lundi 23 juillet 2018

Une orange par jour pour lutter contre la DMLA

iStock / Gettyimages
oOo

La DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) est la cause la plus fréquente de malvoyance après 50 ans. En France, elle touche plus d’un quart des plus de 75 ans. L’affection atteint la macula, cette petite zone qui occupe 2 à 3 % de la rétine. Elle a une fonction capitale puisqu’elle transmet 90 % de l’information visuelle traitée par le cerveau et assure la perception des détails et des couleurs.

Si on ne peut pas la guérir, on pourrait la prévenir par la consommation d’aliments riches en flavonoïdes, comme l’orange. C’est ce que suggère une nouvelle étude*. Des chercheurs australiens ont suivi 2 000 personnes âgées de plus de 50 ans) pendant quinze ans. Ils ont montré que celles qui consommaient une orange par jour réduisaient leur risque de dégénérescence maculaire de plus de 60 % quinze ans après. Et des bénéfices sur la santé visuelle étaient constatés dès une orange par semaine même.

D’autres aliments sont riches en flavonoïdes, ces puissants antioxydants amis de nos yeux : le thé, les pommes ou encore le vin rouge. Mais l’orange matinale, avec son apport en énergie (grâce à la vitamine C qu’elle contient) et à ses fibres (à condition de la consommer entière, sans la presser) reste le must ! Un geste santé à adopter dès 50 ans pour préserver son capital jeunesse…

* publiée dans l’American Journal of clinical Nutrition.

Auteure : Par Diane Mottez


 

Ananas, litchi, mangue… les vertus nutritionnelles des fruits exotiques

iStock / Getty Images

oOo

À l’exception de quelques-uns comme l’ananas, la mangue, le litchi… les fruits exotiques demeurent mal connus. Et lorsqu’ils ornent les étals des primeurs en hiver avec leurs couleurs flamboyantes et leur forme parfois étrange, on les reluque sans forcément oser les glisser dans notre panier. Dommage, car ils ont souvent une saveur inégalée. Sans compter qu’ils nous fournissent généreusement en vitamines, minéraux et antioxydants. Et si on cédait enfin aux fruits de la tentation ?

 

L’ananas, facilitateur du transit

Christophe Colomb découvre en 1493 en Guadeloupe celui que les Amérindiens appellent « nana nana » (parfum des parfums). Il pousse au sol, au centre d’une plante tropicale de la famille des broméliacées, et séduit tous les palais avec son goût doux et sucré.

Pourquoi y goûter ? Son intérêt réside dans ses fibres insolubles (1,5 g/100 g) qui facilitent le transit et luttent contre la constipation occasionnelle, au même titre que le pomelo (autre fruit de l’hiver). Il contient en outre une enzyme, la broméline, qui facilite la digestion des protéines et freine les inflammations en cas de douleurs articulaires.
Comment le consommer ? Frais, coupé en dés pour profiter de ses fibres et réguler le transit dès le matin.

Le fruit de la passion, super-protecteur

Introduite en Europe vers 1630, la grenadille pourpre, autrement nommée maracuja ou fruit de la passion, cache sous sa peau épaisse une pulpe acidulée très aromatique.
Pourquoi y goûter ? À titre préventif, on recommande aux personnes à risque de cancer de la prostate ou de troubles cardiovasculaires ce super-fruit antioxydant, riche en anthocyanines et lycopène. Ces substances freineraient le développement des cellules cancéreuses et préviendraient l’athérosclérose (dégénérescence des artères), cause dominante de la majorité des affections cardiovasculaire (phlébite, embolie pulmonaire…).
Comment le consommer ? Frais. Choisissez-le avec une coque fripée et bosselée (signe de maturité), prélevez chair et graines à la petite cuillère pour faire le plein d’antioxydants tout au long de la journée.

La grenade, pépite anti-âge

Fruit du paradis (Adam et Ève l’auraient croquée plutôt que la pomme), elle sert depuis des millénaires, notamment en Asie centrale et occidentale, au Proche-Orient et au Moyen-Orient, à lutter contre les troubles gastro-intestinaux et parasitaires.
Pourquoi y goûter ? Ses puissants antioxydants (des polyphénols) luttent contre le vieillissement cellulaire et l’inflammation, et leur effet est renforcé par sa teneur en vitamine C (20 mg/100 g de graines).
Comment la consommer ? En jus au petit déj’ ou au goûter car, d’ordinaire, on mange trop peu de ses graines riches et de sa membrane blanche qui concentrent pourtant beaucoup d’antioxydants. La bonne dose : 25 cl de pur jus (équivalent de 2 à 3 grenades) pour absorber environ 500 mg de polyphénols.

