mercredi 14 juin 2017

Qu’est-ce que la théorie de l’évolution de Charles Darwin ?

 

Résultat de recherche d'images pour "images darwin"

https://www.franceculture.fr/s3/cruiser-production/2017/04/0be2db18-7c3a-4b3a-adca-85acf03c4419/711x400_charles-darwin.jpg

oOo

Qu’est-ce que la théorie de l’évolution de Charles Darwin ?

http://www.dailymotion.com/video/x5ojfd8_qu-est-ce-que-la-theorie-de-l-evolution-de-charles-darwin_news

Charles Darwin propose un mécanisme pour expliquer l'évolution des espèces au fil du temps : les individus qui disposent d'un avantage dans un environnement particulier le transmettent à leurs descendants.

C'est la sélection naturelle.

Dans cette vidéo, Éric Lapie, muséologue à la Cité des Sciences et de l'Industrie, qui a conçu l'exposition Darwin l’original, tente de résumer les principaux concepts apportés par les travaux du naturaliste, qui n'a pas été le premier à proposer une théorie de l’évolutionCharles Darwin parle plutôt d'une théorie de descendance avec modifications.

L'originalité de Darwin est de s'intéresser aux variations, aux différences, entre les individus.

Car auparavant les scientifiques portaient beaucoup d'attention aux ressemblances pour ranger les espèces en fonction de leurs caractéristiques morphologiques.

Darwin propose l'idée de l'existence d'une sélection naturelle : sous l'effet de contraintes de l'environnement, certains individus disposent d'un avantage temporaire, leur permettant de mieux se nourrir ou de se reproduire.

Ils transmettent alors ces variations avantageuses à leur descendance.

© Futura

Source : http://www.futura-sciences.com/planete/videos/quest-ce-theorie-evolution-charles-darwin-4663/

 

 

 

Letter-E3-1024x1024

 

 

 

Posté par evynou35 à 16:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


mardi 13 juin 2017

La Chine inaugure la plus grande centrale solaire flottante

 

 Résultat de recherche d'images pour "images panneaux solaires"

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTfbpa_jjGI1CNqYbR_q5F58H8IWHNNK14u2AjQVGdB1EBT4esm 

 

oOo

Avec ses 160.000 panneaux solaires, cette centrale montre les ambitions de la Chine en matière d'énergie verte.
Après le retrait de Donald Trump des accords de Paris, le pays veut se positionner comme un acteur majeur sur ce marché.

La centrale d'une puissance de 40 mégawatts est en fonctionnement depuis le mois de mai 2017.

Elle a été installée sur un lac, situé à l'emplacement d'une ancienne mine de charbon de la province Anhui, à 450 kilomètres de Shanghaï, vers le nord-ouest.

La plus grande centrale solaireflottante au monde fait partie de l'effort national pour sortir de la dépendance vis-à-vis des énergies fossiles, dans ce pays qui le principal émetteur de gaz à effet de serre dans le monde.

Environ les deux tiers de l'électricité chinoise sont toujours produits avec du charbon.

La Chine défend son leadership dans les énergies vertes

Le retrait des États-Unis des accords de Paris est une opportunité pour la Chine qui produit déjà les deux tiers des panneaux solaires de la planète, comme le rapporte l'AFP.

En 2016, la capacité solaire de la Chine a doublé. L'État s'est certes donné pour objectif de combattre la pollution de l'air, mais en y voyant aussi un intérêt financier.

Le gouverneur de Californie, Jerry Brown, est venu la semaine passée à Beijung pour nouer des partenariats avec la Chine sur le changement climatique.

À cette occasion, il a expliqué : « J'essaie de réveiller les gens pour faire face aux changements climatiques, a-t-il affirmé. 

La Chine est un allié dans ce domaine, elle a d'énormes ressources et je veux travailler avec ces ressources d'une manière qui accélérera notre action climatique. »

L'énergie solaire pourrait-elle être la principale source d'énergie ?  

En 2014, la part du solaire photovoltaïque dans le mix électrique français ne dépassait pas les 1,3 % (chiffre France Territoire Solaire).

Comment alors l'énergie solaire pourrait-elle devenir notre principale source d'énergie ?

Marion Perrin, docteur en électrochimie, partage avec nous son point de vue sur la question. 

 

En Chine, la plus grande centrale solaire électrique flottante du monde

http://www.dailymotion.com/video/x5phf0a_en-chine-la-plus-grande-centrale-solaire-electrique-flottante-du-monde_news

 

Marie-Céline Jacquier, Journaliste

Sourcehttp://www.futura-sciences.com/planete/actualites/energie-renouvelable-chine-inaugure-plus-grande-centrale-solaire-flottante-67617/

 

Letter-E3-1024x1024

Posté par evynou35 à 16:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 10 juin 2017

La lutte contre la pollution lumineuse s’organise dans les territoires

 

Résultat de recherche d'images pour "images éclairage public"

Paysage nocturne depuis le refuge de la Glère dans les Hautes-Pyrénées. La pollution lumineuse de Luz-Saint-Sauveur est visible en fond de vallée, et celle des villes avoisinantes se reflète sur les nuages d'altitude. La lumière zodiacale est visible sous forme de halo blanc-bleuté. Samuel Challéat.

