lundi 18 avril 2016

Quand la Terre meurt de soif

Marre de la pluie ? Pas partout. À cause du réchauffement climatique, des excès de l’agriculture et, cet hiver, du courant El Nino, bien des régions de la planète bleue (!) meurent de soif. La preuve en images, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau, qui se déroule le 22 mars.

Le lac Powell, réservoir d’eau de la Californie, du Nevada et de l’Arizona est anormalement bas aux États-Unis. (Photo : Reuters)

Gabriel Barreto, un pêcheur colombien, marche sur les rives asséchées de la rivière Magdalena, la plus importante du pays. (Photo : Reuters)

Une femme récupère l’eau dans un puits de fortune creusé dans le lit de la Black River, au cœur de la réserve d’Hluhluwe-Umfolozi située à 280 km au nord de Durban, en Afrique du Sud. (Photo : Reuters)

Cette zone agricole à l’ouest de Melbourne, en Australie, est particulièrement touchée par la sécheresse. (Photo : Reuters)

Cette femme va chercher de l’eau potable dans un puits, le long d’une rivière à sec près de Gokwe, au Zimbabwe. (Photo : Reuters)

Les poissons du lac de Saint Lucia, au nord de Durban, Afrique du Sud, meurent à petit feu à cause de la sécheresse. (Photo : Reuters)
 
Sindulfo Fernandez, un paysan bolivien, incrédule au milieu de petite réserve d’eau à sec, à Orinoca, en Bolivie. (Photo : Reuters)

Le niveau de ce réservoir de la région Pinar del Rio, sur l’île de Cuba, ne mesure désormais à l’œil nu. (Photo : Reuters)

Normalement, cet endroit de la rivière Magdalena en Colombie, est immergé. (Photo : Reuters)

Un bateau trône au beau milieu du lit dépourvu d’eau de la rio Negro, au Brésil. Cette rivière est un affluent de l’Amazone en Amérique Latine. (Photo : Reuters)

Paula promène son cheval sur le sol craquelé de Nazaré Paulista, une municipalité de l’État de Sao Paulo, au Brésil. (Photo : Reuters)

Au Nicaragua, un cheval marche dans le lagon Tisma. (Photo : Reuters)

Un plant de maïs pousse tant bien que mal malgré le manque d’eau, dans la province de Free State, en Afrique du Sud. (Photo : Reuters)

Un agriculteur tente de faire pousser ses plants de concombres, en les arrosant méticuleusement, au Nicaragua (Photo : Reuters)
Source : http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/707/reader/reader.html?utm_source=neolane_of-eds_newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=lienarticle&utm_content=20160321

Posté par evynou35 à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Carte bancaire : les technologies anti-fraude de demain

Carte bancaire : les technologies anti-fraude de demain

© Getty illustration

Pour lutter contre les malveillances, les banques ont imaginé la carte bleue du futur, protégée notamment par un code éphémère, révèle Le Parisien.

Demain, les utilisateurs de cartes bancaires, c’est-à-dire quasiment tous les Français, paieront avec une carte à code éphémère ou un smartphone à reconnaissance faciale, indique Le Parisien.

Le cryptogramme dynamique

En effet, pour lutter contre les fraudes, plusieurs banques comme BNP Paribas, la Banque Postale ou la Société générale, sont en train de tester auprès de leurs clients le "cryptogramme dynamique". Cela signifie que les trois chiffres au dos de la nouvelle carte bleue, inscrits sur un petit écran, changeront toutes les 20 minutes. La technologie a été commercialisée ces derniers mois par les géants de la fabrication de cartes bancaires que sont Gemalto et Oberthur. Si pour l’utilisateur qui fait ses achats en ligne rien ne change, en 

Le quotidien rappelle que cette technologie doit permettre de lutter contre les fraudes alors que la carte bancaire reste le moyen de paiement préféré des Français : "Le 5 décembre dernier, la France a battu un record : 42 millions de transactions par carte bancaire en un week-end. Soit 12 % de plus que lors du premier samedi de décembre 2014 !"

Et après-demain, les technologies de biométrie ?

Pour autant, la lutte anti-fraude a un coût pour les banques, qui se laissent encore quelques temps de réflexion pour le développement de cette nouvelle technologie à grande échelle. "Qui va payer ? La banque, les commerçants ou le client ? Les réponses du milieu bancaire restent floues. Les banques trancheront ces prochains mois.", indique Le Parisien.

