dimanche 14 octobre 2018

Automne : pourquoi les feuilles tombent-elles des arbres ?

images

https://media.ooreka.fr/public/image/arbre_automne-full-11994979.jpg

oOo

Quand vient l'automne, chaque année, aux latitudes moyennes et plus élevées, bosquets, bois et forêts se transforment et se parent de couleurs or, orangées, cuivres et pourpres. Par millions, les feuilles des arbres virevoltent et se déposent au sol. Mais pour quelle raison les arbres se débarrassent-ils de leurs feuillages? Mais pour quelle raison les arbres se débarrassent-ils de leurs feuillages? Quel est le processus?

Lorsque les températures commencent à descendre, au début de l'automne, les arbres de nos forêts tempérées mettent en place des mécanismes qui vont leur permettre de vivre au ralenti pendant l'hiver qui s'annonce et d'éviter de dépenser de l'énergie inutilement.

Si les troncs et les branches sont isolés par l'écorce, et si les racines restent à l'abri dans le sol, les feuilles, quant à elles, posent problème. Leurs tissus sont incapables de résister à la chute des températures.

Privées de sève, les feuilles se meurent.

Les feuilles des arbres sont recouvertes de capteurs photosensibles qui réagissent à la réduction de la durée du jour. Ceux-ci provoquent la libération massive d'éthylène, une hormone végétale sécrétée par les arbres. C'est le signal délivré aux arbres pour que ces derniers se mettent à produire des bouchons de liège qui vont venir isoler les feuilles des réseaux de sève.

Privées d'eau et de minéraux, les feuilles perdent de leur souplesse. La photosynthèse s'interrompt et la chlorophylle qui colore les feuilles en vert se dégrade. Les pigments rouge, jaune ou orange prennent le dessus et donnent à nos forêts leurs si belles couleurs de l’automne. Au moindre coup de vent, les attaches des feuilles se rompent alors et celles-ci tombent au sol. On parle alors de feuilles caduques.

Les feuilles persistantes, ces feuilles qui ne tombent pas.

L'évolution a opté pour une stratégie différente concernant les conifères. Leurs feuilles se présentent sous la forme de petites aiguilles recouvertes de cire. Cette couche isolante les aide à résister au froid. D'autant que la surface réduite de ces aiguilles les aide aussi à survivre à l'hiver. On parle alors de feuilles persistantes.

Dans les régions au climat méditerranéen, plusieurs espèces d'arbres comme, notamment, le chêne vert et l'olivier conservent leurs feuilles en hiver.

 Auteure : Nathalie Mayer, Journaliste

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/personnalites/sciences-nathalie-mayer-1355/

1) Evy - signature animée Titi

 

ATTENTION - « J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension. »

 

Posté par evynou35 à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


lundi 8 octobre 2018

Sargasses aux Antilles : un projet du CNRS pour valoriser ces algues

________________________________________________________________________________________________________________________________________

Guadeloupe-et-Martinique-quand-les-sargasses-empoisonnent-la-vie

https://resize-parismatch.ladmedia.fr/r/940,628,center-middle/img/var/news/storage/images/

oOo

Un projet de recherche du CNRS et de l'université des Antilles vise à trouver un moyen pour valoriser ces algues envahissantes à l'origine de nombreuses nuisances. Les chercheurs veulent savoir si les sargasses pourraient servir à faire du compost.

Une fois échouées sur les côtes, les sargasses se décomposent par l'action des micro-organismes. Elles dégagent alors des quantités importantes de sulfure d'hydrogène, d'où des nuisances olfactives, mais pas seulement. Quand la concentration de sulfure d'hydrogène est importante dans l'air, les habitants peuvent souffrir d'irritations oculaires (conjonctivite) et respiratoires (rhinite, toux...). Les personnes asthmatiques, les jeunes enfants, les femmes enceintes sont plus à risque, d'après l'ARS de Martinique.

La piste d’une valorisation des algues sous forme de compost

Si des campagnes de ramassage sont indispensables, que faut-il faire des algues collectées ? Le projet ECO3SAR, piloté par le laboratoire Borea (CNRS/MNHN/SU/IRD/université de Caen Normandie/université des Antilles) devra explorer les pistes de valorisation envisageables, dont celle de la transformation en compost.