Selon l’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes (ANPCEN), le nombre de points lumineux en France a crû de plus de 90 % en 25 ans. Cet accroissement entraîne une augmentation de la pollution lumineuse, dont les conséquences sont multiples : formation de halos lumineux empêchant l’observation du ciel étoilé, altération de la « ressource obscurité » vitale à de nombreuses espèces animales, ou encore perturbation du rythme circadien de sécrétion de la mélatonine chez l’homme.

La lutte contre la pollution lumineuse est aujourd’hui emblématique des logiques de transition qui travaillent l’aménagement des espaces ruraux et urbains. Protection de la biodiversité, économie d’énergie, préservation de la santé et du bien-être constituent une demande sociale que peuvent difficilement ignorer les pouvoirs publics. La récente saisine du Conseil d’État par trois associations environnementales pour que la loi de 2010 sur la pollution lumineuse soit appliquée en témoigne.

Pourtant, des initiatives locales de lutte contre cette pollution existent. Ces expériences puisent dans des labels internationaux et nationaux émergents, dans des dispositifs institutionnels de protection de l’environnement plus anciens, ou encore dans des bricolages qui donnent une place aux enquêtes de terrain conduites auprès des habitants et usagers de l’éclairage urbain. Petit tour d’horizon.

Au Pic du Midi

Les Réserves internationales de ciel étoilé (RICE) constituent un label international de protection du ciel étoilé, décerné par l’International Dark sky Association.

Cette association nord-américaine de défense du ciel nocturne définit une RICE comme « un espace privé ou public offrant un environnement nocturne et des nuits étoilées d’une qualité exceptionnelle et faisant l’objet d’une protection explicite à titre de patrimoine scientifique, naturel, éducatif et culturel et/ou en raison de sa mission visant à offrir au public la jouissance d’un vaste territoire. »

Google Maps

En France, la RICE du Pic du Midi a été créée le 19 décembre 2013. Pionnière sur le territoire national, elle se situe en région Occitanie, dans le département des Hautes-Pyrénées. Elle regroupe 251 communes urbaines et rurales. La protection du ciel étoilé entourant le Pic du Midi rejoint une valorisation touristique ancienne et bien ancrée territorialement.

C’est dans cette trajectoire de développement que s’inscrivent les acteurs de la labellisation du Pic. En faisant de la nuit étoilée une nouvelle ressource territoriale, ils portent des représentations et intérêts qui obligent à considérer la pollution lumineuse et ses effets dans leurs dimensions scientifiques, culturelles et énergétiques.

Avec la démarche expérimentale de Trame sombre menée par le Parc national des Pyrénées et le Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, en relation avec la RICE, l’aménagement et le développement des territoires s’ouvrent désormais à la protection de la biodiversité nocturne.

En complément de la Loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (2015), la Loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages (2016) entérine les notions d’environnement et de paysage nocturnes en les inscrivant au Code de l’environnement.

De par leur mission d’innovation, les Parcs naturels régionaux (PNR) sont en première ligne pour mettre en œuvre protection et valorisation de l’environnement et du paysage nocturnes. Ce qui se passe au sein du PNR des Baronnies provençales en est une juste illustration.

Google Maps

Créé en janvier 2015, ce Parc est à cheval sur les régions Rhône-Alpes Auvergne et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il regroupe 130 communes pour 39 000 habitants et souhaite faire de l’expérience de nature un facteur d’intégration et d’attractivité territoriales. Dans cette perspective, il fait de « l’empaysagement » du territoire une modalité de son projet territorial qui inclut « une politique de préservation du ciel noir contre la pollution lumineuse ».

Autour du PNR des Baronnies, d’autres territoires travaillent également à la protection l’environnement nocturne (Parc national des Écrins, Parc national du Mercantour, PNR du Luberon, des Bauges, etc.). Fédérer ces initiatives permettrait de poser les fondements expérimentaux d’une trame noire au sein de laquelle chaque PNR constituerait un réservoir de biodiversité nocturne.

Dans l’agglomération grenobloise

Dans la lutte contre la pollution lumineuse, les communes jouent également un rôle. 12 000 d’entre elles modulent ou éteignent leur éclairage public durant certaines plages horaires. Parmi elles, 750 appliquent les bonnes pratiques de l’ANPCEN sous le label Villes et villages étoilés. D’autres expérimentent, s’adonnent à des bricolages non labellisés qui s’appuient sur les « territorialités », c’est-à-dire sur la prise en considération de ce que font les usagers de et dans la nuit.

Ainsi, dans leur poursuite d’un « éclairer juste », un nombre croissant de communes élaborent un compromis d’aménagement. Par des enquêtes de terrain auprès des habitants, des questionnaires ou l’organisation de déambulations nocturnes, les élus locaux identifient les besoins et usages des espaces nocturnes pour adapter l’éclairage public.

Ce genre d’expérimentation a par exemple été mise en œuvre en concertation avec la population dans la commune de Crolles, au sein de l’agglomération grenobloise. Sur une période de 10 mois, de février à novembre 2015, les habitants de la ville ont été entendus lors de réunions publiques, au cours desquelles ils ont pu dire leurs craintes, leurs attentes face à l’extinction de l’éclairage public durant certaines tranches horaires (de 01h00 à 05h00). Questionnaires sur l’expérimentation, promenades nocturnes ont été organisés pour connaître les besoins et habitudes de la population.

Cette démarche permet aux habitants de dépasser les fausses représentations – notamment sur la délinquance nocturne – autant qu’elle diffuse des savoirs scientifiques sur la santé et la biodiversité.

