vendredi 16 septembre 2016

Chine : un couple d'ainés vit très heureux dans une grotte depuis 54 ans !

Chine : un couple d'ainés vit très heureux dans une grotte depuis 54 ans !

La Chine a le don de nous fournir régulièrement des infos étonnantes et décalées sur des personnes âgées. Dernière en date ? Celle d’un couple de personnes âgées qui vit depuis 54 ans dans une grotte près de la ville de Nanchong dans la région du Sichuan. Et ils sont très heureux ainsi !
Une vie : cela fait en effet 54 ans que Li Suying (77 ans) et son mari Liang Zifu (81 ans) vivent ensemble dans une maison pour le moins étonnante. En effet, comme l’indique le site Internet NetEase.com, ces deux personnes âgées habitent dans une grotte qui se trouve près de la ville de Nanchong dans la région du Sichuan (par ailleurs réputée pour ses plats épicés). Une métropole de deux millions d’habitants tout de même. 
  
Naturellement, à l’origine, cette grotte n’était pas l’endroit dont ils avaient rêvé pour leur petite vie de couple… Mais trop pauvres pour s’offrir autre chose, ils n’ont pas eu le choix que d’emménager dans ce lieu de vie pour le moins insolite. A flanc de montagne, sans eau courante, avec sol en terre, cette maison troglodytique fraiche en été et chaude en hiver offre tous le confort, mais dans des conditions spartiates tout de même ! C’est pourtant là qu’ils ont élevé leurs quatre enfants, fait rarissime pour cette génération qui fut tenu de respecter la politique de l’enfant unique imposée pendant des décennies par le gouvernement chinois.      
  
Depuis quelques temps, les autorités locales ont proposé à ce couple de personnes âgées de déménager dans un endroit plus confortable. Mais ils ne veulent rien entendre. Cette grotte et ses quelques pièces, c’est chez eux. Et ils ne veulent pas en partir ! Ils sont ensemble, et c’est tout ce dont ils ont besoin. Ils ne veulent rien d’autre. 

Posté par evynou35 à 12:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


mercredi 14 septembre 2016

Des astéroïdes ont encore frôlé la Terre

Deux astéroïdes ont frôlé la Terre ces deux dernières semaines
sans qu’aucun spécialiste n’ait pu l’anticiper.
Faut-il s’inquiéter de ce genre d’événements dans le futur ?

Allô, Houston, avons-nous un problème ? En l’espace de seulement deux semaines, plusieurs astronomes ont décelé la présence de deux astéroïdes se promenant un peu trop près de notre chère et tendre planète Terre.

L’histoire commence le 29 août dernier, lorsque l’astéroïde QA2 de 30 mètres de diamètre croise le chemin de la planète bleue, à moins d’un quart de la distance de la Lune, soit l’équivalent de 80 000 kilomètres environ. Selon les spécialistes de l’espace, pas question de tirer la sonnette d’alarme. « L’éventualité d’une collision est tellement infime qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter », expliquait déjà Paul Chodas, spécialiste du Cneos (le centre de la Nasa dédié à l’étude des objets géocroiseurs), en mars dernier, lorsqu’un astéroïde de même nature avait frôlé la Terre.

Un astéroïde est une planète mineure composée de roches, de métaux et de glace, dont les dimensions varient de l’ordre du mètre à plusieurs centaines de kilomètres. (Photo : Lucas/Flickr)

Quinze jours après le passage de l’astéroïde QA2 le 29 août, la crainte s’installe de nouveau. Vendredi dernier, un nouvel astéroïde se rapproche de notre planète. Cette fois-ci plus petit (entre 7 et 15 mètres de diamètre), RB1 aurait gravité à seulement 40 000 kilomètres de la Terre. Un si petit écart n’avait pas été observé depuis 50 ans.