Le kumquat, ultra-vitaminé

L’orange d’or (kum-quat en cantonnais) est le plus petit agrume au monde. Il nous arrive en général d’Israël et des États-Unis, sa production française (Corse, Provence) restant marginale.
Pourquoi y goûter ? Tout petit, il n’en demeure pas moins riche en antioxydants – vitamine C et carotènes – qui, en nous protégeant des radicaux libres, ralentissent la dégradation de nos cellules.
Comment le consommer ? Entier, croqué tel quel avec la peau : en effet, même si elle rend sa saveur un peu amère, elle contient autant de nutriments que sa chair acidulée.

Le litchi, ami des femmes

Cultivé en Chine depuis deux millénaires, il était considéré comme un mets raffiné que l’on offrait aux empereurs. Traditionnellement associé aux fêtes de fin d’année – période qui correspond à sa pleine saison à La Réunion ou à Madagascar –, il séduit les gourmets avec son goût mêlant ceux de la rose et du raisin muscat.
Pourquoi y goûter ? Il contient du sélénium, un oligoélément au fort pouvoir antioxydant, qui soutient le fonctionnement du système immunitaire et de la glande thyroïde. Quant à sa vitamine B9, elle stimule la production de collagène, responsable en particulier de l’élasticité de la peau. De plus, c’est un fruit moyennement énergétique (70 kcal/100 g), donc compatible avec un régime peu sucré.
Comment le consommer ? Frais et dès le matin pour profiter de sa richesse en vitamine C (70 mg/100 g).

La mangue, protectrice des yeux

Deuxième fruit le plus consommé dans le monde après la banane, elle se décline en une multitude de variétés (plus d’un millier rien qu’en Inde). Son poids peut d’ailleurs varier du simple au double, tout comme sa taille, mais à maturité (quand le fruit est très souple, voire un peu blet), elle révèle toujours une pulpe fondante et sucrée à la saveur exquise.
Pourquoi y goûter ? Une demi-mangue, soit environ 120 g de chair, renferme les deux tiers de l’apport quotidien recommandé en vitamine C et la totalité de celui recommandé en provitamine A qui, en plus de stimuler les fonctions du système immunitaire, renforce la qualité de la vision et aiderait à prévenir la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).
Comment la consommer ? Fraîche, à n’importe quel moment de la journée. Sa chair se prête aussi agréablement aux recettes de smoothies mais, une fois mixées, ses fibres anti-constipation perdent de leur efficacité.

Le mangoustan, mine d’antioxydants

Originaire d’Indonésie, cette drôle de baie arrondie pesant entre 50 et 150 g s’entoure d’une épaisse écorce amère virant du brun au violet à maturité. À l’intérieur se niche une chair blanche nacrée désaltérante, aux arômes de pêche, d’ananas et de fraise.
Pourquoi y goûter ? Il est l’un des fruits les plus riches en antioxydants naturels : il contient plus de 40 xanthones (antioxydants puissants) différentes qui limitent les effets néfastes des radicaux libres sur la dégénérescence de nos cellules. Ces composés permettraient en outre de stimuler le fonctionnement des systèmes digestif, cardiovasculaire et respiratoire.
Comment le consommer ? Les études scientifiques montrent toutes que la meilleure efficacité du fruit est obtenue quand il est bu en jus (magasins bio). Du fait de sa forte concentration en antioxydants, 30 ml/jour suffisent en cure d’un mois.

La papaye, ultra-légère

Il existe dans le monde une cinquantaine de variétés de papayes mais la plupart ne se mangent pas. Celles que l’on trouve chez nos primeurs proviennent du Mexique. Elles renferment une chair douceâtre, gorgée d’un jus très désaltérant.
Pourquoi y goûter ? Peu sucrée et peu énergétique avec ses 45 kcal/100 g, elle renferme 87 % d’eau : une vraie alliée en période de régime ! Mais elle compte aussi plus de vitamine C anti-infectieuse et antifatigue que les agrumes, et de nombreux minéraux et oligoéléments reminéralisants : calcium, fer, phosphore, potassium…
Comment la consommer ? Comme elle a un parfum discret, mieux vaut la mixer dans un smoothie avec d’autres fruits.