Des campagnes de ramassage sont programmées en octobre. Les chercheurs analyseront les algues récupérées sur 45 sites se trouvant sur les îles de la Martinique et de la Guadeloupe. Ils devront déterminer si elles sont contaminées par des métaux lourds ou des produits chimiques, comme le chlordécone. Si les algues sont contaminées, la valorisation risque d'être compromise.

Auteure : Marie-Céline Ray, Journaliste

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/botanique-sargasses-antilles-projet-cnrs-valoriser-ces-algues-73061/

oOo

1) Evy - signature animée Titi

 

ATTENTION - « J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension. »

 

Posté par evynou35 à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 29 septembre 2018

Les fleurs amènent la pluie !!!

________________________________________________________________________________________________________________________________________

castelluccio-italie-champs-6

http://soocurious.com/fr/wp-content/uploads/2016/07/castelluccio-italie-champs-6.jpg

oOo

Dans l'atmosphère, le pollen libéré par les fleurs s'éparpille sous l'effet de l'humidité en de minuscules particules qui peuvent favoriser la formation des nuages.

Conséquence : les fleurs font la pluie et le beau temps.

Mais la chercheuse se demandait ce qui arrivait aux particules de pollendans l'air, celles-là mêmes qui causent des allergies. Or la littérature scientifique sur ce sujet signale bien que le pollen peut se séparer en de minuscules morceaux et ainsi favoriser la réponse allergique.

Ces petits grains pourraient-ils aussi avoir une influence sur le climat tout comme les aérosols, de fines particules suspendues dans l'air qui jouent un rôle dans la formation des nuages ?

Pour le savoir, les chercheurs de l'université du Michigan ont réalisé des expériences sur du pollen de chêne, de pacanier, de cèdre, de bouleau, de pin et d'ambroisie.

Ces plantes représentent des sources importantes de pollen aux États-Unis.

Ceux-ci ont été imbibés d'eau puis dispersés sous forme de spray avec un atomiseur dans une chambre de « fabrication des nuages », du laboratoire de Sarah Brooks, professeur de sciences atmosphérique.

En résumé, quand les arbres émettent du pollen, ils pourraient favoriser la formation des nuages et la pluie qui nourrit en retour les arbres.

Le pollen transporté par le vent pourrait donc influencer le climat, suggérant ainsi un nouveau lien entre les plantes et l'atmosphère.

Donc, le pollen ne sert pas qu'à la reproduction des plantes, mais aussi à celle des nuages !

oOo

Auteure : Marie-Céline Ray, Journaliste

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/fleurs-science-decalee-fleurs-amenent-pluie-58169/

1) Evy - signature animée Titi

ATTENTION - « J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension. »

Posté par evynou35 à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 13 septembre 2018

Tour du monde en 6 sommets

Kilimandjaro-2

Afrique, Amériques, Antarctique, Asie, Europe et Océanie ont chacun leur superbe point culminant. Tous enneigés — quoique le Kilimandjaro voit se restreindre sa coiffe blanche —, ils attirent, magnétiquement, les alpinistes de haut niveau. 

oOo

Le Puncak Jaya, sur la partie indonésienne de la Nouvelle-Guinée, dans la province de Papouasie, est le point culminant de l'Océanie. Reinhold Messner, célèbre alpiniste italien (qui, le premier, gravit l'Everest en solitaire et sans oxygène), insista pour en faire un des « Sept sommets », à la place du mont Kosciuszko, en Australie.

Cette liste recense les points les plus hauts de chaque continent, les deux Amériques étant considérées séparément. Elle comprend le mont McKinley en Alaska, rebaptisé depuis le Denali, qui représente l'Amérique du Nord.

Dans notre sélection de six sommets, le plus haut des Amériques est l'Aconcagua. Ce pic argentin frôle les 7.000 mètres au sein de cette immense chaîne de la cordillère des Andes, soulevée et concassée par la plaque océanique qui, venue du Pacifique, glisse sous ses racines.

