© Ina Brest bombardée

En 1946, Jacques Prévert publie "Paroles". Un recueil de 95 textes, avec au beau milieu un poème qui va toucher des générations de français. Barbara raconte les bombardements qui ont défiguré la ville de Brest, la fragilité de la vie face à l'absurdité de la guerre.

"Je suis allé à Brest le plus vite possible après la guerre, et j'ai vu que j'avais peut-etre exagéré en écrivant qu'il ne restait rien, mais je dois dire qu'il ne restait pas grand-chose.

En 1964, Jacques Prévert répond aux questions d'un journaliste de l'ORTF. Pourquoi a-t-il écrit Barbara ? Dans quelles circonstances ?

Le poète raconte qu'il connaissait ce coin de Bretagne pour y être venu entre les deux guerres avec le peintre surréaliste Yves Tanguy. Et que lorsqu'il a su que les bombardements avaient défiguré la ville, il a pris son stylo pour dénoncer l'absurdité de la guerre. Mais qu'il a dit Brest comme il aurait pu dire Hambourg ou Dresde, d'autres villes bombardées.

"Pourquoi Barbara ? Parce que c'est un prénom international" 

Le poème raconte les retrouvailles entre un homme et une femme. Elle marche, ruisselante, épanouie dans la rue de Siam. Il l'aperçoit, il l'interpelle, elle s'appelle Barbara. Ils ont l'air de s'aimer, mais le ciel se déchire et les bombes pleuvent. Ont-ils survécu ? On ne le saura jamais.

Prévert dit qu'il a choisi le prénom Barbara parce qu'il cherchait une fois encore à donner une tonalité universelle à son poème. Et que Barbara est un prénom international.

Le poème est sorti en 1946. Il a été mis en musique l'année suivante par Joseph Kosma. Et chanté par Yves Montand, Mouloudji, les Frères Jacques, ou Reggiani

Par Gilles Le Morvan

Source : http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/brest/travers-chants-barbara