Merci à Nicolas Oger, ingénieur agroalimentaire, spécialiste des extraits végétaux et auteur de « 20 super fruits pour votre bien-être »,  aux éditions Presses du Châtelet.

Auteure : Nadège Cartier

Paru dans : Check-up

Source : https://www.serengo.net/check-up/une-orange-par-jour-pour-lutter-contre-la-dmla/

Evy - signature animée Titi

oOo

 

ATTENTION - J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 

Posté par evynou35 à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


dimanche 22 juillet 2018

Les petits métiers disparus des rues parisiennes et autres...

 

Vieux métiers

Au XIXe siècle, le pavé de Paris regorge de femmes et d’hommes sans le sou, qui déploient des trésors d'inventivité pour survivre et se lancent dans des petits métiers ingénieux – et souvent éreintants. 

Au XIXe siècle, alors que le code du travail n’existe pas et que la misère grandit à Paris et dans la « zone », ils sont nombreux ces Parisiens sans le sou à survivre en exerçant des petits métiers qui sont souvent leur dernière planche de salut. Certains sont éphémères ; d'autres perdureront, évoluant au fil des décennies. Tous ont en commun d'être éreintants et peu rémunérateurs. 

En 1889, Le Petit Parisien se lance dans un savoureux tour d’horizon de ces « petites industries non classées dans le Dictionnaire du Commerce et qui sont, en somme, une conquête de l'intelligence surexcitée par les tiraillements de l'estomac ».  

Auteure du texte : 


Ramoneur 

Image associée 

Rémouleur 

c34mstba

Décrotteur

Résultat de recherche d'images pour "images métier ancien décrotteur"

Porteuse de pain

Image associée
Forts des halles
Image associée
Le raccommodeur de paniers
Les petits métiers du Paris d'antan
Le réveilleur(euse)

Résultat de recherche d'images pour "images réveilleur"
Et bien d'autres ...

Résultat de recherche d'images pour "images métier ancien releveur de mariages"

Sources : 

 

Evy - signature animée Titi

 


ATTENTION - J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 

Posté par evynou35 à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 20 juillet 2018

Whitney Houston - I Will Always Love You

  

Résultat de recherche d'images pour "images whitney houston cheveux courts"

Whitney Houston - I Will Always Love You

oOo

Que j'aimais cette femme :

belle, fragile, une voix en or et une vie de merde

avec un mari décérébré....

Tu manques Whitney,

Personne n'aura une aussi jolie voix que toi.

Essayez de chanter comme elle, et vous comprendrez

pourquoi elle était exceptionnelle et inimitable !

Elle nous a quittés à l'âge de 46 ans,

mettant fin à ses jours par overdose...

 

stock-photo-heart-face-sad-218442937

 

 Source : https://youtu.be/fmjao2S8ddI

oOo

WHITNEY HOUSTON 

I WILL ALWAYS LOVE YOU LYRICS & TRADUCTION

 

 If I should stay 

I would only be in your way 
So I'll go but I know 
I'll think of you every step of the way 

I will always love you 
I will always love you 
You, you, my darling you (Mmm) 

Bittersweet memories 
That is all I'm taking with me 
So goodbye Please don't cry 
We both know I'm not what you 
You need 

I will always love you 
I will always love you 
You, you, my darling you (Mmm) 

I hope life treats you kind

And I hope you have all you dreamed of 

And I wish to you joy and happyness 
But above all this, I wish to you love 

And 
I will always love you 
I will always love you 
You, you, my darling you (Mmm) 
I will always love you 
I will always love you 
You, you, my darling you (Mmm) 
I will always love you 
I will always love you 
You, you, my darling you (Mmm) 

You, darling I love you 
Oh, I'll always, I'll always love you (oo-oo)

Auteurs : Jermaine Dupri, Manuel Lonnie Seal

Editeurs : Emi Music Publishing France


TRADUCTION I WILL ALWAYS LOVE YOU - WHITNEY HOUSTON

Si je devais rester 
Je serais en travers de ton chemin 
Donc je pars mais je sais que 
Je penserai à  toi tout au long du chemin. 