Plus au sud, les humains ont mis du temps à repérer le massif Vinson (du nom d'un homme politique américain) quelque part en Antarctique, par 85° de longitude ouest.

Les neiges du Kilimandjaro

Le Kilimandjaro, lui, est connu depuis des temps immémoriaux. Sur le continent africain, ce corps massif abrite trois volcans, dont le Kibo, le plus haut et le plus récent, au milieu des deux autres et formant une bouche elliptique.

Depuis plusieurs décennies, la calotte glaciaire sommitale du Kibo régresse rapidement en raison de l'évolution du climat (réchauffement et assèchement), et aussi de la déforestation locale.

Les glaciers pourraient avoir totalement disparu avant 2050.

Le dernier de la liste est le plus haut de tous. On ne présente pas le mont Everest, sommet du monde, côtoyé par une kyrielle de « plus de sept mille » dans la chaîne de l'Himalaya, au relief dantesque.

Née du fracas de la plaque tectonique indienne, la plus rapide du monde, venue percuter l'Eurasie il y a 70 millions d'années, elle n'a jamais empêché les Hommes de la traverser, et même d'y vivre.

Aujourd'hui, on y afflue pour marcher (pardon, trekker) et les alpinistes se bousculent sur la voie menant du glacier du Khumbu à l'arête sommitale de Chomolungma, la déesse mère des vents, de son nom tibétain.

Auteur : © Futura

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/videos/tour-monde-6-sommets-5147/

1) Evy - signature animée Titi

oOo

ATTENTION - « J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension. »

 

Posté par evynou35 à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 9 août 2018

Villes et villages de Provence

 oOo

 Roussillon

Roussillon (84) le village ocre du Luberon

Roussillon © VF

"Roussillon Luberon Provence 

 Roussillon Luberon Provence

Les collines de Roussillon sont constituées de sables quartzeux, auxquels les oxydes donnent une infini variété de nuances, de couleurs : du jaune à l'orange au rose, du rouge au violet. Cette particularité de Roussillon est connue depuis l'Antiquité : le nom Roussillon viendrait de « roussoulus » qui signifie « sillon roux » en latin.

  
Auteur : texte et photos © 

Source : http://www.horizon-provence.com/roussillon-luberon/

Evy - signature animée Titi

oOo

 !   ATTENTION   !

"J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension."

Posté par evynou35 à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


samedi 14 juillet 2018

 

 neves-Hohneck-et-Falimont-07--1280x768-

http://idata.over-blog.com/1/46/27/34/Divers-3/neves-Hohneck-et-Falimont-07--1280x768-.jpg

oOo

Le névé est la phase intermédiaire entre la neige et la glace. Quand la neige s'accumule à un endroit, les flocons se tassent et finissent par se souder entre eux en formant des grains de plus en plus gros.

En parallèle, l'eau issue de la fonte durant la journée s'infiltre à l'intérieur des interstices et gèle la nuit, ce qui durcit encore la neige. Le manteau neigeux est alors transformé en névé.

Au final, lorsque la neige durcit encore et qu'il ne reste pratiquement plus d'air entre les cristaux, on aboutit à la glace.

Au-dessus de 2.600 à 2.800 mètres, les névés peuvent persister toute l'année. En été, ils vont avoir tendance à fondre mais peuvent résister pendant plusieurs mois même à basse altitude dans certaines conditions : zones en creux propices à l'accumulation de neige, faible exposition au soleil (faces nord) et au vent.

Leur nombre dépend aussi de la quantité de neige tombée durant l'hiver.

Randonnée en montagne : attention aux névés

Les névés sont une des causes d'accidents les plus fréquentes en montagne l'été. Lorsque les randonneurs souvent peu équipés doivent traverser une zone neigeuse, ils peuvent facilement glisser en contrebas sur des rochers.

Pour considérer le danger, il faut prendre trois critères en compte.

  • L'inclinaison de la pente : à partir de 30°, le risque de glissade est majeur.
  • La dureté du névé : plus il est dur et plus vous aurez tendance à déraper avec des simples chaussures de randonnée.
  • L'observation de l'environnement en dessous  : qu'est-ce qui va stopper une éventuelle chute (barre rocheuse, pente douce en terrain herbeux) ?

