mardi 15 janvier 2019

Juillet 1793 : le procès et l'exécution de Charlotte Corday

 

« L'assassinat de Marat », peinture de Jean-Joseph Weerts, 1880 - source : WikiCommons
« L'assassinat de Marat », peinture de Jean-Joseph Weerts, 1880 - source : WikiCommons
-=oOo=-

Le 13 juillet 1793, Charlotte Corday, 24 ans, assassine Marat dans son bain. Expliquant lors de son procès avoir voulu « sauver son pays », elle sera guillotinée quatre jours plus tard, devenant une figure célèbre de la période révolutionnaire.

Charlotte Corday : hier inconnu, ce nom est sur toutes les lèvres en ce 16 juillet 1793. C'est ce jour-là que la jeune femme, de son vrai nom Marie-Anne Charlotte de Corday d'Amont, va être jugée par le tribunal révolutionnaire pour avoir, trois jours auparavant, assassiné à Paris le député montagnard Jean-Paul Marat, directeur du journal républicain L'Ami du peuple

Le Mercure Universel du 19 juillet raconte comment cette femme de 24 ans, issue d'une famille normande noble et sans fortune, est parvenue à se faire introduire chez Marat. Lequel, souffrant, l'a reçue dans sa baignoire, où Corday l'a tué avec un couteau de cuisine.

« Tribunal Criminel extraordinaire du 17 juillet 

Charlotte Corday a comparu aujourd’hui devant le tribunal révolutionnaire [...]. Ladite Corday a tiré de son sein le couteau qu'elle avait acheté le matin au palais de l’Égalité, et aussitôt en a porté un coup à Marat ; lequel coup a pénétré sous la clavicule droite du cou, entre les premières et secondes vraies côtes ; et cela si profondément, que l'index a pu facilement pénétrer de toute sa longueur, à travers le poumon blessé, du quel coup le représentant du peuple est mort presqu'à l'instant. »

 

Auteur : Pierre Ancery

Source : https://www.retronews.fr/justice/echo-de-presse/2019/01/10/l-execution-de-charlotte-corday?utm_source=NLhebdo130119&utm_medium=article-a-la-une&utm_campaign=l-execution-de-charlotte-corday

 

1) Evy - signature animée Titi

 

 

ATTENTION - « J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension ».


mercredi 9 janvier 2019

L'ormeau sauvage, un mets d'exception pour les tables de fête

 

Les ormeaux pêchés doivent être d'au moins 9 cm de diamètre, taille minimum autorisée / © AFP - F. Tanneau

-=oOo=-

Dans leur combinaison de plongée, capuche encore sur la tête, les deux pêcheurs débarquent le produit de leur exploration sous-marine sur la plage de Roc'h Hir, à Loguivy-de-la-mer (Côtes d'Armor) : des ormeaux, un mollusque rare, très prisé des gourmets sur les tables de fin d'année.


"Aujourd'hui, c'est une bonne pêche, on a ramené 60 kg", se réjouit Michael Villars, 30 ans, en présentant ces gastéropodes marins ("haliotis tuberculata" de leur nom scientifique) dans leur coquille ovale. D'au moins 9 cm de diamètre, taille minimum autorisée, tous sont munis de leur bague orange. 

Avec son collègue Emmanuel Urvoy, ils vont chaque jour traquer leurs proies accrochées aux rochers, en baie de Paimpol, jusqu'à une dizaine de mètres de profondeur. "On fait trois bouteilles (de plongée) chacun" par sortie, soit environ trois heures trente sous l'eau, précise-t-il. 

"L'ormeau est un brouteur, il a besoin d'algues. En dessous de dix mètres, il n'y a plus d'algues. Donc, il ne descend pas davantage", explique Emmanuel Urvoy. 