S’approprier les politiques territoriales

Ces différentes expériences de lutte contre la pollution lumineuse témoignent d’une progressive prise en compte des questions de transitions énergétique et écologique dans les politiques d’aménagement du territoire.

Inscrites dans les documents de planification territoriale, elles peinent cependant à trouver leurs publics. Confisquées par un urbanisme de conception au détriment d’un urbanisme des usages, confrontée au renouvellement des expériences de nature et limitées par l’incertitude scientifique sur ses conséquences, elles sont un enjeu difficile à socialiser. D’où la nécessité de repenser à la fois les termes de l’analyse et les conditions de l’aménagement de l’espace.

Une piste sérieuse émerge qui rapproche la tradition de recherche sur les socioécosystèmes de celle de géographie sociale sur les territoires. Autrement dit, les sciences expérimentales et les sciences sociales progressent dans le rapprochement de leurs questions et méthode d’analyse.

Mais la difficulté reste le « comment faire », c’est-à-dire l’application de ces analyses dans des politiques d’aménagement territorialement situées. Ici, les méthodes de production de connaissance (les sciences participatives, la recherche action, la recherche engagée) bousculent la portée sociale des savoirs scientifiques et l’expérience praticienne des professionnels de l’aménagement.

Au-delà des questions scientifiques soulevées par la pollution lumineuse, c’est l’enjeu d’une appropriation plus générale des politiques de transition et de protection de la biodiversité qui apparaît. Dans cette perspective, certains territoires vous donnent la possibilité de vivre une expérience sensorielle de la nuit. Alors, cet été, lors de vos excursions, ne boudez pas votre plaisir ! Osez l’observation attentive des paysages nocturnes durant vos bivouacs, les randonnées à la rencontre de la faune nocturne, ou plus simplement les animations proposées par les clubs d’astronomie près de chez vous .

Regarder les vidéos dont liens ci-après

L’éclairage public de Crolles (Ville de Crolles, 2016)https://youtu.be/D-rVzyovio8

Time lapse à l'Observatoire du Pic du Midi (Romain Montaigut, 2014)https://vimeo.com/76724488


Chercheur en géographie de l’environnement, Université Toulouse – Jean Jaurès

Dany Lapostolle est co-auteur de cet article.

 

Source : The Conversation 

 

Letter-E3-1024x1024

 

 

Posté par evynou35 à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 9 juin 2017

Homo sapiens : l'Homme aurait 100.000 ans de plus qu'on ne le pensait

 

Résultat de recherche d'images pour "image evolution homo sapiens"

http://oldartguy.com/Dang_It,_Darwin_files/217734-evolution-of-man.jpg

oOo

Des scientifiques ont mis au jour, sur un site marocain, des restes d'Homo sapiens datant de plus de 300.000 ans, alors que les plus anciens fossiles connus dataient d'environ 200.000 ans. De quoi remettre en cause nos idées sur l'origine géographique et l'évolution de l'humanité.

  • Des restes de cinq Homo sapiens, datés, avec précision, de 315.000 ans, ont été découverts sur le site de Jebel Irhoud au Maroc.
  • Cette découverte fondamentale déplace, dans le temps et dans l’espace, l’origine de l’humanité.
  • Ce qui différencie morphologiquement ces Homo sapiens anciens de l’Homme moderne, c’est surtout la boîte crânienne plus allongée.
Notre espèce n'a pas 200 000 ans mais 300 000 !  Au Maroc, une équipe internationale menée par Jean-Jacques Hublin (du Collège de France et de l’Institut Max Planck) a découvert les restes fossiles de cinq individus qui appartiennent à notre espèce. Mais ils datent de 300.000 ans, alors que les plus vieux Homo sapiens connus remontaient à 195.000 ans. De plus, les premiers Hommes semblaient être apparus en Afrique de l’est. La découverte contraint à revisiter l’histoire de l’espèce humaine et, de plus, montre que, depuis ses premiers représentants, c'est la boîte crânienne, donc le cerveau ou au moins le cervelet, qui a le plus évolué.
http://dai.ly/x5pmg3z

Une équipe internationale de chercheurs, dirigée par Jean-Jacques Hublin, paléoanthropologue au Collège de France et à l'Institut Max Planck (Allemagne), et Abdelouahed Ben-Ncer de l'Institut national d'archéologie et de patrimoine de Rabat (Maroc), vient de mettre au jour des os fossilisés d'Homo sapiens. Jusque-là, rien d'exceptionnel. Sauf que ces os-là ont pu être datés de manière fiable. Et le résultat est des plus surprenants : ces fossiles sont vieux de 315.000 ans +/-34.000.

Un âge plus que respectable et un lieu géographique étonnant lui aussi : le site paléolithique de Jebel Irhoud, au Maroc. De quoi remettre en question l'histoire établie de l'évolution de l’humanité à partir de l'est africain. Cette découverte a fait l'objet de deux articles dans la revue Nature et a été présentée dans un communiqué du Collège de France.

Homo sapiens occupait déjà l’Afrique toute entière il y a plus de 300.000 ans.

