lundi 22 décembre 2014

Mettez les enfants au vert !

La présence d'espaces verts à proximité du domicile a été associée à des bénéfices et à des risques pour la santé.

Pour la première fois l'étude de Payam Dadvand et coll.,  qui fait partie du projet PHENOTYPE  (Positive Health Effects of the Natural Outdoor Environment in Typical Populations in Different Regions in Europe; http:// www.phenotype.eu) évalue simultanément les bénéfices (réduction des comportements sédentaires, du surpoids et de l'obésité) et les risques potentiels (asthme, allergie)  de l'exposition à différents types de « verdure » sur la santé des enfants. Son originalité consiste aussi à distinguer les espaces verts urbains et les espaces verts naturels.

Elle concerne une population de 3 178 enfants âgés de 9 à 12 ans vivant à Sabadell, ville de 200 000 habitants située à 20 kilomètres au nord de Barcelone.

La présence d'espaces verts à proximité du lieu de résidence est  associée à une prévalence plus faible de surpoids et/ou d'obésité et de « temps d'écran » excessif (supérieur à 1 heure par jour en semaine et à 2 heures par jour le week-end), sans augmentation significative de la prévalence de l’asthme ou de rhinoconjonctivite.

On retrouve les mêmes tendances pour les résidences à proximité d'une forêt avec cependant une association  positive avec la rhinoconjonctivite allergique qui n'atteint pas la significativité statistique.

Par contre vivre près d'un parc augmente la prévalence de l’asthme, ce qui pourrait s'expliquer en partie par une différence entre les forêts et les parcs en terme de flore et d'allergénicité des pollens.

Ces résultats cohérents avec ceux d'études antérieures, montrent le rôle essentiel des espaces verts sur la santé des enfants  et confirment que la proximité d'espaces verts réduit les comportements sédentaires  avec pour conséquence la réduction du surpoids et de l'obésité.

Dans un contexte d'augmentation mondiale de la prévalence de l'obésité infantile ces résultats ont toute leur importance en terme de santé publique D'autres études seront nécessaires pour préciser les avantages et les requis en fonction de la qualité et le type de plantes dans les espaces verts.

Dr Maryvonne Pierre-Nicolas

Références
Dadvand P et coll. : Risks and Benefits of Green Spaces for Children: A Cross-Sectional Study of Associations with Sedentary Behavior, Obesity, Asthma, and Allergy.
Environ Health Perspect., 2014; 122 : 1329-1335. DOI:10.1289/ehp.1308038

Copyright © http://www.jim.fr

-------------

Source : http://www.jim.fr/medecin/actualites/medicale/e-docs/mettez_les_enfants_au_vert__149359/document_actu_med.phtml

Posté par evynou35 à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


dimanche 21 décembre 2014

Sketch Muriel Robin - Les Expressions - C'est votre vie

 

Source :

https://www.youtube.com/watch?v=ge-GiQKglDQ

Posté par evynou35 à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 20 décembre 2014

Réponse d'un député à une fibromyalgique

"Madame,
"J’ai bien pris connaissance de vos différents messages concernant la pathologie nommée Fybromialgie et votre souhait qu’elle soit reconnue comme "maladie invalidante permettant ainsi l’exonération du ticket modérateur.
"Prochainement l’Assemblée Nationale devra examiner une proposition de loi relative au « burn-out » et à la possibilité de lui reconnaître la qualité de "maladie professionnelle. J’espère que ce sera pour nous le moyen d’attirer l’attention sur la fybromialgie, qui a souvent des effets similaires à ceux du « "burn-out ».
"Je ne manquerai pas de vous tenir informée des suites des discussions que nous aurons sur ce sujet à l’Assemblée Nationale.
"Je reste à votre disposition si vous le jugez utile.
"Je vous prie de croire, Madame, à l’assurance de mes salutations les meilleures.

"Michel ISSINDOU
"Député de la 2ème circonscription de l'Isère

Source :

Mail de Martine Fargeix

Posté par evynou35 à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 19 décembre 2014

Yoga : méditez, vous maigrirez…

https://destinationsante.com/wp-content/uploads/2014/12/yogaok.jpg

Bon pour la tête, le yoga l’est aussi pour le cœur et les vaisseaux. ©Phovoir

 Le yoga exercice-t-il les mêmes effets sur le cœur et les vaisseaux qu’une discipline d’endurance telle que la marche active ? La question mérite en effet d’être posée à la lecture des résultats d’une méta-analyse conduite par des médecins américains et néerlandais. Leur travail met en avant des bienfaits inattendus de cette discipline chez les patients souffrant d’une maladie cardiovasculaire. 