Une pêche très règlementée

Depuis 1996, cette pêche, localisée essentiellement sur les côtes nord de la Bretagne, est strictement réglementée, y compris pour les amateurs, et se pratique exclusivement en plongée pour les professionnels. On accorde des licences chaque année par navire et par zone pour s'adapter au mieux à la ressource", avec des quotas maximum par bateau, explique Julien Dubreuil, du comité régional des pêches de Bretagne. En 2018, seules 24 licences ont été délivrées pour un tonnage maximum autorisé de 60 tonnes sur l'ensemble de la saison. 

"C'est une pêche qui reste sportive et se pratique de la mi-septembre à la mi-juin pour permettre la reproduction en été", souligne-t-il. 

Un mets unique. 

Ce qu'apprécient les amateurs dans l'ormeau, c'est sa chair blanche, en fait son muscle, riche en protéines, dont la forme est comparable à un petit steak reposant dans sa coquille nacrée. S'il fait le régal des gastronomes, son principal ennemi est son prix: aux Viviers de Saint-Marc, à Tréveneuc (Côtes d'Armor), approvisionnés directement par des pêcheurs, il se vend à 39,90 euros le kilo en cette fin d'année.

        Énormément de demandes.

        L'ormeau d'élevage est encore plus cher. Vendu sans restriction de taille, donc plus petit, il a, par        définition, nécessité de lourds investissements pour arriver à maturité: 69,90 euros le kilo en promotion dans une grande surface en Bretagne pour les fêtes de fin d'année! Mais les prix s'enflamment aussi pour l'ormeau sauvage.

"Il y a énormément de demandes et peu d'offres", constate Raphaël Lhotellier, l'un des dirigeants des Viviers.

"On est à 45/50 euros à l'arrivée chez les grossistes". Même si ça reste encore marginal, l'ormeau breton s'exporte parfois, en particulier vers l'Asie, Japon et Chine en tête. "Nous avons un client chinois. Il fait de l'ormeau du monde entier et il voulait à sa carte de l'ormeau français", explique Raphaël Lhotellier. Les premières expéditions ont rencontré quelques difficultés mais "on a trouvé un moyen d'optimiser ces envois" qui ne supportent pas d'à peu près, dit-il. "On met quasiment 48 heures entre les Viviers et Hong Kong", explique le professionnel, ce qui nécessite de sélectionner les ormeaux les plus "dynamiques".

Quant aux restaurateurs, "nos plus fidèles abonnés savent très bien qu'il ne faut pas mettre d'ormeaux à leur carte en septembre/octobre ni en fin de printemps (...) C'est un produit très sensible", assure Raphaël Lhotellier. Contrairement à la fin de l'année, au début de l'automne, "il n'a pas encore eu le temps de se reconstituer en graisse. C'est un peu comme une côte de boeuf sans graisse, il manque quelque chose...", confie Raphaël Lhotellier qui compte parmi ses clients de grandes tables étoilées.

Méconnu du grand public, l'ormeau nécessite parfois d'être attendri avant sa consommation. Julien Dubreuil le recommande "à la poêle, découpés en dés et en persillade", après l'avoir attendri en le laissant reposer dans l'eau de mer au réfrigérateur pendant trois jours.

Auteur : AFP - diffusé par France info - FR3 Bretagne

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/cotes-d-armor/lannion/ormeau-sauvage-mets-exception-tables-fete-1597311.html

Signature_coccinelle rouge

 

- ATTENTION -

« J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension ».

 

Posté par evynou35 à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 8 janvier 2019

L'argot

 

Trois hommes attablés au Lapin agile,

agence Rol, 1909 - source : Gallica-BnF

-=oOo=-

Langue orale typiquement populaire, l'argot a suscité dès le XIXe siècle la curiosité des journaux, qui se sont plu à en reproduire les meilleures expressions et à en décortiquer les mécanismes.

« L'argot, c'est le verbe devenu forçat », disait Victor Hugo. Comme l'auteur des Misérables, les journaux français affichent dès le XIXe siècle une véritable fascination pour l'argot, ce langage populaire aux expressions riches et imagées, souvent associé aux criminels, mais dont l'usage dépasse en réalité largement le simple milieu des gouapes, des marlous, des arsouilles et autres fleurs de bagne.