Auteure : Céline Deluzarche, journaliste

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/neige-neve-12485/

Evy - signature animée Titi

oOo

ATTENTION - J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 

Posté par evynou35 à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 9 juin 2018

Les récifs coralliens surveillés par satellite

haliclona-compressa-1_orig

https://www.nature-surprenant.com/uploads/5/0/4/0/50406067/haliclona-compressa-1_orig.jpg

oOo

Dans le cadre d'un partenariat, la société Planet, qui dispose de la plus grande flotte de micro-satellites au monde, va fournir quotidiennement des images des récifs coralliens. L'idée est de mettre en place un système inédit de surveillance spatiale de l'état de ces récifs pour mieux les protéger.

La protection des récifs coralliens est une nécessité absolue. En effet, il faut savoir que s'ils ne couvrent que 0,2 % du plancher océanique, les coraux abritent près de 30 % de la biodiversité marine. Près d'un quart de l'ensemble des espèces marines vivrait dans ces récifs qui, en tant que barrières naturelles, protègent aussi les littoraux des vagues, de l'érosion et fournissent également une protection contre les risques de catastrophe en réduisant sensiblement les impacts côtiers pendant les grandes tempêtes.

À cela s'ajoute qu'au moins un milliard de personnes et 25 % de la vie marine dépendent directement des récifs coralliens sains pour leur nourriture et leurs moyens de subsistance. La perte des coraux aura donc des répercussions importantes, voire catastrophiques, sur la biodiversité marine et sur d'innombrables communautés dont l'alimentation, la sécurité et les revenus en dépendent.

La Grande Barrière de corail, en Australie, près de l'île Heron. Cette image, d'une résolution de 3,7 mètres, a été acquise par un des satellites de la constellation de Planet. ©Planet Lab 2018

La plus grande flotte de microsatellites au monde

Pour surveiller et protéger efficacement les récifs coralliens de la Planète, les systèmes actuels de suivi de la santé des coraux sont irréguliers et très insuffisants. Généralement, ils sont basés sur des études de plongée ou d'avion, dont l'étendue est limitée, ou sur des données approximatives telles que les températures de surface, qui ne tiennent pas compte des différences de résilience des communautés coralliennes.

C'est dans ce contexte que la société Planet, qui dispose de la plus grande flotte de microsatellites au monde, s'est associée à Paul G. Allen Philanthropies ainsi qu'à un consortium de scientifiques renommés et spécialistes de la conservation des coraux et de la télédétection pour cartographier et surveiller l'intégralité des récifs coralliens en eau peu profonde.

Ce consortium comprend des scientifiques de la Carnegie Institution for Science, de l'université du Queensland et de l'Institut de biologie marine de l'université d'Hawaï. Dans sa première phase, qui sera effective en fin d'année, le projet produira une photomosaïque des récifs coralliens dans le monde et effectuera une validation sur cinq sites :

  • l'île Heron, sur la Grande Barrière de corail australienne ;
  • Moorea, en Polynésie française ;
  • Lighthouse Reef, au Belize ;
  • la baie de Kaneohe, à Hawaï ;
  • l'archipel Karimunjawa, en Indonésie.
Le récif corallien de Moorea, en Polynésie française ; image également acquise par un satellite de Planet. © Planet Lab 2018

Des images exploitées grâce à l'intelligence artificielle

Cette carte dynamique des récifs coralliens du monde entier utilisera les images satellitaires haute résolution acquises quotidiennement par les satellites Dove et SkySat, de Planet. Ces images seront exploitées grâce à l'intelligence artificielle, qui corrigera les distorsions de l'atmosphère, les reflets du soleil, les matériaux dans la colonne d'eau et des ondes de surface.

Ce sera le premier système de surveillance à grande échelle capable de détecter l'évolution des récifs et de suivre quotidiennement les changements physiques de la couverture corallienne à haute résolution. Il sera ainsi possible de suivre les changements de graphiques au fil du temps, les évènements de blanchissements sévères, le développement côtier en temps quasi réel ainsi que les dommages causés par le dynamitage (lié à la pêche à la dynamite) qui détériore les récifs coralliens. Enfin, la conservation de ces images permettra également de surveiller les changements au fil du temps, y compris la récupération des coraux après les évènements de blanchissement.