Le plus inquiétant n’est pas là. Le passage de ces deux grosses boules rocheuses, constituées de métaux et de glace, n’a pu être détecté que la veille. Un laps de temps très court pour anticiper et se mettre, au cas où, à l’abri. Car oui, le choc entre un astéroïde et la Terre peut être très violent. Les habitants de la région de Tcheliabinsk, en Russie, en ont fait l’expérience. En février 2013, ils avaient été secoués par un météore de taille équivalente. Près de 1 200 blessés avaient été recensés.

Trop petit pour être dangereux

Patrick Michel, responsable des théories et observations en planétologie à l’Observatoire de la Côte d’Azur, se veut beaucoup plus rassurant. « Des astéroïdes de cette taille ne seront pas synonymes de catastrophe s’ils entrent en collision avec la Terre. »En effet, une météorite est considérée comme très dangereuse lorsqu’elle mesure 140 mètres de diamètre.

« Ce genre d’événement est un coup de chance plus qu’autre chose,préfère-t-il dire. Nous sommes incapables de percevoir l’ensemble des corps qui passent près de la Terre, surtout lorsque ceux-ci sont très petits. Là, les conditions ont fait que l’on a pu distinguer deux astéroïdes en très peu de temps ».

La plupart de ces astéroïdes ne constitue pas une menace directe. La Nasa a tout de même mis en place un observatoire dans les années 1990. (Photo : P.Carill/ESA)

Il serait donc normal de ne pas avoir pu prévoir l’arrivée de ces gros cailloux. Jean-Yves Prado, chercheur en astéroïdes, désormais à la retraite, le confirme : « Ces deux astéroïdes ne pouvaient être visibles qu’à quelques kilomètres de la Terre, car de loin, on ne les voit pas à cause de la lumière du Soleil. »

Les plus gros astéroïdes sont déjà connus à 90 %

Mais pour les plus gros alors, ceux dont le diamètre est supérieur à 140 mètres, pas de problème, on les voit de loin ? Oui à « 90 % ». La majorité des plus gros astéroïdes est déjà connue des spécialistes. Pourtant, « la Terre est sujette à entrer en contact avec ce genre d’astéroïdes seulement tous les 10 000 ans », explique Patrick Michel avec réalisme.

Persuadé que cela se produira un jour ou l’autre, le spécialiste des astres célestes travaille dès maintenant pour contourner le problème. « Nous travaillons sur des procédés qui permettraient, à l’avenir, de dévier les astéroïdes de leur trajectoire dans l’espace. »Une très bonne idée, histoire qu’on ne termine pas tous comme les dinosaures.

Par BAPTISTE DENIS

Source :  http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/829/reader/reader.html?t=1473696847605

Posté par evynou35 à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 13 septembre 2016

À La Réunion, le Piton de la Fournaise est entré en éruption

 Image satellite de l'île de la Réunion. Le Piton de la Fournaise apparaît à droite.

Image satellite de l'île de la Réunion. Le Piton de la Fournaise apparaît à droite. 

http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/volcanologie-reunion-piton-fournaise-eruption-10631/

Le Piton de la Fournaise, sur l'île de La Réunion, vient à nouveau d'entrer en éruption. Ce n'est pas surprenant car c'est l'un des plus actifs de la Planète. Son volcanisme est de type effusif et il ne peut donc pas émettre de nuées ardentes. Ce n'est pas un volcan tueur. De nombreuses vidéos sur YouTube montrent la beauté de ses nombreuses éruptions.

Le Piton de la Fournaise est entré en éruption hier matin. C'est la deuxième fois cette année qu'un tel évènement se produit. La première avait commencé le jeudi 26 mai et elle n'avait duré que quelques heures.

Cela n'a rien de surprenant car ce volcan est l'un des plus actifs du monde : on peut s'en convaincre facilement en consultant sur YouTube les vidéos de ses nombreuses éruptions. Dans la terminologie qu'aimaient utiliser Maurice et Katia Krafft, il s'agit d'un « volcan rouge », comme le Stromboli, qui se contente d'émettre des coulées de lave que les Hommes peuvent facilement éviter à défaut de les arrêter, et pas d'un « volcan gris », comme le Vésuve, qui peut exploser en donnant des nuées ardentes.