En 1856, le dramaturge Albert Monnier se risque dans Le Figaro à une « excursion dans l'argot ». De cette virée en zone louche, il ramène quelques perles :

  • Une table, c'est une carrante, parce qu'on s'y carre.
  •  
  • Le soleil s'y nomme le luisant, ou le bourguignon.
  •  
  • Une perruque – une réchauffante, ou un gazon.
  •  
  • Une porte – une lourde ; – l'ouvrir, déboucler une lourde.
  •  
  • Une sonnette – une branlante.
  •  
  • Un pantalon – un montant.
  •  
  • Un habit, une pelure, absolument comme pour une pomme qu'on épluche.
  •  
  • S'habiller, c'est se piausser, se mettre une autre peau. Déshabiller quelqu'un de force, c'est le dépiausser. On croirait qu'il s'agit d'un lapin.
  •  
  • La chemise devient une limace.
  •  
  • Le cœur – le palpitant.
  •  
  • L'estomac – la place d'armes, le stom, l'atout.
  •  
  • Le ventre — la bauge (retraite du porc).
  •  
  • La gorge — la rue au pain.
  • Le sang — le raisiné.
  •  
  • Les ongles — les arpions (harpon, croc pour la pêche).
  •  
  • La langue — le chiffon rouge.
  •  
  • La tête, c'est la sorbonne s'il s'agit de penser ; — la tronche s'il est question de la risquer ; — la coloquinte pour désigner une mauvaise tête ; — la boule pour indiquer un homme qui la perd ; — le melon s'il s'agit du chef d'un imbécile, et la trombine s'il faut peindre une trompeuse binette. 

Barre-8

Auteur : Pierre Ancery

Source : https://www.retronews.fr/societe/echo-de-presse/2018/05/30/largot-vie-et-mort-dune-langue-du-peuple?utm_source=NLhebdo301218&utm_medium=article-a-la-une&utm_campaign=largot-vie-et-mort-dune-langue-du-peuple

 

1) Evy - signature animée Titi

 

 

ATTENTION - « J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension ».

 

Posté par evynou35 à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 5 janvier 2019

D'où vient la tradition de s'embrasser sous le gui le 31 décembre ?

 

A1l38rNhqZL

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/A1l38rNhqZL._SX355_.jpg

-=oOo=-

 

C’est au XVIIIe siècle que les Anglais amènent cette tradition du baiser sous une branche de gui, porteur de bons auspices, et signe d'heureux présage pour franchir le seuil d’une nouvelle année..
Ils ont inventé la « kissing ball», des boules de gui que l’on accroche à une porte, et sous laquelle on s’embrasse.
Auteure :  Maïna Sicard-Cras 
Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/vient-tradition-s-embrasser-gui-1598711.html

Complément d'informations : 
Le gui est un parasite qui vit sur le chêne. Les druides adoraient les bocages de chênes. Les anciens Celtes (associés aux druides) avaient pour habitude de donner du gui en tant que remède aux animaux stériles afin de les rendre fertiles. Sa signification en langue celte est toujours : « la plante qui guérit tout ».
Source : http://vivementnoel.blogspot.com/2014/12/pourquoi-sembrasser-sous-le-gui-noel.html

 

ATTENTION - « J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension ».

Posté par evynou35 à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 26 décembre 2018

5 recettes de tisane à boire après les fêtes

i66652-tisanes-quels-sont-leurs-bienfaits

https://static.passeportsante.net/i66652-tisanes-quels-sont-leurs-bienfaits.jpg

 

-=oOo=-

 

De la coriandre pour une tisane détox

Foie gras, farce, bûche de Noël… Les repas de fête sont délicieux, mais on se rend rapidement compte qu’ils étaient bien (trop) copieux. Faites une cure détox pour éviter les lendemains qui déchantent ! Pensez, par exemple, à la tisane de coriandre : en plus de ses propriétés diurétiques, elle soulage les maux de ventre et combat les nausées. Pour la préparer, laissez infuser 10 minutes 1 cuillère à soupe de graines de coriandre dans 1/2 litre d’eau bouillante. Filtrez et laissez tiédir avant de boire !