Et les banques ne devraient pas s’arrêter à cette révolution. Celles-ci ont dans leurs cartons des nouvelles technologies (empreinte digitale, vocale, etc.) qui n’attendent plus que l’autorisation de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés).
Publié par Meddy Mensah

Posté par evynou35 à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 14 avril 2016

Où l’on découvre l’art de s’incruster dans une conversation

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Siège dit "Confident", Second Empire

Vous est-il déjà arrivé de discuter longuement avec un ami, assis dans un canapé ? Complètement tourné vers son interlocuteur, on ne se trouve pas dans une position très confortable... 

Heureusement, des ébénistes du XIXe siècle se sont penchés sur la question. Ils ont inventé un type de fauteuil qui permet à deux personnes de bavarder confortablement, face à face. Finis les torticolis !

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

 

Napoléon Joseph Quignon, Siège dit "Confident", XIXe siècle, Palais de Compiègne

Avec sa forme en S, ce siège curieux rapproche les deux interlocuteurs et favorise les secrets… C’est d’ailleurs ce qui lui a donné son nom : le "Confident". 

Aussi appelé "Vis-à-vis", ce meuble original est créé sous le Second Empire. À cette époque, la mode est aux intérieurs luxueux et dorés. On aime les fauteuils moelleux, recouverts de lourds velours aux couleurs intenses. C’est un grand succès !

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

 

Siège dit "Indiscret", Second Empire

Les artisans de l’époque ne se sont pas arrêtés en si bon chemin. Ils décident de prendre le "Confident" et d’y ajouter une place supplémentaire… Le fauteuil prend alors une forme d’hélice, où trois sièges sont enroulés en spirale. 

Et cette fois, devinez son nom ? C’est l’"Indiscret", exactement comme cette troisième personne qui débarque dans une conversation intime !

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

 

Anonyme, Siège dit "Indiscret", XIXe siècle, Appartements Napoléon III, Musée du Louvre, Paris

Ce siège surprenant connaît lui aussi une grande popularité sous le règne de Napoléon III. Au point qu’on le retrouve dans plusieurs résidences de l’Empereur, comme à Compiègne, en version jaune citron. 

D'autres sont disséminés dans les appartements de son ministre, au Louvre. L'histoire ne dit pas qui, du ministre ou de l'Empereur, était l'Indiscret...

"D'une confidence à une indiscrétion, il n'y a qu'une distance de l'oreille à la bouche." 

Amédée Pichot

Sourcehttp://artips.fr/?f=aced57344e

 

Posté par evynou35 à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 13 avril 2016

Joséphine Baker, résistante pendant la guerre de 39/40 !

Publicity portrait of American singer, dancer, and actress Josephine Baker (1906 - 1925) in a military uniform, 1944.

http://www.gettyimages.fr/photos/jos%C3%A9phine-baker?sort=mostpopular&excludenudity=false&mediatype=photography&phrase=jos%C3%A9phine%20baker&family=editorial

Le 12 avril 1975, l'artiste Joséphine Baker disparaissait.

Saviez-vous qu'elle a été Résistante ?

"C'est la France qui m'a fait ce que je suis, je lui garderai une reconnaissance éternelle..."

Quand la guerre éclate, Joséphine Baker est au sommet de sa gloire. Dès 1939, l'artiste star devient, au péril de sa vie, l'agent de propagande du général de Gaulle et entre, en 1940, dans la Résistance. Militante antiraciste, celle qui chante "J'ai deux amours, mon pays c'est Paris…" refuse de voir Paris entre les mains d'Hitler. Afin de récolter des fonds au profit de l'armée française, elle donne de nombreux concerts. Sous-lieutenante des forces féminines de l'Armée de l'air, il s'agit de l'une des 1res icône parisienne à lutter contre les nazis en France et en Afrique.

Après la guerre, elle obtient la médaille de la Résistance puis les insignes de chevalier de la Légion d'honneur et la croix de guerre 1939-1945.

Photo de Le Mémorial de Caen.
En photo : article publié dans le quotidien "Ce soir", le 12 octobre 1944 - crédits - "Histoire @ la Une" 

Posté par evynou35 à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Delphine Horvilleur, rabbin: "Les religions ont toutes un problème avec les femmes"

Résultat de recherche d'images pour "images Delphine Horvilleur"

https://www.google.fr/search?q=images+Delphine+Horvilleur&newwindow=1&espv=2&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0ahUKEwiYppqmvYnMAhUCChoKHWBzB5wQsAQIHA&biw=1517&bih=714&dpr=0.9

Delphine Horvilleur, une des trois femmes rabbins de France, était l'invitée des Grandes Gueules ce mardi sur RMC. Elle a dénoncé la montée du communautarisme et regretté la dilution des identités qui en résulte.