Jusqu'ici, la plus ancienne trace d'Homo sapiens avait été relevée en Éthiopie, sur le site d'Omo Kibish (voir le lien ci-dessous) et remontait à 195.000 ans. « Nous avions imaginé cette région comme étant le berceau de l'humanité. La découverte d'un fossile plus ancien au Maroc suggère qu'Homo sapiens occupait déjà l'Afrique toute entière il y a plus de 300.000 ans », conclut Jean-Jacques Hublin.

Jebel Irhoud : uns site archéologique exceptionnel

Le site de Jebel Irhoud était déjà connu depuis le début des années 1960 pour receler des fossiles humains et des outils, initialement attribués à l'Homme de Néandertal et, surtout, datés avec une grande imprécision. Mais le projet mené par l'Institut Max Planck et l'Institut national d'archéologie et de patrimoine de Rabat a permis de mettre au jour de nouvelles pièces, plus anciennes. En tout, le site en a fourni 22. Parmi elles, des crânes, des dents et des os longs ayant appartenu à au moins cinq individus (trois adultes, un adolescent et un enfant).

Ils ont pu être précisément datés par la méthode de la thermoluminescence appliquée à des morceaux de silex brûlés associés aux fossiles. Et les résultats obtenus ont été confirmés par une autre technique, celle de la résonance de spin électronique, appliquée à une mandibule, qui a donné 286.000 ans +/- 32.000.
Les fossiles humains — ici, au centre de l’image, dans un ton brun légèrement plus jaune, le sommet écrasé d’un crâne humain et juste au-dessus, un fémur partiel — trouvés sur le site de Jebel Irhoud au Maroc ont autour de 315.000 ans. © Steffen Schatz, MPI EVA Leipzig, CC by-SA 2.0

Une découverte qui bouleverse l’histoire de l’humanité

La datation des os semble très fiable. Et les chercheurs n'ont aucun doute non plus sur le fait qu'il s'agit bien de restes d'Homo sapiens. Car les études par tomographie informatisée et les analyses statistiques sur des centaines de détails morphologiques montrent que ces individus n'étaient ni des Néandertaliens ni des Homo erectus.

Autre information importante : si le visage et les dents de ces Hommes-là ressemblent à s'y méprendre aux nôtres, leur boîte crânienne est plus allongée que celle des Hommes modernes. La forme globale de l'endocrâne semble plus primitive et certainement différente aussi de celle de Néandertal ou d'Homo erectus. Des observations qui indiquent que la forme actuelle de la face humaine est apparue très tôt dans l'histoire de l'humanité, mais que celle du crâne a davantage évolué. Le cervelet de ces anciens humains semble plus petit que le nôtre.

Ces découvertes corroborent par ailleurs l'interprétation qui avait été faite du crâne partiel découvert à Florisbad, en Afrique du Sud, en 1932. Un crâne daté de 260.000 ans et déjà soupçonné être celui d'un représentant précoce d'Homo sapiens. De quoi, tout de même, compliquer un peu l'histoire de l'évolution de notre espèce. Elle se serait en effet jouée sur l'ensemble du continent africain et plus seulement sur sa partie est. Ainsi, les tout premiers Hommes auraient pu se disséminer à partir et sur plusieurs régions du continent africain simultanément.

Nathalie Mayer, Journaliste

Source : http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/homme-homo-sapiens-homme-aurait-100000-ans-plus-quon-ne-pensait-27053/

Letter-E3-1024x1024

 

 

 

 

Posté par evynou35 à 18:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 8 juin 2017

Troubles du sommeil : les femmes plus concernées

 

© Getty Images
oOo

Vous ne fermez pas l’œil de la nuit alors que votre mari dort toujours comme un loir ? Ne cherchez plus, vous n’êtes pas égalitaires face au sommeil. Selon une étude menée par des chercheurs australiens de la clinique du sommeil de Coolangatta, les femmes seraient davantage touchées par les troubles du sommeil et affectées par leurs conséquences au quotidien.

Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont suivi, entre 2013 et 2015, 744 patients soignés pour différents problèmes de sommeil. Les participants ont été évalués grâce à plusieurs tests et formulaires, comme l’échelle de somnolence d’Epworth, une série de questions qui permettent d’évaluer le degré de somnolence pendant la journée.

Les données récoltées ont montré que les femmes souffraient davantage de somnolence diurne : 49 % contre 37 % des hommes. « Même si les troubles du sommeil peuvent être génétiques, ils sont souvent d’ordre hormonal », explique le docteur Joëlle Adrien, présidente de l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV). « Globalement, les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes ».

La gent féminine serait également plus susceptible d’être excessivement fatiguée, de développer des dépressions sévères et d’avoir des difficultés à se concentrer et à mémoriser. Un cercle vicieux, en somme. Et pour ne rien gâcher, ces problèmes s’accroissent avec l’âge. « Les femmes sont beaucoup plus vulnérables à la ménopause, donc plus affectées par les insomnies et autres troubles du sommeil », précise Joëlle Adrien.

Ces nouveaux travaux confirment l’intérêt de mettre en place des traitements plus personnalisés. À quand un médecin spécialiste du sommeil des femmes ?

Par Agathe Mathieu

Source http://www.serengo.net/check-up/troubles-sommeil-femmes-plus-concernees/

 

Letter-E3-1024x1024

 

 

 

Posté par evynou35 à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


mercredi 7 juin 2017

Madame parfaite n'existe pas !!!