Une tisane citron-gingembre, l’alliée des lendemains de fête

Le citron a un effet bénéfique sur les reins, le foie, le pancréas : il est souvent utilisé pour faciliter la digestion et éliminer les toxines après les fêtes. Le gingembre est également intéressant en cas d’excès alimentaire… Pour votre tisane, râpez 1 à 2 cm de gingembre frais dans votre théière. Ajoutez le jus d’un citron vert puis 75 cl d’eau bouillante. Patientez 5 minutes puis sucrez avec 2 cuillerées de miel.

La tisane d’artichaut, l’allié du foie

Les feuilles de l’artichaut poussant directement sur sa tige (bref, celles qu’on ne mange pas) sont riches en actifs bons pour le foie. Pour cette tisane, il suffit de laisser infuser une quinzaine de minutes 10 g de feuilles d’artichaut fraîches dans une tasse à thé d’eau bouillante. Filtrez et buvez. On vous prévient, c’est un peu amer. Conseil : évitez ce genre de tisane si vous avez des calculs biliaires ou une allergie aux astéracées (ex : pissenlit).

L’estragon, bon pour la digestion et le stress

Une tisane d’estragon est aussi envisageable pour retrouver votre sérénité après des fêtes mouvementées. Elle est simple à préparer : faites chauffer 20 cl d’eau chaude puis ajoutez 1 cuillère à café de feuilles sèches. Laissez infuser 5 min hors du feu avant de filtrer.

Le chardon-marie : des bienfaits reconnus

Même l’OMS reconnaît les effets bénéfiques du chardon-marie sur le foie ! Pour votre tisane, versez 40 g de chardon-marie dans 1,5 litre d’eau bouillante. Laissez infuser 10 minutes avant de filtrer. Vous pouvez ajouter un peu de miel si vous le souhaitez. À noter : prenez d’abord un avis médical si vous avez un traitement contre le diabète ou une allergie aux astéracées.

Auteure : rédaction Femme actuelle Senior

Source : https://www.serengo.net/check-up/5-recettes-de-tisane-a-boire-apres-les-fetes/

Evy - signature animée Titi

 

ATTENTION - « J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension ».

 

Posté par evynou35 à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


mardi 25 décembre 2018

Les 10 raccourcis clavier à connaître absolument

clavier-gamer-pas-cher-19

https://i0.wp.com/mon-clavier-gamer.fr/

-=oOo=-

Le plus utilisé : copier
Le raccourci le plus pratique est sans aucun doute CTRL + C, qui vous permet de sélectionner un mot, une phrase ou même un document entier pour le déplacer ailleurs, sans avoir à utiliser la souris.

Et son alter ego coller
Comme le raccourci pour copier des éléments, celui pour coller fait partie des plus importants et fait gagner un temps précieux. Une fois une phrase copiée par la manipulation CRTL + C (qui « archive » momentanément votre texte dans un presse-papier), rendez-vous à l’endroit du document où vous souhaitez que ce texte apparaisse et faites CTRL + V. Un raccourci dont vous ne pourrez bientôt plus vous passer si vous travaillez régulièrement sous Word.

On peut aussi couper
Le raccourci CTRL + X fonctionne comme le précédent pour copier, à la différence qu’il supprime le texte sélectionné, au lieu d’en faire une copie. Cette manipulation est pratique pour copier un texte sans avoir à revenir ensuite pour le supprimer, mais attention à bien coller rapidement le morceau choisi au risque de le perdre !