Delphine Horvilleur, rabbin: " Les religions ont toutes un problème avec les femmes "

On l'appelle "madame le rabbin". "On peut dire rabbine, mais là on pense toujours à la femme du rabbin", sourit Delphine Horvilleur, une des trois femmes rabbins en France, invitée ce mardi des Grandes Gueules dans le cadre de la semaine des Audacieuses.

Source http://rmc.bfmtv.com

"J'ai rasé ma barbe avant de venir et j'ai enlevé mon chapeau", s'amuse-t-elle encore, elle qui est "habillée comme quelqu'un de [sa] génération".

Posté par evynou35 à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


lundi 11 avril 2016

Les " amiantés " de Mimizan sous le choc

Afficher l'image d'origine

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mimizan_papeterie.JPG

Des victimes de l'amiante désemparées, à Mimizan dans les Landes. Elles sont obligées de rembourser une partie de leurs indemnités. La cour d'appel de Pau a confirmé la faute inexcusable de leur employeur. Mais fait rarissime, elle a revu à la baisse les montants versés au titre des préjudices.

Stupeur chez les " Amiantés de Mimizan ". L'arrêt de la cour d'Appel de Pau les oblige àrembourser les 3/4 des indemnités perçues au titre de préjudice. Des montants qui vont jusqu'à plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Une décision difficile à comprendre et à admettre pour ces malades de l'amiante, produit considéré comme miraculeux à l'époque mais reconnu comme extrêmement dangereux aujourd'hui.

D'autant que la cour d'Appel reconnait la faute inexcusable de l'entreprise. Gascogne Paper ne pouvait ignorer le danger qu'elle faisait courir à ses salariés.

"Ils sont morts empoisonnés"

La colère et l'écoeurement s'entendent dans la voix de Pierre. Au Bureau des " Amiantés " à Mimizan, il contemple les photos de ceux qui sont morts, rongés par la maladie.
Ce sont aujourd'hui leurs veuves et leurs enfants qui devront rembourser. 200 000€ pour 9 familles.

La seule perspective aujourd'hui est la Cour de Cassation mais la procédure est longue et coûteuse.

Le reportage d'Ingrid Gallou et Laurent Montiel

Victimes de l'amiante dans les Landes

Des victimes de l'amiante désemparées, à Mimizan dans les Landes. Obligées de rembourser une partie de leurs indemnités. La cour d'appel de Pau a confirmé la faute inexcusable de leur employeur. Mais fait rarissime, elle a revu à la baisse les montants versés au titre des préjudices.

  • Par SV

Source http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/landes/les-amiantes-de-mimizan-sous-le-choc-972412.html 

Posté par evynou35 à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 9 avril 2016

Le Mont Rushmore - Parc national des Black Hills, aux États-Unis

 

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Guzton Borglum, Mont Rushmore, 1927-1941, granit, 18 m de haut, Parc national des Black Hills, Keystone

Les randonneurs qui visitent le parc national des Black Hills, aux États-Unis, sont émerveillés par sa beauté. Mais ce n’est pas forcément l’attrait pour la verdure qui les fait venir ici. 

C’est plutôt la rencontre avec le Mont Rushmore, dans lequel sont sculptés… les portraits de quatre célèbres présidents américains. Que font Washington, Jefferson, Roosevelt et Lincoln sur une montagne ?

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Guzton Borglum, Mont Rushmore, 1927-1941, granit, 18 m de haut, Parc national des Black Hills, Keystone

 Les quatre chefs d’État sont difficiles à rater : leurs visages font plus de 18 mètres de haut !
Taillés dans la roche du Mont Rushmore, les portraits sont un hommage à ces présidents iconiques de l’histoire des États-Unis.
Pourtant cela peut sembler une étrange idée de les célébrer sur une montagne. Qui peut bien en être l’auteur ?

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Ouvriers sur le visage de Georges Washington, Mont Rushmore, vers 1932, photographie, Library of Congress, Washington

C’est un historien de la région qui, en 1923, propose la création de cette œuvre titanesque. Sauf qu’il n’est pas très manuel… Il fait appel à un sculpteur, Guzton Borglum, qui accepte de relever le défi. Les 1 745 mètres d’altitude ne lui font pas peur ! 

Avec l’aide de plusieurs centaines de personnes, il enlève de la montagne 450 000 tonnes de pierre à la dynamite. 

Pendant quatorze ans, les ouvriers s’appliquent à façonner ces visages dans le granit. Installés dans des chaises suspendues par des câbles, les ouvriers n’ont pas le droit à l’erreur. Un faux mouvement peut leur être fatal !