 

Résultat de recherche d'images pour "images femme parfaite"

http://idata.over-blog.com/3/10/61/88/2457927640_85dcc6c365.jpg

oOo

“ Etre parfaite jour après jour, année après année, est devenue comme porter toujours un sac à dos rempli de briques sur mon dos. Oh, comment j'avais secrètement envie de poser mon fardeau.” Anna Quindlen, journaliste et auteure américaine, dit tout haut ce que nous pensons tout bas.

Comment en sommes-nous arrivées à rechercher constamment la perfection ? Et surtout, pourquoi cette recherche est-elle un fardeau plus qu’autre chose ?

Rien de bien n’émane de la perfection. Car elle nécessite l’imitation. « [...] Cela exige [...] que vous lisez le zeitgeist de n'importe où et de n’importe quand, et que vous endossiez les masques nécessaires pour être le ou la meilleur·e selon ce que le zeitgeist dicte ou exige. Ces exigences changent de forme, bien sûr, mais lorsque vous êtes intelligent·e, vous pouvez les lire et faire l'imitation requise. Mais rien d'important, ni significatif, ni beau, ni intéressant, ni grand n’émane d’une imitation. Ce qui est vraiment difficile, et vraiment incroyable, est de renoncer à être parfait·e et de commencer à devenir soi-même. »

Quand on pense perfection, on pense beauté. Et tous les stéréotypes qui vont avec. Blanchité, minceur, ... Et ce mythe nous rend non seulement constamment insatisfaite (qui peut affirmer être arrivée à la perfection ?) mais surtout victime d’un système dont nous ne connaissons pas les règles. En d’autres termes, “le mythe de la beauté a été institutionnalisé durant les deux dernières décennies comme lien direct entre les femmes et la vie publique. Il lie l’énergie des femmes à la machine du pouvoir tout en altérant la machine le moins possible pour que ce soit elles qui s’adaptent ; en même temps, il affaiblit l’énergie des femmes jusqu’à son point d’origine. (Naomi Wolf, The Beauty Myth). Comment en sommes-nous arrivées là ? Car les femmes ont été – génération après génération – effacées de l’Histoire. Et sans modèle, nous n’avons que le système en place auquel nous référer. Noami Wolf précise ainsi que “les femmes de la classe moyenne ont été séquestrées du monde, isolées les unes des autres, et leur héritage submergé au cours de chaque génération, elles sont [donc]  plus dépendantes des hommes des modèles culturelles et c’est plus probable qu’elles soient plus influencées par eux.” En somme, “les femmes sont seulement des beautés dans la culture masculine, afin que la culture reste masculine”.

Pour sortir des canons de beauté et, de manière générale, de l’idée de perfection, nous devons nous référer à d’autres modèles ou en créer de nouveaux. Mais comment apprend-on à se déconstruire pour se construire ? 

On se reconstruit...

“Mettez de côté les messages que cette culture envoie, à travers sa publicité, son divertissement, son mépris et sa désapprobation, sur la façon dont vous devriez vous comporter.” (Anna Quindlen) 

Souvenez-vous d’un temps ...

« Pensez à la première ou deuxième année d’école élémentaire, lorsque vous étiez encore trop audacieu·x·se dans votre tête, lorsque vous étiez trop jeunes, trop informes, trop fantastiques pour comprendre que vous deviez être à la hauteur des attentes de celles et ceux qui vous entoure. » Pensez à ce que l'écrivain Catherine Drinker Bowen a écrit une fois, il y a plus d'un demi-siècle : « Beaucoup d'hommes qui savaient qui ils étaient à dix ans, l’oublient complètement entre dix et trente ans ». Beaucoup de femmes aussi.” (Anna Quindlen) 

On est bienveillant·e·s...

Accepter l’imperfection chez soi passe par la bienveillance pour celles et ceux qui nous entourent. Nous ne sommes pas parfaits (parfaites). Les autres non plus.

Source : http://lesglorieuses.fr/2017/06/06/parfaite-na-jamais-existe/

Letter-E3-1024x1024

 

oOo

 

Posté par evynou35 à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 6 juin 2017

Les 10 raccourcis clavier à connaître absolument

 

Mains, Ordinateur Portable, Ordinateur, Dactylographie

https://cdn.pixabay.com/photo/2017/02/15/16/15/hands-2069206_960_720.jpg

Le plus utilisé : copier
Le raccourci le plus pratique est sans aucun doute CTRL + C, qui vous permet de sélectionner un mot, une phrase ou même un document entier pour le déplacer ailleurs, sans avoir à utiliser la souris.

Et son alter ego coller
Comme le raccourci pour copier des éléments, celui pour coller fait partie des plus importants et fait gagner un temps précieux. Une fois une phrase copiée par la manipulation CRTL + C (qui « archive » momentanément votre texte dans un presse-papier), rendez-vous à l’endroit du document où vous souhaitez que ce texte apparaisse et faites CTRL + V. Un raccourci dont vous ne pourrez bientôt plus vous passer si vous travaillez régulièrement sous Word.

On peut aussi couper
Le raccourci CTRL + X fonctionne comme le précédent pour copier, à la différence qu’il supprime le texte sélectionné, au lieu d’en faire une copie. Cette manipulation est pratique pour copier un texte sans avoir à revenir ensuite pour le supprimer, mais attention à bien coller rapidement le morceau choisi au risque de le perdre !

Contre les fausses manipulations : annuler
Une fois connu, le raccourci CTRL + Z vous sera d’une grande aide dans votre utilisation quotidienne. Il permet d’annuler la dernière action effectuée, comme une suppression de texte faite par erreur ! Magique.