Des scientifiques de la Erasmus University de Rotterdam et de la Harvard of Public Health de Boston ont compilé les données de 37 études centrées notamment sur les bénéfices du yoga. Au total, ce travail a rassemblé 2 768 personnes.

Les auteurs montrent que les patients souffrant d’une maladie cardiovasculaire tireraient de nombreux bénéfices d’une pratique régulière de cette discipline ancestrale : avec des diminutions de l’indice de masse corporelle (IMC), de la tension artérielle, des taux de cholestérol. Et même de la fréquence cardiaque au repos. En revanche, aucun impact n’est rapporté au niveau de la glycémie, chez les diabétiques. Les auteurs ont surtout observé que ces bénéfices étaient particulièrement significatifs lorsque la pratique régulière était associée à l’observance thérapeutique.

Une journée mondiale du yoga

Une façon d’insister sur l’importance de bien suivre son traitement et de l’associer à une activité telle que le yoga. « Ses bénéfices cardiovasculaires ne sont pas totalement élucidés », explique le Pr Myriam Hunink, l’un des auteurs. « Peut-être son effet anti-stress… Il n’en reste pas moins qu’il représente un potentiel intéressant pour diminuer les facteurs de risques cardiovasculaires, notamment chez les patients qui n’adhèrent pas à des activités physiques plus classiques. Que ce soit à cause de l’âge ou tout simplement par manque d’envie. »

A noter enfin que les Nations unies ont récemment instauré une journée internationale du yoga. Ce sera le 21 juin. Objectif : inviter chaque pays à faire connaître les bienfaits de la pratique du yoga.

Posté par evynou35 à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Droit à la retraite progressive dès 60 ans : faciliter la transition emploi-retraite

Droit à la retraite progressive dès 60 ans : faciliter la transition emploi-retraite

La ministre de la Santé Marisol Touraine vient d’annoncer la publication cette semaine au Journal Officiel du décret élargissant l’accès à la retraite progressive, prévu par la loi du 20 janvier 2014 garantissant l’avenir et la justice du système de retraites.

Plus concrètement, la retraite progressive va permettre aux assurés des régimes alignés (salariés du régime général, salariés agricoles, artisans, commerçants) de poursuivre leur activité à temps partiel, tout en commençant à percevoir une fraction de leur pension. Naturellement, ces bénéficiaires  continuent dans le même temps à cotiser pour leur retraite, afin d’améliorer son montant quand ils décideront de cesser définitivement leur activité.
 
Selon le communiqué du ministère, la mise en place de la retraite progressive devrait permettre de favoriser la transition entre l’emploi et la retraite, alors qu’aujourd’hui trop de seniors sont hors de l’emploi lorsqu’ils liquident leur pension… Afin de faciliter le recours à ce dispositif, le droit à la retraite progressive est ouvert à partir de 60 ans et non plus à partir de 62 ans. En outre, son barème est simplifié : en remplacement de l’actuel barème par tranches, peu lisible, le pourcentage de retraite perçu sera complémentaire de la quotité de travail. Par exemple, pour un travail à 65%, l’assuré percevra 35% de sa retraite. C’est effectivement assez simple.
 
Cette mesure complète d’autres dispositifs de la réforme des retraites de 2014 : tandis qu’un salarié pourra donc partir à la retraite dès 60 ans s’il a eu une carrière très longue ou pénible, dans les autres cas, il aura la possibilité de demander à réduire son activité dès 60 ans tout en bénéficiant d’une fraction de sa retraite.
Source :

Posté par evynou35 à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


mardi 16 décembre 2014

La Rance mérite qu'on la traite avec révérence

 

Voilà un fleuve côtier qui ne colle pas vraiment à son nom. Car la Rance n’a rien de rance, bien au contraire... La preuve, vue du ciel, avec de spectaculaires photos.

La Rance prend sa source dans les monts du Mené à Collinée, dans les Côtes-d’Armor. Elle se jette dans la Manche entre Dinard et Saint-Malo, en Ille-et-Vilaine. Le photographe d’Ouest-France David Ademas nous propose à un voyage au gré des courants de ce fleuve côtier, qui mérite qu'on le traite avec révérence... À découvrir aussi dans notre hors-série La Côte d’Émeraude vue du ciel. Pour un premier aperçu, nous avons réuni une sélection d'images, en une galerie photos...