 Un reportage d'Euronews sur l'éruption du 11 septembre 2016 sur l'île de La Réunion. © Euronews

 

Ni Maurice et Katia Krafft, ni Haroun Tazieff ne sont malheureusement parmi nous pour filmer et commenter l'éruption mais une équipe de volcanologues est tout de même là pour surveiller et rendre compte en permanence de l'activité du Piton de la Fournaise. L'AFP a ainsi mis en ligne une vidéo avec les commentaires de la directrice de l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF), la volcanologue Aline Peltier.

On peut se faire une idée de la beauté du spectacle en visionnant sur YouTube les vidéos mises en ligne par Ludovic Leduc :

Article initial paru le 15/10/2010

Il avait prévenu. Depuis plusieurs semaines, la terre tremblait autour du volcan de l'île de La Réunionet l'observatoire volcanologique qui ausculte en permanence le Piton de la Fournaise (l'OVPF) avait enregistré une activité sismique en hausse. Le 24 septembre dernier, la préfecture a interdit durant une journée l'accès à l'enclos Fouqué, une vaste caldeira ouverte vers la côte est et où se trouvent les cratères sommitaux Bory et Dolomieu. Le 11 octobre, 150 visiteurs évacuaient rapidement le cratère Dolomieu après une série d'éboulements. L'OVPF enregistrait 82 séismes ce jour-là et la préfecture déclenchait l'alerte 1, interdisant l'accès à l'enclos Fouqué ainsi que le posé d'hélicoptères.

Jeudi 14 octobre, en début d'après-midi, l'OVPF notait une brutale augmentation des secousses sismiques et considérait alors l'éruption comme imminente. Elle a eu lieu le soir même, à 19 h 10 en heure locale (17 h 10 en métropole).

Le Piton de la Fournaise, le 2 janvier 2010, commençait une éruption d'une dizaine de jours. © Catherine Delattre, Futura-Sciences

Un volcan très actif

L'éruption s'est produite dans l'enclos Fouqué, au sud des cratères Bory et Dolomieu, vers 2.000 mètres d'altitude, près du cratère Château-Fort. « Cette éruption est associée à la remontée d'undyke (conduit d'alimentation) sous le cratère sommital Dolomieu, suivi par sa migration latérale en direction sud-est » explique l'OVPF. Sur le plan sismique, l'observatoire indique ce vendredi 15 octobre que « le trémor (vibration liée à l'écoulement du magma) est stable et continu ». La préfecture a déclenché l'alerte « 2-2 ».

Volcan de type hawaïen, le Piton de la Fournaise est actif et en pleine forme. Sa dernière éruption date du 2 janvier 2010 et avait duré une dizaine de jours. Une autre avait eu lieu en avril 2007 et un millier de séismes avaient été enregistrés en une journée, juste avant l'éruption.

Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences

Source http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/volcanologie-reunion-piton-fournaise-eruption-maj-25596/ 

Posté par evynou35 à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 12 septembre 2016

Les arbres patriarches, les vieux de nos forêts bretonnes

Le châtaignier de Pont Labbé, l'un des patriarches de notre région © Guy Bernard

© Guy Bernard Le châtaignier de Pont Labbé, l'un des patriarches de notre région

Près de 400 arbres sont considérés comme "remarquables" en Bretagne. Que signifie exactement cette appellation ? Parmi eux, il y a cinq patriarches, "les vieilles branches". Mickaël Jezegou chargé de l'aménagement forestier au Conseil départemental du 22 nous livre leurs secrets.