Je t'aimerai toujours 
Je t'aimerai toujours. 
Toi, toi, mon amour, toi (mm) 

Souvenirs doux-amers 
Sont tout ce que j'emmène 
Alors au revoir, s'il te plaît ne pleure pas 
Nous savons tous les deux que je ne suis pas ce dont tu 
Tu as besoin 

Je t'aimerai toujours 
Je t'aimerai toujours. 
Toi, toi, mon amour, toi (mm) 

J'espère que la vie te sera clémente 

Et j'espère que tu auras tout ce dont tu as rêvé 
Et je te souhaite joie et bonheur 
Mais par-dessus tout, je te souhaite l'amour. 

Et 
Je t'aimerai toujours 
Je t'aimerai toujours. 
Toi, toi, mon amour, toi (mm) 
Je t'aimerai toujours 
Je t'aimerai toujours. 
Toi, toi, mon amour, toi (mm) 
Je t'aimerai toujours 
Je t'aimerai toujours. 
Toi, toi, mon amour, toi (mm) 

Toi, mon chéri je t'aime 
Oh, toujours, je t'aimerai toujours.

 


 

Cette chanson est une reprise.
Sa version originale a été créée par Dolly Parton.

Evy - signature animée Titi

 

oOo

 

 

 

Posté par evynou35 à 11:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 18 juillet 2018

Pour en finir avec les pailles en plastique

 

Résultat de recherche d'images pour "images pailles pour boire en plastique"

https://comps.canstockphoto.fr/pailles-boire-plastique-photo-sous-licence_csp23661449.jpg

oOo

L’intérêt économique pour le recyclage des plastiques est extrêmement limité, nous explique Valérie Borde. Ces matériaux sont certes recyclables, mais ils posent d’énormes défis comparés à l’aluminium, au verre ou même au papier.

Mais c’est un geste absolument négligeable qui ne réglera en rien la problématique de la pollution par les plastiques, et permet plutôt de détourner l’attention des vraies questions que voici.

D’où viennent vraiment les déchets plastiques présents dans les océans ?

Les matières plastiques étant très peu biodégradables, toutes celles qui, à un moment où à un autre, se sont retrouvées dans l’environnement, y sont encore.

Dans les pays riches, la plupart des déchets finissent aujourd’hui leur vie dans des sites d’enfouissement contrôlés et, dans une moindre mesure, dans des incinérateurs. Il y a 50 ans, nos déchets finissaient encore dans des dépotoirs, progressivement remplacés par des sites d’enfouissement sanitaires, puis techniques, où on contrôle les émanations et les fuites.

Dans les pays en développement, on n’en est pas là. Les quantités de déchets produits par habitant sont bien moindres que dans les pays riches, mais le traitement des déchets est très déficient. On y retrouve, aussi, une partie des déchets que les pays riches y délocalisent pour s’en débarrasser, parfois sous couvert de recyclage ou de réutilisation. L’urbanisation et la croissance économique sont les deux moteurs de la croissance du volume de déchets dans les pays en développement.

Dans le dernier grand rapport de la Banque mondiale sur les déchets municipaux, qui date de 2012, on apprend ainsi que les plus gros pays producteurs de déchets par habitant en produisent environ 150 fois plus que les plus petits. Une différence énorme ! À eux seuls, les pays de l’OCDE, qui représentent environ 18% de la population mondiale, génèrent 44% des déchets.

La quantité moyenne de déchets par habitant dans le monde va passer de 1,2 à 1,42 kg par personne et par jour entre 2012 et 2025, selon la Banque Mondiale. Comme la population va s’accroitre, le volume de déchets est amené à augmenter de 1,3 à 2,2 milliards de tonnes dans le même temps.

Dans les pays industrialisés, en 2012, 98% des déchets municipaux étaient collectés, contre seulement 41% dans les pays les plus pauvres !

Dans ces pays, cependant, le coût de la collecte des déchets engloutit généralement entre 80 et 90% du budget des villes, contre environ 10% dans les pays riches.

Les chiffres sur ce qu’il advient des déchets collectés sont difficiles à obtenir dans de nombreux pays, note la Banque mondiale. Dans les pays les plus riches, 0,05 millions de tonnes de déchets seraient encore placées dans des dépotoirs peu contrôlés, à ciel ouvert et sans contrôle des rejets.

Les pays les plus pauvres, eux, rejettent près de 10 fois plus de déchets dans ces dépotoirs à ciel ouvert, soit 0,47 millions de tonnes par an. Mais ce n’est rien à côté des 71 millions de tonnes de déchets qu’y jettent chaque année les pays au niveau économique intermédiaire.