 

 

Source :

http://www.ouest-france.fr/en-images-la-rance-merite-quon-la-traite-avec-reverence-3056652?utm_source=of_newsletter-generale&utm_medium=email&utm_campaign=of_newsletter-generale&utm_content=20141216&vid=042035060061059051097116014036040046060041125055041063

 

 

Posté par evynou35 à 17:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Arizona. Mer de nuages dans le Grand Canyon

Ces jours derniers, le Grand Canyon était envahi par une mer...de nuages.

Un phénomène météo qui n'est pas si fréquent.

Il a été photographié par les gardes du parc.

En principe, plus on monte en altitude, plus il fait froid. Sauf en cas d’« inversion thermique ». Ce phénomène météo se produit par temps calme : une masse d’air froid, plus lourd, se glisse sous de l’air chaud, plus léger. L’air chaud forme alors un couvercle.

Dans les villes, en hiver, ça donne des pics de pollution. Dans le Grand Canyon, en Arizona, un joli spectacle.Le canyon creusé par le fleuve Colorado se remplit alors de nuages. Ce phénomène vient de se produire.

Source :

http://www.ouest-france.fr/arizona-mer-de-nuages-dans-le-grand-canyon-3056634?utm_source=of_newsletter-generale&utm_medium=email&utm_campaign=of_newsletter-generale&utm_content=20141216&vid=042035060061059051097116014036040046060041125055041063

Posté par evynou35 à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 15 décembre 2014

Etiquetage alimentaire : l'Europe aide les consommateurs à mieux manger

étiquetage europe

Les consommateurs européens devraient manger plus sereinement à partir de samedi, grâce à une refonte des règles de l'étiquetage alimentaire. Au programme, une meilleure information pour éviter la crise d'allergie au restaurant, compter ses calories sans avoir besoin de loupe ou ne pas ingérer de nanomatériaux. Détails des mesures annoncées.


Une nouvelle réglementation européenne doit aider les consommateurs à manger plus sainement et les personnes souffrant d'intolérances alimentaires à être mieux protégées.

 

La Commission européenne a détaillé jeudi ces nouvelle mesures, qui entreront progressivement en vigueur à partir du 13 décembre, trois ans après leur adoption, à l'issue de nombreux bras de fer et compromis avec l'industrie agroalimentaire.  Selon l'exécutif européen, cette réglementation doit aider les consommateurs de l'UE à manger plus sainement et les personnes souffrant d'intolérances alimentaires à être mieux protégées.

Se régaler sans allergènes

Dès samedi, la présence des 14 suspects allergènes habituels (arachides, lait, noix, etc) devra être clairement indiquée dans tous les aliments, y compris pour les produits non préemballés, à charge pour les boulangers ou restaurateurs de prendre les mesures qui s'imposent.

A priori, la retranscription de cette directive en France devrait concrètement se traduire par le fait que les restaurateurs devront fournir oralement à son client des informations sur la composition des aliments dans son assiette, notamment la présence éventuelle des allergènes les plus courants. Une liste écrites de tous les plats contenant ces allergènes devra être disponible sur demande et conservée dans le restaurant.

Huile de palme et viande reconstituées ne pourront plus se cacher

Pour les biscuits ou friandises à l'huile et aux graisses "végétales", les fabricants devront préciser s'il s'agit d'huile de palme, de tournesol ou autre. Même mention obligatoire pour les ajouts d'eau ou de protéine, tandis que les "poissons" ou "viandes" reconstituées ne pourront plus faire semblant de ne pas l'être.

Les nanomatériaux de moins en moins invisibles

La présence de "nanomatériaux manufacturés" devra également être signalée, une règle censée dissiper le flou total entourant actuellement leur usage par l'industrie. Susceptibles de figurer par exemple dans des desserts chocolatés, charcuteries ou soupes, ces matériaux minuscules sont soupçonnés de pouvoir nuire à la santé humaine.

Sous pression de la filière agroalimentaire, la Commission entendait limiter cette obligation de transparence, mais le Parlement européen s'y est opposé au nom du principe de précaution.

Améliorer la traçabilité

Le patriotisme alimentaire bénéficiera de l'extension aux viandes porcine, ovine, caprine et de volaille de l'indication obligatoire d'origine imposée jusque-là à la seule viande bovine.