  • À l'échelle de la Planète, les récifs coralliens sont dans un piteux état.
  • Un système mondial de surveillance des récifs coralliens détectera quotidiennement les changements physiques de la couverture corallienne à haute résolution.
  • Ce système satellitaire permettra aux chercheurs, aux décideurs et aux environnementalistes de suivre les évènements de blanchissements sévères, le dynamitage des récifs et le développement côtier en temps quasi réel.

Auteur : Rémy Decourt, journaliste

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/oceanographie-recifs-coralliens-surveilles-satellite-71542/

Evy - signature animée Titi

 

oOo

!  ATTENTION  !

J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 

 

Posté par evynou35 à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 8 juin 2018

Le chardon - Qui s'y frotte s'y pique !

 

le-chardon-embleme-de-l-ecosse-1433506900

https://cdn-s-www.estrepublicain.fr/images/

oOo


Connaissez-vous la différence entre le chardon lorrain (ou d’Écosse) et le chardon-Marie ? 

Ces deux plantes appartiennent à la famille des astéracées. Elles se ressemblent, sont belles et fières. 

L’une est septentrionale, l’autre méridionale… 

L’une est austère et guerrière, l’autre représente la douleur de la Vierge Marie, qui lui a donné son nom. 

L’une est ornementale, l’autre médicinale… 

On les prend parfois pour des mauvaises herbes alors qu’elles peuvent rendre bien des services ! 

Comme tous les chardons, ces plantes ont des piquants. C’est une protection contre les herbivores. 

oOo

 

Ce chardon est également le symbole de l’Écosse. La légende veut que lors d’une tentative d’invasion nocturne par des guerriers suédois, un soldat fut piqué par un chardon. Son cri réveilla les Écossais qui purent affronter victorieusement leurs assaillants. 

Le chardon lorrain a donné sa devise au duc de Lorraine et à la ville de Nancy : qui s’y frotte s’y pique ! La version originelle inventée par René II de Lorraine était : “Ne toquès mi, je poins” ou “Ne me touche pas je pique” ! 


En latin scientifique (si je puis dire !), ce chardon s’appelle Onopordum acanthium. Il ne fait pas partie des plantes médicinales traditionnelles. Il est parfois indiqué dans l’accompagnement du diabète en tant que prébiotique. 

Mais c’est avant tout une plante pour l’ornementation. Sa longue tige se termine par une grande inflorescence en “capitule” composée d’un réceptacle vert surmonté de fleurs pourpres ou bleues assemblées en brosse. La plante possède de grande feuilles grises. 

Elle peut être utilisée en cuisine, mais on préfère la donner aux ânes, d’où son autre nom : le chardon aux ânes. Car c’est une plante au goût très amer.

Mais si l’on vous propose des chardons de Lorraine, ne refusez pas au prétexte que vous n’en n’aimez pas le goût ! 

Car en réalité, ce sont d’excellents chocolats, remplis d’eau-de-vie, dont la forme rappelle l’inflorescence du chardon lorrain ! Nul doute que certains leur trouveront des vertus médicinales ! 



Chardons de Lorraine

 

Auteur : Augustin de Livois

 

./...

Pour lire la suite, cliquez sur le lien ci-dessous :

 

Source : https://www.ipsn.eu/sy-frotte-sy-pique/

Evy - signature animée Titi

oOo

ATTENTION - J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 

 

Posté par evynou35 à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 4 juin 2018

L'arbre le plus vieux d'Europe pousse en Italie

Image-1024-1024-5676012

L'arbre le plus vieux d'Europe est un pin de Heldreich de 1.230 ans, que les scientifiques ont surnommé Italus. Il pousse dans un parc national au sud de l'Italie. Son âge a été calculé en combinant des mesures de radiocarbone et une analyse de ses cernes.

Les scientifiques de l'université de la Tuscia (Italie) ont découvert l'arbre sur une pente rocheuse des montagnes du parc national du Pollino.