Le plastique qui s’accumule aujourd’hui dans les océans vient donc avant tout de ces pays, qui se développent suivant le même modèle que ceux qui les ont précédés : sortir d’abord de la misère, puis gérer les déchets.

À l’échelle de la planète, la priorité pour limiter la pollution par les plastiques consiste à aider les pays en développement à mieux gérer leurs déchets.

Pourquoi gaspille-t-on autant ?

Les pailles en plastique sont des produits à usage unique, que l’on donne aux consommateurs qui les jettent après quelques minutes d’usage. Elles finissent à la poubelle – au mieux –  encore plus rapidement que les sacs d’épiceries qui trouvent parfois un second usage comme sac poubelle ou sac à crottes quand ils n’ont pas été percés, et qui sont parfois, mais pas souvent, recyclés.

Mais nos commerces, nos poubelles et nos bacs de recyclage débordent d’autres produits contenant des matières plastiques ou pas, qui ne sont pas utilisés beaucoup plus longtemps, et qui ne sont guère plus utiles. Les modes éphémères sont sources d’un ahurissant gaspillage. Vous souvenez-vous des bracelets de silicone aux formes bizarres qui ornaient tous les poignets il y a environ 5 ans ? Où sont-ils aujourd’hui ? Parce que les vêtements sont trop tentants, trop démodables, trop usables et qu’on les répare peu, chaque Québécois en jette, en moyenne, 24 kg par an ! Le recyclage, qu’on présente souvent comme la solution, ne pourra jamais compenser le gaspillage.

Pour tous les produits de consommation, qu’ils contiennent ou non du plastique, l’obsolescence est peut-être programmée par les compagnies, mais nous en sommes souvent les complices. Le Canada est un des pays du monde qui produit le plus de déchets non recyclés par habitant – près de 700 kg par an et par personne, soit plus de deux fois plus que ce que les Japonais produisent.

C’est beaucoup trop ! Le recyclage ne résoudra pas tous les problèmes : savez-vous, par exemple, que le lavage de vêtements constitue une source non négligeable de dissémination de résidus de plastiques dans l’environnement, car les fines fibres qui se détachent à chaque lessive ne sont pas bien éliminées par les stations d’épuration ?

Quelle responsabilité pour les producteurs de plastique ?

Pour éviter la dissémination de déchets dangereux dans l’environnement, comme des métaux lourds, les gouvernements ont institué au fil des ans des politiques de responsabilité élargie des producteurs, pour des produits comme la peinture, les ampoules électriques, les batteries de voiture, les pneus et les produits électroniques.

Ces politiques, souvent trop timides, ne règlent pas tout, mais elles aident à se préoccuper de la fin de vie de ces produits. Pour encourager le recyclage et la récupération, on applique aussi des consignes à certains produits, comme les canettes en métal ou les bouteilles de bière.

Pour le reste, on compte sur la bonne volonté de la population, qu’on incite à porter certains déchets dans des écocentres, à composter les matières organiques et à participer à la collecte sélective des matières recyclables, qui est en partie financée par les entreprises productrices d’emballages et d’imprimés.

Mais est-ce vraiment un bon modèle pour la gestion des plastiques ? Certes, ces matériaux sont recyclables, mais ils posent d’énormes défis comparés à l’aluminium, au verre (qu’on récupèrerait bien mieux s’il n’était pas mêlé avec les autres matières recyclables) ou même au papier.

Les plastiques sont mélangés et pas faciles à trier autrement qu’à la main (alors que l’aluminium, par exemple, peut être récupéré automatiquement par des séparateurs à courant de Foucault). Leur point de fusion est bas comparé à ceux de l’aluminium et du verre, ce qui fait que les impuretés sont mal éliminées par le recyclage.

Globalement, l’intérêt économique pour le recyclage des plastiques est extrêmement limité, car ils sont aussi peu chers à produire.

Peut-on vraiment espérer s’en sortir sans élargir la responsabilité des producteurs, pour faire en sorte que le coût du plastique soit en meilleure adéquation avec son véritable coût environnemental ? Et s’ils veulent nous refiler la facture, qui sait, peut-être que cela nous incitera à consommer un peu moins !

