ELLE PORTE LA CULOTTE
 

Katharine Hepburn, une grande nana d’1m72, pleine de taches de rousseurs avec une gouaille ultra stylée qui a imposé ses règles à Hollywood dans les années 30. Sa réputation est pourtant plus discrète que celle d’Audrey Hepburn. Et pourtant, la discrétion ne lui va pas bien DU TOUT.
 
Il faut dire qu’elle naît entourée de personnes pleines de convictions : fille d’un chirurgien progressiste et d’une mère suffragette, elle accompagne sa mère à des manifestations féministes déjà toute petite !
 
À Hollywood, on la disait arrogante. Ça jasait pas mal sur elle. Une femme qui ose… Vous comprenez, ce n’était pas si bien vu. Mais elle tenait à sa liberté et la revendiquait haut et fort. Elle ose tout : porter de la fourrure avec des jeans, ne pas aller chercher ses oscars, fuir les mondanités, porter des chemises d’hommes, être à gauche dans une Amérique maccarthyste.
 
Un jour, sur un tournage, on a essayé de l’empêcher de porter ses jeans en les lui volant. Pas assez féminins pour l’époque. Pas assez tout disait-elle. Katherine ne s’est pas démontée. Elle a refusé de porter les robes qu’on lui donnait et s’est promenée en culotte sur le plateau devant toute l’équipe jusqu’à ce qu’on lui rende ses denims !
 
Pour elle, imposer sa loi peut payer. Lorsqu’on lui propose un premier rôle au cinéma : elle exige de suite un gros cachet – alors qu’elle était encore une totale inconnue. Tout le monde criait au scandale sur le tournage : la somme était faramineuse pour l’époque. Mais elle savait que certains hommes parvenaient à obtenir de gros chèques, alors elle a insisté et elle a fini par obtenir ce qu’elle désirait. Demander une augmentation pour elle ? Ce n’est même pas un défi.
 
Elle a toujours préféré sa carrière aux hommes. Elle vécut heureuse et n’eut jamais d’enfant. Un avant-gardisme qui faisait peur : à l’époque toutes les actrices voyaient la maternité comme l’accomplissement ultime de leur carrière.
 
On aime : sa volonté, son côté « tout est toujours possible », ses nombreuses comédies féministes, comme « Madame porte la culotte » ou « La Femme de l’année »La Femme du siècle non ?
 


Source :

"Les 30 féministes que personne n’a vus venir",

de Johanna luyssen et Énora Denis.

https://www.lesalondesdames.paris/fr/news/empowerment/katharine-hepburn-elle-porte-la-culotte

 

Evy

oOo