Annulez la commande annuler avec CTRL + Y
Ce raccourci tout aussi pratique que le précédent vous permet de rétablir l’action que vous venez d’annuler.

Gagnez du temps avec « tout sélectionner »
Vous n’oublierez plus la manipulation CTRL + A après l’avoir mise en pratique. Au lieu de devoir sélectionner péniblement tout un texte à l’aide de votre souris, utilisez le raccourci « tout sélectionner » et vous pourrez ensuite soit copier, soit supprimer un contenu entier en un clin d’œil.

CTRL + clic pour sélectionner plusieurs éléments
Cette manipulation est idéale lorsque vous souhaitez sélectionner seulement certains éléments d’une grande liste. CTRL + clic (la touche CTRL doit être maintenue enfoncée) permet de choisir une série de ces éléments un par un, puis de les coller ensuite sans devoir à chaque fois revenir dans le dossier.

En cas de bug, CTRL + ALT + SUPPR
Ce raccourci permet d’accéder au gestionnaire de tâches, notamment dans les cas où votre ordinateur rame ou a planté (vous êtes complétement bloqué). Depuis le gestionnaire, vous pourrez fermer les programmes qui posent problème ou encore choisir de redémarrer (souvent efficace).

La recherche facilitée avec CTRL + F
Afin de vous faire gagner un temps précieux si vous recherchez un mot précis dans un long texte sur Word ou ailleurs (document PDF, excel…), le raccourci CTRL + F ouvre une fenêtre où vous pourrez taper le terme que vous souhaitez trouver. Cliquez (et recliquez) sur la touche « Enter » pour visualiser la présence du mot cherché.

Pensez à enregistrer !
Le raccourci CTRL + S, très pratique lorsque vous travaillez sur un logiciel de traitement de texte, vous permet d’enregistrer votre travail régulièrement ! C’est important.

Par La Rédaction

Sourcehttp://www.serengo.net/internet-malin/10-raccourcis-clavier-a-connaitre-absolument/

Letter-E3-1024x1024

 

Posté par evynou35 à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 5 juin 2017

Moustique tigre : une prolifération inquiétante en France

Crédit : iStock/Getty images
oOo

Depuis un an et demi, le virus Zika circule à travers le monde, principalement en Amérique du Sud, en Amérique centrale et aux Antilles.

Le responsable ? Aedes albopictus. Cet insecte, originaire d’Asie du Sud-Est, est aussi vecteur de maladies comme la dengue et le chikungunya.

Le moustique tigre est implanté en France depuis une dizaine d’années.

Actuellement, il est déjà présent dans pas moins de 54 départements, selon le site vigilance-moustiques.com.

Habituellement, les départements du Sud sont les premiers exposés. Mais avec la vague de chaleur précoce qui a sévi sur tout le pays – certains records ont d’ailleurs été battus en mai -, suite à un hiver doux, la prolifération est abondante et remonte au Nord de façon inquiétante. Résultat : 33 départements sont placés en vigilance rouge (21 en vigilance orange), principalement dans le Sud mais aussi en Ile-de-France (Val-de-Marne,) à l’Est (Haut-Rhin et Bas-Rhin) ou encore en Vendée.

Pour en savoir plus sur cette petite bête, un site lui est consacré. Sur www.signalement-moustique.fr, on peut mieux connaître ce moustique rayé et relativement petit, s’informer sur les bons gestes pour éviter sa prolifération (principalement supprimer les eaux stagnantes) et se protéger des piqûres.

On peut aussi suivre sa progression selon les régions et même signaler sa présence si on l’aperçoit. Pas à pas et photos à l’appui, l’internaute qui voudrait donner l’alerte est bien guidé.

Car, comme le précise le site, « tout ce qui vole n’est pas un moustique et tout moustique n’est pas un moustique tigre ».

Et le Aedes albopictus présent chez nous serait moins virulent que son cousin américain : il transmet plus lentement le Zika, ce qui laisse le temps de traiter les zones infestées.

Par Diane Mottez

Sourcehttp://www.serengo.net/check-up/moustique-tigre-france/

Signature E

 

 

 

Posté par evynou35 à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 4 juin 2017

COP 21 : la hausse du niveau de la mer menace les populations

 

Résultat de recherche d'images pour "images hausse niveau mer en france"

En 2015, les accords de Paris signés lors de la COP21 ont donné l'objectif de limiter à 2 °C l'élévation des températures par rapport à l'ère préindustrielle (voire, si possible, à 1,5 °C). Les 195 États signataires se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre mais, le 1er juin 2017, le président des États-Unis Donald Trump annonçait que son pays se retirerait de cet accord signé par son prédécesseur. Pourtant, l'enjeu est de taille : à cause du changement climatique, le niveau de la mer continue de monter. Au fil des décennies et des siècles, de plus en plus d'habitants de la planète seront menacés, en particulier dans les îles et les grandes villes du littoral.