Auteure : Valérie Borde

Source : https://lactualite.com/sante-et-science/2018/07/16/pour-en-finir-avec-les-pailles-en-plastique/

Evy - signature animée Titi

oOo

ATTENTION - J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 

mardi 17 juillet 2018

Bordeaux (Gironde) - Cancale (Ille et Vilaine)

120769535

Moi, Evy votre blogueuse

oOo

Des photos anciennes de Bordeaux et de Cancale

(Gironde et Ille et Vilaine, départements de mes vies).

oOo

542_001

Cancale

209_001

Bordeaux

610_001

Cancale

719_001

Bordeaux

 

150_001

Cancale

001_001

Bordeaux

227_001

Cancale

200_001

Bordeaux

 

275_001

Cancale

092_001

Bordeaux

oOo

Source : http://cartes-postales.delcampe.fr/page/category/cat%2c713%2cvar%2cFrance-Europe-Cartes-Postales%2clanguage%2cF.html

Evy - signature animée Titi

oOo

- ATTENTION -

J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 

Posté par evynou35 à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


samedi 14 juillet 2018

 

 neves-Hohneck-et-Falimont-07--1280x768-

http://idata.over-blog.com/1/46/27/34/Divers-3/neves-Hohneck-et-Falimont-07--1280x768-.jpg

oOo

Le névé est la phase intermédiaire entre la neige et la glace. Quand la neige s'accumule à un endroit, les flocons se tassent et finissent par se souder entre eux en formant des grains de plus en plus gros.

En parallèle, l'eau issue de la fonte durant la journée s'infiltre à l'intérieur des interstices et gèle la nuit, ce qui durcit encore la neige. Le manteau neigeux est alors transformé en névé.

Au final, lorsque la neige durcit encore et qu'il ne reste pratiquement plus d'air entre les cristaux, on aboutit à la glace.

Au-dessus de 2.600 à 2.800 mètres, les névés peuvent persister toute l'année. En été, ils vont avoir tendance à fondre mais peuvent résister pendant plusieurs mois même à basse altitude dans certaines conditions : zones en creux propices à l'accumulation de neige, faible exposition au soleil (faces nord) et au vent.

Leur nombre dépend aussi de la quantité de neige tombée durant l'hiver.

Randonnée en montagne : attention aux névés

Les névés sont une des causes d'accidents les plus fréquentes en montagne l'été. Lorsque les randonneurs souvent peu équipés doivent traverser une zone neigeuse, ils peuvent facilement glisser en contrebas sur des rochers.

Pour considérer le danger, il faut prendre trois critères en compte.

  • L'inclinaison de la pente : à partir de 30°, le risque de glissade est majeur.
  • La dureté du névé : plus il est dur et plus vous aurez tendance à déraper avec des simples chaussures de randonnée.
  • L'observation de l'environnement en dessous  : qu'est-ce qui va stopper une éventuelle chute (barre rocheuse, pente douce en terrain herbeux) ?

Auteure : Céline Deluzarche, journaliste

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/neige-neve-12485/

Evy - signature animée Titi

oOo

ATTENTION - J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 

Posté par evynou35 à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 12 juillet 2018

Maxime Le Forestier - Mon frère

 Image associée

http://static1.purepeople.com/articles/3/89/33/@/35222-maxime-leforestier-637x0-1.jpg

oOo 

"Mon frère", Maxime Le Forestier

  Source : https://youtu.be/JfB61wEcMEY

 

Evy - signature animée Titi

 

oOo

 

Posté par evynou35 à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 10 juillet 2018

Quels sont les risques en cas de canicule ?

médicament chaleur canicule

oOo

Les vagues de chaleur et les climats très chauds nécessitent une adaptation de l’organisme. Lorsque les capacités de régulation de la température sont dépassées, la déshydratation et le coup de chaleur peuvent survenir, mettant en danger la vie de la personne. La prise de médicaments en cas de forte chaleur n’est pas sans risque : certains médicaments peuvent augmenter les effets de la chaleur et leur usage peut nécessiter une modification de la posologie par le médecin traitant.

Lors d’une vague de chaleur ou sous un climat tropical extrême, une température ambiante élevée peut favoriser l’apparition de deux complications : la déshydratation et le coup de chaleur.

La déshydratation se manifeste lorsque les pertes en eau du corps sont plus importantes que les apports par les boissons et les aliments. Elle apparaît en quelques jours et se traduit par une sensation de bouche sèche, une diminution du volume des urines qui prennent une couleur foncée, une fatigue et des maux de tête. Si elle n’est pas soignée, elle se traduit par de la fièvre et, parfois, des troubles du comportement ou une perte de conscience. Dans les cas sévères, la déshydratation peut entraîner le décès.