Contre les fausses manipulations : annuler
Une fois connu, le raccourci CTRL + Z vous sera d’une grande aide dans votre utilisation quotidienne. Il permet d’annuler la dernière action effectuée, comme une suppression de texte faite par erreur ! Magique.

Annulez la commande annuler avec CTRL + Y
Ce raccourci tout aussi pratique que le précédent vous permet de rétablir l’action que vous venez d’annuler.

Gagnez du temps avec « tout sélectionner »
Vous n’oublierez plus la manipulation CTRL + A après l’avoir mise en pratique. Au lieu de devoir sélectionner péniblement tout un texte à l’aide de votre souris, utilisez le raccourci « tout sélectionner » et vous pourrez ensuite soit copier, soit supprimer un contenu entier en un clin d’œil.

CTRL + clic pour sélectionner plusieurs éléments
Cette manipulation est idéale lorsque vous souhaitez sélectionner seulement certains éléments d’une grande liste. CTRL + clic (la touche CTRL doit être maintenue enfoncée) permet de choisir une série de ces éléments un par un, puis de les coller ensuite sans devoir à chaque fois revenir dans le dossier.

En cas de bug, CTRL + ALT + SUPPR
Ce raccourci permet d’accéder au gestionnaire de tâches, notamment dans les cas où votre ordinateur rame ou a planté (vous êtes complétement bloqué). Depuis le gestionnaire, vous pourrez fermer les programmes qui posent problème ou encore choisir de redémarrer (souvent efficace).

La recherche facilitée avec CTRL + F
Afin de vous faire gagner un temps précieux si vous recherchez un mot précis dans un long texte sur Word ou ailleurs (document PDF, excel…), le raccourci CTRL + F ouvre une fenêtre où vous pourrez taper le terme que vous souhaitez trouver. Cliquez (et recliquez) sur la touche « Enter » pour visualiser la présence du mot cherché.

Pensez à enregistrer !
Le raccourci CTRL + S, très pratique lorsque vous travaillez sur un logiciel de traitement de texte, vous permet d’enregistrer votre travail régulièrement ! C’est important.

Auteure : la Rédaction de Femme actuelle Sénior

Source : https://www.serengo.net/internet-malin/10-raccourcis-clavier-a-connaitre-absolument/

Signature - Evy bleugif

 

ATTENTION - « J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension ».

 

Posté par evynou35 à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 24 décembre 2018

Gilets jaunes - Analyse de Natacha Polony ... et Noël !!!

 

44f79867

-=oOo=-

 

 https://youtu.be/blaPmuE8BRE

 -=oOo=-

  Evy, votre blogueuse. 

 

23-frais-s-de-sapin-de-noel-dessin-frais-dessin-sapin-de-noel-de-dessin-sapin-de-noel

 

*** Très bon Noël à toutes et à tous ! ***

 

34600391

 

 A l'année prochaine ...

 

Barre-8

 

Posté par evynou35 à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 23 décembre 2018

Le gâteau breton n'aura plus de secret pour vous.

Le gâteau breton, une spécialité qui vient de Lorient / © S.Salliou

Le gâteau breton, une spécialité qui vient de Lorient / © S.Salliou

C’est un gâteau qui ressemble à un gros biscuit, épais et friable et qui doit obligatoirement être fait avec du beurre salé. Le gâteau breton est surtout connu dans le sud de la Bretagne. Il est né à Port-Louis, près de Lorient où sont basés quelques spécialistes.

Les ingrédients du gâteau breton sont basiques. De la farine, du sucre, des jaunes d'œufs. Et du beurre demi-sel.

Bernard Aunier tient sa recette de son grand père. Mais il lui a fallu 10 ans pour la mettre au point. Son grand-père n’avait pas tout écrit et a emporté quelques secrets avec lui. Le temps de repos de la pâte par exemple. Elle doit reposer entre 3 et 4 heures, et une nuit entière, c’est encore mieux.

Le grand-père de Bernard avait quand même indiqué, « malaxer rapidement la pâte du bout des doigts » et à entendre Bernard, le secret est là.

