Afficher l'image d'origine

 

Où l’on fait la connaissance d’un mécène très porté sur l’eau de source.

En flânant dans Paris, on peut facilement tomber sur l’une d’entre elles. Ces fontaines vert sapin sont devenues célèbres sous le nom de “fontaines Wallace”. Leur présence est si familière qu’elles en deviennent invisibles… 

Que font ces fontaines au nom anglais dans les rues de la capitale ?

Il faut remonter à la fin du XIXe siècle. En 1871, Paris se relève péniblement d’une défaite contre la Prusse et d’une guerre civile, la Commune. 

Ces deux événements historiques violents ont privé la capitale d’eau potable.

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Charles-Auguste Lebourg, Fontaine Wallace, Paris (photo Mbzt, CC BY-SA 3.0

Le Sir anglais Richard Wallace, présent à Paris dans ces moments difficiles, a été marqué par cette terrible pénurie…

Le philantrope décide d’offrir à la ville un beau cadeau : cinquante fontaines d’eau potable, qu’il finance en intégralité !

Grand amateur d’art et esthète, Sir Wallace veille au moindre détail. Il dessine lui-même le modèle, puis en confie la réalisation au sculpteur Lebourg. 

Les fontaines se distinguent par quatre cariatides, des femmes-colonnes gracieuses entourant le filet d’eau.

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Richard Wallace, 1857, photographie, The Wallace Collection, Londres

En 1872, la toute première “fontaine Wallace” est installée boulevard de la Villette.

Et elle est immédiatement adoptée par les Parisiens ! Surnommée "la brasserie des quatre femmes", chaque fontaine comporte de petits gobelets d’étain retenus par une chaînette.

Cet accès à l’eau devient bien vite un lieu de rencontre.

Les Parisiens viennent y discuter, partager leurs idées et surtout, les gobelets en étain !

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Agence Rol, Personnes se désaltèrant à une fontaine Wallace à Paris lors de la revue du 14 juillet, 1911, photographie (négatif sur verre), 13 x 18 cm, Bibliothèque nationale de France, Paris 

Aujourd'hui, les gobelets ont disparu pour des raisons d’hygiène mais l'eau est toujours potable.

Les fontaines ont essaimé dans le pays et se sont exportées à travers le monde. 

Certains particuliers sont même allés jusqu’à en installer dans leur propre jardin !

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Charles-Auguste Lebourg, fontaine Wallace, Paris, Détail des cariatides

Copyright © 2016 Artips

Sourcehttp://artips.fr/?f=aced57344e