  • Ils se dressent majestueux, en Bretagne, ce sont les arbres remarquables. Mais que met-on derrière cette appellation ? Ces arbres se distinguent en fait des autres, par leur taille, leur forme. Ils représentent aussi des arbres consacrés par une histoire et peuvent devenir des éléments du patrimoine. Il peut s’agir d’un arbre isolé, d’un alignement, d’une allée ou d’un arbuste.

Les vieilles branches

En Bretagne, cinq d'entre eux font figure de vétérans : le châtaignier de Pont L’Abbé, l’if de Saint-Maudez, l’if de Pommerit-le-Vicomte, le chêne de Tronjoly à Bulat-Pestivien, le chêne à Guillotin en forêt de Paimpont. L'un d'eux est même "protégé", le châtaignier. Mickaël Jezegou auteur de "Arbres remarquables en Bretagne" s'occupe aussi de l'aménagement forestier au Conseil départemental des Côtes d'Armor. Il nous dévoile les dessous de l'écorce...
Bretagne Matin : les arbres remarquables, les patriarches

Avec Mickaël Jézégou

Valérie Chopin
 

Posté par evynou35 à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 7 septembre 2016

Amis pour toujours !!!

amour_en_bleu

 

Source : https://www.youtube-nocookie.com/embed/vnVuqfXohxc?rel=0&%3bshowinfo=0

 

Posté par evynou35 à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


mardi 6 septembre 2016

Un barrage pharaonique sur le Nil Bleu

En Éthiopie, la construction du plus grand barrage hydroélectrique d’Afrique devrait s’achever dans moins d’un an. Pour le peuple éthiopien qui surnomme l’édifice « le barrage de la renaissance », il est une promesse de développement. Les pays situés en aval, le Soudan et l’Égypte, y voyaient d’abord une menace, avant de se résigner.

Un projet titanesque…

Les dimensions de ce barrage situé dans le nord-ouest de l’Éthiopie, à une trentaine de kilomètres du Soudan, sur le Nil Bleu, un affluent du Nil, donnent le vertige : 1 800 mètres de long, 145 mètres de haut, un réservoir de 74 milliards de mètres cubes d’eau qui devrait mettre entre cinq et sept ans à se remplir…

En amont, une vaste plaine cernée de collines contiendra les eaux. Un lac devrait se former sur 246 km de long. Pour construire ce mastodonte, pas moins de 10 millions de mètres cubes de béton vont être nécessaires. Depuis 2011, jour et nuit, 9 000 ouvriers s’activent sur le chantier qui devrait prendre fin en 2017.

Financé en majorité par le gouvernement et peuple éthiopiens, le coût de cet immense barrage est estimé à 4,7 milliards de dollars. Un seul investisseur étranger, la Chine, a fourni 1,8 milliard de dollars pour garantir l’achat des turbines et des systèmes électriques. Aucun autre ne s’est engagé sur le projet, en partie parce que le pays a refusé de réaliser des études d’impact sur l’environnement et surtout à cause de nombreuses contestations.

…et controversé

Le gigantesque barrage a d’abord effrayé ses voisins. Les crises diplomatiques à répétition en ont ralenti la construction. L’Égypte, située en aval du Nil, son fleuve nourricier, craignait de se voir privée de 12 à 25 % de l’eau nécessaire à son agriculture et à ses industries.

Mahmoud Abou Zeid, le ministre des ressources en eau et de l’irrigation d’Égypte jusqu’en 2009, comparait le barrage à un robinet, dont seule l’Éthiopie aurait le contrôle. « Cela leur donne un dangereux pouvoir. » L’Égypte a été jusqu’à mettre en avant son droit à être la seule à utiliser les eaux du Nil… datant de 1929, quand le pays était sous domination britannique !

