Banque de Photographies - femme aînée, délassant, dans chaise, chez soi. Fotosearch - Recherchez des Photos, des Images, des Photographies et des Images ClipsArts

L’OCDE et la Commission européenne publient un rapport dressant un panorama de la santé en Europe. La France consacre peu d’argent à la prévention, et les comportements des jeunes s’en ressentent.

Les Français vivent plus longtemps que la moyenne de la population européenne, et cela malgré de faibles dépenses publiques en matière de prévention et davantage de comportements à risque chez les jeunes. C’est ce que révèle le «Panorama de la santé 2016», un rapport conjointement publié par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Commission européenne.

● Deux ans d’espérance de vie de plus

Les Français vivent en moyenne plus longtemps que les habitants des autres pays européens. Un enfant né en France en 2014 a une espérance de vie qui s’élève à 82,8 ans, contre 80,9 ans en moyenne dans les pays de l’Union Européenne (UE).

Dans l’UE, la part de la population âgée de plus de 65 ans a augmenté, passant de moins de 10% en 1960 à près de 20% en 2015. Elle devrait atteindre près de 30% d’ici 2060, d’après le rapport de l’OCDE et de la Commission européenne. En France en 2016, les plus de 65 ans représentaient 18,8% de la population, selon les chiffres de l’Insee. L’Institut estime qu’en 2060, en France métropolitaine, ils compteront pour 25,7% de la population.

Pourtant cet allongement de la durée de vie ne s’accompagne pas forcément d’une bonne santé. Environ 50 millions de personnes dans l’UE souffrent de maladies chroniques et plus d’un demi-million de personnes en âge de travailler en meurent chaque année.

● Les jeunes fument plus et bougent moins

Les jeunes Français fument plus et bougent moins que leurs homologues européens. Chez les adolescents de 15 ans, la consommation de tabac a diminué depuis les années 2000. Mais 19% sont toujours des fumeurs réguliers, contre 14% en moyenne dans l’UE.

Le sport n’est pas non plus leur point fort et les adolescents français arrivent d’ailleurs bon avant-derniers sur le podium de la pratique sportive. Seuls 6% des filles et 14% des garçons ont une activité physique «modérée à forte» (au moins une heure par jour, avec augmentation du rythme cardiaque), alors que la moyenne de l’UE se situe à 10% et 20% respectivement.

Alors que la France est jusqu’à présent bien placée en matière d’obésité et de surpoids, ce manque d’activité physique des jeunes est inquiétant pour l’avenir, estime selon l’AFP Francesca Colombo, chef de la division santé de l’OCDE, car «ce sont des habitudes qui sont difficiles à changer». Or le manque d’activité sportive constitue, avec le tabagisme, un important facteur de risques pour les maladies chroniques telles que les cancers et les affections cardiovasculaires.

 

 

● La prévention moins bien financée

Les dépenses de santé représentaient en France 11% du PIB en 2015, ce qui plaçait le pays au troisième rang après l’Allemagne et la Suède.

Mais la France pèche dans le domaine de la prévention, en n’y consacrant que 1,9% de ses dépenses de santé, contre 3% en moyenne dans l’UE. Les champions de la prévention en Europe sont le Royaume-Uni et l’Italie avec 4,1% des dépenses de santé.

 Le nombre de médecins n’augmente plus

Le nombre de médecins par habitant a augmenté dans presque tous les pays de l’UE depuis 2000, sauf en France où il est resté stable. Pour 1000 habitants, la France compte 3,3 médecins en moyenne. Mais une inégalité considérable entre les zones urbaines et rurales est observée. En zone urbaine, on comptait 4,5 médecins pour 1.000 habitants en 2015, contre 1,4 en zones rurales.

Par  :  

Source : http://sante.lefigaro.fr/article/les-francais-vivent-plus-vieux-mais-pas-toujours-mieux-que-le-reste-des-europeens