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Guzton Borglum, Mont Rushmore, 1927-1941, granit, 18 m de haut, Parc national des Black Hills, Keystone. Détail de l’œuvre

Heureusement, durant toutes ces années,aucun malheur n’est arrivé. Et le résultat est saisissant. 
Quel dommage que son créateur, Guzton Borglum, n’ait pu le voir achevé : il s’éteint quelques mois avant l’inauguration. Son fils reçoit la mission de terminer son ouvrage…

Son prénom ? Lincoln, pardi !

Source : http://artips.fr/

Posté par evynou35 à 12:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 8 avril 2016

La justice dans un sale état

Afficher l'image d'origine

 

Des magistrats incapables d’imprimer les jugements faute de papier. Des experts payés avec quatre mois de retard. Des victimes glacées dans des tribunaux où le chauffage ne fonctionne plus. « Le ministère de la Justice n’a plus les moyens de payer ses factures », a alerté JeanJacques Urvoas dans une interview au Journal du Dimanche.

La Chancellerie affiche une dette de 170 millions d’euros, dont 36 de factures impayées pour des hospitalisations de détenus. « Le risque existe que la machine judiciaire se grippe », avoue-t-il.

L’opinion publique à témoin « Surtout pour les justiciables », confirme Clarisse Taron. Présidente du Syndicat de la magistrature (gauche), cette magistrate en a fait l’expérience récemment. « Sur une scène de crime, la police avait effectué vingt prélèvements. Mais nous n’avions les moyens d’en analyser que trois, raconte-t-elle. J’ai dû choisir ! Comment savoir si le prélèvement sur la porte allait permettre d’établir la vérité plutôt que celui sur la fenêtre ? »

Jean-Jacques Urvoas connaît bien ce genre d’histoires qu’il écoute à chacun de ses déplacements depuis son arrivée fin janvier. Fin tacticien, il a choisi de prendre l’opinion publique à témoin pour forcer Christian Eckert, son homologue du Budget, à lui donner un coup de pouce. « Tous ses prédécesseurs ont perdu leurs arbitrages, poursuit Clarisse Taron.

Il tente donc de passer en force. » Et ne s’en cache pas. « Je veux que tout le monde sache quel est le vrai état de la justice et qu’on pense aux 25 000 Français qui entrent chaque jour dans un tribunal. » Et aussi à ceux qui les administrent.

Pourtant interdits de grève, les conseillers d’insertion et de probation doivent justement faire entendre leur colère, ce lundi, à la Chancellerie. « Embaucher des magistrats antiterroristes en cette période, c’est très bien, lâche Pierre Goubet, conseiller (CGT) au Puy-en-Velay (Haute-Loire).

Mais c’est toute la chaîne de la justice qu’il faut renforcer... » Sinon, elle risque de casser...

La France classée 37 e sur 45 pays d’Europe Un Français verse 61 € par an pour la justice quand un Allemand en verse 114. Selon la Commission européenne pour l’efficacité de la justice, la France se classe au 37e rang sur 45 pays en matière de budget. Derrière la Géorgie, la Turquie ou l’Albanie.

Le budget de la justice en 2015 était de 7,98 milliards d’euros. Il affichait une hausse de 2,3 % par rapport à celui de 2014

Vincent Vantighem

Source http://www.20minutes.fr/ 20minutes.fr

Posté par evynou35 à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 6 avril 2016

La siesta supprimée en Espagne ???

Le Premier ministre espagnol veut mettre fin à la "siesta",
annonce la presse anglo-saxonne.
Les Espagnols sont-ils réellement friands de sieste ? L’intention de Mariano Rajoy est plus subtile : raccourcir et intensifier le rythme des journées de travail en Espagne, qui seraient trop saccadées. Notamment élaguer la pause déjeuner, qui peut durer des heures. Un défi vain pour un vieux débat qui ressort en pleine période électorale.

Pourquoi on en parle ?

Le quotidien britannique The Independant résume ainsi l’information : « Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy a annoncé vouloir réduire de deux heures la journée de travail et mettre un terme à la sieste traditionnelle, afin de mettre le pays en conformité avec ses homologues européens. » 

Certes, la société espagnole a son propre rythme de travail et des horaires souvent décalés par rapport au reste de l’Europe. « On déjeune vers 14 h, la pause de l’après-midi est assez longue et la journée de travail va jusqu’à 20 h, explique Florence Calvez, du Centre culturel franco-espagnol de Nantes. Mais parler de sieste est un cliché, c’est comme dire que les Français s’habillent avec des rayures et portent des bérets. Ils n’ont pas le temps pour la sieste, sauf peut-être l’été quand il fait très chaud. » En clair : les Espagnols ne font pas plus de siestes que les Allemands. En revanche, ils mangent plus longtemps…

Quelle est la particularité du rythme espagnol ?