 

Jour et nuit, 9 000 ouvriers s’activent à la construction de ce mastodonte. (Photo : Reuters)

En mars 2015, quatre ans après le début des travaux, l’impensable se produit : le Soudan, l’Égypte et l’Éthiopie s’accordent sur une déclaration de principe. « L’ouvrage est construit de façon à ne pas pénaliser les pays en aval. Pour eux, le débit du fleuve va se régulariser, ils n’auront plus de périodes de sécheresse, ni d’inondations », rassure Semegnew Bekele, qui supervise la construction du barrage. À un journaliste de Libération venu visiter le chantier en 2014, il confiait prendre chaque soir des photographies de la progression du barrage. « Ce sera le plus grand de toute l’Afrique et il profitera à tout le monde, y compris aux Égyptiens, qui auront de l’électricité à bas prix. Le niveau de vie des Éthiopiens va s’élever de façon spectaculaire, mon pays sera leader ! »

Promesse de prospérité

Le barrage, une fois achevé, devrait avoir une capacité de 6 000 mégawatts, l’équivalent de la puissance de six centrales nucléaires. Fini les coupures de courant intempestives ! Grâce à une myriade d’autres projets hydrauliques, le pays devrait devenir le premier producteur d’électricité de l’Afrique. L’Éthiopie pourra exporter de l’énergie vers ses voisins, le Soudan, Djibouti, mais aussi le Kenya, le Sud-Soudan et le Yémen.

Le barrage devrait être achevé en 2017. (Photo : Reuters)
Son PIB a augmenté de 10 % par an entre 2005 et 2010 et de 7 % depuis, selon le FMI (Fonds monétaire international). La croissance devrait se poursuivre avec des revenus tirés de l’exportation de l’électricité, estimés à 2 millions d’euros par jour, soit 730 millions d’euros par an à partir de 2017. Une manne essentielle pour le pays, dont le déficit commercial s’élève à 9 milliards de dollars, dû à de très nombreuses importations.

Recrudescence du paludisme

L’Afrique subsaharienne s’est fixé comme objectif de rattraper son retard en terme d’infrastructures hydroélectriques. Les projets de barrages, comme en Éthiopie, se multiplient : 2 000 existent déjà, 200 autres sont en cours de construction pour répondre aux besoins énergétiques grandissants des pays. La République Démocratique du Congo a lancé le projet de Grand Inga, sur les rives du fleuve Congo. Il pourrait devenir le plus grand barrage du monde et produire deux fois plus d’électricité que celui des Trois-Gorges, en Chine.

Seulement voilà, une recrudescence de cas de paludisme à proximité de ces installations géantes a été observée. Les larves du moustique porteur de la maladie prolifèrent dans l’eau de ces réservoirs de plus en plus nombreux. La localisation des barrages, la taille des leurs réservoirs ou encore l’introduction de poissons se nourrissant de larves font partie des options existantes pour limiter la prolifération, selon des chercheurs. Ils estiment qu’il est grand temps d’agir.

 

Une recrudescence de cas de paludisme a été observée près de ces barrages gigantesques.
Selon les chercheurs, il est temps d’en tenir compte dans la construction de ces infrastructures.
(Photo : Tiksa Negeri/Reuters)
PAR MARIE MERDRIGNAC

Posté par evynou35 à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Ces fruits rouges savoureux et bons pour la santé

Les fruits rouges: savoureux et bons pour la santé
Les fruits rouges regorgent de nutriments protecteurs. Quelles sont leurs valeurs nutritives? Comment les agrémenter? L'éclairage de notre diététicienne et, fruits par fruits, la description de toutes leurs qualités.
Jusqu'à la fin de l'été, ils égaient marchés et potagers. Leur belle couleur vient des anthocyanes, des pigments qui renforcent la tonicité de nos petits vaisseaux sanguins et allègent les jambes en dynamisant le retour veineux. 

De plus, leur action antioxydante et anti-inflammatoire contribue à la prévention des maladies cardio-vasculaires, des cancers et, probablement, de la maladie d'Alzheimer. De quoi colorer desserts et encas tout en chouchoutant sa forme.