Le coup de chaleur apparaît en moins de six heures. Il se traduit par une sensation de chaleur intense, une rougeur de la peau, des troubles du comportement pouvant aller de l’hébétude à l’agressivité, une démarche titubante, de la fatigue et une soif intenses, des crampes musculaires, des nausées ou des vomissements. S’il n’est pas pris en charge, il peut provoquer un coma mortel en moins de 24 heures.

Le risque de connaître une de ces complications varie selon plusieurs paramètres. Il est augmenté chez les nourrissons et les enfants, les personnes âgées et les personnes qui souffrent de certaines maladies chroniques (troubles cardiaques, insuffisance rénale, maladie entraînant un confinement au lit, etc.).

Source :

https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/prendre-traitement/medicaments-vague-chaleur.html?cid=eml_000081

Evy - signature animée Titi

oOo

ATTENTION - J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 

Posté par evynou35 à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 8 juillet 2018

LES FRANÇAIS ET LE(S) FÉMINISME(S) : OÙ EN EST-ON EN 2016 ?

Résultat de recherche d'images pour "images conférence"

https://www.eterritoire.fr/img/fThumbs/evt/65/65045.jpg

oOo

Conférence (2016)

Dans le cadre de son événement, miXitY, le 4 novembre 2016, TEDx ChampsÉlyséesWomen a présenté dans les locaux d’AXA, partenaire de la conférence, une étude réalisée avec OpinionWay sur les Français et le féminisme. Un thème en résonance avec le programme HeForShe lancé par les Nations Unies. Alors, où en est-on en 2016 du féminisme en France ?

Mais, au juste, qu’est-ce que le féminisme ? Car oui, le terme aujourd’hui fait peur et semble ainsi assez galvaudé. C’est pourquoi il semble nécessaire pour débuter de rappeler la définition du féminisme et savoir exactement de quoi l’on parle.

En 1932, l’Académie Française écrivait à propos du féminisme qu’il s’agissait d’une « doctrine qui a pour objet l’extension des droits civils et politiques à la femme ».

En 1986, les femmes ayant alors acquis un certain nombre de droits depuis 50 ans, l’institution revoyait sa définition comme suit : « Mouvement revendicatif ayant pour objet la reconnaissance ou l’extension des droits de la femme dans la société. »

Aujourd’hui, la définition officielle a peu changé. Selon le Larousse, le féminisme représente un « mouvement militant pour l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société. »

Mais est-ce pour autant que le féminisme – ou les féminismes – est perçu comme tel par la population ?

Selon l’étude, la population française est en effet très partagée. 51 % des répondants ne se sentent pas féministes alors que 47 % ont répondu positivement. En revanche, fait notable, seulement 50 % des femmes se sentent féministes.

On observe aussi un vrai clivage en termes d’âge : les plus de 65 ans se sentent majoritairement féministes, contrairement aux 18-24.

Vous sentez-vous féministe ?

QUELLE APPROCHE DE LA MIXITÉ POUR LES GÉNÉRATIONS FUTURES ?

Premier constat, parmi les causes qui tiennent le plus à cœur, l’égalité femmes-hommes n’arrive qu’en 6eme position ex-aequo avec les droits de l’homme (22 % des résultats), loin derrière :

  • la santé (45 %),
  • la paix dans le monde (42 %),
  • l’éducation (36 %),
  • l’environnement – le climat (34 %,
  • et la lutte contre la pauvreté (29 %).

La cause devance néanmoins l’égalité des chances et l’accès à la culture !

Globalement, depuis 20 ans, diriez-vous que les droits des femmes ont…

  • Progressé en France : oui à 52 %
  • Ni progressé, ni régressé : 37 %
  • Ont régressé : 11 %

À noter : ce sont surtout les hommes qui considèrent que les droits des femmes ont progressé alors que les femmes constatent plutôt une stagnation.

LES JEUNES MOINS SENSIBLES À LA QUESTION FÉMINISTE ?

Néanmoins, une autre lecture s’impose. En effet, chez les 18-24 %, l’égalité entre les genres n’est citée qu’à 16 %. Même constat lorsqu’il s’agit de la répartition des tâches ménagères : si seulement 12 % des répondants les attribuent aux femmes exclusivement contre 87 % qui affirment qu’il s’agit de tâches mixtes, un quart des 18-24 ans déclare qu’elles sont dévolues aux femmes uniquement.

