* Evynou 35 *

mercredi 18 juillet 2018

Pour en finir avec les pailles en plastique

 

Résultat de recherche d'images pour "images pailles pour boire en plastique"

https://comps.canstockphoto.fr/pailles-boire-plastique-photo-sous-licence_csp23661449.jpg

oOo

L’intérêt économique pour le recyclage des plastiques est extrêmement limité, nous explique Valérie Borde. Ces matériaux sont certes recyclables, mais ils posent d’énormes défis comparés à l’aluminium, au verre ou même au papier.

Mais c’est un geste absolument négligeable qui ne réglera en rien la problématique de la pollution par les plastiques, et permet plutôt de détourner l’attention des vraies questions que voici.

D’où viennent vraiment les déchets plastiques présents dans les océans ?

Les matières plastiques étant très peu biodégradables, toutes celles qui, à un moment où à un autre, se sont retrouvées dans l’environnement, y sont encore.

Dans les pays riches, la plupart des déchets finissent aujourd’hui leur vie dans des sites d’enfouissement contrôlés et, dans une moindre mesure, dans des incinérateurs. Il y a 50 ans, nos déchets finissaient encore dans des dépotoirs, progressivement remplacés par des sites d’enfouissement sanitaires, puis techniques, où on contrôle les émanations et les fuites.

Dans les pays en développement, on n’en est pas là. Les quantités de déchets produits par habitant sont bien moindres que dans les pays riches, mais le traitement des déchets est très déficient. On y retrouve, aussi, une partie des déchets que les pays riches y délocalisent pour s’en débarrasser, parfois sous couvert de recyclage ou de réutilisation. L’urbanisation et la croissance économique sont les deux moteurs de la croissance du volume de déchets dans les pays en développement.

Dans le dernier grand rapport de la Banque mondiale sur les déchets municipaux, qui date de 2012, on apprend ainsi que les plus gros pays producteurs de déchets par habitant en produisent environ 150 fois plus que les plus petits. Une différence énorme ! À eux seuls, les pays de l’OCDE, qui représentent environ 18% de la population mondiale, génèrent 44% des déchets.

La quantité moyenne de déchets par habitant dans le monde va passer de 1,2 à 1,42 kg par personne et par jour entre 2012 et 2025, selon la Banque Mondiale. Comme la population va s’accroitre, le volume de déchets est amené à augmenter de 1,3 à 2,2 milliards de tonnes dans le même temps.

Dans les pays industrialisés, en 2012, 98% des déchets municipaux étaient collectés, contre seulement 41% dans les pays les plus pauvres !

Dans ces pays, cependant, le coût de la collecte des déchets engloutit généralement entre 80 et 90% du budget des villes, contre environ 10% dans les pays riches.

Les chiffres sur ce qu’il advient des déchets collectés sont difficiles à obtenir dans de nombreux pays, note la Banque mondiale. Dans les pays les plus riches, 0,05 millions de tonnes de déchets seraient encore placées dans des dépotoirs peu contrôlés, à ciel ouvert et sans contrôle des rejets.

Les pays les plus pauvres, eux, rejettent près de 10 fois plus de déchets dans ces dépotoirs à ciel ouvert, soit 0,47 millions de tonnes par an. Mais ce n’est rien à côté des 71 millions de tonnes de déchets qu’y jettent chaque année les pays au niveau économique intermédiaire.

Le plastique qui s’accumule aujourd’hui dans les océans vient donc avant tout de ces pays, qui se développent suivant le même modèle que ceux qui les ont précédés : sortir d’abord de la misère, puis gérer les déchets.

À l’échelle de la planète, la priorité pour limiter la pollution par les plastiques consiste à aider les pays en développement à mieux gérer leurs déchets.

Pourquoi gaspille-t-on autant ?

Les pailles en plastique sont des produits à usage unique, que l’on donne aux consommateurs qui les jettent après quelques minutes d’usage. Elles finissent à la poubelle – au mieux –  encore plus rapidement que les sacs d’épiceries qui trouvent parfois un second usage comme sac poubelle ou sac à crottes quand ils n’ont pas été percés, et qui sont parfois, mais pas souvent, recyclés.

Mais nos commerces, nos poubelles et nos bacs de recyclage débordent d’autres produits contenant des matières plastiques ou pas, qui ne sont pas utilisés beaucoup plus longtemps, et qui ne sont guère plus utiles. Les modes éphémères sont sources d’un ahurissant gaspillage. Vous souvenez-vous des bracelets de silicone aux formes bizarres qui ornaient tous les poignets il y a environ 5 ans ? Où sont-ils aujourd’hui ? Parce que les vêtements sont trop tentants, trop démodables, trop usables et qu’on les répare peu, chaque Québécois en jette, en moyenne, 24 kg par an ! Le recyclage, qu’on présente souvent comme la solution, ne pourra jamais compenser le gaspillage.

Pour tous les produits de consommation, qu’ils contiennent ou non du plastique, l’obsolescence est peut-être programmée par les compagnies, mais nous en sommes souvent les complices. Le Canada est un des pays du monde qui produit le plus de déchets non recyclés par habitant – près de 700 kg par an et par personne, soit plus de deux fois plus que ce que les Japonais produisent.

C’est beaucoup trop ! Le recyclage ne résoudra pas tous les problèmes : savez-vous, par exemple, que le lavage de vêtements constitue une source non négligeable de dissémination de résidus de plastiques dans l’environnement, car les fines fibres qui se détachent à chaque lessive ne sont pas bien éliminées par les stations d’épuration ?