• Bons pour la peau et la ligne

Véritables cocktails vitaminés, ils participent à la souplesse et à l'hydratation de la peau (grâce à la vitamine E, dans le cassis et la myrtille); ils avivent le hâle (grâce au bêta-carotène, un pigment orangé, très présent dans les cerises et le cassis) et ils préviennent les rides (notamment les fraises, riches en vitamine C, antioxydante).

Autre bon point, les fruits rouges aident à garder la ligne... À l'exception des cerises, leur faible apport en glucides (sucres: 8% en moyenne) en fait un parfait encas, peu calorique (de 35 à 50 kcal pour une coupelle de 100 g) et rassasiants par l'abondance de leurs fibres.

À noter: les fruits rouges peuvent irriter les intestins sensibles. Du fait de leurs petits grains, on les évite en cas de diverticule.

À chaque fruit rouge, ses qualités nutritives

 

 
% de l'apport quotidien conseillé
 
Astuces pour en profiter Pleine saison
Fraise
Vitamine C: 75%
Vitamine B9: 27%
 
En soupe avec du jus d'orange pour le tonus Avril à septembre
Cerise
Bêta-carotène: + de 95%.
Vitamine B9: 14%
 
Une poignée en alternance avec deux abricots ou une tranche de mangue pour une bonne mine. Mai à juillet
Cassis
Vitamine C: 230%
Fibres: 32%
 
Un grand verre de pur jus le matin contre le rhume. Juin à août
Framboise
Fibres: 20% Vitamine B9: 15%
 
Accompagnée d'eau gazeuse en apéritif minceur. Juin à septembre
Groseille Vitamine C: 45%
Fibres: 36%
 
Dans un grand bol de fromage blanc contre les fringales. Juillet
Myrtille
Vitamine C: 23%
Vitamine E: 22%
 
Avec deux carottes et une cuillère de germe de blé pour la peau. Juillet à août

Mûre

Vitamine C: 36%
Vitamine B9: 13%
 

 

Une poignée le matin avec des flocons d'avoine pour des jambes légères.

----------------------------------------------

Par 

Posté par evynou35 à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 5 septembre 2016

La fibromyalgie, maladie imaginaire ?

Afficher l'image d'origine

 

(Vous devez cliquer sur le lien en haut à gauche où se trouvent le petit casque 

Ecouter jusqu'au bout malgré les différentes interruptions !!!)

 

La fibromyalgie, qui associe notamment douleurs musculaires et fatigue chronique.

 

Une pathologie qui a eu du mal à être considérée comme une vraie maladie.

 

Des malades longtemps vus comme des hypocondriaques.

 

Pendant longtemps, la fibromyalgie faisait donc passer ceux qui en souffraient pour des malades imaginaires.

 

Mais c’est une maladie désormais reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

 

Nous verrons ce matin ce qu’est-ce que la fibromyalgie ?

 

Quels sont ses symptômes ?

 

Qui est principalement touché par cette pathologie mal connue ?

 

Comment la soigner ?

 

Quelles sont les pistes thérapeutiques non conventionnelles ?

 

Vous pouvez témoigner ou réagir à notre adresse grandbienvousfasse@radiofrance.com

 

Sur Twitter, avec le #grandbienvousfasse.

 

Et bien sûr au standard de France Inter.

 

01 45 24 7000.

 

Avec Patrick Giniès médecin anesthésiste au CHU de Montpellier

 

Cécile Barroux, souffrante de fibromyalgie, membre de l’association fibromyalgies.fr

 

Au téléphone : Georges Forestier, historien, spécialiste en littérature française

éditeur des deux volumes de la Pléiade sur Molière

 

Partenariat Santé Magazine avec Aline Perraudin, directrice de la rédaction .

NB : le texte qui est barré fait partie de l'article de France Inter

mais n'a plus son intérêt à l'heure où je mets cet article et cette émission en ligne. 

Merci de votre compréhension et belle journée à toutes et à tous :)

La fibromyalgie, maladie imaginaire ?