Selon vous, chacune des activités suivantes est-elle plutôt le rôle des hommes, plutôt le rôle des femmes ou autant le rôle des hommes que des femmes ?

La jeune génération serait-elle insensible à la question ? C’est plus complexe qu’il n’y paraît. En effet, les clichés ont la vie dure : tâches ménagères, prise en charge de la famille… Les femmes assument aujourd’hui encore 75 à 80 % des tâches liées à la vie de famille et à la maison. Or, on a forcément tendance à reproduire les modèles auxquels s’identifier.

Il n’est donc pas si étonnant ni alarmant d’observer que la jeune génération pense de cette façon. Reste à espérer qu’elle ne reproduise pas forcément le même schéma !

PAS UN MAIS DES FÉMINISMES

Alors, comment expliquer cependant ces différences de position selon l’âge ? Les jeunes ne semblent pas moins ouverts que leurs aînés, au contraire. En témoignent les nombreux étudiant-e-s et jeunes diplômé-e-s que j’ai eus la chance d’interviewer sur ce blog.

J’avais été agréablement surprise par leur maturité justement sur le sujet de la mixité qui leur semble tout à fait naturelle. Les jeunes hommes se montrant même très favorables à la question regrettant parfois de ne pas voir plus de filles prendre la présidence d’associations d’étudiants ou sur les bancs de leur école (dans le cas d’écoles d’ingénieurs par exemple).

Flavien Hello, jeune développeur en informatique, diplômé d’Epitech, regrettait ainsi « de perdre la moitié de l’humanité » face au petit nombre de filles dans son école. Un manque de mixité qu’il interprète aussi comme un frein pour les hommes car « on fait le choix de se couper du monde féminin dans le cadre des études ».

Il ne s’agit donc pas uniquement d’une question d’éducation sur le sujet mais d’un problème de perception. En effet, pour une majorité, il existe différents types de féminisme mais 70 % des Français – et même 74 % des plus jeunes – n’approuvent pas les mouvements féministes actuels.

Toutefois, 56 % des Français estiment que ces mouvements dont évoluer l’égalité hommes – femmes. Dont une majorité d’hommes.

DES JEUNES ENGAGÉS MAIS RÉTICENTS

Cette jeune génération a envie de s’engager mais elle ne trouve pas dans les mouvements actuels les moyens de le faire ! Les mouvements féministes souffrent en réalité d’un véritable problème d’image. Associés à tort à certains mouvements extrémistes fortement médiatisés, les jeunes se sentent alors éloignés du traitement médiatique qui en sont faits et rechignent à s’engager.

Donnons-leur alors les moyens de les amener à se sentir eux aussi des acteurs du changement. Comment ? Grâce à un féminisme plus inclusif et plus ouvert pour que le plus grand nombre puisse s’y reconnaître, les hommes notamment qui semblent particulièrement enclins à s’engager.

 

Auteure : Par Violaine Cherrier

Source : http://www.mondedesgrandesecoles.fr/francais-feminismes-on-2016/

Evy - signature animée Titi

oOo

ATTENTION - J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 

Posté par evynou35 à 16:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 6 juillet 2018

Forte chaleur : les astuces rafraîchissantes

 

123-warm-moe-zon-170-7.jpg

https://image.gezondheid.be/123-warm-moe-zon-170-7.jpg

oOo

Il y a l'éventail, bien sûr, ou en plus sophistiqué, le sur-matelas avec un circuit d'eau intégré pour passer de meilleures nuits.

Au-delà de cela, voici une série d'astuces simples et pratiques qui devraient vous aider à mieux supporter les fortes chaleurs.

• Boire régulièrement de l'eau tempérée par petites gorgées.

• En fonction du modèle, disposez à l'avant ou l'arrière du ventilateur une ou deux bouteilles d'eau sortant du congélateur : l'air brassé sera plus frais.

• Aspergez-vous le visage avec un brumisateur d'eau et appliquez des linges humides sur les bras et les jambes.

Autre possibilité : remplissez un sac plastique avec des glaçons, mettez-le dans une serviette et rafraîchissez ainsi le décolleté et le visage.

• N'ouvrez pas les fenêtres en journée, mais aérez pendant la nuit.

• L'huile essentielle de sauge ou de menthe poivrée atténue les coups de chaud, avec un effet rafraîchissant.

 

Auteure : Barbara Simon 
Evy - signature animée Titi

 

ATTENTION - J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

Posté par evynou35 à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,