Il s’agit en fait d’un sempiternel débat en Espagne. Déjeuner à 14 h, dîner à 22 h et début des programmes télé de soirée à 22 h 30 au mieux : en Espagne, on vit plus tard. La faute au fuseau horaire qui fait tomber la nuit tardivement. Changée par Franco pour plaire au régime nazi (à l’instar de la France de Pétain) alors que la péninsule ibérique est clairement alignée sur le Royaume-Uni, l’heure espagnole (GMT + 1) est l’une des explications à ce rythme un peu spécial. 

Pourtant, la journée commence comme ailleurs vers 8 h 30 ou 9 h. D’où des journées à rallonge avec des pauses et un déjeuner qui s’éternise. « On appelle ça « sobre mesa », qui signifie « sur la table » : c’est le temps qu’on passe après le repas à discuter autour de la table. Le midi, ça peut durer longtemps, même entre collègues. »

Quel est le projet de Mariano Rajoy ?

Faire terminer la journée de travail à 18 h et raccourcir la pause méridienne. Son objectif non dissimulé est d’intensifier la productivité du pays et la flexibilité du travail…

Rajoy a-t-il une chance de voir ce projet aboutir ?

Pas vraiment. « Les Espagnols ne prennent pas ça très au sérieux,estime Florence Clavez, ils sont habitués à ce rythme qui leur convient. C’est vrai que leurs journées sont longues, tout le monde serait content de finir plus tôt. Mais en Espagne, 18 h, c’est encore l’après-midi ! Cet aspect culturel est très fort, ce serait difficile de changer. » D’autant moins que Mariano Rajoy s’apprête à affronter de délicates élections et n’est pas du tout sûr de conserver son poste.

Et ailleurs en Europe ?

Un rapide comparatif montre que la principale différence tient à cette fameuse pause déjeuner. En Allemagne, les relations sociales au travail restent limitées. « Les pauses ne se prolongent pas autour de la machine à café et on préfère arriver tôt au boulot pour en repartir tôt, raconte Delphine Nerbollier, correspondante à Berlin du site MyEuropIl est fréquent que les bureaux ferment à 16 h. » 

C’est sensiblement la même chose au Royaume-Uni, où les salariés commencent leurs journées vers 8 h 30-9 h pour la terminer autour de 17 h 30. « Résultat immédiat : les pubs sont pris d’assaut dès 17 h, raconte le correspondant à Londres, Tristan de Bourbon. Ce phénomène est lié à la pause déjeuner express, qui ne dépasse généralement pas 30 minutes, quand un sandwich n’est pas avalé en 10 minutes à son bureau ou devant l’ordinateur. » Les Espagnols sont plus proches (ce n’est pas une surprise) des Portugais, qui peuvent prendre des pauses de deux ou trois heures en début d’après-midi.

Le mot de la fin ?

Une journaliste américaine, L.V. Anderson, du site Slate.com, soutient les Espagnols : « Si vous aimez manger, l’Espagne est faite pour vous, car vous y êtes incité à manger aussi souvent que possible. » Et d’ajouter : « Franchement, tout le monde sait que cest impossible de rester concentré 8 heures de suite, comme on l’attend de nous et de nos horaires [américains, NDLR] 9 h-17 h ». Conclusion ? « L’Espagne ne devrait pas changer sa routine. Cest nous qui devrions changer la nôtre. »

Le débat, finalement, ne concerne pas que nos voisins ibères.

PAR CÉDRIC ROUSSEAU

Posté par evynou35 à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Radio Laser - Rennes (95.9) La fibromyalgie, un tabou français?

Santé - La fibromyalgie, un tabou français?

 

Mystérieuse, méconnue, la fibromyalgie touche pourtant entre 2 et 5% de la population, et en particulier les femmes ! douleurs articulaires, troubles du sommeil, elle martyrise celles et ceux qui la subissent, mais aussi leur entourage !

Estelle Legrand, et Jean-Yves Launay de l’association Entraide Fibromyalgie Ouest sont nos invités, ils répondent aux questions d’Olivier Le Floch ! Florian Le Bars - RADIO LASER 95.9 à RENNES 

Lien pour visiter le site internet de l'association : 
http://entraide-fibromyalgie-ouest.over-blog.fr/

Cliquer sur le lien ci-dessous pour écouter cette intervention.

Posté par evynou35 à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,