Quelle responsabilité pour les producteurs de plastique ?

Pour éviter la dissémination de déchets dangereux dans l’environnement, comme des métaux lourds, les gouvernements ont institué au fil des ans des politiques de responsabilité élargie des producteurs, pour des produits comme la peinture, les ampoules électriques, les batteries de voiture, les pneus et les produits électroniques.

Ces politiques, souvent trop timides, ne règlent pas tout, mais elles aident à se préoccuper de la fin de vie de ces produits. Pour encourager le recyclage et la récupération, on applique aussi des consignes à certains produits, comme les canettes en métal ou les bouteilles de bière.

Pour le reste, on compte sur la bonne volonté de la population, qu’on incite à porter certains déchets dans des écocentres, à composter les matières organiques et à participer à la collecte sélective des matières recyclables, qui est en partie financée par les entreprises productrices d’emballages et d’imprimés.

Mais est-ce vraiment un bon modèle pour la gestion des plastiques ? Certes, ces matériaux sont recyclables, mais ils posent d’énormes défis comparés à l’aluminium, au verre (qu’on récupèrerait bien mieux s’il n’était pas mêlé avec les autres matières recyclables) ou même au papier.

Les plastiques sont mélangés et pas faciles à trier autrement qu’à la main (alors que l’aluminium, par exemple, peut être récupéré automatiquement par des séparateurs à courant de Foucault). Leur point de fusion est bas comparé à ceux de l’aluminium et du verre, ce qui fait que les impuretés sont mal éliminées par le recyclage.

Globalement, l’intérêt économique pour le recyclage des plastiques est extrêmement limité, car ils sont aussi peu chers à produire.

Peut-on vraiment espérer s’en sortir sans élargir la responsabilité des producteurs, pour faire en sorte que le coût du plastique soit en meilleure adéquation avec son véritable coût environnemental ? Et s’ils veulent nous refiler la facture, qui sait, peut-être que cela nous incitera à consommer un peu moins !

Auteure : Valérie Borde

Source : https://lactualite.com/sante-et-science/2018/07/16/pour-en-finir-avec-les-pailles-en-plastique/

Evy - signature animée Titi

oOo

ATTENTION - J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 


mardi 17 juillet 2018

Bordeaux (Gironde) - Cancale (Ille et Vilaine)

120769535

Moi, Evy votre blogueuse

oOo

Des photos anciennes de Bordeaux et de Cancale

(Gironde et Ille et Vilaine, départements de mes vies).

oOo

542_001

Cancale

209_001

Bordeaux

610_001

Cancale

719_001

Bordeaux

 

150_001

Cancale

001_001

Bordeaux

227_001

Cancale

200_001

Bordeaux

 

275_001

Cancale

092_001

Bordeaux

oOo

Source : http://cartes-postales.delcampe.fr/page/category/cat%2c713%2cvar%2cFrance-Europe-Cartes-Postales%2clanguage%2cF.html

Evy - signature animée Titi

oOo

- ATTENTION -

J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 

Posté par evynou35 à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 14 juillet 2018

 

 neves-Hohneck-et-Falimont-07--1280x768-

http://idata.over-blog.com/1/46/27/34/Divers-3/neves-Hohneck-et-Falimont-07--1280x768-.jpg

oOo

Le névé est la phase intermédiaire entre la neige et la glace. Quand la neige s'accumule à un endroit, les flocons se tassent et finissent par se souder entre eux en formant des grains de plus en plus gros.

En parallèle, l'eau issue de la fonte durant la journée s'infiltre à l'intérieur des interstices et gèle la nuit, ce qui durcit encore la neige. Le manteau neigeux est alors transformé en névé.

Au final, lorsque la neige durcit encore et qu'il ne reste pratiquement plus d'air entre les cristaux, on aboutit à la glace.

Au-dessus de 2.600 à 2.800 mètres, les névés peuvent persister toute l'année. En été, ils vont avoir tendance à fondre mais peuvent résister pendant plusieurs mois même à basse altitude dans certaines conditions : zones en creux propices à l'accumulation de neige, faible exposition au soleil (faces nord) et au vent.

Leur nombre dépend aussi de la quantité de neige tombée durant l'hiver.

Randonnée en montagne : attention aux névés

Les névés sont une des causes d'accidents les plus fréquentes en montagne l'été. Lorsque les randonneurs souvent peu équipés doivent traverser une zone neigeuse, ils peuvent facilement glisser en contrebas sur des rochers.

Pour considérer le danger, il faut prendre trois critères en compte.

  • L'inclinaison de la pente : à partir de 30°, le risque de glissade est majeur.
  • La dureté du névé : plus il est dur et plus vous aurez tendance à déraper avec des simples chaussures de randonnée.
  • L'observation de l'environnement en dessous  : qu'est-ce qui va stopper une éventuelle chute (barre rocheuse, pente douce en terrain herbeux) ?

Auteure : Céline Deluzarche, journaliste

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/neige-neve-12485/

Evy - signature animée Titi

oOo

ATTENTION - J’attire l’attention de mes lecteurs sur le fait que tous les articles, textes et autres encarts qui sont mis en ligne sur mon blog, le sont à la seule fin de vous informer. Le continu de ces articles n’engage que leur auteur. Je ne fais que véhiculer des informations. Merci de votre compréhension.

 

Posté par evynou35 à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,