Article paru le 8 décembre 2015

Réchauffement climatique oblige, le niveau des mers monte : au cours du 20e siècle, l'élévation était en moyenne de 1,8 mm/an mais elle s'est accélérée à partir de 1990. Certaines estimations tablent sur un à trois mètres d'élévation du niveau des mers d'ici 2100, et des scénarios les plus alarmistes parlent même de six mètres, mais le GIEC, lui, en reste à un mètre au maximum, l'incertitude principale venant de la vitesse de fonte des inlandsis antarctique et groelandais. De plus, cette hausse n'est pas uniforme sur le globe terrestre et certaines régions du monde seraient plus touchées que d'autres : ainsi, depuis 1990, le niveau de la mer a monté trois à quatre fois plus vite que la moyenne mondiale dans le Pacifique tropical ouest, le nord de l'Atlantique et le sud de l'océan Indien.

La hausse à court terme vient du réchauffement des eaux superficielles de l'océan, la hausse des températures provoquant une dilatation, légère mais significative. Sur le long terme, la fonte des glaces d'eau douce a un impact prépondérant, à commencer par celle de l'Antarctique. D'après une étude récente parue dans Science Advances, à l'échelle des millénaires, la combustion de toutes les ressources fossiles de la Terre engendrerait un réchauffement tel que la totalité de la glace de l'Antarctique fondrait.

 

L’Asie sera particulièrement touchée par la hausse du niveau des mers. Les pourcentages de populations touchées sont estimés en prenant en compte les populations recensées en 2010. © idé

60 mètres de plus dans 10.000 ans ?

Les conséquences seraient importantes pour les populations littorales, mais aussi celles des grandes métropoles mondiales. Ainsi, en 10.000 ans, New York, Londres, Rome et Tokyo seraient sous les eaux à cause d'une élévation du niveau des mers qui atteindrait 60 mètres. Cette étude évalue la hausse du niveau de la mer à environ trois mètres par siècle durant le premier millénaire, pour atteindre 60 mètres en 10.000 ans.

Mais la glace de l'Antarctique n'est pas la seule à provoquer la hausse du niveau des mers : les glaciers seraient aussi responsables du tiers de la montée des océans. Une étude parue en 2013 dans Science avait analysé les données obtenues à partir des satellites Grace et IceSat entre 2003 et 2009. Elles ont révélé que 260 gigatonnes ont été perdues par les glaciers chaque année entre 2003 et 2009, correspondant à une hausse de 0,72 mm par an. Sur cette même période, les mers se sont élevées de 2,5 mm par an. Les régions qui contribuaient le plus à la hausse du niveau des mers étaient l'Arctiquecanadien, l'Alaska, les glaciers périphériques de la calotte groenlandaise et la Patagonie.
Plus le réchauffement climatique est important, plus la mer monte... © idé

Des milliers d’îles menacées de disparition dans le monde

Particulièrement vulnérables à cette hausse du niveau marin : les îles, y compris les îles françaises. D'après une étude de 2013 parue dans Nature Conservation, des dizaines d'îles françaises seraient menacées d'ici 2100. En effet, si le niveau des mers monte d'un mètre en 2100, 6 % des îles françaises disparaîtront ; et s'il monte de trois mètres, cette proportion sera de 12 %... 300 espèces pourraient aussi disparaître en même temps. Les régions de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie seraient particulièrement touchées car elles concentreraient les deux tiers des îles submergées.

Comme la France possède 2.050 îles de plus d'un hectare, situées dans tous les océans, en extrapolant ces résultats au monde entier, les chercheurs du CNRS estiment que la Terre perdrait 10.000 à 20.000 îles sur les 180.000 qu'elle compte. Les Philippines, l'Indonésie et les Caraïbes seront les régions les plus vulnérables.

Marie-Céline Jacquier, Journaliste

Source http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/rechauffement-climatique-cop-21-hausse-niveau-mer-menace-populations-60711/

Letter-E3-1024x1024

 

oOo

 

Posté par evynou35 à 12:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 2 juin 2017

Découverte d'une grenouille si translucide qu'on peut voir ses organes

 

La nouvelle espèce vue du dessus, du dessous, de face et de profil. © L. A. Coloma, Zookeys

La nouvelle espèce vue du dessus, du dessous, de face et de profil. © L. A. Coloma, Zookeys  

Une espèce de grenouilles de verre vient d'être découverte dans les plaines amazoniennes de l'Équateur. Elle possède une peau presque transparente, si bien que l'on peut voir son cœur battre ! Mais ce n'est pas son seul trait distinctif. Hyalinobatrachium yaku présente en effet des caractéristiques physiques différentes de bien d'autres de ses congénères. Hélas, les spécialistes craignent qu'elle ne soit déjà menacée de disparition.

  • Une nouvelle espèce de grenouille de verre a été découverte. Sa peau est très translucide.
  • Son comportement reproductif et certains de ses traits physiques sont uniques.
  • La production pétrolière dans la région amazonienne où elle a été découverte représente une grande menace pour cette créature fragile ainsi que pour tous les autres amphibiens.

Son nom est Hyalinobatrachium yaku. Les chercheurs qui ont séquencé son ADN et décrit cette nouvelle espèce de grenouilles dites « de verre » dans la revue en ligne Zookeys l'ont rencontrée lors de leurs enquêtes de terrain dans les plaines d'Amazonie, en Équateur. Juan Guayasamin, qui travaille à l'université San Francisco, à Quito, est encore émerveillé : « Je travaille avec des grenouilles tous les jours et c'est l'une des plus belles espèces que j'ai jamais vue ».

H. Yaku possède d'autres caractéristiques qui la rendent unique, soulignent leurs découvreurs. En effet, plusieurs aspects de son comportement font qu'elle se distingue des espèces voisines, notamment en ce qui concerne la reproduction. Ses appels sont différents. En outre, elle possède des taches vert foncé sur son dos. Juan Guayasamin a également relevé que « les mâles gardent les œufs attachés sous une feuille d'arbre jusqu'à ce qu'ils éclosent et tombent dans l'eau ».

Un environnement qui se dégrade très vite

Malheureusement, cette petite créature, comme d'ailleurs l'ensemble des amphibiens dans le monde, est en danger. C'est « la classe de vertébrés la plus menacée de la planète », rappelle Ariadne Angulo. Toutes les espèces n'ont pas encore été découvertes, s'inquiète-t-elle et « certaines peuvent disparaître avant même que nous ne les connaissions. Depuis 2005, nous identifions entre 100 et 200 nouvelles espèces d'amphibiens par an ».

Depuis 2005, nous identifions entre 100 et 200 nouvelles espèces d’amphibiens par an.

Les premières causes de la disparition de cette grenouille sont les activités humaines, directes et indirectes. D'une part, il y a le réchauffement climatique provoqué par les émissions de gaz à effet de serre. Et d'autre part, la dégradation de son habitat. Cela comprend notamment la prospection pétrolière et la construction de routes qui l'accompagne (plus largement l'artificialisation des sols) et, bien sûr, la pollution des eaux. Ces grenouilles ont besoin d'une eau pure, « si le courant se dessèche ou devient plus pollué, les grenouilles ne peuvent pas survivre, et d'autres créatures plus résilientes pourront être les suivantes ».

Une grenouille transparente

Article de Yves Miaux (Bulletins électroniques) publié le 19/11/2007

Le professeur Masayuki Sugita et son équipe de l'Institut de biologie des amphibiens d'Hiroshima ont réussi à obtenir une grenouille dont la peau transparente permet de voir directement les organes internes. Cette découverte a été annoncée lors de la réunion de la société zoologique japonaise (The Zoological society of Japan) le 22 septembre dernier.

Créé en 1967, l'Institut de biologie des amphibiens (université de Hiroshima) abrite 20.000 à 30.000 amphibiens de 80 espèces et 170 variétés différentes, dont certaines menacées d'extinction telle que la grenouille d'Ishikawa. La plupart des autres instituts de recherche sur les amphibiens se consacrent plus spécifiquement à l'étude de l'espèce Xenopus. Des grenouilles transgéniques sont aussi développées dans l'institut d'Hiroshima.

C'est en observant l'existence dans la nature de grenouilles brunes japonaises (Rana japonica) ayant une mutation rendant leur peau très claire que les chercheurs ont eu l'idée de faire se reproduire ces grenouilles mutantes afin de sélectionner parmi leur descendance celles qui restaient transparentes depuis le stade de têtard jusqu'au stade adulte. Toutefois le procédé n'est pas parfait puisque seulement une grenouille sur 16 est transparente et les œufs de ces grenouilles transparentes ne se développent pas bien. Le caractère transparent ne se maintient donc pas sur plusieurs générations.

Comme on peut étudier visuellement les organes internes et les vaisseaux sanguins de la grenouille vivante et ce pendant toute la duréede vie de l'animal, les chercheurs espèrent l'utiliser comme modèle peu coûteux pour les recherches sur le développement et la croissance des organes et la toxicité des médicaments ou de produits toxiques sur ces organes. Le professeur Sugita souligne que cette grenouille transparente pourrait constituer un modèle pour étudier comment certains médicaments ou produits toxiques agissent sur le métabolismeosseux.

Grenouille transparente de l'espèce Centrolenella vireovittata. © encarta.msn.com

Une autre application serait l'observation à travers la peau de la grenouille du développement de maladies et l'évaluation de l'efficacité de médicaments potentiels sur ces maladies.

Il existe déjà des systèmes d'imagerie médicale pour les petits animaux de laboratoire qui sont plus précis que l'observation directe mais les chercheurs japonais espèrent que le prix peu élevé de leur modèle animal constituera un avantage déterminant pour les chercheurs et les laboratoires. Cette grenouille pourrait aussi être utilisée dans les classes de sciences naturelles en remplacement de la dissection et serait donc bien reçue par les activistes qui luttent contre la vivisection et qui préconisent des simulations par ordinateur comme alternative à la dissection.

Une autre application envisagée par l'équipe de l'institut d'Hiroshima est de faire des grenouilles transgéniques et transparentes, afin de pouvoir observer in vivo l'expression de certains gènes. Pour cela, on accroche au gène que l'on veut étudier un gène dit rapporteur dont l'expression produit une protéine fluorescente lorsque l'organisme est éclairé par une lumière ultraviolette. Par l'intermédiaire de l'étude de l'expression du rapporteur, on peut ainsi suivre celle du gène d'intérêt en temps réel. Une autre application de l'imagerie de fluorescence chez ces grenouilles transparentes pourrait être le suivi de la croissance de tumeurs induites, permettant ainsi l'évaluation de l'efficacité de médicaments anti-tumoraux.

Xavier Demeersman, Journaliste

Sourcehttp://www.futura-sciences.com/planete/actualites/grenouille-decouverte-grenouille-si-translucide-quon-peut-voir-organes-13626/

Letter-E3-1024x1024

 

 

oOo

 

 

Posté par evynou35 à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,