a mis les hommes à genoux.
 
On brûlait les livres naguère
Pour ne garder qu’une opinion
Les bûchers brûlaient les sorcières
Le sabre armait le goupillon.
Aujourd’hui vos ministères
Ne sav’ plus à qui se vouer
Pour conquérir tout l’univers
Et imposer vos vérités.
 
On refuse vos muselières
On veut vivre tout simplement.
Jetez aux orties vos œillères,
Vos robes, vos déguisements.
Vos églises et vos cathédrales,
Vos synagogues, vos mosquées,
Vos temples sont tristes escales
Où se noient tous les naufragés.
 
Depuis que l’Homme est sur la terre
Depuis que l’Homme s’est mis debout
On a jeté l’homme en prière
On a mis les hommes à genoux.
 
Vous avez toujours fait la guerre
Vous n’avez jamais su rêver
Saurez-vous donc un jour vous taire ?
Saurez-vous un jour accepter
Qu’on puisse s’aimer sans barrière
Sans votre avis, vos boniments ?
Laissez-nous accoupler la paire
Hommes ou femmes, comme on l’entend.
 
Et puis dans vos foutues boutiques
Où vous ne vendez que du vent
A la place de vos cantiques
Laissez-nous entonner nos chants
Dont les paroles hérétiques
S’élèveront joyeusement.
Nos ave si peu catholiques
Ranimeront tous les gisants.
 
François PUZENAT, instituteur, Indien wayana d’adoption.

 Publié dans POESIE, LIBRAIRIE, SOCIETE

Source : http://www.libre-penseur-adlpf.com/2015/06/guyane-la-memoire-bafouee.html

Posté par evynou35 à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 19 juin 2015

LA CRISE GRECQUE UNE FAILLITE EUROPEENNE .

Source : https://youtu.be/9whoYlM0qkU

Posté par evynou35 à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,