Une fois la pâte reposée, Bernard enduit le dessus du gâteau, d’un jaune d’œuf et dessine des stries en losanges. Car quand il sera cuit, il sera découpé en losanges. C’est la tradition, selon Bernard. Auparavant, le gâteau breton était cuit au feu de bois et les bords étaient souvent un peu brûlés, les losanges à l’intérieur étaient alors réservés aux invités.
 

L’origine du gâteau breton


Le premier gâteau breton est apparu à la fin du 19è siècle, du côté de Lorient. Un pâtissier nommé Crucer, d'origine suisse du canton des Grisons, marié à une femme originaire de Port-Louis, aurait présenté cette spécialité lors de l'Exposition universelle de Paris de 1862, sous l’appellation de « gâteau Lorientais ». Il avait remporté le premier prix pour la catégorie « Pâtisseries sèches ». De retour à Port-Louis, ce gâteau avait rencontré un franc succès, dans les familles et auprès des marins.

Car le gâteau breton est ce que l’on appelle un gâteau de voyage. Il peut se conserver plusieurs semaines et étaient facilement embarqués sur les bateaux de pêche lors de longues marées.

Depuis, il est toujours mangé dans les familles, mais beaucoup moins qu’avant. En revanche, c’est un bon souvenir de vacances pour les touristes.
 
Vous saurez tout sur le gâteau breton
Interview - Bernard Aunier, président de la Confrérie du gâteau breton - Iffig Cochevelou,
Champion du Monde du gâteau breton en 2014.
Une confrérie du gâteau breton a vu le jour et défend le gâteau du même nom.
Elle organise depuis 2013 un concours. 

Auteure : La rédaction de France3
Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/morbihan/lorient/gateau-breton-n-aura-plus-secret-vous

1) Evy - signature animée Titi

ATTENTION - « J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension ».

 

Posté par evynou35 à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 21 décembre 2018

Qu'est-ce que le « mansplaining » ??? (hommes qui expliquent la vie)

mansplaining

https://www.princessh.com/wp-content/uploads/mansplaining.jpg

-=oOo=-

Ce qui savent toujours mieux que moi ... (heu, oui !!!)

Le « mansplaining » est une contraction

entre le terme « man » (homme) et « explaining » (explication). ​​​​

-=oOo=-

Auteure : Rebecca Amsellem - Les Glorieuses

Source : https://lesglorieuses.fr/mecsplicateurs/

Signature_noir abeille

 

ATTENTION - « J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension ».

 

 

mardi 18 décembre 2018

Le référendum d’initiative citoyenne, de quoi parle-t-on?


20181217-referendum-initiative-citoyenne
https://scd.france24.com/fr/files_fr/imagecache/home_1024/article/image/20181217-referendum-initiative-citoyenne.jpg
-=oOo=-
L'idée de référendum d'initiative citoyenne est remis sur le devant de la scène par la crise des "Gilets jaunes".
De quoi s'agit-il ? Le point sur la question.

"Plus de démocratie, une meilleure prise en compte des souhaits des citoyens..." Remis en avant par la crise des "Gilets jaunes", le référendum d'initiative citoyenne est au cœur de l'actualité.

L'idée ne date pas d'hier.

En 1793, le marquis de Condorcet, mathématicien et homme politique proposait déjà de créer un "droit d'initiative populaire". Deux cent vingt-cinq ans plus tard, revoilà sa proposition sur la table. "Je ne vois pas comment on peut être contre son principe. Le référendum peut être un bon instrument dans une démocratie, mais pas sur n'importe quel sujet ni dans n'importe quelles conditions.", estime Édouard Philippe. Interrogé par le quotidien "Les Échos" dans son édition du 17 décembre 2018, le Premier ministre propose même d'intégrer la question au débat qui sera organisé partout en France dans les prochains mois.

 

• Le référendum d'initiative citoyenne, c'est quoi?