Transparence aussi pour l'origine des poissons, dont les noms commercial et d'espèce devront être déclinés, avec leur zone de capture et l'engin de pêche utilisé.

Un décret d'application qui pourrait intervenir rapidement

Les mousses au chocolat ou saucissons pourront par contre rester en vente pendant encore trois ans sans étiquetage nutritionnel (valeur énergétique, teneur en sel, sucre, matières grasse). L'affichage de ces données ne deviendra obligatoire qu'au 13 décembre 2016.

Mais si les fabricants les mentionnent déjà volontairement, ce qui est souvent le cas, ils devront le faire de manière "lisible et visible": en chiffres ou mots, et non pictogrammes ou symboles, et avec une taille minimale de caractères.

Ces règles doivent s'appliquer aux ventes en ligne. Pour garantir le respect de cet arsenal, l'UE examine actuellement un renforcement des contrôles et sanctions, qui devront être "dissuasives", a précisé une source européenne.

L'Union européenne à l'origine de cette directive prévoit une entrée en vigueur le 13 décembre. Le décret d'application ne devrait être adopté en France que fin décembre ou fin janvier.

Avec AFP/Relaxnews

Sources :

Règlement (UE) n° 1169/2011 concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires

Communiqué de la commission européenne - décembre 2014

Ma Source :

http://news.doctissimo.fr/Nutrition/Etiquetage-alimentaire-l-Europe-aide-les-consommateurs-a-mieux-manger-39014

Posté par evynou35 à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 13 décembre 2014

Fin de vie. Jean Leonetti défend le "droit à la non-souffrance"

 

Le député UMP est le coauteur d'un rapport sur la fin de vie, qui propose une sédation profonde et continue aux malades dont le pronostic vital est engagé à court terme.

Entretien

Jean Leonetti, député des Alpes-Maritimes, coauteur du rapport sur la fin de vie.

Vous proposez d’administrer une sédation profonde et continue aux malades en phase terminale qui le souhaitent. Qu’entendez-vous par là ?

Nous ne parlons pas de "phase terminale" dans notre rapport. Nous proposons que la sédation profonde et continue soit administrée dans trois cas. 1. Si le pronostic vital du patient est engagé à court terme. 2. Si le patient, placé sous respirateur artificiel, demande la fin de son traitement. 3. Si les médecins, en collégialité, décident d’arrêter un traitement déraisonnable.

Comment juger qu’un malade est « arrivé au bout » ?

On a beaucoup de difficulté à définir cela. En pratique, on peut dire qu’on arrive dans cette phase quand, malgré un traitement continu, le malade continue à se dégrader. On peut parler de phase organique, de défaillance polyviscérale, quand plusieurs organes ne fonctionnent plus, ce qui peut entraîner des troubles de la conscience. On peut aussi mettre en avant le fait que le malade échappe aux thérapeutes, que sa souffrance ne peut être calmée.

L’association pour le droit de mourir dans la dignité estime que la sédation profonde revient à « faire mourir de faim et de soif les patients arrivés en fin de vie ». Que répondez-vous ?

Quelqu’un dont le pronostic vital est engagé à court terme, ce qui le tue, c’est sa maladie. Sur le plan physiologique et technique, la sédation profonde empêche tout ressenti. Je ne connais personne qui se soit réveillé après une anesthésie en ayant soif ou faim. Quand on arrête un respirateur, personne ne dit que le malade va s’étouffer, car cela se fait progressivement, et la sédation empêche toute sensation. Ces arguments sont employés par les mêmes personnes qui souhaitent que l’euthanasie soit légalisée. Or, on ne peut à la fois appuyer sur le frein et la pédale d’accélérateur.

A l’inverse, d’autres jugent que vous ouvrez la voie à l’euthanasie ou au suicide assisté…

De quel droit, on pourrait refuser à un patient en fin de vie le droit élémentaire à la non-souffrance ? C’est notre seul propos. Le suicide, c’est un sujet existentiel, philosophique. Pour se tuer, on n’a pas besoin d’un médecin. Ce que nous proposons, c’est autre chose : que les malades ne souffrent pas au moment de lâcher prise. La sédation ne tue pas. Pour que ce soit le cas, il faudrait des doses considérables. Encore une fois, ce qui accélère la mort, c’est la maladie, et rien d’autre.

Posté par evynou35 à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,