Une partie de l'arbre manquait, ce qui a compliqué l'évaluation de son âge, comme l'explique Alfredo di Filippo au National Geographic : 

« La partie interne du bois était comme de la poussière — nous n'avons jamais rien vu de tel. Il manquait au moins 20 centimètres de bois, ce qui représente beaucoup d'années ». 

En revanche, les racines, qui produisent elles aussi des anneaux de croissance, étaient en bon état.

Italus est un pin de Heldreich de 1.230 ans

Les chercheurs ont réalisé une datation au radiocarbone des racines puis ils ont relié la croissance des racines à celle du tronc pour trouver quelles années manquaient. 

Italus a 1.230 ans ; il est le plus vieil arbre européen dont l'âge est attesté scientifiquement. Le parc contient d'autres pins de Heldreich, dont beaucoup ont entre 500 et 600 ans. L'équipe a trouvé trois autres arbres millénaires.

Italus aurait donc commencé à germer au Moyen Âge, pendant une période froide. Il a bien survécu jusqu'à aujourd'hui, malgré les augmentations de températures et les sécheresses ; dans la région montagneuse où il pousse, l'air reste frais.

Les arbres qui vivent dans des lieux reculés et difficiles d'accès ont aussi plus de chances d'être épargnés par l'Homme.

Dans le monde, l'arbre le plus vieux dont l'âge est attesté scientifiquement serait un pin Bristlecone des montagnes Blanches (États-Unis), âgé de 5.000 ans.

 

Auteure :  Marie-Céline Ray,  Journaliste

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/arbre-record-arbre-plus-vieux-europe-pousse-italie-71452/

Evy - signature animée Titi

oOo

!  ATTENTION  !

J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

Posté par evynou35 à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 24 mai 2018

Jardin: comment faire venir les oiseaux?

Résultat de recherche d'images pour "images oiseaux branches"

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?

oOo

Quelles fleurs privilégier pour attirer les oiseaux dans son jardin toute l'année? Les conseils de Pierre-Yves Nédélec, notre expert.

1) Je nourris les oiseaux l'hiver mais, lorsque j'arrête, ils disparaissent. Que planter dans mon jardin pour qu'ils continuent à s'y ravitailler? Lola 83 

Pierre-Yves Nédélec: Bravo et merci de prendre soin de la gente ailée qui a beaucoup souffert du froid cet hiver et du manque de nourriture.

C'est bien de ne plus les nourrir lorsque les conditions météo leur permettent de s'alimenter avec les insectes du jardin. Pour continuer à attirer les oiseaux chez vous tout le reste de l'année, il faut leur offrir le gîte et le couvert. 

Les haies en mélange à base d'essences locales sont indispensables. Les arbustes à baies comme le sureau et la viorne ainsi que les rosiers botaniques sont une bonne source de nourriture.

Mais c'est sans compter sur les pommiers dont les fruits tombés au sol sont particulièrement appréciés des merles. Laissez les fleurettes s'installer dans la pelouse en taillant moins ras. Nombre d'insectes apprécieront et les oiseaux insectivores y trouveront leur bonheur. 

Semez un mélange de fleurs pour prairie fleurie. Les granivores apprécieront picorer les graines des cosmos et des tournesols. Les légumes montés à graines de salade et de panais attireront les chardonnerets.

La diversité des végétaux et la conduite en bio de votre espace favoriseront les insectes dont la population sera contrôlée par les oiseaux. Un équilibre assez simple à mettre en place.

2) Quelles plantes mettre dans les jardins pour nourrir les mésanges, les rouges gorges et les chardonnerets l'été puisqu'il faut arrêter les graines en avril? J01227

La mésange et le rouge-gorge sont des insectivores qui passent à un régime granivore en hiver. Inutile de leur proposer des plantes à graines en été. Quant au chardonneret, rien ne vaut le cosmos et le panais monté à graines.

Auteur  

Source : https://www.notretemps.com/famille/jardinage/oiseaux-fleurs-pour-attirer-dans-son-jardin,

 

signature_1

Posté par evynou35 à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,