 

Ce mode de votation populaire n'est pas prévu par la Constitution française. Instrument de "démocratie directe", ce type de référendum permettrait au peuple d'intervenir dans la conduite de certains domaines de la politique nationale ou locale, sans passer préalablement par les Parlementaires. Il permettrait de consulter tous les citoyens en âge de voter mais, pour être représentatif, la participation au scrutin devrait être suffisamment importante. 

Certains "Gilets jaunes" demandent qu'une proposition de loi obtenant 700 000 signatures – sur un site Internet sous contrôle d'un organisme indépendant – entraîne un référendum national dans un délai d'un an, après un passage pour un éventuel amendement à l'Assemblée nationale. 
 

• Quelle différence avec d'autres référendums?

 Actuellement, il existe plusieurs types de référendums en France. Ils sont initiés par des parlementaires, des collectivités locales ou le chef de l'État. 

  • Le référendum législatif. Le plus connu et le plus ancien (prévu par l'article 11 de la Constitution). il permet au président de la République, sur proposition du gouvernement ou des deux assemblées, de soumettre au peuple un projet de loi. Dix référendums ont été organisés sous la Ve République. Dernier en date, celui du 29 mai 2005 sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe. Depuis le "non" des Français avec 54,67% des suffrages exprimés, plus aucun référendum n'a été envisagé.

 

  • Le référendum d'initiative partagée existe depuis le 1er janvier 2015. Inscrit dans la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008, il combine initiatives parlementaire et citoyenne. Il permet, sur la base d'une initiative de 186 parlementaires de faire une proposition de texte de loi. Cette dernière est ensuite validée par le Conseil constitutionnel, puis les citoyens doivent la soutenir. Sa mise en œuvre est assez complexe: le texte doit être signé, pour une durée de neuf mois, par 10% du corps électoral, soit 4,5 millions de citoyens. De plus, les domaines concernés sont strictement définis: organisation des pouvoirs publics, réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale, ratification d'un traité. Enfin, ce type de référendum partagé ne peut pas toucher une loi promulguée depuis moins d'un an ou porter sur un sujet rejeté par référendum il y a moins de deux ans. En raison de cette complexité de mise en oeuvre, le référendum partagé n'a jamais été utilisé.

 

  • Le référendum local comme celui sur la Nouvelle-Calédonie en novembre 2018 ou celui sur l'aéroport Notre-Dame des Landes en juin 2016. Dans ce cas, c'est l'assemblée délibérante d'une collectivité territoriale (par exemple un conseil municipal, départemental ou régional) qui décide de soumettre un projet aux électeurs.

 

  • Le référendum constituant : prévu à l’article 89 de la Constitution, à l’initiative du président de la République ou des assemblées, il permet la révision de la Constitution.  


• L'exemple de nos voisins suisses 

 

L'initiative de référendum populaire ou citoyen reste très rare dans le monde. Chez nos voisins suisses, 309 votations citoyennes ont été organisées depuis 1848, sur tous les sujets. Revenu de base inconditionnel, interdiction des OGM, suppression de la redevance télévisuelle, procréation médicalement assistée autorisant le diagnostic préimplantatoire, réduction de l'empreinte écologique, immigration… Rien n'est interdit. Pour mener à bien une votation, il faut constituer un comité d’initiative ayant le droit de vote au niveau fédéral. Le texte est ensuite rédigé. Le comité soumet à la chancellerie fédérale un modèle de liste pour la récolte de signatures. Puis, le comité a 18 mois pour récolter au moins 100 000 signatures, les faire valider par les communes et les déposer à la chancellerie. Au terme d'une votation positive, le texte passe alors à l'Assemblée où il est débattu. 

 

Auteure : Isabelle Duranton 

Source : https://www.notretemps.com/droit/referendum-initiative-citoyenne-comment-ric,i183977

 

Signature_noir abeille

 

ATTENTION - « J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension ».

 

Posté par evynou35 à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,