Ce matin on s'intéresse à une maladie longtemps considérée comme imaginaire... La fibromyalgie, qui associe notamment douleurs musculaires et fatigue chronique. Une pathologie qui a eu du mal à être considéré comme une vraie maladie. Des malades longtemps vu comme des hypocondriaques. Pendant longtemps, la fibromyalgie faisait donc passer ceux qui en souffraient pour des malades imaginaires.

https://www.franceinter.fr

par Ali Rebeihi

 

Source https://twitter.com/franceinter/status/772758749026983936

Posté par evynou35 à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 4 septembre 2016

Femmes scientifiques

Afficher l'image d'origine

http://images.google.fr/

 

 

Enseignants et parents: je vous autorise par la présente à imprimer cette affiche et à l'utiliser en classe, à la maison, sur vos t-shirts, où vous voulez (sauf sur des marchandises destinées à la vente).

J'ai fait ce petit dessin pour inspirer les filles qui ont envie d'étudier en sciences.

À l'université, pour toutes sortes de raisons, les filles sont moins présentes que les garçons dans les programmes de sciences pures.

Évidemment, je suis consciente qu'il en existe de nombreuses autres scientifiques importantes, et j'invite les enfants à faire leurs recherches et à créer leur propre affiche s'ils en ont envie.

Sur Internet, j'ai reçu de nombreuses suggestions d'ajouts et quelques critiques qui déplorent le manque de garçons dans ce dessin: vous pouvez vous lancer, à vos crayons!

Cette affiche n'est ni complète ni parfaite.

Je vous invite à suggérer vos scientifiques les plus inspirant(e)s dans les commentaires ci-dessous.

Elise Gravel 

Source http://elisegravel.com/fr/content/affiche-%C3%A0-imprimer-femmes-scientifiques

Posté par evynou35 à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 3 septembre 2016

COP21

Des cheminées d'une centrale au charbon à Jilin, en Chine, le 28 octobre 2015.

Des cheminées d'une centrale au charbon à Jilin, en Chine, le 28 octobre 2015. (DING DONG / IMAGINECHINA / AFP)

La Chine, plus gros émetteur de gaz à effet de serre de la planète, ratifie l'accord de Paris sur le climat. Ce traité historique vise à contenir le réchauffement climatique sous le seuil critique de 2 voire 1,5°C.

La Chine a ratifié l'accord mondial sur le climat conclu le 12 décembre à Paris à l'issue de la COP21, a annoncé, samedi 3 septembre, l'agence étatique Chine nouvelle. Ce traité historique vise à contenir le réchauffement climatique sous le seuil critique de 2 voire 1,5°C. Le géant asiatique, qui tire encore plus de 70% de son électricité du charbon, produit environ 24% des émissions mondiales de CO2.

L'accord de Paris, adopté en décembre, a été formellement signé par 175 pays en avril à New York, mais chaque pays doit ensuite, selon ses propres modalités (vote au Parlement, décret, etc.), ratifier le texte.

Après la Chine, les Etats-Unis doivent suivre

Au moins 55 pays représentant 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement planétaire, doivent ratifier l'accord pour qu'il entre en vigueur comme prévu à compter de 2020. A ce stade, seuls 23 pays sont allés au bout du processus : surtout des petits Etats insulaires, parmi les plus exposés, mais ne représentant qu'une part infime des émissions.

Washington devrait emboîter le pas à Pékin. Le président américain Barack Obama a rejoint samedi Hangzhou, dans l'est de la Chine, pour un sommet du G20 en marge duquel il pourrait annoncer, conjointement avec son homologue Xi Jinping, la ratification de l'accord de Paris.

France Télévisions

Sourcehttp://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/cop21/cop21-la-chine-plus-gros-emetteur-de-gaz-a-effet-de-serre-de-la-planete-ratifie-l-accord-de-paris-sur-le-climat_1807837.html

Posté par evynou35 à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,