Situer Niger sur carte du monde, Situer pays du Niger sur carte du ...

Situation du Niger en Afrique

https://www.google.com/url?sa=i&url=http%3A%2F%2Fwww.carte-du-monde.net%2Fpays-336-situer-niger-sur-carte-du-monde.html&psig=AOvVaw3AzSWVcJUeJS4WaMXAvlvR&ust=1597332721321000&source=images&cd=vfe&ved=0CAIQjRxqFwoTCOD266b-lesCFQAAAAAdAAAAABAD


 

Pour Sarah, l'engagement des six humanitaires assassinés mérite un hommage national, "mais ce n'est pas ce qui nous consolera", confie la jeune femme.

"Elle faisait des choses que peu de gens sont capables de faire", a témoigné mardi 11 août sur franceinfo Sarah, à propos de sa sœur Charline, 30 ans, tuée avec cinq autres humanitaires français et deux Nigériens dimanche dans une attaque dans le sud-ouest du Niger.

Fière d'avoir une sœur engagée

Sarah se dit très fière de l'engagement humanitaire de sa sœur. Charline prenait "ce genre de risques, et en même temps elle savait qu'il y avait des besoins", a-t-elle expliqué.

Elle ne supportait pas de rester passive. Charline, c'était des débats à n'en plus finir, elle ne faisait rien à moitié. Sarah, à propos de sa sœur Charline à franceinfo

"Elle se donnait toujours les moyens d'aller jusqu'au bout. Ca la rendait hors d'elle de se sentir impuissante. Elle contribuait à sa manière à aider. Pour nous c'est une fierté", poursuit la sœur de l'humanitaire.

Charline se pensait en sécurité au Niger

D'après Sarah, Charline ne se sentait pas particulièrement en insécurité au Niger. "Elle avait déjà fait deux ans au Nigeria", raconte-t-elle. "Pour elle le Niger c'était plus sûr", même si "elle savait dans quoi elle se lançait en partant au Niger. Elle savait qu'elle n'était pas libre d'aller n'importe où." La veille de l'attaque, les deux sœurs se sont entretenues au téléphone. "Elle sortait de 15 jours de confinement en étant arrivée à Niamey, elle était sortie une seule fois avant juste autour de chez elle.

Elle m'a appelée deux fois pour me dire "demain, je vais voir des girafes". Elle partait en pensant faire une journée découverte"Sarahfranceinfo

"Bien sûr qu'on aurait aimé que ça ne soit pas elle dans cette voiture, et en même temps on ne pouvait pas la garder en cage”, témoigne Sarah Fouchet. “Elle avait besoin de partir, de voyager. Elle aurait été malheureuse de ne pas le faire. Ca aurait pu arriver n'importe où. Nous, on sort de chez nous ou on va voir un concert au Bataclan et tout s'arrête..."

Une médiatisation dure à gérer

Le gouvernement n'a pas encore décidé quelle forme prendrait l'hommage aux six humanitaires français. Sarah est partagée quant à l'idée d'un hommage national pour Charline. "C'est compliqué parce qu'on ne sait pas quand les corps vont être rapatriés. Pour le moment on ne sait rien, mis à part qu'elle s'est fait assassiner", explique-t-elle.

C'est tellement médiatisé, on a l'impression qu'elle nous échappe une deuxième fois.

"Après, les circonstances font que je pense que les six personnes qui étaient là-bas méritent un hommage national, mais ce n'est pas ce qui nous consolera. C'est mérité mais c'est dur de devoir gérer ça en plus du fait de l'avoir perdue", confie la soeur de Charline.

(Pour écouter le podcast, cliquez sur le lien ci-dessous,

il se trouve en fin d'article)

Auteure : 
Mathilde Vinceneux - Franceinfo/Radio France

Source : 

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/niger/attaque-meurtriere-au-niger/elle-ne-supportait-pas-de-rester-passive-elle-ne-faisait-rien-a-moitie-l-hommage-de-la-soeur-de-charline-fouchet-humanitaire-francaise-tuee-dimanche-au-niger_4072555.html


                Signature - Evy bleugif


 

 !   ATTENTION   !

"J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le contenu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension."